à la limite du footballistiquement correct Twitter facebook
 
Un autre football est possible

Horsjeu est fier de faire partie d'Alterfoot, le portail alternatif.

 




 

Rennes – Ajaccio (1-1) : l’Aiacciu Académie livre ses notes

Mercredi 22 mai 2013

 

C’est l’histoire d’un mec qui va voir Rennes-Ajaccio et qui enregistre le match avec sa Live Box pour pouvoir le remater tranquillement en rentrant. Sauf que le mec rentre de son week-end, allume la télé et se rend compte qu’en fait, il a enregistré Reims-Lorient. Ce mec, c’est moi. Du coup, l’académie sera construite autour des souvenirs de la tribune.

L’objectif du jour était bien sûr le maintien. C’est pour cela qu’Albert Emon proposa une composition d’équipe bâtie pour gagner le match. Ou plutôt pour ne pas perdre. La défense était composée de Diawara à droite qui remplaçait Chalmé suspendu, Saad à gauche qui suppléait Bouhours blessé et dans l’axe, la paire des « -Ard/-Ar » Poulard/Zubar. Au milieu de terrain, pas de surprises non plus puisque Lasne et Mostefa étaient reconduits comme depuis la blessure de Faty. Ce qui créa la surprise, ce fut la titularisation de Frédéric Sammaritano, mis au placard (un petit placard hein) depuis un moment et plus titulaire depuis la 29ème journée contre Marseille. Pour l’accompagner : André, Cavalli et Mutu en pointe.

Pour ce qui est du match, toujours la même chose. On commence le match tambours battants, on marque au bout de cinq minutes sur un coup de pied arrêté chanceux puis on laisse le ballon aux adversaires, on recule, on n’arrive pas à construire, on subit, on n’arrive pas à sortir proprement, on regarde les adversaire jouer, on n’arrive pas à faire trois bonnes passes d’affilée et au final on se fait rejoindre sur un but moisi dans le temps additionnel de la première mi-temps. La deuxième période sera un long calvaire pour les supporters et les joueurs de l’ACA qui ne s’approcheront pas une seule fois de la cage de Costil. Mais le principal est bien là, LE MAINTIEN. Ou presque. Pour que l’ACA descende, il faudrait que Troyes remonte une différence de but de -7. Pour faire plus clair : Troyes doit gagner 4-0 à Valenciennes et Ajaccio doit perdre 3-0 contre Nice. Autant dire que ce n’est que très peu probable. Résultat : votre académicien corse préféré sera toujours là la saison prochaine. À votre plus grand malheur.

tactique SRFCACA

 

ANNUTAZIONI :

Ochoa 5/5 : la seule chose que Memo n’arrêtera jamais, c’est mon amour pour lui. Enfin contre Rennes, il n’a rien eu à faire, juste à aller chercher le ballon au fond de ses filets après le but d’Erding.

Diawara 4/5 : à croire que le Stade Rennais lui réussit bien. Déjà buteur lors du match aller, Fouss’ a rééditer l’exploit samedi dès la quatrième journée. En plus de son but qui assure le quasi-maintien, le Malien a encore une fois bien géré derrière et apporté son soutien dans les rares attaques de son équipe.

Poulard la moyenne/5 : l’arthrose commencerait-elle à ronger notre vieux défenseur ? Poulard a eu du mal face à un Erding remuant notamment sur le but de celui-ci où il n’est pas au marquage. À moins que ce ne soit la rouille.

Zubar 4/5 : Zub-artiste de la défense. Zub-artiste du jeu aérien. Zub-artiste des prises de balle décisives. Zub-artiste de mon cœur.

Felipe Saad 3/5 : des touches à la Delap, des dégagements à la Wilkinson et des interceptions à la Luol Deng mais Saad n’est pas anglais hein, il est brésilien.

Mostefa 3/5 : encore un match à boucher les trous, à colmater les brèches, à combler les espaces, à tacler tout ce qui bouge. Et encore un match à jouer trop bas. Sorti sur blessure à l’heure de jeu.

Lasne la moyenne/5 : plus les matchs passent, moins son influence sur le jeu se fait ressentir.

Cavalli la moyenne/5 : le but de Diawara vient d’un de ses coups-francs mal tirés. Le reste du temps, il n’a pas su construire quoique ce soit. Son geste de la soirée fut tout de même une belle retournée bien boxée par Costil.

André la moyenne/5 : une passe décisive à l’insu de son plein gré et c’est presque tout.

Sammaritano 2/5 : bizarrement la prestation de Sammaritano se rapproche d’une épreuve de Fort Boyard : il ne trouve pas la clef et ses partenaires n’ont qu’un mot à la bouche « vite, vite, sors, t’as plus le temps ».

Mutu 2/5 : il a tiré quand il fallait passer, il a tiré à gauche quand il fallait tirer à droite, il a énormément gueulé alors qu’il aurait dû se remettre en question et au final, il n’a que trop peu pesé sur la défense rennaise. Un match à oublier pour le Roumain.

 

I RIMPIAZZANTI :

Diarra, 61ème minute, NN : Emon a joué la carte offensive en faisant rentrer Diarra à la place de Mostefa puis en replaçant André un peu plus bas mais cette « prise de risque » n’a pas fonctionné, Diarra ne se procurant qu’une petite occasion.

Belghazouani, 67ème minute, NN : en dilettante, l’impression qu’il ne donnait que 20% de ses capacités sur le terrain alors qu’il aurait fallu un mec à 300%.

Delort, 78ème minute, NN : il a une larme tatouée au coin de l’oeil mais à Rennes, il n’a pas fait pleurer ses adversaires. Il n’a même pas eu une situation d’attaque intéressante.

 

On se retrouve la semaine prochaine pour la dernière académie de la saison. Il est temps que tout cela se termine, l’inspiration se faisant de moins en moins présente. MAIS BON, ON S’EN FOUT, ON RESTE EN LIGUE 1 (normalement).

Perfettu Erignacci.

 

 

 
Vos commentaires (vous pouvez créer votre gravatar en cliquant ici)

Laissez un commentaire