OGC Nice – ASSE (1-0) : la Forez Académie veut y croire

Et bien ça ne sera pas pour cette semaine que j’académiserai une victoire en 2018…

Le match résumé en 1 phrase : « Une défaite encourageante reste une défaite »

Pour une fois, ASSE et football ont paru rimer ensemble. Les Verts ont proposé quelque chose, sous la houlette d’un très bon M’Vila, mais repartent encore avec une défaite. Sainté piétine au classement, 16e au soir de cette journée, et voit le spectre de la relégation se rapprocher à grands pas. On a recommencé à jouer au foot, c’est bien. Il faut gagner maintenant.

 

La compo :

Toujours en 4-3-3 mais avec Cabella meneur de jeu. Ça me plaît bien. Première titularisation pour N’Tep aussi, aligné sur le côté gauche. Derrière, retour de Lacroix ce qui n’est pas pour me déplaire tant Théophile-Catherine me crispe dans l’axe. M’Bengue n’a pas fait le voyage (joie) mais Janko est titulaire à droite. Après, vu les performances de Pierre-Gabriel ces derniers temps… Dans les bois, retour de ma Ruff’ malgré les bonnes performances de Moulin.

 

Le mâche :

C’est là qu’on voit qu’on a joué avec de sacrées pipes depuis le début de la saison. Un M’Vila à 80% et un N’Tep à 60% changent radicalement l’animation offensive de l’équipe. Si Sainté n’a pas marqué, c’est plus dû à des imprécisions techniques qu’à un néant footballistique comme on a pu le voir ces derniers mois. Les Verts ont concédé peu d’occasions mais se prennent un but sur coup-franc de Cyprien (22e, 1-0) sur lequel Ruffier n’est pas exempt de tout reproche. Le reste du temps, Lacroix a muselé Balotelli (oui, vous avez bien lu : Léo Lacroix a muselé Mario Balotelli), et les Niçois n’ont pas fait grand chose. Les Verts ont même cru égaliser mais Hamouma était hors-jeu (71e).

Au final, ça fait toujours aucun point, et Sainté se retrouve à seulement une unité de la 18e place. Néanmoins, sur ce qu’on a vu, on peut espérer voir l’équipe gagner dans les prochains mâches. M’Vila a montré plus de coffre que face à Metz, et s’il a queuté quelques gestes, il est clairement en train de monter en puissance. N’Tep n’a joué que 60 minutes, avec très peu de condition physique mais a déjà montré des choses intéressantes : on semble enfin avoir un ailier qui percute et crée des décalages, chose que ne savent pas faire Bamba, KMP ou Hamouma par exemple. Devant, Beric n’a jamais été servi dans de bonnes conditions, notamment par Cabella, mais je sens qu’il va se régaler sur les centres de N’Tep. Bref, l’urgence est toujours là, on ne pas se contenter d’une défaite encourageante dans notre situation, la victoire est impérative au prochain mâche. Et qui vient nous rendre visite ? Cette salope de Vercoutre. Faîtes nous plaisir en même temps que vous vous sortez un peu le cul des ronces, et bourrez lui le fion. Ah si, un dernier mot : Dabo et Diony ont été écartés du groupe. Dabo a donc été évincé par Galtier, Garcia, Sablé et maintenant Gasset. Diony lui enchaîne sa deuxième mise à l’écart. Je pense que c’est une bonne chose : c’est à cause de mecs aux comportements limites et à la mentalité douteuse que les Verts en sont là. S’ils veulent dégager, la porte est ouverte.

Dabo et Diony sur l’autoroute du succès (allégorie).

 

Le résumé du mâche :

 

Les notes :

Ruffier (la routourne a tourné, 2/5) :

Après avoir purgé ses 4 mâches de suspension, la Ruff’ faisait son retour dans les bois. Il mange un but évitable sur coup-franc (même s’il a été parfaitement exécuté) en n’anticipant pas assez sur son côté fermé. Sinon, peu inquiété à part sur une frappe de Burner.

Janko (faute de mieux, 2/5) :

Défensivement friable, il se montre devant et essaie à chaque fois de proposer une solution sur son aile. Maintenant, est-ce qu’il ne faudrait pas retenter KTC sur ce côté…

Lacroix (impensable, 4/5) :

Je ne pensais pas dire ça un jour mais Lacroix a fait un bon mâche. Face à un client en plus. Il aurait même pu être crédité d’une passe décisive. Grosse prestation.

Perrin (du mieux, 3/5) :

Je ne sais pas si le fait d’avoir un mec bon à côté l’a soulagé, mais je l’ai senti plus concerné le cap’tain. A l’aise défensivement, il a enfin sorti un bon mâche, ce qu’on avait pas vu depuis un moment.

Gabriel Silva (dou Brazil, 1/5) :

Plus ça va, moins ça va. Après, il reste meilleur que M’Bengue ou que le RPG actuel. Mais sa faute de débilos qui amène le coup-franc, c’est quand même une bonne raison de le saquer. Donc -1.

M’Vila (pré-chauffe, 3/5) :

J’ai vu du mieux par rapport à Metz. Déjà, il a joué 90 minutes ce qui prouve qu’il est mieux physiquement. Ensuite, il s’est plus montré dans la construction tout en étant important à la récupération. Je le sens bien.

Diousse (boarf, 2/5) :

Rarement bien placé, rarement utile, il ne prend aucun risque et ne récupère pas non plus beaucoup de ballons. Assez mitigé sur sa prestation, comme d’hab quoi.

==> remplacé à la 77e par Søderlund (non noté), qui faisait aussi son retour de suspension. On ne s’était même pas aperçu qu’il n’était pas là.

Cabella (œil de verre, 1/5) :

Il n’a jamais fait une bonne passe ou presque, et a raté tous les coups francs et corners qui lui passaient sous le pied. Un mâche de merde dans une position qu’il affectionne pourtant. Décevant.

Monnet-Paquet (il a joué ?, 2/5) :

Je ne l’ai quasiment pas vu de la partie, jamais dangereux, jamais trouvé par ses partenaires, aucune occasion, aucun centre, rien. Merci d’être passé.

==> remplacé à la 67e par Bamba (non noté), qui a fait la même chose que son prédécesseur. En moins bien et en moins longtemps.

Beric (so lonely, 2/5) :

Une occasion dès les premières minutes du mâche et plus rien derrière. Jamais servi, il a passé son temps à courir derrière la balle sans jamais arriver à l’attraper.

N’Tep (différent, 3/5) :

On avait les noms composé, maintenant voilà prénoms. Une belle occase détournée par le gardien et un contrôle raté sur un joli service en profondeur : Paul-Georges s’est montré devant. En manque de rythme, il a pourtant plus dribblé que n’importe lequel de nos ailiers depuis le début de la saison. J’aime déjà ce joueur.

==> remplacé à la 60e par Hamouma (non noté), qui gagne enfin un duel face au gardien, mais pas de bol, il est hors-jeu. Quand ça veut pas…

 

La question minitel : la question soigne son ulcère.

Les Verts perdent encore et pourtant, on peut y voir du mieux. Déjà, ce qu’on a vu ressemblait davantage à du football. Mais vous en retenez quoi de ce mâche ?

N’Tep à peine arrivé claque à la premières place de la question, M’Vila est troisième. Signe d’un mercato réussi ? Ouais, on verra. Mais ça promet en tout cas. Entre les deux, Léo « Beckenbauer » Lacroix : le mec a sorti un mâche dont on penserait jamais qu’il serait capable d’approcher ne serait-ce que le quart de ce niveau. Incroyable. Après, est-ce que ça sera juste un exploit isolé ou alors va-t-il enfin nous montrer qu’il sait vraiment jouer au foot ? Dernière place pour Cabella qui nous a rappelé les heures sombres des meneurs de jeu stéphanois comme Baudry (paix à son âme) ou Karim Fellahi.

 

Roland Gromerdier

 

HorsJeu recrute donc si le cœur vous en dit, lancez-vous !

Roland et ses collaborateurs tiennent à remercier EVECT, pour ses infos quotidiennes sur le club, le site asse-stats.com, qui est une mine d’infos chiffrées sur les Verts, Furania Photos pour ses images des tribunes stéphanoises à domicile comme à l’extérieur, ainsi que Poteaux Carrés, où l’on trouve un peu de tout.

N’oublions pas aussi d’encenser la Divette de Montmartre, qui permet à Roland d’étancher toutes ses soifs (de victoires et de houblon).

Si tu veux te bidonner sur des images qui bougent, alors Fouillasse est ton ami. N’oublie pas d’aller voir sa boutique avec pleins de t-shirts faits maison.

Enfin la fine équipe est aussi présente sur les réseaux sociaux, alors n’hésite pas à venir nous voir et à tailler l’bout d’gras, la page FB de la Forez Académie est fort enjaillante.

Et tu trouveras Roland sur fessebouc aussi, et sur touitère. Il ne mord pas et certains le disant même plutôt sympa. Gruger est aussi  sur le sôchôl net-oueurk, tout comme Robert Binouzaret : viens donc les saluer.

Roland Gromerdier

Né dans le Chaudron, de la verveine coule dans mes veines. Mes analyses sont aussi carrées que les poteaux de Glasgow. Peu importe les époques : je n’oublie jamais qui sont les plus forts.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *