Saint-Etienne – Lorient (3-2): La Merlus Académie vous sert de la défaite sur un plateau

Bonjour à tous ! Comme  vous le savez je pense, Lorient a encore perdu ! Je crois que c’est environ notre 1000e défaite consécutive, la 703e au mois d’Octobre. Bon, je gonfle peut-être un peu grossièrement les statistiques, mais en tous cas on n’arrête pas de prendre cher dès qu’on se montre sur un terrain de foot. Là vous vous dites que le mec il a oublié d’être triste, on dirait que c’est Roazh Takouer qui vient nous encore nous déballer ces conneries sur Lorient. Non, si je ne me morfonds pas, c’est parce que j’ai trouvé un échappatoire depuis le match de Bastia la dernière fois. Sérieusement, ces lasagnes m’ont sauvé la vie. Alors, quitte à mourir, autant que ce soit avec le ventre plein. Et pour ce match contre Saint-Etienne, je vous propose donc de découvrir le croque-merlus, recette qui m’a été aimablement communiquée par mon amie la Chef Lardon (ça ne s’invente pas…). Merci beaucoup Lardon !

Le croque-merlus est un croque-monsieur basique, mais dont tous les ingrédients ont une origine garantie 100% FC Lorient. Pour un bon croque-merlus nous avons donc besoin de :

–          Un gardien du FC Lorient, certifié tomate orange de qualité.

–          Une défense centrale du FC Lorient, certifiée Gruyère à trous de qualité.

–          Deux arrières latéraux du FC Lorient, certifiés pain de mie moelleux de qualité (celui qui s’enfonce au toucher)

–          Deux milieux axiaux du FC Lorient, certifiés béchamel fraîche et naïve de qualité (un peu de beurre, un peu de farine, un peu de lait).

–          Deux ailiers du FC Lorient, certifiés fromage (de votre choix) qui fond après deux aller-retours de qualité (le fromage, pas les aller-retours).

–          Deux attaquants du FC Lorient, certifiés jambons de qualité.

Maintenant, l’important est que les ingrédients se marient bien entre eux, afin que le premier club (pas les sandwichs, bande de nigauds) venu ne puisse faire qu’une bouchée de cet encas savoureux ! Pour commencer, la béchamel. Mettre du beurre à fondre dans une casserole, et pendant ce temps préparer le gruyère. Je voudrais des volontaires pour nous faire une petite démonstration… Alors… Vous là ! Oui, vous, venez n’ayez pas peur… Comment vous-appelez-vous ? Brandon ? Très bien Brandon, on va commencer par râper la défense lorientaise.

– Che peux touchéo ?

 Oui bien sûr, prenez cette râpe et n’y allez pas de main morte, de toute façon la défense est consentante !

– Consentantche ? Commche dans la voitourche ? No rape !

Pardon ?

– Non non ! Fille consentantche, Brandon pas méchanche !

Je ne comprends pas ce que vous dites… Concentrez-vous sur votre gruyère… Voilà… Des mouvements réguliers…  Doucement… Doucement… Ne vous précipitez pas… On accélère progressivement. Comme ça… Oui! De la cadence ! Plus vite, plus vite, plus vite ! C’est bien, c’est bon !

– Oui oui ! Pas violche ! Brandon amourche, amourche !

Ok Brandon… Ok… Bon on va s’arrêter là, la défense lorientaise est suffisamment râpée comme ça de toute façon

– Non non ! No rape, no rape ! Amourche, amourche !

Tout va bien Brandon, tout va bien… Regagnez votre place… Bon, le beurre est fondu, on rajoute donc un peu de farine, on coupe le feu, et on verse le lait. Il faut mélanger. J’ai besoin d’un autre volontaire ! Alors… Ah ! Ben Stiller nous fait le plaisir d’être avec nous ce soir ! Venez Ben, venez donner le tournis à nos milieux béchamel ! Comment allez-vous Ben aujourd’hui ?

– Haha yeah, fuck Lorient ! You don’t trust moi Lorient, you don’t trust moi ? Fuck toi, fuck toi !

Ah très efficace Ben, très efficace, un peu vulgaire mais les milieux lorientais sont bien liquéfiés… Rajoutez le gruyère, histoire que défense et milieu se retrouvent dans le même marasme.

– Take that ! Burn, burn !

Ah non il ne faut pas que ça brûle, attention !

– You think je rigole ? I’m not le rigolo anymore ! Yeah! Burn, burn! Motherbaiseur ! I know how to jouer!

Ok Ben, c’est bon… On va laisser la béchamel se reposer. J’ai besoin de trois garçons maintenant : un pour le pain, un autre pour le fromage, et un dernier pour le jambon. De préférence un idiot, un vieux et un grand noir costaud, pour montrer que le croque-merlus est accessible à tout le monde. Oui ? Très bien ? Comment vous-appelez-vous ?

– Je m’appelle Yoann Trémollo et me dis pas ce que je dois faire enculé !

– Je suis Fabien Leprêtre.

– Kirk.

Je crois que nous avons ici un panel de choix ! Yoann, prenez les arrières latéraux lorientais…

– Enculé ! Enculé ! Me touche pas !

Il nous faut de belles tranches de pain de mie, Yoann, vous pouvez le faire, arrêtez de pleurer. Fabien, occupez-vous de couper les ailiers lorientais, de belles tranches de fromage !

– Vous savez, je ne suis pas vieux en vrai. J’ai juste des cheveux blancs.

Bien sûr Fabien, bien sûr, il n’y a pas de honte à mentir sur sa date de naissance, tout le monde le fait depuis les débuts de Rigobert Song en 1967. Et Kirk, tranchez moi ces jambons d’attaquants lorientais !

– Voilà.

Parfait ! Alors, on passe à la compo : une tranche de pain, une de fromage, une de jambon, une autre de fromage, une autre de jambon, de la tomate pour la déco fantaisiste, un peu de béchamel… La deuxième tranche de pain… Et une nouvelle couche généreuse de béchamel parce que c’est ce qui fait la différence ! On met le tout au four d’abord thermostat 8, puis grill, avec les durées respectives qui vous conviennent pour avoir un croque-merlus doré à votre convenance. Je vous laisse admirer ce four en forme de chaudron, qui dégage une belle ferveur. A n’en pas douter, notre plat va être très réussi aujourd’hui ! En accompagnement, je vous propose la bande de frites du banc des remplaçants du FC Lorient, certifié champ de  patates de CFA de qualité.  Ne pas oublier la salade du président du FC Lorient, certifiée 100%,  « je suis trader, les salades ça me connait ». On sort le croque-merlus du four… Il a l’air cuit à point ! La dernière touche, le grain de sel de l’entraîneur du FC Lorient, certifié 100% sel génial de qualité. C’EST PRÊT !  Ah, Chef Lardon veut intervenir. Oui, Lardon ?

– N’oubliez pas de boire. Accompagnez votre plat, de bière, de vin, de spiritueux, de liqueurs, d’alcool, d’alcool, d’alcool ! BUVEZ, BUVEZ, BUVEEEEEEEZ !

Vous êtes encore bourrée Lardon ?

– Non. Oui. Peut-être.

Eh bien merci quand même pour ce conseil de première classe effectivement ! Et merci encore pour votre superbe recette ! Ce sera le mot de la fin ! Merci de nous avoir suivis, et bonne chance dans vos cuisines partout en France de la ligain! A bientôt pour de nouvelles aventures culinaires !

Un petit commentaire ?

Le gardien : Les buts c’est comme le ketchup. Quand tu t’en prends un, tu t’en prend plein.

La défense : Allez-vous faire cuire un œuf (variante appelée le croque-madame).

Les milieux : Allez-voir ailleurs si ma banane y est.

Les offensifs : Jambon-cornichons, y’a que ça de vrai.

Les remplaçants : LOL.

Le résumé : Allez-y, c’est permis.

Si vous voulez faire partie de l’aventure ou pour toutes questions, vous pouvez m’écrire à [email protected] Quelques liens supers: mon Facebook, mes onze mondial et anal de Lorient, ou de l’aide à Horsjeu. Merci.

Tristan Bourrepif

academicien

Le plus grand auteur Anal de football

8 Comments

  1. J’ai déjà bien trop manger comme ça dimanche, mais ça donne presque envie d’en reprendre. De toute les défaites aux fcl, c’est comme les cuites, on se dit qu’on n’en prendra jamais plus mais on recommence le week-end d’après!

  2. @ Roland: Tant que notre défense et nos milieux auront ce niveau de jeu, il y aura de la béchamel pour toute la ligain, deuxième ration aux matchs retours…

    @ Chef Lardon: DE RIEN. J’aimerais bien la recette de la choucroute, je pense que mes merlus pourraient facilement être comparés à une belle bande de saucisses empêtrés dans beaucoup de chou.

    @ Aywazz: Je pense que je préfère nettement les gueules de bois liées à l’alcool dans ce cas-là! Au moins on prend du plaisir à un moment de la soirée.

  3. Merci, ça change et ça permet d’oublier cette défaite qui aurait pu finir sur un 8-2 si on avait pas eu de la chatte.

    Dédicace à Audard qui est responsable de l’ouverture du score.

  4. A servir toujours la même recette en plat du jour on finira par ne plus apparaitre dans la prochaine édition du guide Mich’liguain.
    Il est temps que notre chef choisissent de meilleurs ingrédients et nous concocte un plat plus digeste, pas forcément un menu étoilé, un truc léger à base de 1-0 me suffirait en ce moment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *