Islande-Croatie (0-0) : La Borussia Akadémie y était (devant son streaming)

Pas de Freitagsspiel pour cause de trêve internationale, ni de match de la mort pour la Mannschaft pour cause de qualification déjà acquise, Jean a choisi de défendre sa caution hype issue de Dortmund et prendre de l’avance en regardant le match qui faisait le plus d’effet à son slip et ce qu’il y a dedans : Islande-Croatie, un match entre Ivica Olic et Eidur Gudjohnsen qui fleurait bon les vieux fous et le barrage fou.

 

Pour présenter rapidement les deux équipes : l’Islande, potentiellement la plus petite équipe à participer à un mondial, détrônant Dwight Yorke et sa sainte Trinité-et-Tobago. À la tête de la sélection islandaise, Lagerbäck, qui trouvait ça trop facile avec la Suède, qui a compris que c’était chiant l’Afrique parce qu’il y avait plein de noirs et que finalement le mieux était d’aller dans une patrie consanguine et en pleine reconstruction politico-sociétale pour donner un coup de pouce au foot local. Bon, il pouvait aussi zieuter sur une jeune génération qui s’est qualifié pour un Euro, et compter sur un mélange jeunes et vieux sympa.

En poule, l’Islande a navigué entre belles performances à l’extérieur et résultats contrastés à domicile. En fait, elle a surtout fait explosé quelques défenses en déplacement, dont la Suisse. Merci Gundmundsson pour ton triplé. Alors pour le barrage aller, l’équipe est très ressemblante au connu. Sauf Skulason frère, titulaire en latéral droit pour cause de suspension de Saevarsson ; et Finnbogason préféré à Gudjohnsen au coup d’envoi.

XIIslandevsCroatie

En face, la Croatie, c’est le bordel, c’est plein de talents mais sans cohésion. Stimac a contribué à rendre l’équipe peu brillante et a lui donné autant confiance qu’Hitler après Stalingrad. Pas de schéma, pas de projet de jeu, pas de continuité. Un mic-mac, une place de barragiste, une défaite contre l’Ecosse 2-0 en phase de poules et le duo Kovac-Kovac (Niko sélectionneur, Robert adjoint) se positionne chez les A – après une certaine réussite chez les Espoirs. Alors qu’est-ce que ça va donner sur le terrain ? Il n’y a qu’un seul nouveau dans les appelés : Males. Et sachant que Niko Kovac aimait bien le 4-1-4-1 et le 4-2-3-1, on peut s’attendre à un truc du genre. En fait, c’est un 4-5-1 compact selon la télé croate. Ouais, bon, pourquoi pas… Avec Mandzukic, sans Olic.

XICroatievsIslande

 

Le match :

Les dix premières minutes auront été les meilleures. Les deux équipes entament leur match comme si de rien n’était, comme si c’était un match quelconque et surtout de la façon dont elle joue le mieux : vers l’avant. Ca passe d’un but à l’autre, c’est agréable, mais ça ne dure pas. La Croatie commence à prendre la possession, à contrôler autant que possible, tandis que les Islandais ont du mal a trouvé les joueurs offensifs. Heureusement, si Skulason souffre côté droit à un poste qui n’est pas tout à fait le sien, Perisic est spécialiste du mauvais choix dans les derniers mètres.

Autre avantage pour l’Islande : ses remontées de balle rapides peuvent se mettre en place. En fin de première mi-temps, Gundmundsson et Sigthorsson le font parfaitement avec un une-deux de trente mètres côté droit. Modric tente de rattraper Sigth, celui-ci gagne le duel mais se plante le pied dans la pelouse. Out pour la fin du match.

 

Si du coup Eidur fait son entrée en même temps qu’Olic, au retour des vestiaires, c’est le même match qui reprend. Et sur une bonne passe dans la profondeur, Perisic file au but, Skulason fait la faute pour éviter à Perisic d’être ridicule en loupant l’occasion. Carton rouge…

Alors l’Islande a fait ensuite ce qu’il fallait : le dos rond. La Croatie a fait ce qu’il ne fallait pas : un match nul 0-0, en prouvant en plus de grosses lacunes dans le jeu offensif.

 

Les joueurs bien notés sans note (entre 3+/5 et 5/5, mais il n’y a pas de 5/5 sur ce match-là) :

Gudjohnsen-Sigthorsson, les attaquants vrais, rustiques et beaux. Dommage qu’ils n’aient pas eu l’occasion de jouer ensemble, cette fois-ci.

Modric, inférieur à Luka Do mais progressivement dans le coup. Ferait un bon joueur de handball.

Corluka, inférieur à encore Luka Do, mais bien.

Handarsson, un Handy cap à l’international.

Gundmundsson, cœur et amour. Jean a son chouchou.

 

Les joueurs qui ont pas foutu grand chose sans être non plus mauvais, peut-être au pire décevant, et qui donc ne méritent pas de note (entre 2/5 et 3/5) :

Pletiklosa, qui a touché trois ballons et demi en deuxième période.

G. Sigurdsson, qui a joué dans un mélange de récupérateur-relayeur e

Olic, pire qu’Arjen Robben sur l’aile droite mais mieux que rien.

Simunic, serein.

Srna, trop défensif.

 

Les joueurs mal notés sans note (entre 0/5 et 1/5) :

Rakitic, qui doit apprendre à tirer mieux les coup-francs s’il tient absolument à en avoir la charge en match international.

Perisic, qui aura été de tous les mauvais choix en première mi-temps. Et en seconde. Perisic ne veut pas affronter l’Allemagne en juin.

Finnbogason, la hype c’est bien, la hargne c’est mieux.

Skulason, dépassés des deux côtés, et expulsé d’un côté.

 

Les autres, Jean ne sait plus tellement ou n’a pas d’avis.

Match retour mardi, comme la France, mais ça sera à Zagreb, dès 20 h 15, et bieng. Caution prémices de la hype oblige.

 

Fred deh bih Déhu,

Jean Colère.

 

Et en attendant, écoutez donc Hymnalaya. Ou Mùm. Et pourquoi pas FM Belfast.

academicien

Le plus grand auteur Anal de football

2 Comments

  1. Je te rejoins sur Perisic, qui a formidablement réussi à rater son match, avec la manière. Si j’avais été pour la Croatie (mais quelle idée), je l’aurais insulté sauvagement. Visiblement Skulason signifie en islandais: « milieu de terrain replacé en arrière latéral par Lars Lägerback et qui est voué a galérer un brin ». Les deux sont pas méga rassurant, même si celui de gauche a été plus performant.

    J’espère que Kolbeinn sera vite remis sur pied, et que l’Islande ne prendra pas l’eau à Zagreb. Le retour de Saevarsson devrait aider (un peu).

    En tout cas, surpris par Halldorsson, espérons qu’il confirme Mardi. Quant à Eidur, c’est toujours la classe.

  2. Mais quel hipster ce Jean Colère ! Seule la Grèce est digne d’intérêt.

    Je te reconnais au tranchant
    de ton glaive redoutable ;
    Je te reconnais à ce regard rapide
    Dont tu mesures la terre.

    Sortie des ossements
    Sacrés des Hellènes,
    Et forte de ton antique énergie,
    Je te salue, je te salue, ô Liberté !

    Ramènes toi Angela on t’attend !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *