Catane-Fiorentina (2-1) : la Chianti Académie livre ses saintes notes

 

Ciao mes très chers fidèles ! Come va ? Pardonnez-moi une nouvelle fois de manquer de régularité dans nos rendez-vous épistolaires mais j’ai eu un véritable emploi du temps de ministre depuis la dernière Chianti Académie. Je n’ai pas arrêté de voyager, un jour à Santa Maria a Monte, un autre à Parigi, sans avoir le temps de faire un crochet par Artemio-Franchi. Ah ça, j’en ai bouffé des vols low-cost, sans jamais apercevoir la moindre hôtesse gironde et agréable !

A la demande de mes amis francesi qui voulaient absolument connaître mon avis sur le sujet en tant qu’ecclésiastique italien, je suis venu à Paris pour vivre in situ les manifestations anti et pro mariage homosexuel. Tu parles d’une corvée ! Marcher pendant des bornes, à l’heure du santo calcio, écouter des slogans débiles qui te vrillent les oreilles, si c’est pas l’Infierno, on ne doit pas en être très loin. Et toutes les cinq minutes, des séminaristes et des confrères pour te poser des questions sur l’opinion italienne, sur mes prêches en la matière, sur ce que je ferais si j’étais Benedetto ! Je suis devenu un juke-box humain ! Heureusement, j’ai croisé un rabbin marrant qui m’a sorti qu’il était contre l’adoption par deux femmes : «Imagine, le gamin, il tombe sur DEUX mères juives ?! C’est un cadeau à lui faire franchement ?».

Le problème d’une manifestation avec des grenouilles de bénitier, c’est que d’une part, ça chlingue l’encens à plein nez et qu’en plus de ça, y a rien à grailler sur le plan féminin. Surtout que moi, j’appartiens à la Sainte Eglise Catholique et qu’avec les zouaves que je me trainais aux basques, je passais pas inaperçu. C’est bien dommage parce que les Marie-Cécile en jupe plissée et serre-tête de Dugarry, c’est quelque chose ! Au début, ça fait sa coincée mais une fois que tu lâches la leonessa qui sommeille en elle et qui s’est tapée 15 ans de missionnaire avec un assureur à lunettes dans un plumard surmonté d’un crucifix, t’as intérêt d’avoir posé tes RTT pour récupérer le lendemain !

Outre cet inconvénient majeur, j’ai pas bien compris ce que foutaient tous ces gamins avec des pancartes. C’est pas une éducation à donner à ses enfants ! Imaginez le traumatisme, notamment chez les provinciaux :
-Les enfants, papa et maman ont une surprise pour vous parce que vous avez bien prié et bien travaillé ! On va tous aller à Paris !
-Chouette, on va à Disneyland !!!
-Euh, non les enfants, on va manifester contre le mariage et l’adoption pour les homosexuels et contre la procréation médicalement assistée !
-Y aura Mickey ?
-Non mais il y aura Christine Boutin, une gentille femme qui s’est mariée avec son cousin germain.

Et bam ! Vingt ans de psychanalyse en travers de la gueule!

De retour à Parigi deux semaines plus tard, j’ai profité du week-end pour festoyer avec des séminaristes. Je suis de plus en plus déçu par cette nouvelle génération qui ne tient même pas l’alcool ! Un demi-verre de cidre et c’est cartable. A 23h, ils étaient tous beurrés, prêts à rouler sous la table… Du coup, je suis parti et, tandis que j’étais à seulement quelques encablures de ma chambre, une jolie demoiselle m’a courtoisement abordé pour me demander où était la boîte gay la plus proche (en Toscane, on appelle ça des boîtes à Juventini !), parce que son cousin et son meilleur ami avaient envie de s’envoyer en l’air. Après m’avoir certifié qu’elle était attirée par les hommes (vous bossez gratuitement vous ?), nous nous sommes retrouvés dans un club à forte tendance masculine. Un peu comme un pub, mais avec davantage de vaseline. Pour être tout à fait honnête, je ne pensais pas que je faisais cet effet-là ! Une véritable découverte. Bon moi, boîte gay ou pas, une fille qui me tombe du ciel, je la laisse pas passer, comme un Saint-Bol de Pippo Inzaghi. Le problème, c’est qu’on n’a pas arrêté d’être interrompu, soit disant que ça se fait pas, que les filles qui viennent apprécient le fait d’être tranquille dans ce genre d’endroit, lassées d’être sans cesse draguées dans les autres boîtes. Une bien belle définition de la prétention ! Après ça, un type vient me parler pour me dire qu’ici, un garçon doit accepter d’être dragué. Question : était-ce une raison pour essayer de me toucher le cazzo toutes les trois secondes ? ?? Après m’avoir conseillé ses services buccaux pour une inspection poussée de mon anatomie, il a finalement renoncé à ses desseins, suite à ma proposition de lui coller ma main dans sa tronche. Oui, je sais, la violence c’est mal mais si je lui avais simplement suggéré d’aller se faire mettre, il aurait certainement été d’accord. Mon taux d’alcoolémie redescendant, je me suis par ailleurs aperçu que la demoiselle était nettement plus belle quelques heures plus tôt, quand j’étais complètement torché. Paye ta soirée!

Après une courte notte passée seul et histoire de connaître un autre son de cloche (fondamentalement, j’en ai pas grand-chose à foutre de cette histoire), je suis également allé à la manifestation des pro-mariage homosexuel. Sous la flotte. Cazzo. Déjà, la première chose que tu remarques à une manif’ de gauche, c’est que ça sent les merguez-frites et le Ricard. Ensuite, après avoir englouti ton sandwich et t’être léché goulument les doigts pleins de mayonnaise, tu comprends vite que c’est pas encore la période de la Fashion Week. Alors là, c’était un festival : du pantalon troué, des godasses ignobles, du collier de barbe (des instituteurs probablement), du t-shirt Che Guevara délavé. Mais bon Dieu pour la dernière fois : ce n’est pas parce que tu votes à gauche que tu dois être cralingue ! Tu as le droit de bien t’habiller tu sais ?! Ah oui, j’oubliais : c’est quoi cette manie de ramener des groupes de batucada ? Tu t’es cru à Rio avec ton tambour à la con ? T’as les oreilles tellement encrassées que tu te rends même pas compte qu’écouter ça pendant des heures peut te rendre complètement timbré ? A côté, Michel Telo c’est Adriano Celentano !

Je râle mais je dois bien avouer que pour ce qui est de la gaudriole, c’est juste de la follia ! Si Fra Francesco avait été un prédateur amateur de bassins qui craquent, il en aurait ramassé de la petite lycéenne en 1ère art plastique ! Elles sont si mignonnes dans leur candeur adolescente, leur révolte à fleur de peau et leur odeur de clopes roulées ! Comme je suis un malin, je me suis servi de l’une d’entre elles pour finir avec sa mère divorcée. C’était limite trop facile : une allusion à la scolarité de la gamine, une évocation de la manifestation pour la faire glisser sur son propre mariage qui a foiré, une oreille compréhensive l’attendrir, une bouche menteuse pour la complimenter et hop, l’affaire était dans le sac ! Mais à peine a-t-on eu fini nos mélanges de fluides qu’elle m’a proposé d’adhérer à un parti qui a un type aux dents jaunes comme capo. Tu parles d’un prosélytisme ! Pire qu’un curé la ragazza ! Pour déconner, je lui ai dit que je votais Berlusconi ! Elle s’est évanouie et je lui ai piqué 30€ dans son portefeuille pour me payer des pommades, persuadé qu’elle avait sûrement dû me refiler une saleté. D’ailleurs, j’arrête pas de me gratter l’entre-jambe ces derniers temps.

Quelle catastrophe de mois de janvier ! Pas une victoire ! Eliminés en Coupe contre la Roma de Zeman sans lui mettre un pion malgré la prolongation ! En tout, nous avons gratté un seul point, contre le Napoli. Grazie De Sanctis pour ta bourde !
Je veux bien admettre que Catane est en forme mais enfin, ça reste Catane ! Il faisait une sale tête Montella au coup de sifflet final. La désagréable sensation de s’être fait fourré par son ex certainement… Au classement, on s’est fait passer devant par le Milan qu’on avait pulvérisé à San Siro ! J’ai encore du mal à y croire. La qualification pour la Champion’s s’éloigne désormais…

Ah oui, avant que je n’oublie, la rumeur envoie Quagliarella, Matri et Momo Sissoko à Artemio-Franchi. Pour commenter ces nouvelles, je citerais Toinou dans le film culte Les Collègues : «eh beh, elles passent tard les poubelles ce soir».

 

Match

Notes

Neto (0/5) : depuis qu’il a pris la place de Viviano, son bilan parle pour lui. C’est un chat noir d’exception, un truc à se faire dépecer par Figo. Le premier pion est pour lui, le second démontre qu’il est un gardien en mousse. Per favore Vincenzo, remets Emiliano !

Roncaglia (1/5) : Castro sur Roncaglia > Vince Carter sur Fred Weiss.

Gonzalo (2/5) : quand je me regarde je me fais peur, quand je me compare je me rassure.

Savic (2/5) : le matin, j’aime bien prendre un doppio espresso au comptoir. J’ai tout recraché quand j’ai vu la Gazzetta lui mettre la moyenne. Mention spéciale sur sa air-défense sur le centre qui amène le second but sicilien.

Pasqual (3/5) : l’air de rien, Il Capitano aurait pu finir la partie avec trois passes décisives. Sauf que Cuadrado a trouvé la barre et que Toni a bouffé la feuille même s’il a été signalé hors-jeu. Remplacé par Tomovic (81’).

Cuadrado (2/5) : joueur le plus remuant de la partie, il trouve la transversale car il met la tête là où tout le monde aurait mis le pied et il envoie un scud sol-air alors qu’il est à 10 mètres des cages et que Jovetic lui a ouvert le terrain comme Moïse.

Borja (2/5) : placé devant la défense pour pallier l’absence de l’indispensable Pizarro, l’Espagnol n’a pas eu son rayonnement habituel lorsqu’il est placé plus haut sur le terrain.

Migliaccio (3/5) : le deuxième chauve du milieu a eu le mérite d’ouvrir le score, à l’affût au deuxième poteau. Physiquement entre André Pouce et Mustapha Amokrane de Zebda.

Aquilani (1/5) : meilleur en trash talking qu’avec le ballon. Découpeur d’entrée (4’), découpé (37’), à deux doigts de mettre une lucarne (53’), expulsé comme un cretino alors qu’on faisait le forcing pour gagner (79’).

Jovetic (2/5) : avec un J comme «Je vois que vous n’y arrivez pas, je vais essayer tout seul». Son influence diminue depuis un certain temps. Il nous a tellement habitués à mieux qu’on est forcément déçu.

Ljajic (2/5) : si son coup franc avait trouvé les filets plutôt que la barre, ç’aurait été le but de l’année. Du coup, on lui aurait remis un prix : le trophée Ljajic. Dédicace à Isabelle II de Castille à qui je n’ai toujours pas demandé si elle était la sœur de Charlotte de Castille. Remplacé par Toni (69’).

Sostituzioni

Toni : d’accord, il est signalé hors-jeu mais le voir rater un but tout fait, c’est très très rare.

Tomovic : quand il entre sur le terrain, il fait des signes de croix étonnamment grands !

 

L’instant Michela

Cet instant Michela est particulièrement dédié à Blaah questo bel cammello et à Lexa ce bel homme qui aime les bambole gonfiabili.

catane-michela

 

La grande storia della Fio : Kurt Hamrin

hamrin

Je ne sais pas ce qui se passe à Parigi, mais j’ai pas arrêté pas de voir des images de Zlatan. Vous êtes amoureux de lui les Francesi ? Quand je pense à lui, je pense toujours à cette banderole des tifosi bianconeri après son départ : «Zlatan, non sei un uomo, sei un zingaro !».

Pour cette académie, Fra Francesco vous présente une véritable icône du football suédois en la personne de Kurt Hamrin, 289 matches chez les Gigliati.
Natif de Stockholm, Hamrin débute chez les professionnels à l’AIK Solna en 1951, à seulement 17 ans. 62 matches et 54 buts plus tard, il découvre le championnat italien et signe à la Juventus en 1956. A l’époque, la mode est au Scandinave, surtout depuis l’avènement du Gre-No-Li au Milan. Après une première saison honorable chez la vieille (23 matches pour 8 buts), Hamrin est prêté à Padoue où il tape dans l’œil des dirigeants de la Viola. Le début d’une grande histoire d’amour pour le finaliste du Mondial 1958, buteur quart de finale face à l’URSS (vous allez adorer les commentaires !) et en demi-finale face à la RFA. En l’espace de 9 ans, «L’uccellino» (le petit oiseau) trouve le chemin des filets à 151 reprises et participe activement à la conquête de deux Coupes d’Italie et de la première Coupe des vainqueurs de coupes, en 1961. A 33 ans, il quitte les bords de l’Arno et rejoint le Milan où, même s’il joue peu (36 matches, 9 buts), il remporte un Scudetto, une coupe d’Europe des clubs champions et une nouvelle coupe des coupes. En 1969, il signe à Naples, sans grande réussite (22 matches, 3 buts en deux saisons). Il termine sa carrière par une pige anecdotique à l’AFK Stockholm, en 1972. En tout, il a marqué à 190 reprises, ce qui fait de lui de 7e meilleur buteur de l’histoire du championnat italien. Aujourd’hui, Kurt « Bimbo » Hamrin passe sa retraite à Florence, dans le quartier de Coverciano, non loin du centre d’entraînement de la Nazionale, et il apprend le football aux enfants du quartier. Une Légende suédoise, une vraie !

 

 

 

 

Il Music Box di Fra Francesco : tarentelles
Des tarentelles, en Italie, il doit y en avoir environ 2 millions. Difficile de faire un choix !
Tarentelle sicilienne
Tarentelle calabraise
Tarentelle napolitaine
Tarentelle française

 

 

Toscana, il mio paese : le palais Bartolini-Torrigiani

bartonili-torrigianibartonili-torrigiani2
Au cœur du centre historique, via Porta Rossa, le palais Bartolini-Torrigiani est un témoignage de l’architecture du XVIe siècle, bien que la grande majorité des édifices du quartier date du XIIIe, comme en atteste la Torre dei Monaldi, surnommée La Rognosa, maison-tour qui fait partie intégrante du bâtiment. Riches propriétaires à l’époque du quattrocento, les Bartolini ont laissé une empreinte toujours vivace à Florence. Leurs armoiries sont d’ailleurs visibles sur la Porta Rossa. En 1559, la famille Torrigiani rachète le monument et se le transmette de génération en génération jusqu’à nos jours. Le palais a été restauré à plusieurs reprises, notamment par Baccio d’Agnolo dit le Baglione (1462-1543), qui a participé à la restauration du Palazzo Vecchio et au début de la construction du Duomo avant d’être écarté au profit d’un certain Michel-Ange. A présent, une partie du palazzo sert d’hôtel, à l’endroit même de l’ancienne cour.

 

Copinage

Floriana n’est pas toscane mais ça arrive à des gens très bien. Floriana est jalouse, excessive et tifosa bianconera. Mais on oublie vite tout ça quand on lit ses articles sur les liens qui l’unissent à l’Italie. Ce n’est pas de l’amour, c’est bien plus que ça!

C’est pas parce qu’il y a un Bianconero et un Rossonero dans leur équipe qu’il ne faut pas les lire ! Le foot italien en version française, c’est uniquement sur Calcio Mio!

 

Toscanalement,

Fra Francesco

Roazh Takouer

5 commentaires

  1. Un… un instant Michela dédicacé par le meilleur académicien. J’en suis tout frétillant de la bosse.

    En tout cas, si Benoît XVI récitait les académies de Fra Francesco au lieu de dire des conneries sur son balcon, il n’aurait plus à s’inquiéter de la déchristianisation du monde.

  2. des nouvelles de rossi ?
    si il redevient operationel comme a villareal
    sa peut etre tres bien quand meme …. et on oublira vite les lajajic , toni , quagliarella hamdaoui et compagnie

  3. Une bise anale pour la belle Michela et une grosse tape dans le dos de Fra Francesco.
    Désolé pour Sissoko…

  4. @rush rush: c’est son anniversaire aujourd’hui à Pepito tiens! Normalement, il devrait être dans le groupe d’ici mars/avril. il prendra du temps de jeu en fin de match pour préparer la saison suivante.

  5. J’ai bien kiffé les instants Tarentelle. Par contre, les flics qui ont tapé à la porte, un peu moins. Sinon les manifs, ça a toujours été de la merde, ce genre de débats ne se seraient jamais produit au temps de Pétain !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.