AS Monaco – ASSE (2-0) : la Forez Académie fête le titre

On est les champions ! On est les champions ! Ah merde, c’est pas nous ? Bon…

Le match résumé en 1 phrase : « Allez, plus qu’une journée à tirer »

Une fin de saison pénible comme jamais. On avait sans doute pas vécu ça depuis les saisons 2010/2011 et 2011/2012, où les Verts avaient  fini respectivement 10e et 7e. Sauf que là, c’est la dégringolade et on se demande où elle va terminer. Au pire à la 9e place, au mieux à la 7e. Tout le monde en a marre : le coach, les joueurs, les supporters. Il est temps de mettre fin à cette exercice 2016/2017 qui aura vu l’ASSE vraiment régresser (au classement et dans le jeu) pour la 1e fois depuis que Galtier a pris les commandes de l’équipe le 15 décembre 2009.

À ce propos, j’ai écrit une petite bafouille à notre côche, juste après le dernier mâche contre Paris.

 

La compo :

On ne peut pas enlever à Galtier d’avoir de l’humour. A tout ceux qui le taxent d’entraîneur défensif, il nous pose pour la 1e fois de sa carrière à Sainté un 5-4-1 que l’on pourrait quasiment qualifier de 6-3-0 tant Lemoine a joué bas, et tant Søderlund n’a pas vu le ballon. Après, il faut dire aussi que prendre 5-0 pour son dernier mâche dans le Chaudron dimanche soir l’a sans doute refroidi le père Galtier, et à l’heure d’affronter un Monaco venu sabrer le champagne pour fêter son titre et enfoncer le clou, il a préféré s’inspirer d’Otto Rehhagel plus que de Bielsa.

 

Le mâche :

On va la faire courte, comme Zouma. Monaco fout le feu dès le début avec pas moins de 3 corners en moins de 90 secondes. On sent qu’ils veulent tout de suite marquer pour gérer ensuite tranquillement.  M’Bappé marque un but encore une fois hallucinant tellement il est facile dans son geste alors qu’il casse les reins d’un des meilleurs gardiens de France. Accélération fulgurante dans le dos de la défense (en légère position de hors-jeu) qui laisse KTC (et sa caravane) et Lacroix (et son mobil-home) loins derrière, feinte de tir en ouvrant le pied et crochet court pour envoyer Ruffier à l’opposé, y’a plus qu’à pousser la balle dans le vide, propre (1-0, 19e). A noter que les Verts jouaient à 10 suite à la blessure de Maïga. Ensuite, Sainté aura bien quelques occasions (tête de Pogba, 30e; raid de Nordin et frappe sur Subasic, 54e; percée de Veretout repris par Glik, 60e), mais comme souvent aucun but ne sera marqué. Par contre, Monaco doublera la mise sur le coup du sifflet final ou presque avec un contre mené côté gauche par Lemar qui sert Germain seul au centre ,et qui n’a plus qu’à pousser la balle au fond (2-0, 90e+2).

Voilà, rien à dire de plus. Les Verts étaient surtout venus pour ne pas prendre une branlée, en ayant déjà accepté l’idée d’avoir perdu ce mâche avant de l’avoir commencé. Galette rigole avec Paga, Pogba félicite Jardim en plein mâche, bref le sparring-partner parfait. Ils sont quand même gentils ces Stéphanois, hein ? Ça leur a même pas traversé l’esprit de gâcher un peu la fête monégasque en montrant un tant soit peu d’orgueil pour les supporters qui avaient répondu présents un mercredi soir pour un match sans enjeu. Non parce que pour le coach, on a bien vu qu’ils en avaient rien à foutre et c’est pas parce que tu donnes le brassard à Lemoine qu’il va se remettre à jouer à l’endroit. Bref, plus qu’une journée, et rideau. Ça faisait longtemps que je n’avais pas autant souhaité qu’une saison se termine.

Quand tu te rends compte tu vas entraîner pour la dernière fois à Nancy.

 

Le résumé du mâche :

 

Les notes : 

Ruffier (son esprit glisse ailleurs, 2/5) : il ne râle même plus après ses coéquipiers alors qu’il passe son mâche à se faire canarder. La preuve qu’il est déjà parti. Salut l’artiste.

Maïga (non noté) : le temps de faire une accélération, un passement de jambe et une frappe avant de se claquer. 3e poste testé en Ligain, on a pas encore compris où il était meilleur.

==> remplacé à la 20e par Clément (bien brave, 2/5), à qui il reste apparemment encore un an de contrat. Très bien, je suis bien content de savoir qu’il sera encore là la saison prochaine.

Théophile-Catherine (nononononon, 2/5) : j’en sais rien, j’ai fermé les yeux à chaque fois que je le voyais toucher la balle.

Lacroix (jour de chance, 1/5) : 19 matches titulaire, 3 victoires, 4 nuls et donc 12 défaites. Léo dans le 11 départ équivaut à croiser un chat noir en passant sous une échelle un vendredi 13.

Pogba (comme d’hab, 2/5) : vivement qu’il aille ambiancer les terrains de Championship avec la Pogdance, j’en peux plus de le voir se comporter comme un crack sur le terrain.

Polomat (erreur de casting, 1/5) : il a l’insouciance des mecs qui calent des petits ponts à Bernardo Silva, qui va avec la connerie de ceux qui envoient des relances plein axe directement dans les pieds adverses.

Lemoine (inoffensif, 1/5) : aussi fade que du cidre éventé ou qu’une nouvelle chanson de Matmatah, il est temps que Papy retourne se ressourcer près des siens à l’ombre d’un dolmen.

==> remplacé à la 85e par Rocha Santos (non noté), pas vu, pas pris.

Saivet (MoM, 1/5) : je l’ai vu faire une accélération suivi d’un passement de jambes, et donner une bonne balle en profondeur à Veretout. C’est presque sa meilleure prestation de la saison.

Nordin (éclaircie, 3/5) : il a démarré ailier avant de glisser derrière après la blessure de Maïga. Il a déposé Fabinho sur une accélération m’bappesque, seul fait d’arme d’une équipe en perdition. Bon courage pour la suite, petit.

Veretout (patient anglais, 2/5) : moui… Bon. Pas grand chose à dire. Bref, merci d’être passé.

Søderlund (socialiste convaincu, 1/5) : difficile de juger un mec qui a dû toucher au bas mot 10 ballons. Esseulé à la pointe de l’attaque, il a été moins soutenu que Hamon à la Présidentielle.

==> remplacé à la 68e par Hamouma (non noté), il aura fallu que je le lise pour le croire (à son entrée).

 

Les adversaires : largement au-dessus, les Monégasques n’ont pas eu à forcer leur talent pour disposer d’une équipe complètement démobilisée. S’ils avaient été vraiment motivés, on en prenait largement 5 avec pourtant 6 mecs campés devant leur surface.

 

La question minitel : la question voulait fêter quelque chose.

Voilà, la défaite attendue est venue, la raclée non. Monaco fête son 1er titre du 21e siècle, mais qu’est-ce qu’on pourrait aussi fêter ce soir ?

Très, très large victoire du staff médical de l’ASSE qui réussit encore à s’enfoncer dans la médiocrité, même à 2 journées de la fin. 2 blessés coup sur coup, et qui plus est 2 jeunes de 20 ans, normalement en pleine possession de leurs moyens physiques. Galtier s’en va, il est temps aussi de donner un bon coup de balai à des postes clefs du staff qui ne donnent pas satisfaction depuis déjà trop d’années. Derrière, encore du médical avec ma Ruff’ qui a pris cher face à M’Bappé, mais bon, il peut se consoler en se disant que ça ne sera sans doute pas le dernier. Juste derrière, la coupe de merde de Mendy, sorte d’amas de fricadelles rouges posées sur sa tête et bon dernier, Léo Lacroix, qu’on a hâte de retrouver la saison prochaine : il peut nous péter des records anaux celui-là, je le sens bien.

 

Roland Gromerdier

 

L’avis d’en face, ça m’étonnerait qu’il y en ait un. La Monte-Carloff Académie dort depuis cet été. C’est quand même dommage de faire ça la saison du titre… 

Roland et ses collaborateurs tiennent à remercier EVECT, pour ses infos quotidiennes sur le club, le site asse-stats.com, qui est une mine d’infos chiffrées sur les Verts, Furania Photos pour ses images des tribunes stéphanoises à domicile comme à l’extérieur, ainsi que Poteaux Carrés, où l’on trouve un peu de tout.

N’oublions pas aussi d’encenser la Divette de Montmartre, qui permet à Roland d’étancher toutes ses soifs (de victoires et de houblon).

Si tu veux te bidonner sur des images qui bougent, alors Fouillasse est ton ami. N’oublie pas d’aller voir sa boutique avec pleins de t-shirts faits maison.

Enfin la fine équipe est aussi présente sur les réseaux sociaux, alors n’hésite pas à venir nous voir et à tailler l’bout d’gras, la page FB de la Forez Académie est fort enjaillante.

Et tu trouveras Roland sur fessebouc aussi, et sur touitère. Il ne mord pas et certains le disant même plutôt sympa. Gruger est aussi  sur le sôchôl net-oueurk, tout comme Robert Binouzaret : viens donc les saluer.

Photo du profil de Roland Gromerdier

Roland Gromerdier

Né dans le Chaudron, de la verveine coule dans mes veines. Mes analyses sont aussi carrées que les poteaux de Glasgow. Peu importe les époques : je n’oublie jamais qui sont les plus forts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *