Clermont (0-0) Sochaux : la Consanguine Académie remet le bleu de chauffe

Un bilan de la saison avait été annoncé, faute de temps, voici au moins une présentation des recrues avant l’académie du match face à Sochaux.

Capelle (Angers), Moulin (Waasland-Beveren), Betsch (Tubize), Scolan, Lippini (Ajaccio), Hunou (prêté par Rennes la saison dernière, possible qu’il revienne en fin de mercato), Bettiol (fin de carrière), Konongo (Créteil) et Nkololo (Caen) sont partis. Les départs des deux premiers sont vraiment préjudiciables, on perd deux leaders.

Côté arrivées, Rivieyran (Gaz’ Ajaccio), Boulaya (Istres), Espinosa (Trelissac), Caillard (Monaco), Jobello (réserve de l’OM), Genest (Créteil) et Djellabi (Auxerre) sont nos renforts. Les deux derniers sont nos recrues phares. Jobello, Boulaya et Espinosa sont des paris. Rivieyran sera notre nouveau latéral droit. C. Diacre aimerait encore un milieu défensif car pour le moment, Ekobo se sent seul sans Moulin. Espinosa semble trop jeune, il n’a que 21 ans, pour évoluer en sentinelle. En revanche, il possède une faculté à se porter vers l’avant intéressante. Voici pour le point recrues, place au match.

 

Pour cette première journée, on reçoit les Sochaliens. L’année dernière, personne n’avait marqué au Montpied et on était resté sur un (0-0) plutôt mauvais. D’un autre côté, c’est le début de saison. Le Clermont Foot a l’habitude de le manquer alors on se dit qu’un match nul face à un gros club du championnat serait pas mal pour débuter. Vous suivez ?

La première compo de cette saison : Jeannin – Rivieyran, Avinel, Martin, Djellabi – Ekobo, Espinosa, Dugimont, Genest, Gonçalves – Rivas 

Remp : Caillard, Bockhorni, Salze, Boulaya, Jobello 

Agounon et Diedhiou sont suspendus. En cause, les cartons jaunes reçus lors de la saison précédente.

Les tribunes regorgent de monde pour ce premier match. 500 places à prix réduits étaient mises en vente et voici le Montpied plein comme un oeuf. Une centaine d’ultras sochaliens ont fait le déplacement. Les coffres des voitures sont ouverts, la glacière bien en évidence avec les sandwiches dans le papier d’alu et les enfants jouent au ballon dans le parking voué aux visiteurs. La Ligue 2 est de retour !

Les supporteurs sochaliens sont affûtés.

Les supporteurs sochaliens sont affûtés.

Et commence dès la deuxième minute par une faute d’Espinosa qui prouve qu’il n’a rien d’un philosophe. On évolue dans le même système de jeu : 4-2-3-1. Rivas en pointe, Genest en dix et la paire Ekobo/Espinosa à la récupération. Genest, justement, parle beaucoup avec ses coéquipiers. A chaque remise en jeu de Jeannin il se place sur un côté, proche de son ailier, avant d’indiquer de la main -discrètement- le centre du terrain à son gardien et donc de repiquer dans l’axe. Ce détail indique la volonté de jouer sur les bords du terrain -sans les toucher- et d’exploser vers l’avant le plus rapidement possible une fois que le milieu offensif a le ballon au centre.

Voilà pour l’attaque. En défense maintenant : celle-ci peut être qualifiée de défense en tiroir. Genest glisse sur le côté attaqué par l’adversaire. Dans le même temps, Ekobo ou Espinosa font l’essuie glace. L’ailier opposé repique un poil dans l’axe tandis que son latéral se charge de surveiller les éventuels débordements ou départs en profondeur. Et Dieu sait qu’il y en a. A la 9′, Avinel et Martin sont pris de vitesse, Jeannin est obligé de sortir en ninja et dégager du pied un ballon à 20 mètres de ses buts. Première frayeur. Quatre minutes plus tard, sur un centre anodin et un ballon mal renvoyé par Martin, Rayos tente une reprise de volée à 15 mètres. Jeannin se déploie et concède un corner bénin.

Jeannin le Ninja. L'anagramme n'est pas loin !

Jeannin le Ninja. L’anagramme n’est pas loin !

Début de partie alerte, on serre les fesses… Et comme lors de la fin de saison dernière, Dugimont, excentré côté gauche, réveille les troupes avec une frappe puissante. Werner s’interpose. A la 30′ un but sochalien est refusé pour un hors-jeu indiscutable. Une minute plus tard -conséquence d’une certaine frustration liée au but refusé ?- Vivian, le capitaine adverse, découpe Rivas. Premier carton jaune. Le coup-franc ne donne rien, Dugimont frappe dans le mur. Ekobo manque une énième relance. On commence à déjouer ! Heureusement, à la 41′, Genest tente une reprise de volée de l’extérieur du pied droit qui frôle le montant gauche. Il était à 25 mètres des buts côté droit de la pelouse. Mi-temps. On domine. Sochaux s’agace et Vivian s’écharpe avec l’arbitre. Attention au deuxième carton jaune !

On apprécie ce début de match alerte !

On apprécie ce début de match alerte !

Et ce qui devait arriver … arriva ! Dès la reprise, sur un duel aérien entre Genest et Vivian, ce dernier assène un coup de coude des familles au Consanguin. Second jaune. Le capitaine laisse ses camarades à dix. On domine tellement le reste du monde que Napoléon fulmine de jalousie dans son jacuzzi. Nos ailiers jaillissent, notre défense tient le choc et Genest distribue admirablement le jeu. Il ne manque qu’un but ! A la 62′, Genest, usé jusqu’au képi, est remplacé par Boulaya. Force est de constater que ce changement n’apporte rien de bon : la période de flottement après le carton rouge est terminé. Les Sochaliens se reprennent, Faussurier est descendu à droite tandis que Gibaud a glissé en défense centrale. On n’arrive plus à créer du jeu. Plus à l’aise en contre. Deuxième changement à la 73′ : Rivas sort pour Jobello tandis que Caceres, qui a évolué en Auvergne, à Montluçon précisément, laisse sa place à Sao. Dugimont se positionne comme attaquant. Trois minutes plus tard, sur un corner consanguin, Espinosa frappe juste au-dessus de la barre après une remise de la tête de Gonçalves.

A la 79′, Sao déboule sur son côté, effectue une feinte de frappe à laquelle Rivieyran tombe dedans. Heureusement Martin s’interpose et dégage en corner. Il récidive sur ce dernier. On a retrouvé notre templier ! Changement chez les ouvriers : Rayos laisse sa place à Ilaimaharita-les-chaussettes-de-l’archiduchesse-sont-elles-sèches. Oui dans cet ordre. Autre remplacement à la 84′ Toko Ekambi sort pour Robinet. Ah la fameuse fuite d’immigrés africains dans le Nord-Pas-de-Calais. Dans la foulée, Dugimont tente une frappe de 20 mètres qui atterrit dans les bras de Werner. Le mélomane en profite pour jouer sa partition et faire tourner la montre. Il va jusqu’à indiquer à l’arbitre que c’est le ramasseur de balles qui met dix ans à lui passer le ballon. Mauvaise foi autrichienne. Le match se termine là-dessus, on a dominé, on commence par un match nul (0-0) à domicile. Plutôt un mauvais résultat avec seulement deux frappes cadrées. Nos changements nous ont désorganisé. Les nouveaux ont encore du mal à se situer sur le terrain. Rendez-vous vendredi prochain à Annecy face à Evian. On est sixième avec un point.

Je reste dubitatif après ce match. Et puis j'attends mon repas !

Je reste dubitatif après ce match. Et puis j’attends mon repas !

Valéry Tocard de la Catin 

stagiaire2D2

4 Comments

  1. Petit-Louis : Consanguin parce que lorsque j’étudiais à Marseille, on me surnommait ainsi. Pas de notes, car je n’en ai jamais mis et je suis contre cela.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *