à la limite du footballistiquement correct Twitter facebook
 
Un autre football est possible

Horsjeu est fier de faire partie d'Alterfoot, le portail alternatif.

 




 

Fiorentina-Chievo (2-1): la Chianti Académie livre ses saintes notes

Jeudi 7 mars 2013

Ciao mes chers fidèles ! Come va ? Fra Francesco vous bénit toutes et tous ! Quelle semaine j’ai passé ! Et ce n’est qu’un début ! Cela n’a pas pu vous échapper, Benedetto XVI n’est plus pape en exercice. «Pape émérite», ça a une sacrée gueule sur la boîte aux lettres, faut pas se mentir. Avec Benny, nous entretenons une vieille amitié depuis de nombreuses années, et c’est à moi qu’il a confié sa première soirée de retraité de la Sainte Eglise Catholique. Moi, j’ai le vertige alors je ne l’ai pas accompagné dans son hélico qui ressemble à celui dans l’Agence Tous Risques, mais en blanc. J’avoue que survoler Rome sous un ciel bleu limpide et immaculé, ça doit être un grand moment. Une fois, Benedetto a voulu m’embarquer mais j’ai dégobillé dans le cockpit, je vous raconte pas l’odeur. Ce que j’ai fait, c’est que je suis directement allé à Castel Gandolfo incognito, histoire d’être peinard et de tout organiser dans le feutré.

Heureusement que je m’y suis pris à l’avance. Quel bordel sérieux ! Tout le village était occupé par des fidèles qui attendaient un message de remerciements, une bénédiction, une pochette-surprise dédicacée. Va te frayer un chemin là-dedans ! Jeunes, vieux : aucun qui sait se garer correctement en plus ! T’as cru que c’est Dieu qui faisait les créneaux ? Du grand n’importe quoi. Bref, Benedetto est arrivé avant 18h, comme je le lui avais demandé. A la fin de son message, il a dit «bonne nuit». Certains se sont moqués, disant que c’était normal, vu son grand âge, d’aller se coucher si tôt, après un velouté à la tomate. Pauvres naïfs ! C’était pour ne pas éveiller les soupçons ! Parce qu’une fois les portes fermées, les télévisions et les fidèles partis, qu’est-ce qu’on s’est collé dans le museau !

Tout le monde a pu s’en apercevoir avant qu’il ne rejoigne l’hélico, Benedetto tenait la forme. Tu m’étonnes ! Enfin, il quittait cette prison dorée mortifère qu’est le Vatican. Prier, c’est sympa d’accord mais le faire pendant plus de 80 ans, c’est inhumain ! A un moment, il faut cueillir les roses de la vie, bouffer, picoler, se taper des escorts tchèques (je parle de filles de l’Est, pas d’une Ford achetée d’occase à Prague), si possible tout en même temps et plusieurs fois par semaine. Quand tu es pape, le boss de tous les Catholiques du monde, tu as quand même le droit d’avoir de menus plaisirs. Comment guider ses ouailles si on ne connait rien du monde qui nous entoure ?

A peine a-t-il franchi la porte de ses appartements, Benny s’est montré plus que soulagé de la fin de ses adieux :
– Eh ben putain, ils vont enfin me lâcher la grappe ! Tu sais combien de gamins et de vieilles j’ai béni aujourd’hui ? 236 ! 236 putain ! J’ai une crampe à la main sérieux ! C’est pas humain un truc pareil, surtout quand tu portes un anneau en or qui pèse une blinde. J’en pouvais plus Francesco ! Surtout de ces abrutis de cardinaux, toujours à demander quelque chose pour un neveu légèrement débile qui veut entrer dans les ordres, un  carnet de chèques-déjeuner ou je ne sais quoi d’autre ! Ils me manqueront pas ces dégénérés !
– Enfin je te retrouve Benny ! Tu vas voir, tu vas te régaler. D’abord, on va se taper une bouteille de Ricard, t’en penses quoi ?
– J’espère que t’as des caouètes ! Au Vatican, on me les avait interdites parce que ce serait trop salé et que ça pourrait boucher mes artères. Quelle connerie ! Au fait, elles arrivent à quelle heure les meufs ? T’as promis qu’il y aurait de l’avion de chasse !
– Elles seront là ne t’inquiète donc pas ! Si tu veux être au niveau, ne picole pas trop, on a le temps pour ça. Sinon, au menu, c’est tomates-mozza, lasagnes maison, tiramisu’ , Chianti et limoncello.
– Ah ! Tes fameuses lasagnes qui feraient croire en Dieu ! C’est pas avec ça que tu avais pécho Sofia Loren ?
– Je ne vais pas encore raconter cette histoire Benny ! Attention, tu es entrain de noyer mon pastis là !
-Excuse-moi, j’ai perdu la main… A part ça, les filles ?
-Tu es bien impatient !
-Tu m’étonnes ! Toi, t’as toujours fait les bons choix. Rester curé d’un petit diocèse, séduire les grenouilles de bénitier et les actrices, voyager seul. Moi, avec ma carrière, j’ai jamais pu être tranquille deux secondes. Toujours suivi par des mecs en plus ! Et je te parle pas de la gueule des nonnes que je me suis trimbalé ! Y a des soirs où j’en ai vomi ! Maintenant, je veux croquer Francesco ! Tu m’entends ?! Et ressers-moi s’il te plait, je suis à sec. Tu te rappelles où sont les chiottes, j’arrive pas à me repérer ici…

Pendant ce temps-là, des fidèles continuaient de prier, demandant à Dieu de protéger Benedetto ! Ah les pauvres, s’ils savaient ! Cela faisait tellement longtemps qu’il n’avait pas fait la fête ! C’était criminel de laisser quelqu’un dans cet état-là. Il se desséchait à vue d’œil. Je vous avais même confié mes craintes après la messe de minuit de Noël dernier. Et puis, qu’est-ce qu’ils ont eu l’air crétin tous ceux qui l’accusaient d’être un conservateur ! Bam ! Tu l’avais vu venir la démission ? Parce que Benedetto, c’est pas Jean-Paul. Il ne veut pas que le monde se moque de lui à chaque intervention. Il est lucide et surtout, il n’est pas hypocrite comme le Polonais. Karol, il faisait le gentil mais, pour ce qui est des évolutions, il était rétrograde à fond. Mais comme il embrassait le sol quand il arrivait dans un pays, qu’il souriait tout le temps et qu’il avait joué au foot en pupilles 2e année, il pouvait raconter tout ce qu’il voulait, ça passait inaperçu. Après, je vous avouerais que pour ce qui est de la fiesta, le niveau avait baissé depuis que Benny était arrivé au Saint-Siège. En même temps, vu le laisser-aller des dernières années de Jean-Paul, fallait serrer la vis au plus haut niveau des instances. Au cours des prochaines semaines, je vous tiendrai au courant de nos pérégrinations. Je ne désespère pas d’amener Benny à Artemio-Franchi. Mais vu qu’il en a marre de voir des milliers de personnes autour de lui, je pense que je vais attendre un peu pour lui payer un billet. En revanche, s’il est entouré de 4 personnes du sexe féminin et qu’elles sont bien roulées, ça ne lui pose apparemment aucun problème ! Je ne donnerai pas plus de détails mais il s’est bien rattrapé de plus 80 piges d’abstinence !

Au petit matin, Benny s’est installé au piano. Ça fait longtemps qu’il veut s’y remettre sérieusement, histoire d’emballer un minimum. Il avait bien récupérer le bougre ! Il a sorti une partition des danses hongroises de Brahms, la sixième. Mais au lieu de la jouer, il s’est mis à composer des variations de Bali-Balo ! En plus, il a commencé à inventer des paroles. Le moins que l’on puisse dire, c’est que son imagination est particulièrement fertile, surtout à 8h du mat’, après ces agapes monumentales :
«Bali-Balo au Paradis, Bali-Balo au paradis,
Parlait de ses exploits au lit, parlait de ses exploits au lit.
T’as bien raison, lui dit Saint-Pierre,
d’l’avoir sautée dans l’presbytère !
Ah ah Bali-Balo, Bali-Balo est un salaud !»
.

 

Match

Grâce à un but qui avait été validé à tort, nous nous sommes sortis du piège du Chievo qui était bien parti pour obtenir un second match nul face à nous cette saison. Pasqual a inscrit un coup franc direct lumineux d’entrée de jeu avant que Cofie, comme le café sauf que ça s’écrit pas pareil, n’égalise. Finalement, grâce à une remise de la tête de Toni qui était hors-jeu au départ du coup franc de Pasqual, Larrondo a offert trois points cruciaux, ce qui nous remet d’aplomb après la déception de mardi, face à Bologne. Nous sommes à trois points du Milan ce miraculé. Il reste onze matches, ça va être une bagarre énorme pour accrocher cette qualification en Champion’s !

Notes

Viviano (3/5) : impuissant sur le tir parfait de Cofie, Emiliano n’a pas été dérangé par les attaquants du Chievo. Il a eu chaud sur une tête de Théreau, mais le Français a décidé de rater les cages qui étaient à deux mètres.

Gonzalo (3/5) : à part une perte de balle dangereuse à la 8e minute, l’Espagnol a tenu la baraque. La routine.

Tomovic (3/5) : solide derrière, le Serbe a bien failli inscrire le 2e but des Gigliati. Sauf que le gardien du Chievo a décidé de sortir un arrêt réflexe.

Compper (3/5) : je n’avais jamais entendu parler de ce gars. Après le match, je n’ai pas grand-chose à raconter de plus mis à part qu’il est Allemand et qu’il arrive d’Hoffenheim.

Pasqual (5/5) : un but sublime sur coup franc dès la 4e minute, un coup franc déposé sur la tête de Toni sur le pion de la victoire, des centres, de la grinta, un brassard. Grande Capitano !

Pizarro (5/5) : quand le Chilien joue, la Fiorentina gagne à chaque fois. Equation une nouvelle fois vérifiée dimanche.

Aquilani (3/5) : match sans fioriture pour Alberto qui a moins brillé que ses compères du milieu de terrain.

Borja (4/5) : l’Espagnol a été omniprésent mais n’a jamais pu trouver la faille. En tout, il a tenté sa chance quatre fois, sans parvenir à cadrer. Son influence dans le jeu au sol est toujours manifeste.

Ljajic (2/5) : tu veux en faire trop Adem ! Après avoir marqué contre l’Inter et Bologne, le Serbe a bafouillé son football, en dépit de son envie. Remplacé à la pause par Rômulo.

Jovetic (3/5) : avec un J comme «J’ai déjà été meilleur». Une tête à côté sur un centre de Borja (28’), une combinaison avec Toni qui finit par un tir au-dessus (46’) et c’est à peu près tout. Sinon, il y a toujours ses contrôles, de véritables gourmandises ! Remplacé par Larrondo (64’).

Toni (5/5) : je lui mets la note maximale parce que, semaine après semaine, ce type me ravit. A 35 ans, Luca a toujours la même envie de mordre dans le ballon, de courir partout, de s’arracher pour ses coéquipiers. Touche le poteau (70’) avant de donner une passe décisive  (et hors-jeu) à Larrondo sur un coup de billard (78’). Un modèle pour tous les joueurs. Remplacé par Migliaccio (80’).

 

Sostituzioni

Rômulo : gros mulot est entré à la mi-temps, a cadré une frappe d’entrée et c’est à peu près tout.

Larrondo : Montella a sorti les bollocks pour remplacer Jo-Jo à l’heure de jeu par un Argentin formé à River Plate et arrivé en provenance de Sienne. Son but n’est pas très esthétique mais il vaut trois points.

Migliaccio : crâne d’œuf.

 

 

L’instant Michela

Cet instant Michela est particulièrement dédié à Duc et Gérard Côlon, ces beaux lecteurs.

Michela 2

 

La grande storia della Fio : Giuseppe Chiappella

Chiappella

Lombard de naissance (San Donato Milanese, 1924), Giuseppe Chiappella a effectué toute sa carrière de joueur en Toscane, entre 1946 et 1960. Défenseur de formation, «Beppe» débute chez les professionnels à 22 ans, à Pise. Chez les Neroazzurri, il joue 97 matches (4 buts), connaît une descente en Serie C suivie d’une remontée immédiate en B. Après avoir fait ses classes à l’étage inférieur, Chiappella est recruté par la Fiorentina. Ses grands débuts se font face à la Juventus, le 11 septembre 1949 (défaite 5-2). Rayon trophée, il remporte le Scudetto en 1956 et la très longue et éphémère Coupe Grasshoppers, une compétition disputée sur 5 ans ( !) sous la forme d’un championnat rassemblant des clubs hétéroclites (outre la Fio, Nice, le Dinamo Zagreb, l’Austria Vienne, Schalke 04 et les Grasshoppers Zurich). International de 1953 à 1957 (17 sélections), Chiappella est aussi le deuxième joueur le plus capé de l’Histoire de la Fiorentina, accumulant 329 parties (5 buts). Sa carrière terminée, Beppe s’est installé sur le banc de la Viola pendant 8 ans (1960-1968), remportant deux coupes d’Italie (1961 et 1966) et la Coupe des Coupes 1961. Elu entraîneur de l’année en 1966, revenu brièvement à Florence en 1978, il a tenté l’aventure à Naples, Cagliari, l’Inter, l’Hellas Vérone, Pise, Pescara et Arezzo. Vaincu par une longue maladie, il a rejoint le panthéon des monstres sacrés de la Fio le 26 décembre 2009.

 

Il Music Box di Fra Francesco : Niccolo’ Paganini (1782-1840)

Cantabile par Leonid Kogan
Caprice n°24 par Jascha Heifetz
Moto Perpetuo par Yehudi Menuhin (génie d’entre les génies)
La Campanella par Mario Hossen

 

Toscana, il mio paese

Palazzo Medici-RiccardiMadonna

Construit entre 1444 et 1460 par Michelozzo Michelozzi (1396-1472) pour Cosme de Médicis (1389-1464), le Palazzo Medici-Riccardi est reconnaissable grâce à ses façades à bossage rustique (le style bugnato que l’on retrouve dans l’architecture du Palazzo Vecchio) et ses corniches marcapiano, éléments décoratifs typiques des constructions florentines datant de la Renaissance. Par ailleurs, la cour ouverte est d’inspiration romaine, comme en attestent les «fenêtres agenouillées» (finestre inginocchiate en italien), utilisées en Toscane à partir du Cinquecento. A l’intérieur du palais, racheté par les Riccardi en 1659, de nombreuses œuvres méritent le coup d’œil : le cycle des fresques de la Chapelle des Mages de Benozzo Gozzoli (1420 ou 1424-1497) avec ses portraits de la famille Médicis (notamment Cosme et Laurent le Magnifique), la Galleria degli Specchi de Luca Giordano (peintre de l’école napolitaine, 1634-1705), la Sala del Trionfo delle Arti avec la Madonna de Fra Filippo Lippi (aucun rapport avec Marcello, 1406-1469) ainsi que la statue d’Orphée et Cerbère de Baccio Bandinelli (1493-1560).

 

Copinage

Floriana n’est pas Toscane, c’est grave mais ça arrive à des gens très bien. Floriana est partie en Asie histoire de prendre peur avec son assiette mais elle revient très vite dans son Italie qui lui manque même si Zio Silvio est de retour et que Beppe Grillo lui fout la trouille. En attendant son retour, tu dois lire son article sur les lasagnes parce que c’est le meilleur plat du monde !

Quoi ?! Vous n’êtes pas au courant ?! Le football italien en version française, c’est uniquement sur calciomio.fr !

 

Toscanalement,

Fra Francesco

 
Vos commentaires (vous pouvez créer votre gravatar en cliquant ici)
  • Rojito dit :

    Mais pourquoi est-il aussi bon? J’en arrive à attendre les match de la viola rien que pour l’acad’ et son décorum. Parce que franchement, une équipe qui joue dans cette couleur, c’est mal.
    Avec des curés comme ça, on me verrait plus souvent à la messe en tout cas…

  • Blaah dit :

    Le catéchisme ne m’a jamais autant intéressé.

  • Tristan Trasca dit :

    Très agréable académie ! En espérant que la Chianti jouera tous les 3 jours la saison prochaine.

  • Patxi dit :

    Xabi Prieto m’a appelé pour te remercier. Parole de Dieu.

  • Duc dit :

    Grazie padre ;)

    ENcore une belle acad’, les aventures de B16 sont parfaites, il en devient sympathique !

    Petit match de la fio, mais l’europe se rapproche… Franchement meme l’EL serait pas mal vu les dernières années… L’année prochaine un Diamanti en cadeau et avec Rossi ca va envoyer du steak

Laissez un commentaire