Albanie – Roumanie (1-0) : La Tuicacadémie retourne au pays

« Onoare ».

C’est tout ce qui a manqué à cette équipe de Roumanie. De l’honneur. Pendant et après le match la Roumanie nous a gratifié du pire qu’il était possible de voir. Retour rapide sur cette purge qui nous renvoie au pays, ma résistance à la torture a ses limites.

L’équipe roumaine affichée semblait pourtant assez intéressante : Tenant compte de ce qui n’a pas marché aux matchs précédents, l’équipe se voit affublée de Alibec en pointe, de Matel remplaçant Rat blessé et de Prepelita remplaçant Pintilii, sorti en cours de jeu face à la Suisse. Rien qui ne pouvait présager un mauvais match face à l’Albanie. Relativement faible depuis le début de la compétition, les Roumains avaient leur destin en main pour aller chercher une qualification largement à la portée du groupe. Mais Iordanescu dans sa grande tradition de foirer tout ce qu’il entreprend restera fidèle à ses valeurs.

Le match commence plutôt bien, la Roumanie pose le jeu et l’Albanie ne parvient pas à se montrer dangereuse. Mais c’était sans compter sur la déconcentration roumaine. Il semble que les joueurs des Carpates ne furent pas avertis que la mi-temps se sifflait à la 45ème minute et non pas la 43ème. Sur un long centre, Tatarusanu nous gratifie une air-sortie de toute beauté qui permet au joueur albanais, à l’instar de Giroud quelques jours plus tôt, de lober tout le monde et d’ouvrir le score.

« Toute la Roumanie sur le but albanais » illustré par Chiriches.

En deuxième mi-temps, la Roumanie se reprend et se porte vers l’avant avec efficacité. Ah non en fait, pas du tout. On joue baballe en défense, on enchaîne pas trois passes et on manque même d’en manger un deuxième. Iordanescu daigne faire entrer Andone à la 76ème minute qui verra sa frappe heurter la barre. Le seul joueur vaillant de l’équipe  qui se voit échouer près du but… C’est terminé, la Roumanie rentre à la maison en prenant un seul malheureux point dans un groupe largement à sa portée. Mais bon, pour Sapunaru « nous voulions trop gagner » et pour Iordanescu « nous n’avons rien à regretter, c’est déjà un exploit d’avoir été là ». Politique de l’autruche, des choses vont devoir changer. Et cela va d’abord passer par un nouveau sélectionneur, Iordanescu ayant déjà annoncé laisser sa place au terme de l’Euro. Bonne chance à celui qui va récupérer ce superbe merdier. En attendant, on rentre acasa.

Tatarusanu (1/5) :

  tata

Sapunaru : (2/5) Qui veut passer dans mon couloir? Aussi étanche que Patrice Evra.

Chiriches (2/5) : Moi? Monter en attaque pour mettre la tête sur les corners? Jamais.

Grigore (2/5) : Oh putain t’étais là?

Matel (2,5/5) : Le mec s’attendait pas à jouer, pas mal défensivement. Mais c’était pas le bon jour pour tenter des frappes de loin.

Stanciu (1/5) : Juste. Non. Et encore moins pour tes larmes de crocodile à la fin.

Hadrian Stoian

Hoban (2/5) : T’étais avec Grigore non?

Prepelita : (2/5) : La Transylvanie a aussi ses fantômes visiblement, au delà des vampires.

Adrian Popa (1/5) : Ghostbuster !

Bogdan Stancu (3/5) : Quelques bonnes incursions, encore une fois un joueur constant. Insuffisant néanmoins.

Alibec (1/5) : Sevré de ballons, et croqueur de son état. Salut.

 

Dernière acad’ pour cette Euro, merci de nous avoir suivi. Moi je rentre sur Footballski, choqué et déçu comme disent les jeunes. La revedere.

Hadrian Stoian

Hadrian Stoian

Tombé amoureux de la Roumanie il y a des années. Supporter du Steaua Bucure?ti, sait apprécier le Petrolul Ploie?ti.

One Comment

  1. C’est con, j’ai cru que c’était une bonne équipe quand je les ai vu contre la France. Enfin une pas trop mauvaise quoi.
    Du coup, la France est nulle ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *