ASNL – Niort (0-0) : La chardon à cran académie s’endort à Picot.

Les tribulations de l’ASaNaL reprennent pour votre grand bonheur, et vous sont narrées en ces modestes lignes. À commencer par le récit de ce trépidant match nul.

Premier match de la saison à Marcel-Picot, de quoi faire la fête, attendre un premier succès et voir Patrik Eler, le canonnier slovène, prendre la place de Junior Messi Dalé. On prend les mêmes et on recommence ? Presque. Si le « board » (pour parler comme des nouveaux riches) reste inchangé (Rousselot et Correa toujours en place), de nouvelles têtes apparaissent.

Exit Mandanne, Dalé, Coulibaly, Guidileye, Diarra, Maouassa et Cabaco. Arrivent Eler, Abergel, Jourdren et des jeunes pousses du centre de formation (Dembélé, Bassi, Bidounga).

Oui, vous avez bien lu : Jourdren. Et oui, nous avons tiré le gros lot. Alors quitte à le voir en rouge et blanc, espérons qu’il ne soit pas trop nul et que le manger soit bon.

Côté tribunes, 11 000 spectateurs, pas mal pour la L2, mais beaucoup moins habituel pour Picot qui nous a habitués à 16 000 de moyenne en L1, alors même que Rousselot a fait un effort sur les tarifs de réabonnement (69€ en virage).

Côté terrain, le synthétique est mort, vive le synthétique. Et oui, l’exception lorraine souvent honnie n’aura pas duré, la pelouse hybride est installée et a bien meilleure gueule que le synthé.


La Compo :

Si, Badila est placé comme en vrai.

 

Le 4-4-2 à Orléans n’a pas convaincu, Koura passe à la trappe et Abergel est directement titulaire, pour former avec son pote ajaccien Marchetti et l’ancien international de l’ACA Pedretti un trio corse qui dépote.


Le Match :

0 : C’est parti. Dembélé va prendre le poste d’ailier gauche, lui qui a tout l’air d’être un vrai 9. Robic occupe lui son poste naturel d’ailier droit de ligue 2.

: RAS. On s’emmerde, ça fait tourner, ça perd la balle, c’est moche…mais bon il fait chaud, ça sent l’herbe et on est en Ligue 2, donc c’est agréable.

10 : Match assez haché, on connaît déjà Pedretti vil boucher, on découvre Abergel découpeur. Coup franc niortais qui ne donne rien.

15 : Jourdren prend ses marques sur la pelouse de Picot, pas emmerdé par les 5 niortais présents (bravo à eux) à Nancy, ce vendredi soir.

20 : Niort a le ballon mais n’en fait rien, Sambia frappe aux 20 mètres, Jourdren n’est pas inquiété.

30 : Nancy a parfois le ballon mais n’en fait rien. Dembélé centre, le défenseur niortais sécurise en corner car le géant slovène (1.90m) rodait.

40 : Un peu d’excitation devant les portiers : l’attaquant niortais, maladroit comme Aulas devant Twitter, croise trop sa frappe. Robic le suit peu après, le gardien niortais capte la frappe anodine.

Mi-temps : Pas de doute, on est bien en L2.

50 : Côté droit, Robic se charge du latéral par un superbe contrôle orienté et adresse une frappe enroulée pied gauche, directement en sortie de but.

60 : Très beau mouvement nancéien : Marchetti trouve Eler en pivot qui remise en une touche pour Robic qui frappe au-dessus. Bel enchaînement collectif et belle remise de Eler qui semble être très utile, de par son gabarit et son placement.

70 : Busin entre à la place de Robic qui a beaucoup donné et aurait pu marquer avec plus d’adresse. Romain Grange, ancien Nancéien, entre lui aussi sous son maillot niortais.
Marchetti répond à une provocation niortaise par un mauvais coup de coude et prend un carton rouge assez sévère. Nancy finit à 10 un match qu’il ne maîtrise pas. Ça sent mauvais, ça gronde dans les tribunes, Correa en prend pour son grade. Déjà.

80 : Grange tire un coup-franc bien placé et bien dosé sur la tête de Choplin l’ancien Messin insulté comme il faut, qui passe de peu à côté. Devant les ultras nancéiens, ça aurait fait un peu tache.

85 : Dembélé a la balle du 1-0 mais oublie totalement Busin, à deux mètres de lui, démarqué face au but vide. Énorme occasion nancéienne, énorme maladresse de Dembélé qui aura beaucoup tenté mais qui pèche par excès de jeunesse ou par excès de connerie, ou par excès d’égoïsme, et surtout qui prive l’ASNL d’un but tout fait et d’une victoire.

90 : Dernière occasion de Dembélé qui frappe fort hors du cadre.

0-0 score final.

Fin du match, ou plutôt fin du premier match qui oppose Nancy à Niort, puisqu’un autre commence, celui qui oppose les ultras nancéiens à Correa et Jourdren. Quelques ultras, entonnant à la 85e des « Correa démission », ont poursuivi par des « Chernik, Chernik, Chernik » (pourtant sur le banc) pour montrer à la fois leur soutien envers le gardien biélorusse, mais également désavouer la politique sportive de Correa et de Rousselot par l’achat de Jourdren.
Ni une ni deux, ce dernier le prend pour lui, fait des gestes au public et donne une interview désormais connue de tous.

L’interview complète (attention, protégez les oreilles des enfants).

Beaucoup de choses à dire sur ce contexte avant et après match, beaucoup moins sur cette rencontre sans trop d’intérêt, avec deux équipes pas encore dans le rythme et des joueurs qui ne se connaissent pas.


Les Notes :

Jourdren : 5/5 pour le clean sheet et la note artistique d’après match. Répond aux attentes de fort belle manière.

La défense : 3/5 Pas mise en danger mais pas vraiment rassurante. Au moins elle n’en a pas pris trois comme la semaine dernière. Badila défenseur central, ça fait peur.

Marchetti : 2/5  Carton rouge sévère mais geste d’humeur qui pénalise l’équipe. Avec un trio corse au milieu la cote du carton rouge à 3.50 se jouait.

Pedretti : 3/5 Petit rythme pour l’ancien international, pas toujours juste mais très précieux en L2.

Abergel : 3/5 Première pour lui, et pas mal de coffre pour l’ancien de l’ACA qui a souvent fait le relais entre la défense et l’attaque.

Dembélé : 3/5 Présence remarquée mais beaucoup de déchet. Correa doit l’installer dans l’axe avec Eler, il y sera forcément meilleur.

Eler : 3/5 Bien pris par la défense adverse, il n’a quasiment pas tiré mais s’est toujours bien placé pour mettre en évidence ses ailiers.

Robic : 4/5 Il a le plus tenté, comme d’habitude. Sans marquer, comme d’habitude.

Note artistique de l’équipe : 3+1/5

L’ennui sur le terrain compensé par un spectacle devant les micros après une seule apparition du génie Jourdren à Picot. Ça promet pour la suite.

Le début en L2 est dur : une défaite et un nul en deux matchs, contre des équipes moyennes. Nancy paie son recrutement tardif et le non remplacement de certains cadres. Mandanne, sur le départ, doit permettre au club de faire signer Dugimont (Clermont) et Nordin (prêté par Sainté), deux recrues qui donneront du poids à l’attaque nancéienne qui n’a pas marqué dans le jeu en deux journées [le deuxième vient d’arriver, le premier est toujours attendu, allez Clermont on lâche gentiment sa pépite bordel, ndMarcel].

Concernant le clown du soir, encore et toujours beaucoup de moqueries à l’encontre de Jourdren, justifiées certes. Sa communication est aussi amateur que jouissive pour Twitter. Pour autant, sa responsabilité quant à la gestion du tandem Correa-Rousselot est nulle, alors pourquoi s’en prendre à lui par l’intermédiaire de Chernik ?
Chernik, lui-même gêné, répondra en interview qu’il remerciait les supporters et qu’il leur demandait de soutenir Jourdren. Laissons chacun à sa place faire son taf et discutons dans un mois. On en saura davantage sur le rendement des recrues, le travail de Correa et la forme que prendra notre saison, pour l’instant mal embarquée.

Roger Piantoni Vairelles.

Roger Piantoni Vairelles

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *