Middlesbrough – Arsenal (1-2) : La Gunners Academy livre ses notes

Mes amis, cette acad’ n’est pas une acad’ comme les autres. Non, aujourd’hui est un grand jour. Il s’est passé quelque chose de majeur à Arsenal, un truc qui n’arrive que tous les six ou sept ans. Un truc maboul. Ah voilà, je vois déjà les mauvaises langues dire « Un trophée ? ». Salauds. Non. C’est plus simple et en même temps plus compliqué. Un changement de système tactique.


On peut l’admettre sans trop rougir ni trop lui taper dessus, Arsène n’est pas un immense tacticien. Il a plutôt tendance à privilégier les hommes et leurs initiatives au sein d’un cadre donné, que le cadre lui-même. Depuis son arrivée à Arsenal, chaque changement majeur de système a été dicté par l’extérieur : par une mode, par un changement de mentalité général dans le monde du foot, par un basculement dans les systèmes des autres équipes ou par l’arrivée de certains joueurs. Toujours est-il qu’il s’agit probablement du premier signe fort d’une réaction par rapport à la situation merdique dans laquelle on s’est fourrés. Comme je le disais avant le match à Borough, peut-être que c’était une simple expérimentation, peut-être que ça ne durera pas, que ce sera mal exploité ou que ça ne changera pas grand-chose à la forme de l’équipe. Et si c’est maintenu et que ça paye, ça demandera un certain temps d’adaptation. Mais, dans l’optique où Arsène prolonge (soyons francs, on se dirige clairement vers cette solution), au moins, il y a une tentative de quelque chose.

Voilà donc le line-up au moment de démarrer cette rencontre chez les péquenauds. Que ce soit par sanction ou par économie en vue de la demi-finale de Cup (je préférerais que ce soit pour la première raison, mais les deux me vont), c’est donc Gabriel et Holding qui encadrent Koscielny dans ce back-three aussi inédit qu’un peu inquiétant. Monreal prend donc un rôle de wing-back qui lui convient assez bien sur le papier, sachant que ses capacités défensives de l’année passée se sont évaporées. A l’opposé, seurpraïze motherfucker, c’est Chamberlain qui est chargé de ce rôle. Dubitatif, j’étais. Au milieu, Xhaka garde son poste, vu que c’est à peu près le seul à surnager depuis quelques matchs, et se voit équipé d’un Aaron Ramsey, probablement pour sa capacité à se projeter. Le Gallois a beau avoir touché le fond ces derniers mois, avec cinq potentiels défenseurs et un numéro 8 qui a pris l’habitude de jouer bas, ça peut se justifier. Alexis et Özil se voient confier l’animation offensive, le premier plutôt côté gauche, et le deuxième plutôt côté droit (pied ouvert, comme il préfère). Giroud prend la pointe. Là encore, logique vu les dédoublements probables sur les ailes.

Seulement voilà, comme on pouvait s’y attendre, un changement de système ne produit pas ses résultats tout de suite, pas plus qu’il n’efface des semaines de non-jeu. Ces 90 minutes contre Middlesbrough n’ont donc pas été moins laborieuses que le reste. Les trois centraux ont semblé hésitants dans leur placement, dans leurs interventions, dans leur communication. Mais surtout, c’est l’animation qui semble encore une fois complètement rouillée. Les sorties de balle étaient loin d’être naturelles, tout comme les mouvements sans ballon, qui n’ont souvent abouti qu’à des attaques défenses assez inoffensives. A voir si Arsène maintient le cap et si ce match n’était qu’une préparation pour tenter le coup contre City.

 

CECH : 4/5
Très peu à faire, mais il sort quand même l’arrêt qu’il faut, sur une tête à bout portant. Souvent abandonné par ses centraux sur les phases aériennes, il a dû faire avec.

KOSCIELNY : 2/5
Même lui a été troublé par le changement de système et de rôle pour chacun. Pas encore dans le mood pour tenter des incursions et utiliser son jeu long, il tente une intervention ninja reverse complètement ratée sur le but de Negredo, là où un simple dégagement de la tête aurait peut-être fait l’affaire.

GABRIEL : 2/5
Encore très, très brouillon. Je maintiens que je l’aime bien. Mais certaines de ses interventions foutent le frisson de la gêne. C’est néanmoins le seul a être monté fixer ses adversaires balle au pied, ce qui explique aussi le bon match de Chamberlain.

HOLDING : 3/5
Le plus prudent des trois. Pas mal d’imprécisions dans ses transmissions en début de match, et pour cause, en préférant rester assez bas, il a été contraint d’allonger pas mal de passes risquées. Propre sur la couverture cependant. Il devrait tout donner pendant l’absence de Mustafi, il y a une place à prendre.

MONREAL : 0/5
Note sanction complètement injuste et j’en ai rien à carrer. Downing. Quelque chose comme 72 années de Premier League. Tout le monde, TOUT LE MONDE, sait que son truc, c’est le pied gauche. Oui mais non, Nacho préfère lui ferme le centre sur le pied droit. L’intelligence tactique, en 5 volumes.

OXLADE-CHAMBERLAIN : 4/5
Un début de match en forme de trace de pneu : un carton jaune dans les premières minutes, une virgule par Fabio, le jumeau nul (sachant que l’autre est devenu bancal entre temps), ça laisse augurer d’un match mémorable. Et ben, en un sens, ça l’a été : l’Ox nous a fait une très belle performance, rythmée par des remontées de balle et des percussions hyper pertinentes et efficaces. Bon, léger bémol quand même : ledit Fabio est sorti sur blessure assez tôt pour laisser sa place à George Friend, un latéral nettement moins à l’aise avec le ballon. A revoir en face d’un adversaire plus piquant donc.

XHAKA : 2/5
Une performance moins nette que lors de ses précédentes apparitions. Pas mal de fautes stupides qui ont donné lieu aux rares occasions de Boro. Et apparemment, il rentre dans le moule des mecs qui ne frappent plus de loin. Tristesse.

RAMSEY : 2/5
En dehors de sa déviation de la poitrine intelligente sur le but d’Özil, c’est toujours d’une médiocrité affolante.

OZIL : 3/5
Il devrait essayer de sauter sur les duels aériens, juste pour voir ce que ça fait. Ca nous éviterait de concéder un coup-franc à chaque fois, déjà. Et puis, qui sait hein, peut-être même qu’il en gagnerait quelques-uns.

ALEXIS : 3/5
Une bonne première période, plutôt dans la veine de ce qu’il avait fait à West Ham. Et puis il est retombé dans ses travers, dans ses dribbles à la con. Il sert quand même un ballon décisif sur le deuxième but donc c’est mieux que rien. Précision : non, son coup-franc n’est pas bien tiré. Mais ça a suffi.

GIROUD : 1/5
Peu servi, peu utile donc. Et il manque de justesse sur les quelques ballons qu’il touche. Pas forcément un plaidoyer en sa faveur ce genre de match, mais il faudrait commencer par mettre des ballons dans la boîte.

 

COQUELIN (pour Sanchez à la 89e minute) : Voir Francis tenter des débordements, c’est champêtre.

BELLERIN (pour Özil à la 89e minute) : S’il se sort les doigts et qu’on reste en 3-4-3, le poste devrait lui convenir à merveille.

Le Père Fidalbion

J’ai décidé de supporter Arsenal grâce à FIFA 99 : y avait Dennis Bergkamp sur la jaquette et c’était la première équipe disponible dans l’ordre alphabétique. Ce jour-là, j’aurais mieux fait de me péter une jambe.

4 Comments

  1. Suis en train de regarder le match contre City. Et en vrai, il sert à quoi Giroud ? Ce serait pas de l’emploi fictif ?

  2. @Pier Feuil Scifo : Il traverse pas la meilleure période de sa carrière au club, faut bien l’avouer. Mais ses camarades ne le servent pas idéalement pour le moment. Faut voir, le 3-4-3 pourrait apporter pas mal de centres au final. Donc W & S.

    @rorog : Trans-formation même.

    @Jean-Michel Laqué : JOSE COBOS PUTAIN. La Cristalline, elle est si bonne !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *