ASSE – FCGB (1-3) : la Forez Académie se vautre

Il fait beau ! Il fait chaud ! TOUS À MONACO ! TOUS À MONACO !

Le match résumé en 1 phrase : « La rouetourne a tourné »

Sur nos derniers mâches, la réussite a souvent été de notre côté. Cette fois, elle nous a fuit. Maintenant, on ne va pas résumer ce mâche à un manque de chance : si les Verts ont perdu c’est avant tout parce qu’ils ont fait un dernier quart d’heure de première mi-temps avec leur niveau de décembre 2017. Une défense apathique, un milieu inexistant et des attaquants qui ne touchent pas de ballons dans les zones dangereuses : les Verts se font rouler dessus de la 30e à la 45e minute et ça a suffi pour encaisser deux buts, sachant que le troisième n’est pas passé loin.

 

La compo :

Perrin est de retour dans la défense, c’est le seul changement par rapport à l’équipe qui avait débuté face à Montpellier. Le 11 type quoi. Quand je vois ça, je me sens plutôt confiant, mais j’étais visiblement trop naïf.

 

Le mâche :

Les Verts débutent bien leur mâche avec des occasions de Debuchy (3e) et Monnet-Paquet (5e) sur des frappes de loin. Les Bordelais relèvent un peu la tête et se montrent devant Ruffier, avec notamment ce penalty non sifflé pour une faute de Cabella sur Malcom dans la surface (14e). Les Verts vont pourtant ouvrir le score : grosse faute de Pablo sur Beric dans la surface, Cabella transforme en force au niveau de la lucarne droite de Costil (1-0, 28e). Puis le déluge. Tout d’abord Sankharé égalise dans une défense aussi vive qu’un académicien un lendemain d’Horsjeuïades (1-1, 30e). Puis Koundé fait passer Debuchy pour un gros fragile sur un corner, en l’écartant aussi facilement que les verres de Suze sont descendus dans le Morvan, pour ensuite envoyer une lourde à bout portant (1-2, 36e). Encore deux grosses occasions de Malcom (37e) et Braithwaite (41e) pour arriver à la mi-temps en soufflant très fort côté stéphanois. La deuxième période a été une bouillie des deux côtés, succession d’approximations techniques comme des contrôles du tibia, des passes de la malléole ou des têtes de l’épaule. On va se réveiller dans les dix dernières minutes : Bamba fait trembler le poteau sur une belle frappe à l’entrée de la surface (83e), puis Debuchy sur un coup-franc d’Hamouma tape la barre (88e). Dans la foulée, cafouillage dans la surface et Perrin reprend un ballon qui traîne, Lewczuk contre de la main, penalty. Cabella s’élance pour coller son doublé mais Costil plonge du bon côté et stoppe la balle (89e). Dans les arrêts de jeu, Sainté se fait avoir en montrant encore une agressivité de mollusque sur le porteur de balle  : Malcom colle une frappe de 25 m sur laquelle Ruffier me semble pas super clair (1-3, 90e+4).

Les Verts pourront regretter ce quart d’heure cataclysmique pendant lequel ils ont encaissé deux buts, presque trois. J’ai vu une équipe fatiguée, qui a semblé souffrir de la chaleur, alors que justement, ils ont bénéficié d’une dizaine de jours de repos entre le match précédent et celui-là. Perrin qui revenait tout juste de blessure a semblé très fébrile, et je n’ai pas reconnu M’Vila ou Selnæs qui se sont fait marcher dessus pendant les temps forts bordelais. Devant, tout le monde ou presque a été inexistant, Bamba en jouant seulement 45 minutes a touché plus de ballons que Hamouma, Monnet-Paquet et Beric. Gros coup d’arrêt pour les Verts qui sont deux points derrière Rennes maintenant et n’ont plus leur destin en mains pour cette cinquième place. Position que trois équipes (Rennes, Sainté et Nice) peuvent encore convoiter, même si ça reste mathématiquement possible pour Montpellier et Bordeaux aussi. Prochain mâche samedi à Monaco, dans des conditions particulières :

  • Un arrêté préfectoral interdit toute personne se prévalant d’être supporter de l’ASSE de venir à Monaco ;
  • La réponse des groupes ne s’est pas faite attendre : rien à battre, on vient ;
  • Du coup, le club de Monaco, sous la pression de la préfecture, a décidé d’annuler les ventes en ligne, et les personnes ayant acheté leur billets de cette façon ont tout simplement vu leur place supprimée. Si tu veux venir, tu reviens acheter ta place au guichet ;
  • Les Magic Fans, eux, n’ont pas lâché l’affaire, et le font savoir en chanson.

Bref, c’est le bordel, je ne sais pas du tout comment ça va se passer, mais à mon avis,  on va en entendre parler.

Enfin pour conclure, on vous rappelle aussi que l’épisode 6 du Replay d’HorsJeu est sorti, et qu’il est tout simplement essepcionnel.

« On a voulait des hommes face à Bordeaux ! On a vu quoi ? Des ectoplasmes ! »

 

Le résumé du mâche :

 

Les notes :

Ruffier (apathique, 2/5) :

Statique sur la tête de Sankharé, fusillé sur la frappe de Koundé, il semble enlever sa main sur celle de Malcom : pourquoi ? Petit mâche pour la Ruff, qui a souvent été abandonné par sa défense.

Debuchy (fragile, 2/5) :

Il se fait balancer par Koundé, mais à la régulière. On l’a connu plus viril sur ses contacts. Malgré cela, il a fait quelques bonnes choses et s’est montré présent devant avec notamment cette tête sur la barre.

Subotic (en panne, 2/5) :

Il a toujours semblé à côté de la balle, et n’a jamais réussi à s’imposer dans les airs quand il le fallait. Petit mâche là aussi pour le Serbe, peut être plus habitué à évoluer sous des chaleurs pareilles.

Perrin (rien dans les chaussettes, 1/5) :

Pour son retour, il a connu un mâche très difficile. Fébrile sur ses appuis, peu précis dans ses passes, le cap’tain n’a pas convaincu et vit une saison quand même assez difficile. La question de sa succession doit vraiment se poser pour la saison prochaine.

Gabriel Silva (correct, 3/5) :

Il a sans doute été le meilleur derrière, même s’il a un peu pris l’eau durant le quart d’heure de l’enfer, beaucoup de centres venant de son côté. Malgré cela, il a semblé plus en jambes que beaucoup et s’est montré plus à son avantage en deuxième période.

M’Vila (M’Pala, 2/5) :

Inhabituellement discret. Pas d’influence dans le jeu, peu de ballons récupérés, il a semblé tourner au ralenti, écrasé par la chaleur. Allez Yann, on refroidit le moteur et on s’y remet.

Selnæs (nerveux, 2/5) :

Il semblait pourtant pas mal en début de mâche, mais il a plongé plus que les autres en fin de première mi-temps, devant très nerveux et prenant un carton jaune stupide. Sans doute pour ça que Gasset l’a sorti lui plus qu’un autre à la mi-temps.

==> remplacé à la 46e par Bamba (étincelle, 3/5), qui a bien essayé de secouer un peu le cocotier mais la noix de coco est tombée sur le poteau.

Cabella (non, 2/5) :

Ton premier penalty, c’est oui. Le deuxième, c’est non. Tu prends tes responsabilités, très bien, mais je pense sincèrement que tu n’as pas les qualités d’un bon tireur. Tes frappes sont souvent prévisibles, et c’est déjà le deuxième raté sur trois tentatives. Dans le jeu, ça a été dur avec peu de mouvement autour de lui et une tendance à descendre très bas pour toucher des ballons.

Hamouma (le retour, 1/5) :

Il restait sur 2 passes décisives et un but après une période de disette de presque 8 mois. Là, on a retrouvé notre Romain sûr, celui qui fait n’importe quoi comme des courses directement en touche et des ballons qui ne dépassent pas le premier poteau sur corner. Maintenant, il a donné une interview dans laquelle il explique qu’il a été perturbé par l’hospitalisation de sa fille : on peut comprendre aussi qu’il ait eu un peu de mal à se concentrer sur le terrain.

Beric (home alone, 2/5) :

Il est très souvent isolé devant, et jamais en position de frappe. Faut dire aussi que les passes ou les centres n’arrivent jamais : c’est à moitié par la faute de ses déplacements beaucoup trop masqués par les défenseurs, à moitié par la qualité du mâche qu’ont fait les mecs autour de lui dimanche après-midi.

Monnet-Paquet (une remise et c’est tout, 1/5) :

C’est incroyable, mais en fait, il a fait le même mâche que contre Montpellier. Une remise et c’est tout. Donc on garde la même appréciation, mais on dégrade sa note de 1 point parce que ça commence à vraiment casser les couilles de le voir aussi peu décisif.

==> remplacé à la 62e par N’Tep (non noté), qui pédale toujours autant dans la semoule. Il lui reste 2 mâches pour essayer de sauver un peu sa saison en participant à la conquête de la 5e place.

 

La question minitel : la question veut aller à Monaco.

La série s’arrête au pire moment ou presque. Même si tout n’est pas fini, les Verts viennent de lâcher des points précieux dans cette course à l’Europe. Mais on en retient quoi de ce mâche ?

Le chant de l’été (au moins jusqu’à la semaine prochaine) occupe la première place. Je ne sais pas du tout comment ça va se passer, j’espère juste que les autorités vont comprendre que ce déplacement ne présente aucun danger et que cette interdiction est absurde (oui, je rêve). En deuxième position, le duo KMP / Hamouma. Forcément, quand Debuchy ou Subotic ne marquent plus à leur place, ça commence à se voir qu’ils font tous les deux une saison de merde. Et enfin, collés comme un vieux chewing-gum à ta semelle, Perrin et Cabella ferment la marche, avec la cuillère de bois pour le cap’tain qui a paru avoir au moins 10 ans de plus que la dernière fois qu’on l’a vu jouer. Un jeu au ralenti, le mec peut prendre sa licence vétéran direct, personne ne verra qu’il a même pas 35 ans.

 

Roland Gromerdier

 

HorsJeu recrute donc si le cœur vous en dit, lancez-vous !

Roland et ses collaborateurs tiennent à remercier EVECT, pour ses infos quotidiennes sur le club, le site asse-stats.com, qui est une mine d’infos chiffrées sur les Verts, Furania Photos pour ses images des tribunes stéphanoises à domicile comme à l’extérieur, ainsi que Poteaux Carrés, où l’on trouve un peu de tout.

N’oublions pas aussi d’encenser la Divette de Montmartre, qui permet à Roland d’étancher toutes ses soifs (de victoires et de houblon).

Si tu veux te bidonner sur des images qui bougent, alors Fouillasse est ton ami. N’oublie pas d’aller voir sa boutique avec pleins de t-shirts faits maison.

Enfin la fine équipe est aussi présente sur les réseaux sociaux, alors n’hésite pas à venir nous voir et à tailler l’bout d’gras, la page FB de la Forez Académie est fort enjaillante.

Et tu trouveras Roland sur fessebouc aussi, et sur touitère. Il ne mord pas et certains le disant même plutôt sympa. Gruger est aussi  sur le sôchôl net-oueurk, tout comme Robert Binouzaret : viens donc les saluer.

Roland Gromerdier

Né dans le Chaudron, de la verveine coule dans mes veines. Mes analyses sont aussi carrées que les poteaux de Glasgow. Peu importe les époques : je n’oublie jamais qui sont les plus forts.

2 Comments

  1. Monsieur Gromerdier, je tiens à vous dire que si je suis ravi de la victoire des Girondins (car tellement importante), j’espère que les cinquième et sixième places seront partagées entre Stéphanois et Bordelais.Faites un effort pour doubler Rennes, nous on va essayer de se débrouiller de notre côté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *