EA Guingamp – ASSE (2-1) : la Forez Académie prend une bûche

Et allez… Cinquième défaite en sept mâches pour coach Sablé. Enfin, non. Pas vraiment. Ben oui, puisque la direction a décidé de mettre Gasset numéro 1 une heure avant le coup d’envoi.

Le match résumé en 1 phrase : « Allez terminé, rideau 2017, merci pour rien »

On pensait avoir touché le fond, certains mêmes m’affirmaient que c’était bon, c’était ce soir que les Verts allaient donner un bon coup de talon pour se propulser vers la surface (coucou Jérémy). Non, définitivement non. Sainté a livré son pire mâche de l’année en termes de stats, parce que dans le contenu on a déjà vu pire. Et puis, merde, ils ont marqué, un truc qui ne s’est produit que 18 fois… en 19 mâches donc.

  

La compo :

Bon. Alors. Ben, voilà. On peut pas faire mieux. Ah si quand même, on peut aussi mettre Hernani à la place de Pajot, ou éviter de jouer avec une défense centrale M’Bengue-Lacroix qui est sans doute la pire association que j’ai vu depuis 15 ans. Surtout que RPG est sur le banc. Par contre, devant, ça me plaît. Enfin, ça me plaisait sur le papier parce que j’ai vu plutôt un 4-3-1-2 avec Cabella en meneur de jeu et la doublette qui pèse 0 but Diony-Søderlund. En vrai, ça a été la même bouillie que d’habitude avec deux attaquants aussi complémentaires que nos deux présidents, et avec notre seul joueur de ballon excentré sur un côté, loin du jeu. Ce joueur qui est prêté sans option d’achat, et qui porte aussi le brassard de capitaine, devant des mecs comme Théophile-Catherine ou même Moulin. Tout va bien…

  

Le mâche :

49 minutes. Il aura fallu attendre 49 putains de minutes pour voir un tir cadré. Une première mi-temps d’une faiblesse abyssale, ponctuée par le chef d’œuvre de notre Norvégien : un tacle en planchette japonaise sur la cheville de Deaux. Sablé hurle qu’il n’y a rien (on l’a déjà vu mettre des boîtes bien pires que celles-là), mais si, Julien, il y a faute. Et pas qu’un peu. Du coup, Søderlund voit rouge (24e), merci d’être passé et bon retour chez les Vikings. Miraculeusement, même si Guingamp n’a pas été ultra-dangereux, les Verts tiennent le nul à la pause. Mieux, même. A 10 contre 11, Sainté va ouvrir le score sur une des rares balles grattées au milieu : Cabella sert parfaitement Hernani tout juste entré en jeu, frappe croisée parfaite, benco (0-1, 67e). Trois minutes plus tard, Moulin regarde le coup-franc de Bénézet rentrer dans son but sans que personne ne le touche (1-1, 70e). Dans les arrêts de jeu, Salibur sert Briand pour le but qui était écrit depuis le transfert avorté du premier, et scelle la victoire cruelle mais tellement logique de Guingamp (2-1, 94e). Ah oui, je vais quand même préciser que si on a joué cinq minutes de temps additionnel, c’est parce que ce génie de Fabrice Grange s’est fait expulser sur le banc et que ça a donc rajouté un petit laps de temps supplémentaire.

Les Verts sont la risée de tout le monde. Déjà, avec ce discours complètement halluciné de Sablé qui pense qu’en serrant des mains et en regardant dans les yeux, il va sauver son équipe. Ensuite avec des stats faméliques, comme rarement vu en Ligain : 85 (!!) passes seulement de réussies sur l’ensemble du mâche, 27% de possession de balle, l’équipe s’est désintégrée et rien que le fait d’avoir réussi à mener au score en proposant une bouillie pareille est déjà un exploit. Sauf que cet exploit ne rapporte aucun point, comme depuis 3 mâches, et que Sainté vient de boucler une série de dix rencontres qui ont rapporté le total fantastique de… deux points. Enfin, comment ne pas évoquer ce qui se passe sur le banc, avec la nomination de Gasset comme coach principal à 20h pétantes, alors que soi-disant la décision était prise depuis mardi, et que c’est Sablé qu’on a envoyé en conférence de presse toute la semaine. Bref, maintenant, c’est officiel donc il faut que Gasset reprenne ce bordel en main. Diriger les séances d’entraînement, orienter le recrutement, faire les compos. Et surtout, redonner confiance à ce groupe en totale décomposition depuis maintenant 2 mois. La trêve arrive au bon moment, la chute libre s’arrête pour au moins 3 semaines. Le deuxième championnat commence dès le 14 janvier (autant vous dire que la Coupe de France, je m’en bats les steacks cette saison), le championnat sale, celui qui va laisser deux équipes sur le carreau, et une autre en barrages. Elle ne me manquait pas vraiment, cette compétition.

J’ai emmené @LePereFidalbion voir du football plaisir mercredi soir, il en a gardé un petit souvenir.

  

Le résumé du mâche :

  

Les notes :

Moulin (Indiana Bof, 2/5) :

Il a sorti quelques arrêts sur sa ligne, mais il est aussi parti à l’aventure, avec son chapeau et son lasso, sur quelques balles aériennes. Avant de se transformer en statue sur les deux buts qu’il encaisse.

Théophile-Catherine (ventriglisse, 1/5) :

Je l’ai vu passer son mâche à tacler dans le vide, sans jamais attraper ne serait-ce qu’un carton jaune. Terriblement inutile sur son côté droit, devenu un joueur plus que moyen dans une défense en carton.

Lacroix (tour de Pise, 2/5) :

Le seul défenseur central de métier, il n’a pas été le pire derrière, se permettant même un retour décisif en première mi-temps. Notre tour de contrôle n’aiguille pas grand chose par contre dans le domaine aérien.

M’Bengue (non plus, 2/5) :

Toujours aussi mauvais, il se fait marcher dessus  toute la partie, laisse filer le ballon devant lui sur le premier but, se tient la tête sur le deuxième. En défenseur central ou arrière gauche, ça ne va pas.

Gabriel Silva (H.I.P.-H.O.P., 1/5) :

Complètement à la ramasse défensivement (son tacle breakdance sur le centre de Salibur est fantastique), il n’a rien apporté non plus devant. Se blessera sans doute dès janvier.

Pajot (constant, 1/5) :

C’est quand même lui qui récupère la balle au milieu sur le but, mais à part ça… Le mec ne sait pas presser, pas contrôler, pas faire une passe. Et tu l’installes à la base de ton milieu. Et ça fait douze mâches consécutifs que ça dure.

==> remplacé à la 91e par Maïga (non noté), qui en trois minutes aura eu l’opportunité de niquer la seule relance qu’il aura eu à faire, et offrira le but à Guingamp sur un plateau.

Dabo (surcoté, 1/5) :

Insupportable, imblairable, invendable. Bryan pensait avait fait le plus dur en réussissant une fois à faire croire qu’il pouvait être décisif. Depuis, il alterne entre le franchement perso, et l’hamoumisme (cette capacité à disparaître du mâche, pour parfois ne réapparaître que trois mois plus tard).

Diousse (le cousin, 1/5) :

Je crois toujours en ce jeune joueur, seulement chaque fois que je le vois jouer, je suis consterné par son niveau. Il rate beaucoup trop de gestes faciles (contrôles, passes courtes), alors qu’il m’avait impressionné pour son premier mâche face à Nice.

==> remplacé à la 56e par Hernani (non noté), encore une fois sur le banc, et encore une fois buteur. Tout simplement le meilleur marqueur hors penalty (coucou Jonathan) des Verts, et il a joué deux fois moins de temps que Diony par exemple.

Cabella (de passage seulement, 3/5) :

Capitaine d’un soir, Rémy a passé une mi-temps à errer sur le terrain. Puis la sortie de Søderlund et la réorganisation tactique qui a suivi lui ont permis de revenir dans le cœur du jeu, là où il est le plus efficace. Une passe décisive sur sa seule action exploitable ou presque, le contrat a presque été rempli.

Diony (feuille blanche, 0/5) :

Excentré sur un côté, il n’a pas ménagé ses efforts pour compenser le déficit technique du milieu de terrain. Sauf qu’il n’a jamais été là où on l’attendait du coup. Le gros problème que j’ai avec ce joueur c’est qu’il ne semble s’entendre avec personne sur le terrain, toujours esseulé, jamais servi. Une demi-saison blanche au niveau but, malgré un temps de jeu conséquent, et les fêtes de fin d’année qui arrivent : j’ai peur qu’on le retrouve au format Bibendum, avec toujours son ananas sur la tête, à la reprise.

==> remplacé à la 45e par Janko (0/5, no football allowed), une recrue cataclysmique qui est remplacée par une recrue apocalyptique. Il ne sait vraiment pas défendre, et n’est pas non plus un contre-attaquant de folie. Encore un joueur pas au niveau qui vient prendre une place et un salaire tout en abaissant le niveau de l’équipe.

Søderlund (ce s’raaaaa nuuuuuuuuuul, 0/5) :

Je t’aime bien, mais là, non. Un tacle de débile, dans une zone où il n’y avait aucun danger et une expulsion qui coûte cher au final. On parle d’un retour au pays pour toi : bon vent.

  

La question minitel : la question est contente que ça s’arrête.

J’y ai cru pendant un moment, et puis la réalité de notre nullité m’a rattrapé. Mais qu’est-qu’on aurait pu croire aussi sur ce mâche ?

La moitié des votants ont eu honte mercredi soir, et j’en faisais partie. Les Verts ont écrit l’Histoire avec du caca, pire performance depuis la grande équipe d’Ajaccio en 2013. Mais bon, on peut espérer que grâce à la gestion « bats les couilles » de la direction, ça va changer puisque le coach est officiellement Jean-Louis Gasset, et que Ghislain Printant devrait le rejoindre dès janvier. La duo qui a sauvé Montpellier la saison passée, c’est dire si on pense que la situation est grave quand même. Bien content par contre de laisser ma place de chat noir à @Fouillasse, qui se félicitait du bon mâche de Moulin environ 30 secondes avant qu’on encaisse le but sur coup-franc. Enfin, il ferme la marche pour sans doute sa dernière apparition sous le maillot vert : Søderlove qui s’est franchement transformé en Søderhate depuis quelques apparitions. Joueur limité dans une équipe en perdition, ça ne pouvait pas marcher.

  

Roland Gromerdier

  

HorsJeu recrute donc si le cœur vous en dit, lancez-vous !

Roland et ses collaborateurs tiennent à remercier EVECT, pour ses infos quotidiennes sur le club, le site asse-stats.com, qui est une mine d’infos chiffrées sur les Verts, Furania Photos pour ses images des tribunes stéphanoises à domicile comme à l’extérieur, ainsi que Poteaux Carrés, où l’on trouve un peu de tout.

N’oublions pas aussi d’encenser la Divette de Montmartre, qui permet à Roland d’étancher toutes ses soifs (de victoires et de houblon).

Si tu veux te bidonner sur des images qui bougent, alors Fouillasse est ton ami. N’oublie pas d’aller voir sa boutique avec pleins de t-shirts faits maison.

Enfin la fine équipe est aussi présente sur les réseaux sociaux, alors n’hésite pas à venir nous voir et à tailler l’bout d’gras, la page FB de la Forez Académie est fort enjaillante.

Et tu trouveras Roland sur fessebouc aussi, et sur touitère. Il ne mord pas et certains le disant même plutôt sympa. Gruger est aussi  sur le sôchôl net-oueurk, tout comme Robert Binouzaret : viens donc les saluer.

Roland Gromerdier

Né dans le Chaudron, de la verveine coule dans mes veines. Mes analyses sont aussi carrées que les poteaux de Glasgow. Peu importe les époques : je n’oublie jamais qui sont les plus forts.

5 Comments

  1. La pire association en défense est celle comprenant Pogba quel que soit le partenaire

    • Je suis d’accord, on aurait pu avoir une charnière Pogba-M’Bengue qui aurait pu être pire. Espérons qu’on ne verra jamais cette horreur sous le maillot vert.

  2. « Pajot barre toi » est sans aucun doute la phrase que j’ai le plus hurlé devant les matchs en 2017 (déjà avec Galette). Mais depuis quelques semaines, il y a tellement de choses à hurler que je reste sans voix.

    • Ce qui est incroyable, c’est que ce bon Vincent a joué les 12 derniers matches en tant que titulaire alors que ses prestations sont absolument pourries. Et du coup, des joueurs comme Diousse ou Maïga, qui jouent une fois de temps en temps, sont hors de forme, et chaque titularisation ou entrée en jeu se révèle alors catastrophique.

      Autre tendance que je vois poindre et qui commence à très sérieusement m’énerver : les nostalgiques de Galtier. Énorme respect pour ce qu’il a accompli chez nous, mais je pense que les gens ont oublié les 6 derniers mois qu’il a fait. Sachant qu’on peut même pousser à la dernière saison en entier, tant le début de saison était poussif, uniquement sauvé par des buts à la dernière minute.

  3. Oui, et comme toi je continue à croire en Diousse (franchement Maïga je suis mon optimiste). Pour les nostalgiques de Galtier en même temps, on est passé d’un moment où l’on cherchait à un coach avec un peu d’envergure, à une opération maintien menée tambour battant par des papys ex-MHSC. Même à la fin de l’année dernière, j’aurais pas échangé Galette contre Gasset, et pourtant Dieu sait que j’attendais un nouveau coach!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.