Le Onze anal de la semaine

Le Onze anal n’a pas osé se présenter face à Raymond Kopa.

Et le Onze anal s’est dit que pour essayer de renverser le onze mondial, il allait tenter de s’inspirer des plus grands. On se retrouve hélas avec un football-champagne qui s’est transformé en football-8.6 et des joueurs qui créent le danger à chaque prise de balle. Et le fait que ce soit contre leur équipe n’est qu’un détail des heures les plus sombres de l’histoire de ce onze. Force est de constater qu’on n’a sélectionné que le pire, la merde, la lie, la scorie, le déchet, le vomi et le black-out. Que des numéros bis dans ma team.


Chernik 2/5 Aucun souvenir, le GHB a tout effacé. J’ai mal au cul, par contre. J’espère que lui aussi.

Malcuit (grand prématuré, 1/5) : quand tu prends la foire par des Opa N’Guette et autres Doukouré, as-tu le niveau d’une équipe qui s’appelle « Les Jambons de l’Ouest » ? Vous avez 4 heures.

Mustafi (1/5) : C’est champion du monde, ça ? Comment ça, « Mertesacker aussi » ?

Monreal (0/5) : Ne doit sa place de titulaire qu’au fait que son remplaçant s’appelle Kieran Gibbs.


Coquelin (1/5) : Physiquement à l’agonie. Sachant que sur le plan technique, on est plus près de Raoul, peintre en bâtiment, que de Michel-Ange…

Saivet (Riton Madoff, 0/5) : Henri Saivet (né Henri Arnaque Saivet le 26/10/90) est un footballeur escroc franco-sénégalais, ayant réussi à faire croire à déjà 3 clubs et 1 sélection qu’il savait jouer au football. Le 12 mars 2017, il a été arrêté et inculpé par le FBI pour avoir réalisé une escroquerie de type « Marvin Martin », qui pourrait porter sur 300 matches de Ligain.

Iwobi (0/5) : Le seul homme au monde capable de battre Xavier Dupont de Ligonnès à une partie de cache-cache.

Hamouma (Benzouma, 1/5) : il a passé son temps à dézoner, et se prendre pour le sauveur de la Nation (pas la place). Je serais pas étonné de le voir impliqué dans un chantage à la sex-tape sur Jérémy Clément prochainement.

Mandanne 1/5 Triste et tout seul, lui qui mourra quand il arrêtera car il est alcoolo au dernier degré.


Beric (Yohan Diniz, 1/5) : comme lui, il a passé son temps à marcher. Comme lui il s’est chié dessus. Mais pas comme lui, il a marqué un joli but. Trop peu pour éviter la disqualification quand même.

Giroud (1+/5) : A eu une occasion et n’a pas marqué.


Un Onze anal qui n’est pas canon, mais canonnier. Parce qu’il y a plein de boulets.

Photo du profil de Franck Ripoux

Franck Ripoux

Fondu de l’eTG, je porte ma Croix de Savoie académie dont je suis le papa, en relation ambiguë avec Pascal Diot-Maid avec qui j’ai trouvé la Tomme crochue. Je suis adepte du pragmatisme, et même Dupraz tique.

2 Comments

  1. Le fameux principe des vases communiquant. Plus c’est nul plus c’est drôle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *