Marseille – Montpellier (3-2) : La Paillade Académie livre ses notes

Brandon Albert met le seum, t’as vu

« Combien de temps ? Combien de temps encore ? Combien de temps ? Combien de temps encore ? »

Disiz.

 

Wesh la mif, ici Brandon Albert en direct des organes génitaux de ta catin de mère. J’viens pour honorer le paternel, parti défourailler de la vierge à foison au pays de Saint-Pierre, RIP papounet, je lève ma tise en ton honneur.

J’ai pas été élevé par n’importe qui, je sors des entrailles du plus grand ivrogne que cette salope de planète ait jamais porté. Nixamer la réinsertion, j’suis venu pour mettre le game de la prose dans un putain de mixeur moulinex. C’est pas au grain qu’on m’a nourri gadjo, c’est au jack daniels, à coup de cul sec, pas de doute je tise sec, pas de joute je te couche direct, appelle moi Patrice 51, le Babar du Bacardi . Mon canap est en sky à force de renverser les godets dessus. Alors ouais, avec mon poto Kevin La Fraiche, on vient réveiller les morts avec notre haleine de chacal, pour débarouler dans la piaule de la vieille en gueulant « geronimo » pour lui fourrer les restes du repas du clebard dans la schneck.

Dommage, je commence le bail avec encore une fois un entubage en règle. On s’est vus trop beaux à mener les marseillais pas le bout du dard, et au final ils nous pépom comme des catins de la rue saint denis, demande à Julien Dray pour les détails. On avait remporté la bataille du milieu, et on s’est fait mettre la kicke sur les côtés comme si on préférait les films de secousses au gillette mach3 !

Nixamer la réinsertion, on est bien cons maintenant, on avait fait le bout de chemin qui va bien comme un bout de teuch dans la poche arrière, combien de temps encore ? Notre progression de bringuebale se fait stopper par plus réaliste que nous, reste plus qu’à aller tenter de pécho de la belette dans les coins sombres de Saint Laurent des Arbres, capitale européenne de la confiture 2013. On se prendra des 8-6, on s’enjaillera sur les vagins qu’on peut même pas toucher en rêve, et on refera le monde. Parce qu’ici on fait le bail à 2 et ça restera asscom, les temps sont durs dans le clapas donc on s’accroche, sortez les parapluies, rangez les parasols.

 

Nixamer les titulaires :

Jourdren  (2/5) : Pas la prestation rassurante qu’on attend d’un putain de portier. Demande à Gégé le physio du Café Jo. Pas forcément le plus fautif sur les buts, mais il est retard sur ses appuis, la con de témor, il n’a pas l’air très au point physiquement.

Congré (0/5) : Déjà que son match puait la merde, il trouve le moyen de faire une cagade de plus, ce fils de chameau. Je lui mets l’seum direct à ce babouin.

Hilton (4/5) : Le maître en ses terres, comme un vieux pécore qui regarde ses hectares de vignobles sur son trône de fer. Il kicke sur tous les bastos qui bougent, je te dit « dek base ».

Yanga-Mbiwa (3/5) : Match moyen pour notre captain, t’inquiètes l’artiste, on te verra sur la piste pour danser sur les disques de pelouse à défourailler les ménisques des autistes.

Bedimo (3/5) : Il a fait le taf dans son couloir, mais pôle emploi n’a pas donné suite et il s’est fait sucrer les assedics.

Pitau (2/5) : C’est comme les arbres, tu comptes son âge avec les cercles qu’il a sous les yeux. Avec 543 piges au compteur, il est étonnant de voir Romain encore sur le terrain, d’autant que c’est pas avec une activité d’huître qu’on est un milieu défensif efficace. Remplacé par Deplagne (1/5), qui n’a pas osé sortir du registre du connard en babouches et a fait des fautes, des fautes et encore des fautes. Salope.

Dabo (2/5) : Dans la lignée de ses précédents match : trop violent, trop approximatif, trop con. Fautif sur le deuxième but, moche, empafé, encatané, le saucisson par excellence.

Camara (3/5) : Aziz comme il se dandine, il a le son dans le sang ma parole ! Tendax comme un tampax, il a tenté de foutre le faya à la défense marseillaise, mais pas souvent suivi, y compris par ses propres jambes.

Cabella (4/5) : Encore une fois seul au monde. Robinson en rade sur son radeau, ramant pour sortir les caraques des flots, hisse et ho. Nixamer la réinsertion, Rémi je kiffe ta coupe et ton style. Respect compère.

Utaka (4/5) : Il a été particulièrement actif pendant plus d’une heure, découpant au bazooka la défense adverse. Marque un but qui nous a fait espérer, la con de toi.

Herrera (3/5) : Il te tape des sprints et tout le bonhomme. Un autre homme, qui fait des appels sans être hors-jeu et qui est extralucide devant la cage pour planter un pion. Bon, il perd pas mal de duels le turlupin, mais ça reste satisfaisant. (remplacé par Charbonnier)

 

Nixamer les remplaçants :

Deplagne : voir Dabo.

Charbonnier : Aussi transparent qu’une urine un matin de cuite.

 

Bonus « Et on ne dira pas qu’il a hors jeu sur le premier but marseillais »:

Non, on le dira pas.

 

Le petit kiss qui va bien,

Brandon Albert.

3 thoughts on “Marseille – Montpellier (3-2) : La Paillade Académie livre ses notes

  1. Pas trop d’accord sur 2 points :
    C’est tonton Mapou qui merdoie sur le 2eme but,il a tendance à se la raconter un peu le captain, et j’ai trouvé le déambulateur de Romain plutôt actif jusqu’à ce que ses adducteurs de quadra ne lâchent. Je ne serais pas aussi sévère avec Deplagne, tant je reve qu’il prenne la place à Congre, pour qui tu es trop généreux : 2 bosses c’est trop bien payé…Comment a-t-il fait pouravoir un palais à son nom ce gonze ?

  2. Ce pamphlet de puceau me laisse pantois, pas étonnant que PLF y trouve son compte… Commencer par une citation de Disiz la peste, comme un symbole de pétard mouillé, enchaîner avec une prose utilisée par les cailleras versaillaises, tout pour plaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.