Arsenal – Brighton & Hove Albion (2-0) : La Gunners Academy livre ses notes

Voici la définition d’un match solide.

Jouer un promu, quatorzième de Premier League, à la maison, on a déjà vu plus dramatique comme setting de match. Mais comme disait ce cher Joe Cocker : « n’oubliez jamais ». N’oubliez jamais qu’Arsenal est toujours là où on l’attend le moins. Même si à force, on les attend dans ce genre de traquenards. Donc ma phrase fonctionne pas. Bref, je m’emmêle et en plus on s’en fout dans la mesure où, allé-fuckin-luia, on a produit une jolie performance dans la lignée d’un mois de septembre diablement bien ficelé. Dire qu’on revient de loin est un euphémisme. Mustafi et ses copains ont dû être vaguement inquiétés une quinzaine de minutes sur tout le match, et on a joué dans le camp adverse le reste du temps. Résultat, de jolis mouvements, assez incisif pour planter deux pions et provoquer quatre sauvetages sur la ligne de la part des Seagulls. On ne va donc pas se leurrer, on a  dominé de la tête et des épaules, travail bien fait, merci zizi.


CECH : 4/5
Match dangereux pour un gardien : 90% du temps à pioncer, 7% du temps à anticiper, 3 à intervenir. Mais, hormis une petite toile sur une sortie aérienne, il a géré ça comme un daron. Retour en forme très net depuis le début de saison.

MONREAL : 4/5
Bonus de but plein de sang-froid et du mauvais pied. Surtout que ça faisait des siècles qu’il avait pas marqué : depuis mars 2013. Définitivement l’un des hommes forts de ce début de saison. Il était tellement pas défenseur en arrivant chez nous, c’est fou.

MUSTAFI : 2/5
Même sur un match comme ça, où l’opposition est quand même pas massive, il arrive à être flottant et à ouvrir sa gueule à tort et à travers. Il a fait le taf, sans jamais vraiment rassurer. Il devrait commencer par la fermer, ça aiderait.

HOLDING : 3/5
Typiquement le genre de matchs où il doit jouer, donc c’était cool de le voir sur la feuille de match. D’autant qu’il signe une belle prestation, pleines d’interventions et d’anticipations très propres. Good lad.

BELLERIN : 4/5
On le retrouve depuis quelques matchs. Quel volume de jeu bordel. Pas besoin d’ailier quand t’as un mec avec une vitesse et un coffre pareil, et franchement il a été techniquement à la hauteur du poste. Gros match. Petit malus pour avoir quand même systématiquement découvert son côté, il faudra voir à surveiller un peu le placement quand même.

KOLASINAC : 3/5
Une participation intéressante au jeu devant, même s’il a encore du mal à savoir où se placer et où faire ses courses. Lui aussi a beaucoup découvert son côté, et Mustafi a été obligé de le rappeler à l’ordre une paire de fois (évidemment, pour ça, il y a du monde).

XHAKA : 1/5
Il est pas dans le creux de la vague, il est au fond d’une crevasse, à 4500 mètres sous le niveau de l’eau. Enormément de ballons perdus et de transmissions ratées sur des trucs très simples. Heureusement, quand il s’agit de balancer des transversales de soixante mètres, c’est toujours nickel.

RAMSEY : 0/5
Wow. On m’a tellement parlé du retour de Ramsey, suite à la paie de matchs que j’avais loupés, que j’attendais de voir ça avec impatience. J’ai trouvé un Ramsey classic-shit, qui a pas dû réussir le dixième de ce qu’il a tenté. C’était presque effarant de le voir se vautrer à chaque fois ou presque.

ALEXIS : N/N
Dès qu’il se met à jouer pour l’équipe, ça fonctionne magnifiquement bien. Surtout qu’il a un vrai sens de l’ouverture. Problème : il accepte de s’en servir tous les 19 mois, et le reste du temps il préfère jouer tout seul et balancer des parpaings aux collègues. Un bon match, mais c’est pas en claquant des talonnades contre Brighton que tu regagneras ton droit à une notation ici mon con.

IWOBI : 4/5
Wouhou, un but d’Iwobi. On va faire une petite fête, pour une fois, il a pas enterré une magnifique occasion à cinq mètres des cages. Si seulement ça pouvait lui rester. Allez, je taille, mais il a fait un très bon match, techniquement, dans l’envie, dans la percussion. Très propre.

LACAZETTE : 2/5
Mmmm, la note peut paraître dure, parce qu’il a encore eu du mal à se faire voir dans la surface, à tenir certains ballons. Et puis il saccage un but tout fait, avec son pied gauche Play-doh. Mais je retiens sa somptueuse lourde du début de match, qui est venue abîmer le poteau de gauche de Ryan, ainsi que ses déplacements toujours intelligents et son pressing, avec lequel il a gagné des ballons et des coup-francs à la pelle.

 

GIROUD (pour Lacazette à la 71e minute) : Il manque de mettre son 101e en toute fin de rencontre sur une tête arrachée. Sinon, la routine.

WALCOTT (pour Iwobi à la 71e minute) : Sans déconner, c’est même plus de l’humour, c’est de la charité.

EL-NENY (pour Xhaka à la 83e minute) : Un peu tardif à mon goût le changement défensif, mais bon, Brighton était pas plus vindicatif que ça de toute façon.

 

Les Seagulls, c’est quand même hyper pété comme surnom pour une équipe de foot. Les mouettes. Personne. Jamais.

Avec Dunk, Brighton tient un défenseur costaud et intéressant, mais aussi et surtout une belle raclure de bidet.

Vous l’attendiez, il arrive : le bilan du mercato sera là pour égayer votre WE. Un bilan massif, en deux parties, qui vous prendront chacune une journée de lecture.

 

Le Père Fidalbion

J’ai décidé de supporter Arsenal grâce à FIFA 99 : y avait Dennis Bergkamp sur la jaquette et c’était la première équipe disponible dans l’ordre alphabétique. Ce jour-là, j’aurais mieux fait de me péter une jambe.

7 Comments

  1. Bellacad’ le père.
    Monreal est mine de rien un bon recrutement. Il a pas fait de bruit mais a souvent fait son taf.

    Et est ce qu’on tenterait pas Chambers à la place de Mustafi ?

    • Franchement, vu l’instabilité chronique de Mustafi, ça serait jouable. Mais je pense que Holding est un cran plus haut dans la hiérarchie. Chambers va devoir s’accrocher mais j’en reparle plus en profondeur dans le bilan du mercato ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *