Montpellier-Lorient (2-0) : La Paillade Académie revient

Reviens, qu’il disait le pays.

 

Oh, j’avais disparu, enfoncé que j’étais dans les méandres de l’obscurité. Je me repaissais d’hydromel, tapi dans l’ombre, fuyant la lumière et la sobriété. À tous ceux qui me cherchaient, je leur envoie le calme pour les chérir. Lovez-vous donc dans cet apaisement, impatients compulsifs, vient l’heure à qui sait la refuser.
Serait-ce celle du maintien qui point à travers les nuages, accompagnant l’astre roi dans sa descente enfin sans entraves vers le monde terrestre ? Rien n’est moins sûr, car enfin ce cap (arbitraire mais vérifié année après année) mathématique va être franchi. Pas tout de suite, certes, mais il s’approche maintenant, c’est immanquable.

Mais je me garderai de faire un semblant de bilan à cette heure. Déjà parce qu’il reste tout de même des points à obtenir, notons que le calendrier n’a rien de clément. Et parce que voilà que me vient une poussée remarquable de fainéantise. Aussi vient l’heure des notes.

Les notes (donc)

Pionnier (4/5) : assuré, rassurant, bon père de famille responsable.

Roussillon (4/5) : qu’est-ce que vous avez foutu avec lui les gars ? Voilà qu’il rate plus un centre désormais.

Pokorny (2/5) : c’est quand même magnifique d’être grand comme deux chaises et de pas toucher une bille dans les duels aériens.

Hilton (3/5) : ça vieillit par intermittences.

Mukiele (3/5) : alors plus ça va, plus il dépose tout le monde sur trois appuis, plus il revient en marchant.

Sessegnon (2/5) : mais il est où hein ? Il est où ?

Skhiri (3/5) : t’as la classe d’un phasme quand tu cours mais qu’est-ce que tu boulottes des ballons !

Boudebouz (4/5) : j’en peux plus de ces dribbles géniaux qui finissent en ouverture en touche, de ces frappes parfaites après des parties de billards, c’est pas bon pour mon cœur.

Ikoné (3/5) : ça se boudebouïse beaucoup trop vite cette histoire. Vous voulez me buter, c’est ça ?

Mbenza (4/5) : alors c’est ainsi, on sait faire des trucs comme ça maintenant ? Pourriez-vous prévenir la prochaine fois monsieur, qu’on ne soit pas aussi surpris que Coco par le sémaphore ?

Mounié (3/5) : bel appui lorsque vient la balle, il centre à merveille sur le deuxième but.

 

En trait ! En jeu !

Dolly : le cornet de frites sur la tête, c’est pas possible, par contre, monsieur.

Lasne : dangereux une fois l’an.

Sylla : chantait.

 

Le bisou vigneron,
Marcelin Albert

marcelin

Qui ne saute pas est un Nîmois.

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *