Manchester United-Stoke City (1-1) : La Raide et Vile Academy livre enfin ses notes.

« Il faut savoir arrêter une grève » – un homme politique depuis tombé dans l’anonymat, France, 2016.

Salut à tous !

Malgré le préavis de grève reconductible déposé par Luke Seafer, il était grand temps de remiser drapeaux rouges, pneus et essence, ainsi que cornes de stade et vuvuzelas au placard pour mieux nous enfermer chez nous et agiter tout cela devant notre écran. « Glory glory Man United » se devait de résonner à nouveau dans nos pénates, en lieu et place des habituels slogans revendicateurs à base de « on veut des sous ». Les pétroleuse se devaient aussi de reprendre les chemin des trottoirs, pour notre plus grand plaisir de pimp.

Une des raisons pour lesquelles nous nous rangeons du côté des social-traîtres à drapeaux oranges peut paraître évidente : à la Raide et Vile Academy, il nous est tout bonnement impossible de résister au charme rustique de notre adversaire en cette septième journée de Premier League : Stoke City.

Après avoir cartonné le champion en titre, puis livré une performance apparemment indigente (mais victorieuse) en Europa League face à un club ukrainien qui s’entraîne dans un abri anti bombardements, nos gagneuses ont retrouvé un semblant de confiance, et la mère maquerelle portugaise repris un peu de poil de la bête. Mais le temps presse : l’écart est déjà creusé entre nous et les autres ambitieux de cette PL sans pitié, et notre début de saison hésitant nous oblige déjà à engranger au maximum face aux « petits », sans quoi nos rouges diablesses se trouveront encore à jouer l’Europa League la saison prochaine. Et Satan sait que l’on ne veut déjà plus de cette saloperie chez nous.


COMPOSITION INFERNALE

Oui, vous ne rêvez pas : Rooney est sur le banc.


LE MATCH

United a dominé. Et dominé. Et dominé encore. La première mi-temps n’a été qu’une mise en bouche par rapport à la seconde tant les déferlantes rouges diaboliques ont redoublé après la pause. Comme souvent, nos gagneuses ont fini par marquer. Le coaching du Mou semblait avoir fonctionné, puisque c’est Martial, à peine entré, qui ouvrait le score d’une jolie frappe en lucarne opposée, sa douce spécialité (1-0, 69è).

Ici devait prendre place un gif animé du but. Mais l’auteur de ces lignes est trop une tanche pour l’incruster, d’où l’irruption de cette photo de liesse collective parfaitement authentique.

Mais comme d’habitude, nos cocottes ont cédé dans les dernières minutes. Un moment d’inattention, un excès de confiance, une prise de risque inutile, ont suffi à ce que les Stokiens se retrouvent inexplicablement à trois devant notre but, sans opposition. Joe Allen n’allait pas se priver d’égaliser, alors qu’une si nette opportunité s’offrait à lui (1-1, 82è)

Ici devait blablabla…d’où la présence de cette allégorie visuelle du mental des Red Devils depuis quelques saisons.

Sans idée et dans la précipitation, les entraîneuses en rouge terminaient le match par quelques derniers coups de rein désespérés, mais il était trop tard : le client pensait déjà à comment il allait expliquer son retard à sa femme, et le tarif de la passe était réduit de trois à un point. Et nos doutes de refaire surface.


LES NOTES.

De Gea 2/5 : Une fois n’est pas coutume, le but encaissé est pour lui, nonobstant Herrera qui prend son petit pont.

Valencia 3/5 : Hyper actif et puissant à la récupération. Lui manque de redevenir décisif comme lors des premiers matchs.

Bailly 3/5 : Porte bien son nom.

Smalling 3/5 : Propre et net, même s’il semble encore manquer un peu de rythme.

Blind 4/5 : Chouchou est de retour, il est toujours aussi parfait.

Herrera 2/5 : Bon match, mais cette défense nonchalante sur le but de Stoke lui coûte une note qui ne reflète pas sa forme du moment. Remplacé par Memphis (84è).

Pogba 3/5 : Enorme activité, mais comme d’habitude pour faire plaisir aux haters, il a manqué un certain nombre d’occasions, et/ou ses partenaires ont saccagé ses offrandes.

Lingard 2/5 : On le sent toujours capable d’actions de folie, et son intégration au jeu collectif progresse. On n’ira pas non plus au sommet avec lui… Remplacé par Martial (67è).

Mata 4/5 : Le petit homme est chaud comme un ballon frappé par Roberto Carlos. Et sa confiance semble paradoxalement boostée depuis l’arrivée du Mou. Le petit homme mystérieux. Remplacé par Rooney (67è).

Rashford 2/5 : un peu absent des débats. L’axe lui sied plus qu’une aile.

Ibrahimovic 2/5 : Doit mettre au moins un doublé sur ce match. Et puis non.

SUBS

Rooney NN Vaguement impliqué sur le but de Martial. C’est à peu près tout.

Martial NN Entre, marque, disparaît. À l’ancienne.

Depay NN Mais qu’est-ce qu’on rigole.

Bobby Carlton.

Photo du profil de Bobby Carlton

Bobby Carlton

Académicien et souteneur de la Raide et Vile Academy.

3 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *