FC Nantes – ASSE (0-3) : la Forez Académie lance le sprint

Le maintien c’est fait. Et si on allait voir plus haut ?

Le match résumé en 1 phrase : « Les Verts en mode rouleau-compresseur »

Un score clair, net et précis. La victoire stéphanoise ne souffre d’aucune contestation possible tant les Verts ont dominé les débats. Grâce à un Debuchy encore une fois très bon et un Cabella de gala, Sainté a martyrisé une équipe qui se trouvait 5 points devant eux et qui maintenant sent un souffle chargé de râpée et de verveine se poser sur l’arrière de son cou. La barre symbolique des 42 points (très beau chiffre) est atteinte, le maintien est donc quasiment assuré : il reste 7 mâches pour se faire plaisir, 7 rencontres pour tenter d’accrocher cette 6e place au minimum qui sera sans doute synonyme de tour pété en juillet contre une équipe biélorusse. Il reste surtout 7 mâches pour tenter de corriger cette saison qui restera malgré tout comme l’une des pires vécues ces dernières années.

 

La compo :

Le sorcier Gasset a bien étudié la compo nantaise, et il a compris que la paire Diego Carlos – Pallois allait aussi vite qu’un 38 t dans la montée du Crêt de Roc. Du coup, il mise sur la vitesse et laisse Beric sur le banc pour titulariser Bamba en pointe, épaulé par Hamouma et Monnet-Paquet. Je ne suis pas fan de cette option, mais je comprends parfaitement ce que Gasset a voulu installer : une équipe rapide et mobile qui va miser sur le mouvement plus que sur un point d’appui. Pas de N’Tep titulaire, on espère quand même le voir entrer en jeu et qu’il se rappellera aux bons souvenirs de la Beaujoire en tant qu’ancien Rennais. Pour le reste, c’est du classique : on retrouve les 8 mêmes joueurs depuis quelques semaines, tous sont épargnés par les blessures et c’est tant mieux.

 

Le mâche :

Ça démarre très très fort pour les Verts avec une triple occasion : tête de debuchy repoussée par Tatarusanu, frappe de Monnet-Paquet contrée, et frappe de Cabella repoussée sur la ligne (4e). Les Verts sont dans le bon tempo, ils mettent la défense de Nantes au supplice dès les premières minutes. Elle va craquer au quart d’heure de jeu : Hamouma décale Silva qui trouve Cabella lancé dans la surface côté gauche. Il sert en retrait Debuchy qui frappe une première fois, mais c’est contré, il reprend la balle derrière et trompe Tatarusanu sur sa droite (0-1, 17e). Nantes aurait pu revenir dans la partie rapidement mais Sala (qui intéresserait la Lazio de Rome, pour 12 M€…) se rate complètement sur un plat du pied sans opposition à 3 m des cages (32e). C’est même Sainté qui a failli aggraver la marque sur une occasion de Cabella mais Tatarusanu est bien sorti dans ses pieds (45e). Ce n’est que partie remise : sur une cagade de Pallois, Bamba lui pique le ballon et sert Cabella en profondeur pour un plat du pied sécurité qui finit au fond (0-2, 54e). Le même Cabella qui marque son premier doublé sous le maillot vert sur une belle frappe de loin, bien aidé par les appels d’Hamouma et Bamba qui ont semé le doute dans la défense nantaise (0-3, 63e). Sala queutera encore une occasion à 50 cm des cages (83e) et Bamba, épuisé par toutes ses courses, n’aura pas la lucidité de mettre le 4e (84e). On en restera là, victoire logique et méritée.

Grosse performance collective des Verts qui avant même le coup d’envoi ont confirmé qu’ils avaient vraiment envie de gagner. Dans le sillage d’un Debuchy une nouvelle fois essepcionnel et d’un Cabella virevoltant, Sainté a explosé Nantes même si la maladresse de Sala a bien fait leurs affaires. Nouvelle clean sheet pour la défense, et goal average soigné : c’est une très bonne opération réalisée dimanche soir. Et sinon, 10 mâches. Ça fait donc 10 mâches que Sainté n’a pas perdu. 3e équipe au classement sur la phase retour, les Verts enchaînent les bonnes performances et assurent donc leur maintien à 7 journées de la fin, chose qui était loin d’être évidente à la trêve hivernale. En plus de se rapprocher de leur adversaire du jour, la seule équipe valable représentant la région Rhône-Alpes-Auvergne en Ligain met la pression sur ceux qui sont devant : la peur de descendre étant en grande partie éloignée, Sainté va pouvoir regarder vers le haut. Et avec une telle dynamique positive, l’outsider stéphanois pourrait bien venir gratter un strapontin européen en fin de saison. Maintenant, c’est Paris qui se présente dans le Chaudron vendredi, et il n’est pas dit que la série d’invincibilité se poursuive. Mais bon, si Strasbourg a pu le faire, pourquoi pas nous ?

Quand tu attends ta convocation, sereinement.

 

Le résumé du mâche :

 

Les notes :

Ruffier (solide, 3/5) :

Quelques arrêts pas trop durs, et des frappes dangereuses qui ne sont pas cadrées : la Ruff’ a passé une fin d’après-midi sereine, à compter les nombreux supporters stéphanois présents dans les tribunes de la Beaujoire malgré l’arrêté préfectoral.

Debuchy (Djibril Sidi-qui ?, 4/5) :

J’avais dit après son premier mâche que sortir une grosse performance dès le départ était à double tranchant parce qu’on allait être exigeants derrière. Alors visiblement lui ça le gêne pas trop d’être bon à chaque fois. Encore une grosse performance pour la Bûche, une nouvelle fois buteur et auteur de retours très importants derrière.

==> remplacé à la 75e par Pierre-Gabriel (non noté), suite à un coup reçu sur la cheville. RPG a fait le boulot, dans la continuité de son très bon prédécesseur.

Subotic (posey, 3/5) :

Toujours aussi serein, toujours aussi solide, Neven se pose au milieu de ta défense tel un sequoïa centenaire, et gâche la vue de tous les attaquants qui se mettent ensuite à tirer à côté. Inamovible, imperturbable, indispensable.

Perrin (à la culotte, 3/5) :

Quand Sala allait prendre des consignes de Ranieri, il était là, à-côté, pour traduire au cas où. Il ne l’a pas lâché d’une semelle ou presque, même si son absence en première mi-temps aurait pu changer la physionomie du mâche. Une bonne prestation malgré tout.

Gabriel Silva (surfe sur la vague, 3/5) :

Il a bien animé son côté gauche et c’est lui qui lance Cabella sur le premier but. El Ghanassy lui a fait passer quelques frissons mais dans l’ensemble, il l’a plutôt bien contenu. Lui aussi enchaîne les mâches et avec la confiance, il montre des choses intéressantes.

M’Vila (renaissance, 3/5) :

Moins en vue que sur ses dernières sorties, il m’impressionne toujours autant par son volume de jeu. Harceleur, relanceur, aboyeur : M’Vila constitue véritablement la base de cette équipe version Gasset. Encore une opération « relance ta carrière » qui a réussi.

Selnæs (double effet, 3/5) :

Olé fait la ola sur les milieux adverses, et c’est la vague stéphanoise qui déferle sur les buts d’en face. Très bon à la récupération, il n’a pas non plus oublié de bien relancer et de mettre ses ailiers dans de bonnes conditions pour porter le danger.

Cabella (10-vin, 5/5) :

Enfin un joueur qui fait honneur à ce numéro 10. Attention hein, j’aimais beaucoup Cohade et il a très bien porté ce numéro (surtout un soir de novembre 2014, coucou Corentin). Sauf que là, on a vraiment un artiste. Jeu en une touche, passe aveugle, passe décisive, buts : Cabella s’épanouit enfin sous le maillot vert, et on aimerait tous que l’idylle se poursuive au-delà de cette saison.

Monnet-Paquet (terne, 2/5) :

Son tir raté en début de mâche est symbolique de ce joueur : quand il a la place pour marquer, il ne le fait pas. Il a donné parfois l’impression de se marcher sur les pieds avec Hamouma, les deux jouant souvent du même côté. Un mâche sérieux, comme souvent, mais sans éclat. Comme souvent.

==> remplacé à la 71e par Diousse (non noté), qui se contente de bribes de mâches mais qui continue malgré cela de montrer des choses intéressantes. Difficile de s’imposer au milieu quand la doublette M’Vila-Selnæs joue à ce niveau quand même…

Bamba (forçat, 3/5) :

Il a énormément couru, il a aussi donné une passe décisive à Cabella et rate un duel en fin de mâche, car trop sur les rotules. Dans un rôle pas évident d’attaquant de pointe, il a parfaitement joué son rôle et s’il n’a pas marqué, on peut estimer qu’il est dans le coup sur au moins deux buts.

Hamouma (indécisif, 2/5) :

Oui, je viens d’inventer un mot, mais ça lui va bien je trouve. Le contraire de décisif quoi. Jamais dans les bons coups, on se rappelle subitement qu’il est sur le terrain au moment où le 4e arbitre affiche son numéro pour le remplacement. Et toujours aucun duel de remporté depuis 6 mois.

==> remplacé à la 63e par N’Tep (non noté), notre jambe d’alu (au sens propre) qui sera sans doute la seule erreur de casting de ce mercato d’hiver. Il lui reste 7 mâches pour relancer une carrière qui commence à sentir le retour en Ligain chez un promu dans 2 ans.

 

La question minitel : la question passe le salam à Bernard de Firminy.

Vouay ! Je sentais qu’il y avait un coup à faire mais coller une rouste aux Canaris, non. Très belle victoire des Verts qui poursuivent leur série sans défaite. Mais on en retient quoi de ce mâche ?

Forcément, les deux premières places sont pour les deux grands bonhommes de ce mâche. Dieu-but-chibre me file la trique et score une nouvelle fois, son 3e but déjà. Soit trois de plus que Loïs Diony, je le rappelle. Juste derrière, RC10 le fantastique fantasque qui claque son doublé tout en décontraction. 2 joueurs qui ne seront sans doute plus là la saison prochaine, alors profitons-en encore un peu pour qu’ils nous emmènent le plus haut possible. 3e place pour le cap’tain qui semble retrouver des couleurs, même si la question de sa succession doit déjà être posée : je le vois pas nous faire une Hilton et être titulaire indiscutable jusqu’à 40 ans. Enfin, ils ferment la marche, la paire Sala-Pallois a envoyé du rêve entre cagade défensive qui coûte un but et ratés à 3 m des cages. Merci à eux d’avoir respecté notre série au point de ne pas la briser.

 

Roland Gromerdier

 

HorsJeu recrute donc si le cœur vous en dit, lancez-vous !

Roland et ses collaborateurs tiennent à remercier EVECT, pour ses infos quotidiennes sur le club, le site asse-stats.com, qui est une mine d’infos chiffrées sur les Verts, Furania Photos pour ses images des tribunes stéphanoises à domicile comme à l’extérieur, ainsi que Poteaux Carrés, où l’on trouve un peu de tout.

N’oublions pas aussi d’encenser la Divette de Montmartre, qui permet à Roland d’étancher toutes ses soifs (de victoires et de houblon).

Si tu veux te bidonner sur des images qui bougent, alors Fouillasse est ton ami. N’oublie pas d’aller voir sa boutique avec pleins de t-shirts faits maison.

Enfin la fine équipe est aussi présente sur les réseaux sociaux, alors n’hésite pas à venir nous voir et à tailler l’bout d’gras, la page FB de la Forez Académie est fort enjaillante.

Et tu trouveras Roland sur fessebouc aussi, et sur touitère. Il ne mord pas et certains le disant même plutôt sympa. Gruger est aussi  sur le sôchôl net-oueurk, tout comme Robert Binouzaret : viens donc les saluer.

Roland Gromerdier

Né dans le Chaudron, de la verveine coule dans mes veines. Mes analyses sont aussi carrées que les poteaux de Glasgow. Peu importe les époques : je n’oublie jamais qui sont les plus forts.

2 Comments

  1. Tant que Gasset choisi de jouer pour gagner et ne pas défendre bêtement, on a toutes nos chances. Attention de ne pas commettre cette boulette vendredi contre le QSG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *