à la limite du footballistiquement correct Twitter facebook
 
Un autre football est possible

Horsjeu est fier de faire partie d'Alterfoot, le portail alternatif.

 




 

Real Sociedad-Betis (3-3) : la Txuri-Urdin académie livre ses notes

Mercredi 6 mars 2013

Aupa !

Hein… Quoi ? Déjà dimanche ? Oh le con, j’ai vu la semaine passer aussi vite quequ’une bonne période de Griezmann. Faut dire qu’après la victoire dans le derby, tout s’est enchaîné très vite. Un verre, deux verres, une bouteille, deux bouteilles… Le reste de la semaine, dans le flou. Ma seule certitude, c’est que j’ai les couilles aussi vides que le compte bancaire de Valence. Sûrement le coup d’une ribaude de Bilbao prête à tout pour remplir les poches du club en vidant celles des autres. Il me semble même avoir aperçu Llorente dans le tas. Faut dire qu’avec sa gueule, même en y voyant clair on peut douter sur sa provenance. Et puis faut bien qu’il se trouve une nouvelle source de revenus.

Gagner un derby, ça a ses avantages

Les putes restent la première activité touristique de Bilbao

Impossible de mettre un pied au travail du coup. J’étais aussi chargé que ne le prétendent les pseudo chronico-humortistes de seconde zone venus chercher leur biffe dans un divertissement d’Ardisson aussi divertissant qu’une leçon tactique de Pablo Correa. Dommage, je me serais bien fait un ou deux petit supporters de l’Athletic histoire de connaître le nombre de cierges brûlés dans la Cathédrale.

Si on est déjà dimanche, ça veut dire que c’est jour de match. A peine le temps d’émerger que j’apprends les matchs nuls de Valence et de Malaga qui nous permettent de jouer la 4e place en battant le Betis. Encore un coup à rater une semaine de service. Je sais simplement que Chory Castro, pour une fois en forme dans la saison, est absent. Comme un symbole d’impuissance au lendemain de la fin du cycle sanglant.

Pre-jokoa :

« Eh les gars, c’est quoi ces conneries ? Je peux même plus passer pour une tanche avec toutes vos victoires moi ! Vous croyez franchement que j’ai envie de prolonger ici moi ? Pour me faire vomir dessus par des supporters qu’ont mal digérés les tapas/patxaran de la veille ? Plutôt crever sous les insultes des journalistes espagnols. Alors pas de connerie ce week-end les gars. Qu’est-ce qu’elle va dire ma femme si elle voit que je suis 4e au classement hein ?  Pour la compo, Illarra est absent. Zurutuza, tu seras titulaire avec Markel. Pourquoi pas toi Ruben ? Parce que toi t’es mon supersub de la 75e ! Devant j’aurais bien refait la blague de Vela sur le banc, mais l’absence de Chory m’oblige à te faire jouer. Agirretxe tu seras en 9 devant.  »

Compo

Jokoaren :

5’ : Reprise d’Agirretxe claquée par Adrian dans sa lunette

17’ : Longue ouverture d’Agi sur Vela à droite qui bouffe le défenseur, pénètre mais butte sur Adrian. Prémices d’un match âpre analement.

27’ : Longue ouverture dans la profondeur pour Griezmann qui reprend de volée des 30 mètres pleine lucarne. Les premières réactions ne se font pas attendre :

« Hein ? Quoi ? Griezmann qu’a fait ça ? »

« Hein ? Quoi ? Griezmann qu’a fait ça ? »

28’ : Flérant la polémique, l’arbitre assistant décide d’inventer un hors-jeu de Griezmann.

« Pfffff, on l’a échappée belle. Un instant, j’ai réellement cru que j’allais prendre un énorme but de Griezmann »

29’ : Agirretxe touche le poteau de la tête. Sur le contre, Joël Campbell trouve Jorge Molina qui bat Bravo. Le Betis marque sur sa première occasion. 0-1.

35’ : Iñigo prend le ballon des pieds de De la Bella. Probablement le meilleur moyen de conserver le ballon.

43’ : Habitué des 3e mi-temps, Zurutuza découvre qu’il n’existe cependant pas de 3e poteau. Le choc.

Mi-temps : Scénario inverse au derby du week-end dernier. La Real domine dans le jeu, dans les occasions, mais le Betis mène 1-0 à la MT.

49’ : Longue balle de Beñat en profondeur. Comme un symbole de l’entente Camara-Landreau, Regis Mikel Gonzalez lobe Bravo venu prendre l’apéro. Pabon en profite, 0-2.

51’ : Tête d’Agirretxe reprise de volée par Vela dans la surface. 1-2.

56’ : Centre de Vela-encore-lui pour la tête d’Iñigo petit-filet opposé. 2-2.

62’ : Penalty sifflé pour un pseudo coude du Betis. Dieu-Xabi-Prieto réinvente la panenka louchée. 3-2.

66’ : Une-deux Ruben Castro-Pabon pour la frappe croisée de Pabon. Doublé du nègre. 3-3.

70’ : Griezmann reçoit un centre seul dans la surface. Voulant éviter la polémique, il préfère rendre cordialement la balle au gardien.

78’ : CSC tout fait du Betis. Cet enfoiré d’Adrian décide de revivre à ce moment-là. Tocard.

Fin du match : Le scénario autant que le match me poussent à croire que les joueurs se branlent éperdument de la tactique. Pas 30 secondes sans une occasion, plus un joueur au milieu de terrain et une tension permanente. Ouais j’ai pris mon pied. Mais c’est pas de ma faute si ton égocentrisme te pousse à regarder des LOSC-FCGB voués à l’ennui dans l’espoir de tweeter sur un dégagement manqué de Marc Planus dans le but d’être élevé au rang de génie par trois tocards en branle devant leur écran. Les images du match présentées par Vladimir Poutine.

Jokalari :

Bravo (1/5) : Pourquoi ?

C.Martinez (3/5) : Dans un match où il aurait pu attaquer comme jamais, il a été moins offensif que d’habitude.

Mikel (0/5) : #TeamRegis

I.Martinez (4/5) : Avec un tocard pareil à ses côtés, ce mec a du mérite.

De la Bella (3/5) : Pas inintéressant. Ses lubies offensives ont pour une fois trouvé une justification. Méfie-toi quand même Alberto, c’est pas comme ça tous les dimanches.

Markel (3/5) : Avec l’absence d’Illarra, il s’est senti obligé de bosser plus que d’habitude. En attendant son retour pour reprendre un rythme de fonctionnaire.

Zurutuza (2/5) : Inexistant et inintéressant dans un match taillé pour lui, il ose se plaindre de son remplacement en fin de match. Le vrai scandale, c’est qu’il ait joué aussi longtemps.

Xabi Prieto (3/5) : Parfait dans les 30 derniers mètres adverses. D’où il n’est pas sorti jusqu’au coup de sifflet final.

Griezmann (3/5) : Très remuant avec des prises de balles plutôt intéressantes. Oui, son superbe but injustement refusé me contraint à dire du bien de lui.

Vela (5/5) : Si Montanier est prolongé, il pourra lui reverser la moitié de son salaire.

Agirretxe (3/5) : Une passe décisive et un match tactiquement intéressant en pointe. Je dirais bien que j’aimerais le voir maintenu, mais je connais trop Montanier pour ça.

Ordezte :

Ruben Pardo (Zurutuza, 72’) : Toujours un simple quart d’heure qui nous pousse à vouloir le voir sur 90 minutes.

Ifran (Xabi Prieto, 80’) : J’ai pas le souvenir d’un ballon touché. C’est pas faute de bien le distinguer sur le terrain.

Bonus :

Mon état cardiaque à l’issue du match. Comme un symbole de Marc Vivien Foé manqué.

Mon état cardiaque à l’issue du match. Comme un symbole de Marc Vivien Foé manquée.

On a connu plus doux comme réveil. Même si le match prêtait à l’érection, je dois dire que le point du match nul est absolument inintéressant. Dans la série qu’est la nôtre. Une seule défaite sur les 15 derniers matchs, mais nombre de résultats nuls décevants. Dire qu’avec ça on est toujours 6e à un seul point de la ligue des champions, on vit vraiment dans un championnat de tocards. Confirmation ou non dimanche à 21h avec un match à Vincente Calderon. Si on perd pas chez le 2e, plus de doute possible.

Muxus,

Patxi

 

 
Vos commentaires (vous pouvez créer votre gravatar en cliquant ici)

Laissez un commentaire