à la limite du footballistiquement correct Twitter facebook
 
Un autre football est possible

Horsjeu est fier de faire partie d'Alterfoot, le portail alternatif.

 




 

Catane-Inter (2-3) : L’Internazionale Académie livre ses notes.

Mardi 5 mars 2013

Catania (4-3-3) : Andujar; Alvarez, Spolli, Rolin, Marchese; Biagianti, Lodi; Izco, Castro, Gomez; Bergessio.

Inter (4-3-3) : Handanovic; Zanetti, Chivu, Juan Jesus, Pereira; Guarin, Kuzmanovic, Gargano; Schelotto, Rocchi, Alvarez.

Pazza Inter : Expression Italienne signifiant « Folle Inter », forgée dans le but d’illustrer la propension de l’Inter Milan à réaliser des retournements de situations extrêmes et inattendues. Exemples : Inter-Sampdoria 2005, Inter-Sienne 2010, Inter-Palermo 2011, Bayern-Inter 2011, Torino-Inter 1925 aussi, superbe match d’ailleurs.

Hier après-midi, au Stade Angelo Massimino, l’Inter a donc réalisé un de ces exploits dont elle est coutumière, quelle que ce soit l’époque et l’équipe, chaque génération Nerazzurra détient son Miracle. Pourtant, Dieu sait que ce fut compliqué tant la première mi-temps fut d’une pauvreté affligeante côté Intériste, avec une formation fantaisiste (justifiée par le choc face à Tottenham de jeudi et les nombreuses absences), une volonté de jouer proche du néant et un plan de jeu aussi lisible que l’écriture manuscrite du Snake.

C’est donc en toute logique que les Gli Elefanti prennent l’avantage avant de doubler la mise, à cet instant, Snake recommençait à cauchemarder et s’imaginait déjà revivre un Fiorentina-Bis, il se demandait même qui allait bien pouvoir remplacer Stramaccioni pour la fin de saison lorsqu’il s’imagina Moratti découvrir le score du match, plus les minutes avançaient, plus les prétendants augmentaient et même le nom Greg Coupet est apparu, car lui, l’hémorragie, il l’aurait arrêtée.

Sur cette première période, l’Inter a confirmé que c’était bel et bien la plus faible équipe que Snake ait vu de ses propres yeux. Et que la Lose qui nous a hanté bon nombre d’années était définitivement de retour, mais celle-ci serait bien plus douloureuse car avant, nos Losers s’appelaient Djorkaeff, Simeone, Ronaldo et Zamorano, et non pas Gargano, Alvarez, Rocchi et Cassano … Même les rêves se refusent à nous.

Très sincèrement, à un moment Snake s’interrogeait sur les joueurs à conserver dans cet effectif s’il devait tout reconstruire … Zanetti pour le symbole, Cambiasso pour encadrer les jeunes … Guarin, Palacio, Ranocchia, Juan, Kovacic, Handanovic bien sur, et c’est à peu près tout, le reste oscille entre le médiocre et le juste bon, sans parler des jeunes que nous autres, supporters Intéristes, avons tendance à surestimer un tantinet alors qu’on ignore ce qu’ils donneraient au plus haut niveau.

En somme, la première mi-temps fut traumatisante.

A la pause, Stramaccioni décide d’effectuer un double changement, Palacio remplace Rocchi, excellent hier après-midi mais trop virevoltant pour la pauvre défense de Catane et – plus surprenant – Stankovic en lieu et place de Kuzmanovic, bien trop insipide.

Et ce choix va s’avérer payant, l’Inter tient mieux la balle et créer plus de jeu, au milieu de terrain la circulation se fait de manière plus rapide et Guarin, dispensé de son rôle ingrat consistant à marquer Lodi (souvenez-vous de la Tactique des échecs, « L’étouffement », dont Snake vous a parlé lors du compte-rendu Lazio-Inter), se montre plus entreprenant. Stankovic affiche se grinta et sa vision de jeu habituelles, la défense se montre plus agressive, Zanetti monte enfin apporter du soutien mais le joueur le plus en vue demeure Palacio, à droite, à gauche, en fixation, en profondeur, l’Argentin fait la misère à la défense des Rossazzurri et c’est sur un débordement côté droit qu’il adresse un superbe centre que Ricky coupe de la tête pour réduire me score et amener un peu d’espoir.

Oh bien entendu, Catane a su se montrer dangereux par le biais de contres rondement menés, mais Handanovic veillait au grain et maintenait l’écart d’un but, nerveux, les Etnei accumulent les fautes grossières et ramènent les Intéristes dans le match, Palacio égalisant suite à un centre de Pereira (Snake vous laisse le temps de vous remettre de vos émotions).

On se dit qu’au vu de la physionomie du match, s’en tirer avec un match nul n’est pas si désastreux que ça, mais lorsque Cambiasso et Schelotto manquent de peu le troisième but, on ressent une certaine frustration et on se dit qu’avec un peu plus de réussite, il y a véritablement quelque chose à faire. Une impression qui se confirme en toute fin de match lorsque Palacio offre la victoire aux siens après un excellent travail d’Il Cuchu.

Que retenir ?

Une victoire importante sur un terrain ultra-difficile. Trois points glanés un peu miraculeusement au vu du début de match et de la compo qui a permis de reposer certains joueurs (Cassano, Ranocchia – suspendu, Cambiasso qui n’a joué qu’un quart d’heure), malgré notre début d’année calamiteux on reste à un point de la troisième place, mais le constat le plus paradoxal c’est bien évidemment le fait qu’on reste extrêmement dépendant de nos vieux briscards. Stankovic, Palacio et Cambiasso ont transfiguré l’équipe et changé le cours du match, Zanetti fut très important, une nouvelle fois, Chivu est fautif sur le second but mais le reste du temps il fut quasiment irréprochable, c’est très inquiétant dans la mesure où on souhaite tourner la page et entamer un nouveau cycle.

Old-Boy1

Le retour des vestiaires des joueurs de l’Inter.

 

Le Résumé pour les cardiaques.
Les Notes :


Handanovic : 5/5
. Clint Eastwood avec des gants de gardien. Surpris sur les deux buts par la nullité de sa défense, il ne peut intervenir. Le reste du temps, il s’est employé à garder son équipe dans le match, avec brio. Il s’est même fritté un peu, pour le fun, mais il sera suspendu pour le prochain match du coup, et ça c’est moins drôle.

Zanetti : 3.5/5. En première période, Snake se demandait s’il était sur le terrain : Aucune intervention défensive, peu de mouvements vers l’avant, pas de sentiment de révolte. Après la pause, la vague insufflée par les entrants lui fit du bien et il multiplia les courses vers l’avant tout en verrouillant son côté droit. Hâte de le voir face à Bale jeudi soir.

Juan : 3/5. Désastreux en première période, sa couverture de balle sur le premier but est ridicule. Comme face au Milan, il est monté en régime au fil des minutes et a réussi quelques interventions salvatrices en seconde mi-temps, mais définitivement, le poste de central droit ne lui sied absolument pas.

Chivu : 3/5. Idem que Juan, son placement sur le second but de Catane est honteux. Le vif échange qu’il a eu avec ses coéquipiers l’a semble-t-il boosté puisqu’il fut intraitable après cela, même si ses interventions désespérées sont toujours limite, mais bon, un Roumain qui fait peur, quoi de plus normal.

Pereira : 4/5. Premier ballon, contrôle qui va directement en touche. Second ballon, une passe rendue à l’adversaire alors qu’il n’était pas sous pression. On se dit que l’après-midi va être longue, et elle le fut. Mais Snake lui met quand même 4/5 parce qu’il a réussi son seul centre de la saison au bon moment, ah maudite magnanimité …

Gargano : 3/5. A partir du moment où on intègre le fait qu’il ne fait que courir au milieu de terrain, sans s’arrêter, en mettant des taquets au premier qu’il choppe, on se rend compte à quel point il peut être précieux.

Guarin : 3/5. Toujours cette facilité à éliminer en un contre un, mais toujours cette absence de lucidité lorsque la pression est à son paroxysme. Sacrifié en première mi-temps pour défendre sur Lodi, il fut bien plus utile une fois libéré de cette tâche ingrate. Mais il a moins pesé sur le match que d’habitude.

Kuzmanovic : 1/5. Aussi inutile que Selphie dans Final Fantasy VIII, plus pathétique que Cotillard dans le dernier Batman, moins rapide que 2001 : Space Odyssey, Kuzmanovic a cumulé toutes les tares artistiques sur ce match. On le préfère lorsqu’il charrie les Milanistes.

Alvarez : 3/5. A confirmer. (Oui, ça écorcherait la bouche de Snake que de dire qu’il monte petit à petit en régime).

Schelotto : 4/5
. Son marquage sur le second but est digne de Chivu. Pour le reste c’est du tout bon, a parfaitement verrouillé le côté droit en soutien de Zanetti lorsque la situation l’exigeait et fut l’un des seuls à se montrer entreprenant en première période. Combattif, valeureux, quelque peu limité mais vaillant. Comme Michel.

Rocchi : 5/5. L’homme du match. Rapide, vif, intelligent dans ses courses et ses placements, il a mis à mal la défense Etnei à lui tout seul, mais la nullité de ses coéquipiers l’a empêché de concrétiser. La bonne pioche du Mercato d’hiver.

Les remplaçants :

Palacio
, avec ses deux buts et sa passe décisive en 45 minutes, il aurait pu prétendre au titre d’homme du match, mais sans le travail de sape de Rocchi en première mi-temps qui a fatigué la défense de Catane, il n’aurait pu signer une telle performance. Stankovic, pour sa part, a apporté un équilibre au milieu de terrain grâce à ses relances propres, quant à Cambiasso, il fut décisif et a fait montre d’une grande lucidité sur le troisième but.

1511-AndreaStramaccioni

La titularisation de Rocchi ? Un plan parfaitement maîtrisé.

Par ailleurs :

- Cassano et Stramaccioni en sont venus aux mains. Vers un départ d’Antonio pour Pescara avec en guise de déclaration : « Au dessus du Ciel, il y a l’Inter, et au dessus de l’Inter, il y a les Abruzzes » ?.

- Moratti veut vendre, les Chinois l’ont arnaqué. vers un rachat de l’Inter par le PSG ?

- Jeudi soir, déplacement à White Hart Lane ? No problemo, Bale va manger sévère face à :

 

gseloDI

Jonathan est prêt à accueillir Bale.

Quant à nous, on se revoit dimanche prochain pour la réception de Bologne. Avec Rocchi, bien sur

Snake.

 
Vos commentaires (vous pouvez créer votre gravatar en cliquant ici)
  • L'Infernal Wayne Boulet dit :

    Décidément, Rocchi, quel bel homme !
    Le placement de Chivu sur le premier but est effectivement ridicule…

    Je me suis demandé si c’était bien Oliveira qui avait centré sur l’égalisation et Cambiasso démontre toute l’étendue de son intelligence sur le troisième.

    C’est intéressant de voir que les joueurs ne lâchent tout de même pas le morceau, surtout après la défaite face à la Fiorentina, le nul contre le Milan et malgré les absences.

    Si Cassano devait partir quelque part, ce serait à l’Anzi Maiscassetoidela, voyons.

    J’adore le montage avec Jonathan

  • Snake dit :

    J’en connais un qui va nous faire un arrêt cardiaque ce soir !

  • Rigobert Pirès dit :

    Bonne acad’ Serpent. Par contre mettre une note à virgule ça se fait pas, et encore moins à Zanetti. C’est un peu comme si les handicapés avaient un droit à l’honneur : inimaginable.

  • Snake dit :

    C’est une moyenne de ses deux mi-temps en fait, 2 sur la première, 5 sur la seconde. Je voulais lui mettre 1.75 et 4.25 mais du coup ça n’aurait fait que 3 sur l’ensemble du match, et 3 c’est limite insultant pour lui.

  • Marco Matrix dit :

    Zanetti peut avoir un « ,5″ comme note… mais seulement 5,5/5 !!!

  • David Scie Mal dit :

    La première mi-temps façon freestyle m’a moyennement plu. Et après je crois que c’était plus la même équipe en deuxième.
    Je suis assez d’accord sur la dépendance aux « vieux ». Les dirigeants devraient envisager de les cloner.
    Très bon acad sinon, objective malgré le Miracle.

  • Snake dit :

    Merci pour les commentaires, et une bise à Marco qu’on ne voit plus trop par ici :(

    Sinon, vous avez des idées concernant la taupe ? Celle qui a laissé filtrer l’affaire Cassano ? Je mets une pièce sur Cambiasso.

  • KaD dit :

    le montage Jonathan, j’en rie encore <3

Laissez un commentaire