Paços de Ferreira Porto (2-3) La Dragão Académie Livre ses notes

C’est la fin d’année, après le feliz natal plein de foie gras, d’huîtres, d’escargots, de raclette et de morue (oui il faut bien un peu de fromage pour faire passer), retour au terrain pour le dernier match de 2017 et la Taça de Liga.

Bom Dia,
Pour ce dernier match de l’année, les dragons se déplacent à Paços pour se qualifier pour la demi-finale de la Coupe de la ligue.
Le deal est simple, faire un meilleur résultat que Leixoes qui se déplace à Rio Ave et c’est la qualification. Sinon c’est la honte de laisser une L2 se qualifier à notre place.
Bref pas le temps de niaiser et Sergio envoie directement du lourd pour ramener les titres.
C’est annoncé, Porto est là pour tout gagner, de la coupe des foires du Douro à la Ligue des Champions.

O Equipe :

Sergio fait tourner pour garder tout le monde concerné et faire souffler ceux qui ont le plus joué.
Casillas remplace Sá, Maxí joue à droite, André André pour Danilo et Soares pour Aboubakar.

 

O Jogo :

Le début de match est aussi mou que le boudin commandé par Jugnot dans le Père Noël est une ordure.
Il faut attendre que Yacine prenne les choses en main.
A la quinzième il décide de transpercer l’axe de la défense pour servir Soares qui perd son duel comme les Anglaises leur dignité un 31 décembre.
Heureusement sur le corner notre roi mage Telles dépose un cadeau sur la tête de Reyes pour débloquer la situation. 0-1.

Pas venu là pour se faire chier, Brahimi décide de balancer un feu d’artifice.
Suite à une récupération de Telles dans notre camp, Yacine décide de partir seul balle au pied en baladant les adversaires par des feintes de corps. 50 mètres plus loin, un crochet une frappe et il a marqué comme dans Olive et Tom 0-2.

Yacine qui veut évacuer la dinde continue d’être notre fer de lance mais son centre en retrait voit Ricardo se faire contrer.

Alors qu’on se balade comme à la parade, sur un long ballon Reyes perd son duel avec Phellype qui bat Casillas 1-2.

Ce but un peu gag et complètement contre le cours du jeu ne nous fait pas changer de stratégie. On attaque, on attaque mais Soares est trop maladroit et Marega ne trouve pas la faille. Moussa est d’ailleurs proche de marquer quand Brahimi le lance plein axe, mais son crochet trop long laisse le temps au gardien de revenir.

Le match se poursuit tranquillou vers la mi-temps quand d’un coup, sur un nouveau ballon anodin, un joueur de Paços peut mettre en retrait sur Phellype laissé seul par Reyes qui ne l’a pas regardé arrêter sa course trois seconde plus tôt. 2-2.

Mi-temps :

On a donc mené 0-2 avant que Reyes sur ses DEUX SEULES PUTAIN D’INTERVENTIONS ne se rate comme un vulgaire défenseur de la France en finale de l’Euro.

Bref pour pallier tout ça, Sergio fait des changements. Aboubakar entre pour Soares ridicule et Corona entre pour Maxi afin de jouer le tout pour le tout.
On passe donc avec le 442 le plus offensif avec Ricardo arrière droit, Corona et Brahimi sur les ailes.
Il faut moins de cinq minutes (49e) pour que Corona trouve Aboubakar au second poteau et redonne l’avantage. 2-3

On n’a toujours pas une équipe pour défendre, donc on attaque à tout va. Paços n’arrive pas à s’approcher de nos trente mètres mais on ne marque pas les occasions de Telles ou Brahimi donc on ne tue pas le match.
Bon on a déjà mené 0-2 à la vingtième et on n’a rien tué, mais quand même, je ne suis pas venu ici pour Souffrir OKAY!

On gère paisiblement le match, limite on s’endort et au moment où je commence à mettre des caralho et des vai foder tous les 3 mots, Aboubakar a une occasion énorme mais Défendi la sort en corner.
Le match devient nul, il ne se passe plus rien, on essaie de jouer sans se livrer, Paços est résigné et ne met que des petits coups…Et justement sur un énième coup dans les chevilles d’Herrera, le Mexicain se dit que mettre un coup de coude est un bon réflexe !
Idée de génie, sanction froide comme la justice. Rouge pour notre chicano et jaune pour l’adversaire.
On tient les 3 minutes qui restent sans trembler ni concéder d’occasion, de toute façon Rio Ave mène 3-1 on est qualifié même si on perd.

O Resumo :

ici

 

O Dragoes :

Casillas (2/5)
3 frappes cadrées, 2 buts encaissés comme disait Dupontel : »Oh quelle sale histoire hein! »

Maxí (2+/5)
Victime de la mode, enfin de Soares tel est son nom de code.
Reyes (1/5)
Bowie disait « You can be hero juste for one day »… Ou for 10 minutes le temps de te vautrer deux fois comme une merde.
Marcano (2/5)
Pas pour lui les pions mais pas non plus tout blanc sur le second.
Telles (4/5)
La douceur de ses centres fait passer Cajoline pour de la publicité mensongère

Sourire ça n’a pas de prix

André André (3/5)
Quoi que tu fasses où que tu sois rien ne t’empêche de faire ton match
Herrera (1/5)
Comme dans un jeu tv, tu as tenté le super banco au lieu de partir avec les dix mille et tu rentres te faire insulter par ta femme comme un con.
Ricardo (3/5)
Que ce soit ailier ou latéral, rien à foutre, tu pisses sur les adversaires.
Brahimi (5/5)
S’arracher sur un match de reprise en Coupe de la Ligue, en plus d’être phénoménal, Yacine est investi. Monstrueux.

Quand tu dois tout faire

Soares (1/5)
Déception, tu es clairement une déception, à voir comment nos chemins se sont rencontrés, A se demander pourquoi, qu’est-ce que tu fais là.
Marega (2/5)
Pas buteur mais quelle activité et ses appels tranchants. « Mete o Marega » passé de moquerie à crainte des adversaires.

Ne vous inquiétez pas il arrive

 

O Banco :

Aboubakar (5/5)
Tu rentres tu marques et tu repars. ABOU-BA-KAR qui es tu qui es tu.

Quand tu as préparé des douceurs

Layun (Não Bigode)
Entré pour verrouiller.

Remarque à la con :
Je veux bien que le geste d’Herrera soit débile, mais à un moment la psychologie de l’arbitre c’est de calmer les joueurs qui ne font que mettre des taquets dans les chevilles non ?

Phellype on savait pourtant ou il se cachait cet espèce d’enculé

Si tu veux discuter ou suivre mes conneries c’est possible sur TWITTER @franckhomer
beijos anal, Homerc

Homerc

Né un soir de mai 1987 devant une talonnade devenu mythique. Tranchant comme Couto, précis comme une trivela de Quaresma, Dingue comme Futre #Troll #Sexe #RockNRoll

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.