à la limite du footballistiquement correct Twitter facebook
 
Un autre football est possible

Horsjeu est fier de faire partie d'Alterfoot, le portail alternatif.

 




 

Real Sociedad – Real Betis (3-3) : La Balompié Academia livre ses notes

Lundi 4 mars 2013

« Ah ! sauvons-nous ! clament les Sarrasins. De ceux de France on entend les trompettes. Oyez, amis : l’empereur Palmerin arrive. Il va venir, le grand roi des Français ! »

 

Jamais Rolland Courbis n’aima les gens couards, ou orgueilleux, ou de méchant vouloir. Nul chevalier ne lui plaît s’il n’est brave. (…)

 

« Funeste jour ! disent les Sarrasins. Jour de malheur ! Nous sommes nés maudits. Voilà tués nos seigneurs et nos pairs ; et voici Palmerin avec sa grande armée !

 

Oyez des Francs les trompettes qui sonnent, et le grand bruit que fait leur cri Monjoie.

 

Le preux Rolland Courbis est de si fier courage qu’homme de chair n’en saurait triompher. Sans l’aborder, lançons des traits sur lui. »

 

Aussitôt dards et flèches empennées, épieux pointus, lances et javelots, pleuvent de loin sur le bon chevalier.

 

Ils ont troué son écu mis en pièces ; ils ont rompu son haubert démaillé.

 

Mais dans son corps ils ne l’ont point atteint.

 

Pour Veillantif, en trente endroits blessés, il tombe mort sous Rolland Courbis qui le monte. »

 

mouton_noir

J’espère que vous avez trouvé Charlie

Ah ben bravo morray, les Basques ont gagné mon admiration et mon respect pour l’éternité. Et cela n’a rien à voir avec cette pipe pipe pipe piperade servie par la maman basque d’un bon ami dans les années 70. Non, cela tient à la Chanson de Roland la chanson de geste du XIème siècle, avec les bougnoules malfaisants qui ont le mauvais rôle des pas raffinés sans couilles dresseurs d’embuscades. Au passage ils peuvent remercier Ganelon les métèques, cette espèce de traître couvert de merde cousin de Judas le suicidé après avoir touché les bourses des youpins. Respect aux Basques, parce qu’apparemment d’après les historiens (qui feraient mieux de se concentrer sur l’usage du synthétiseur dans les années 80), les bougnoules en fait n’ont rien à voir avec la choucroute (vous l’avez?), et Roland en vérité, a pris la fessée sur son cul par la milice basque. Putain c’est carrément plus fort que l’incendie du Reichstag pour défourailler les communistes un truc pareil ; les types te bombardent en pute avec des fromages de chèvre à moitié mouligasses, et derrière font porter le chapeau aux crouilles devant le tribunal de l’histoire. Ça tient du génie.

 

Mais attention je vais pas leur lécher le cul pendant six-cent mille ans. Autrement les types vont bientôt passer à travers la chaise en s’asseyant dessus. En tout cas je vais chier dans les bottes de Patxi qui l’a bien mérité. Attends je fais le coup de pute suprême : je compare les palmarès de l’Athletic Club Bilbao et de la Real Sociedad. Athletic Club : 8 titres de champion d’Espagne, 24 coupes d’Espagne, 1 supercoupe d’Espagne, 2 fois finaliste de la Coupe UEFA et Ligue Europa, vainqueur de la Morocco Summer Cup en 2008 (c’est quand même pas rien), 78 saisons au sein du Championnat d’Espagne de football (jamais relégué), etc. Maintenant le palmarès de la Real Sociedad et vous allez voir que c’est franchement famélique en comparaison : 2 titres de champion d’Espagne, 3 titres de champion de deuxième division, 2 coupes d’Espagne, 1 supercoupe d’Espagne. Alors la prétendue rivalité entre les deux équipes, c’est la grenouille qui veut se faire aussi grosse que le bœuf ; vous êtes prévenus la cervelle d’Antoine Griezmann va exploser façon « Scanner ».

scanners

Une photo pour les Belges

 

Ça vous a emmerdé les statistiques assommantes comme les nichons de Gervaise dans ta gueule ? Puis-je sérieusement envisager cependant, raconter toutes les semaines la vérité sur les arabes qui se désinfectent le zizi dans l’eau de mer, mangent le couscous par le cul et font l’amour avec des moutons en levrette, les juifs qui, grâce au trésor des templiers soit-disant enfoui à La Rochelle avec le socialisme de Jean Jaurès, dominent le monde capitaliste corrompu par leur sale race toujours en voie d’extinction mais jamais tout à fait, les jaunes la face de cul en forme de citron, qui cherchent toujours à t’enculer derrière leurs simagrées putassiers d’avaleurs de Yuki par paquets de trois, les nègres avec leurs cheveux en laine d’alpaga les pieds palmés qui te portent la serviette pour te torcher le trou du cul dans les bars et boîtes anglaises, les pédés qui se font caca sur la tête en fait de position numéro soixante-neuf, les nains putain, ces espèces de monstres dégénérés les paillassons dans le métro, et les romanichels éléphant bleu discount ? Non, cette semaine je vous propose plutôt de rentrer dans la ronde des anti-tout génocidaires en puissance, et ce par le biais de la musique qui n’adoucit pas forcément les mœurs la preuve. Voici quelques morceaux vomitifs gerbatoires qui vous donneront envie d’accélérer en voiture devant le passage clouté de l’école primaire, de lapider la promise de Rachid avant même qu’elle ne faute avec Mouloud, et de couper la bite des Zoulous pour voir si ça solutionne le problème de la famine en Afrique.

 

D’abord la salope de grecque la tronche de cul, qui aurait mieux fait de rester en Floride plutôt que de nous emmerder avec son accent à couper au couteau.

Ensuite le pédéraste coincé dans un trou noir forcément suspect.

Sans oublier la pédée chinese-pop complètement tarée.

L’imbécile à moitié juive qui croit de niquer avec un homosexuel notoire.

Et le meilleur pour la fin évidemment, la grande gagnante du concours capillaire devant Ezequiel Schelotto.

animaux-655-funny-lama-img

Non ça c’est Cuadrado, AUTANT POUR MOI

 

Le match :

 

30′ : Contre-attaque, Joel Campbell trouve Jorge Molina dans la profondeur entre les centraux, l’attaquant trompe le gardien en face à face. 0-1.

49′ : Ouverture de Beñat digne de Mathieu Bodmer, Pabon profite d’une mésentente entre un défenseur tocard non identifié et le gardien Bravo morray pour marquer dans le but vide. 0-2.

51′ : Centre mal dégagé par Mario, chandelle, Agirretxe, costaud, remporte son duel à la tête avec le même Mario décidément trop mauvais, et trouve Vela au second poteau. Reprise, but. 1-2.

56′ : Nouveau centre venu de la gauche en regardant les buts d’Adrian, cette fois repris de la tête par I. Martinez petit filet opposé. Excellent marquage de Mario au passage. 2-2.

62′ : Penalty à la con (forcément) concédé par Angel que je déteste depuis toujours de toute façon. Xabi Prieto réalise une panenka dégueulasse. 3-2.

66′ : Pabon s’appuie sur Ruben Castro, poursuit sa course par un appel dans la surface, remise, frappe, but. 3-3.

En première période la stratégie de la Real Sociedad se résumait à cela : profiter des espaces dans le dos des latéraux Nacho et Angel pour jouer long vers Griezmann et Vela les deux flèches sur Fifa en tout cas. Un but injustement refusé (à Griezmann, précision importante, pour Patxi en tout cas) et un poteau plus tard, la Real se laissait surprendre par une contre-attaque éclair mais ça n’a rien à voir avec Pikachu. En deuxième période le match s’est emballé jamais vu ça : des remontées de balles à cheval, l’anarchie tactique plus ou moins, et cinq buts. Le Betis ayant mené 0-2, une défaite par 3-2 eut été cruelle, mais Dorlan Pabon a fait kiffer du narguilé donc ça passe. À part ça allez tous vous faire enculer et merci.

doigt

Les notes :

 

Adrian (3/5) : Abandonné par sa défense comme Palmerin au tribunal, il ne pouvait pas faire grand chose.

Angel (0/5) : Concède un penalty en plus d’être une merde restée collée à la moitié de ton cul.

Amaya (4/5) : Peuchère il fait du tandem avec des handicapés unijambistes.

Mario (0/5) : La prochaine fois une chaussure rouge une chaussure verte, ça fait le clown ultime champion de bowling.

Nacho (2/5) : Défend comme un peintre cacatophile amateur des arts premiers.

Cañas (2/5) : Forcément avec un paillasson sur la gueule c’est compliqué question vision du jeu.

Beñat (4/5) : Propre, passeur etc.

Campbell (4/5) : Une belle passe décisive mais c’est un noir il n’a pas d’âme et il mange des enfants albinos.

Juan Carlos (3/5) : Match en demi-teinte de mulâtre.

Pabon (5/5) : L’homme du match est un semi-nègre percutant. À part ça la Liga c’est le meilleur championnat du monde.

Jorge Molina (4/5) : De bonnes combinaisons avec les nègres. Bravo, c’était pas évident.

Les remplaçants :

Ruben Castro : Entrée décisive cf. descriptif des buts.

Nono : On s’en fout rentre chez ta mère.

Chica : Pitié pas lui.

Palmerin

 
Vos commentaires (vous pouvez créer votre gravatar en cliquant ici)
  • Rigobert Pirès dit :

    Palmerin, c’est quand qu’on fait l’amour ensemble ?

  • DudU dit :

    Je trouve que le Betis repose beaucoup sur des nègres. Ca va ton anus Palmerin ?

  • Patxi dit :

    La Real l’emporte au moins largement sur le palmarès anal. Griezmann touch.

  • Mèch Tuyot dit :

    des liens d’une qualité essepssionnelle ! et le reste aussi. Même si je connais que 2-3 joueurs et que je m’en branlent.

  • Mèch Tuyot dit :

    Et que je fais des fautes immondes comme un symbole d’Eysseric

Laissez un commentaire