à la limite du footballistiquement correct Twitter facebook
 
Un autre football est possible

Horsjeu est fier de faire partie d'Alterfoot, le portail alternatif.

 




 

Saison 2012/2013 : la Forez Académie dépose le bilan (3/3)

Lundi 1 juillet 2013

3ème et dernière partie (les deux 1ères sont ici et ) de mon bilan de la saison 2012/2013. On finit dans la joie et la bonne humeur avec quelque chose de plus léger : le bilan de la Forez Académie herself. Cette année a été chargée (mon foie aussi) et c’est difficile de tout raconter dans le détail . Néanmoins, comme je vous le répète assez (trop ?) souvent, je suis sur Paris et donc je regarde la majorité des matches dans mon repaire stéphanois à la capitale : la Divette de Montmartre. La plupart du temps (tout le temps en fait), je suis accompagné de mon fidèle a(l)colyte, le bien nommé Jean-Michel Hole Ass, et je lui ai laissé tribune libre pour qu’il nous relate sa vision de la saison dans ce bar mythique. Jean-Mich-Mich, c’est à toi.

 

L’année de la divette vue par Jean-Michel Hole Ass :

 

La folle saison des verts vient de s’achever, celle que toute la jeune génération stéphanoise attendait, je vais pas vous refaire le film…Tout le monde en parle (et bien mieux que moi) depuis cette fameuse soirée du 20 avril…Et si jamais vous avez raté ça, allez donc jeter un œil aux académies de l’ami Roland Gromerdier.

C’est donc une expérience très personnelle que je souhaitais vous faire partager, celle de ma saison du côté de la Divette de Montmartre, repère fabuleux ou tout Stéphanois en exil dans la capitale se doit de venir découvrir les charmes du lieu. A ce jour, je connais 3 bars avec l’étiquette ASsE sur Paris, Le rond Point, Le Descartes et donc vous l’aurez compris la Divette. Autant il est facile de se passer des deux premiers même si les gens du Descartes sont très accueillant et même si la section Paris a basée son QG au Rond Point, la Divette c’est comme le côté obscur de la force et c’est tout ce qu’on aime.

Pour beaucoup de gens, la Divette c’est ça !

Comment vous d’écrire cet endroit… C’est un le seul bar intemporel que je connaisse. Peu importe le moment, peu importe le temps, l’horloge de la Divette s’est arrêté sur 23h. Débarqué dans ce petit paradis c’est l’assurance d’y rencontrer des gens formidables et qui ont tous une histoire a vous raconter. Ce bar fleure bon l’accent du Forez, les soirs de match on y parle même parfois le Gaga. Ça chante comme dans le Kop, la bière y est bonne et pas trop chère en plus. La Divette c’est un bar de Village perdu en plein Paris. Ce que je préfère a la Divette c’est ça, parler de Sainté avec des touristes en visite dans le quartier, partager un match avec les copains, chanter pour nos couleurs et boire de la Verveine.

La Divette c’est aussi un patron, un vrai, un taulier, Sergio.

  sergio

Romeyer a de la chance, il se trouve à la droite de Dieu (Sergio)

J’ai choisi de vous parler de quelques moments marquant de ma saison a Montmartre, pas forcément des meilleurs matchs de l’ASSE  mais de ceux qui ont le plus fait vibrer la Divette. Mon dépucelage a eu lieu lors de la dernière de la saison 2011/2012, ASSE-FCGB, une rencontre avec Roland Gromerdier suite a des échanges via le Web et un RDV avec comme objectif d’empocher l’Europe. Acte manqué… C’était trop tôt. Une promesse faite, revenir des la saison suivante et putain si j’avais su. Du coup quelques éléments à maîtriser pour votre première visite.

Les choses à savoir pour votre première Divette :

-         On ne tire pas la chasse, sinon tu inondes le bar. Sauf si tu es une fille et que tu as des petites ballerines en toile, parce que la ça fait rire tout le monde,

-         On ne décroche pas le tableau des Beattles. Sacrilège !

-         On ne regarde jamais en l’air, sinon on sait que c’est votre première fois ici,

-         Rencontrer les sosies de Messi et Basile Boli, monnaie courante a la Divette,

-         Jouer au Baby avec la famille Gradel après une victoire au parc ne doit pas vous étonner,

-         On ne jette pas du Leerdamer sur l’écran géant pendant un match de l’OL,

-         Se fondre dans le décor et entonner des chants façon choriste lorsque des enfants sont dans le bar,

-         Même ivre, on ne doit pas se demander comment cette foutue radio est arrivée dans le plafond en béton des gogues,

-         Ne pas se poser la question de savoir si la verveine est un poison ou non, laissez quelques minutes à votre corps pour répondre a votre place,

-         Si tu es le fils à Quiquandont, rebrousse chemin, tout le monde te cherche par ici,

-         Savoir que Jérémy Cigarettes, c’est le fils du patron mais que  cigarettes n’est pas son nom. Jérémy !! Cigarettes !!!!

-         Ne jamais se lancer dans un débat de 3h avec Étienne sur la corrida,

-         Le type au bar avec une parka du RCT n’est pas dangereux.,

-         Savoir que le Beaujolais américain, c’est du coca,

-         Si y’a un carton de vin au bout du comptoir, c’est pour que personne ne pose les verres à cet endroit,

-         On trouve des écharpes de Boca, du Red Star et de l’US Montagnarde.

-         Ne pas s’étonner d’entendre cette phrase a longueur de soirée : AUX P’TITS OIGNONS !! LE BISCUIT !!

-         Le radiateur peut servir de vestiaire, mais votre veste finira forcément amochée par les coups de boutoir du bâtonnier de la Divette,

-         Scream for me Saint-Etienne aurait pu être un tube de Maiden,

-         Apprendre et entonner les chants locaux tels que Guilavogui Amo ou bien la samba brésilienne sur les interventions de Brandao.

Les objets cultes :

-         La cabine téléphonique,

-         Le Baby,

-         Le flipper,

-         Le disque d’or de Monty,

-         La table qui gagne,

-         La radio dans la chape de béton au plafond des chiottes,

-         Le code des chiottes privatifs à l’extérieur du bar…Oui parce qu’un soir de match a la mi-temps, c’est un challenge pour l’élasticité de ta vessie. (NDLR il vous en coûtera une pinte pour connaître ce code),

-         Le tablier Rolex du patron,

-         Messi et son maillot vert,

-         L’écran de projection qui remonte en cours de match.

 

Allez maintenant que vous êtes armé pour votre première Divette, rentrons dans le vif du sujet…

 

Premier acte : MHSC – ASSE

Le match qui a lancé la saison des verts et l’épopée de la Divette. Déjà tu sens que le match va être drôle, inauguration des sponsors short, Rapid Croq côté vert et Wati B côté Montplellier. Fabuleux. La suite ?

-         Mapou la pute,

-         Coup de coude au visage sur Hamouma,

-         Justice dans la foulée,

-         Première verveine,

-         Première cuite,

-         Première chorale,

-         Intégration réussie.

Deuxième acte : ASSE – VAFC

L’ambiance de fin de match vue de l’intérieur (les Verts étaient 1ers ce soir là, jouant le vendredi avant tout le monde)

C’est fou le nombre de matches que l’on a joué un vendredi soir cette saison. De tout ceux la, celui de Valenciennes restera le plus beau. Un match le vendredi, une souffrance de plus pour un honnête travailleur du samedi matin. Surtout quand ton équipe vire en tête du championnat la veille au soir dans une hystérie collective a la Divette. Officiellement touché par la gastro, officieusement saoul pendant deux jours. Magnifique.

Troisième acte : La campagne de CDL

  1. Paris : effet Divette, premier épisode. Je pourrais raconter que j’étais présent le jour, où selon la légende urbaine qui circule, Roland Gromerdier a jeté une table (NDRG : pas une table, une chaise) sur un groupe de supporters Parisiens. Une table de bar, avec le marbre (NDRG : en plastique, quel fieffé menteur ce JMHA) et tout, pas le modèle Birkelund de la page 44 du nouveau catalogue Ikea. Séance de TAB, Brandao qui s’élance, conspuation du clan parisien, but, mobilier de bar volant non identifié. Et n’écoutez pas les rumeurs qui font office d’une simple chaise… (NDRG : mais put… Bon je laisse tomber).
  2. Lille : Apocalypse Now. 10 ans de ma vie sont restés a la Divette ce soir la, un match que l’on domine de la tête et des épaules, un gardien adverse qui nous sort tout et une nouvelle séance de TAB, une de plus. Le scénario vous le connaissez, sauf qu’à la Divette quand Gueye a mis le ballon au dessus, nous on a pas envahit le terrain… Non, non. Y’a juste 35 types qui se sont jetés a même le carrelage dans 5 bons cm de bière au sol, les uns sur les autres. Résultat, un type s’est quand même cassé 3 cotes (Grand Mat’ si tu nous lis). Derrière ça a été juste n’importe quoi, une fête comme rarement du côté de Montmartre. La sécurité de la RATP se souvient encore de moi ce soir là.
  3. Le Stade de France. Les Verts en finale, forcément une semaine de folie a la Divette. A commencer le jeudi soir déjà avec les petits potes de l’émission de radio Tapis Vert en live de Montmartre. Ils l’avaient promis, ils l’ont fait. Au programme ce jour la, une intervention pleine d’émotion du fils Garonnaire, les participants du Défi Cœur Vert et bien sur une analyse de la semaine ASSE. Je profite de ce billet, pour remercier le travail que Damien, Paco et Matt fournissent pour faire tourner cette émission qui est dans le vrai, et qui analyse la situation sportive de l’ASSE avec justesse et brio. Je ne peux que vous encourager à les écouter dès la saison suivante, et les suivre via les réseaux sociaux classiques.

tapis vert

Merci Tapis Vert.

Revenons en a cette finale, le match je ne l’ai pas fait à la Divette, j’étais derrière les buts dans le virage stéphanois avec mon père et Roland. Par contre l’avant match j’étais a la Divette. L’après match aussi d’ailleurs. 1000 personnes selon les organisateurs, 500 selon la Police. Je ne sais pas combien nous étions réellement ce jour la du côté de la Divette mais en tout cas c’était la bringue dehors. Le peuple vert, bien que souvent décrié cette saison, a fait le bonheur de centaines de riverains en entonnant chants, danses et festivités en tout genre sur le bitume de Montmartre. La prise de conscience qu’être supporter de l’ASSE ce jour là, c’était un truc à part. Je ne doute pas que beaucoup de gens ont fait la fête ailleurs en ce samedi 20 avril 2013. Mais si vous avez manqué la Divette, putain que c’était bon.

Et comme les images valent mieux qu’un long discours, vous pouvez regarder ça ou encore les quelques photos qui suivent pour vous rendre compte de ce que c’était.

divette

Jour de finale à la Divette. C’est comme si tout Saint-Jean-Bonnefonds s’était réuni en 1 endroit.

banderole

La banderole n’a pas pu passer : Thiriez la considérait comme une arme de destruction massive.

ange vert

Même l’Ange Vert était là.

A noter que 3 déplacements Divette ont été effectué cette saison, c’était les premiers, on remet ça dès la saison prochaine si l’accès en parcage nous est autorisé (remember Lille).

-         Caen – ASSE (Coupe de France),

-         Reims – ASSE,

-         VAFC – ASSE.

Donc si le cœur vous en dit rapprochez vous de Roland et moi autour d’une pinte pour s’organiser tout ça pour 2013/2014. Comme Roland, je suis sur les réseaux sociaux alors viens échanger sur Twitter avec moi. Allez viens, on est bien.

En espérant vous voir du côté de Montmartre et allez les Verts.

 

Jean Michel Hole Ass. 

 

Voilà, la Forez Académie n’existerait pas sans la Divette (l’inverse n’est pas vraie bien heureusement), donc on voulait rendre un petit hommage à ce bar et à tous les gens qui le peuplent régulièrement pour venir voir un match (des Verts ou non) ou juste boire un verre (Yann Moix, si tu nous lis). Sinon, la Forez Académie cette année c’est 10 épisodes de merscato, 40 avis de Notre Président (dont 1 bilan de mi-saison), 44 académies et 1 bilan de fin de saison en 3 parties. Si parfois j’ai dû me motiver pour écrire sur certains matches, d’autres me sont venus plus naturellement parce que soit le match était beau, ou alors tout simplement qu’il y avait plus de choses à raconter que ce soit sur le terrain ou à côté. Si je devais élire le top 5 de mes matches cette année, ce serait :

  1. Montpellier dans le Chaudron, avec un scénario fou, la neige, des buts et une vraie joie de vivre sur le terrain et dans les tribunes,
  2. Lille, demi-finale de la Coupe Moustache, le stress ultime avec son suspens insoutenable au moment des tirs au but,
  3. Paris au Parc, la victoire face à l’ogre que personne n’attendait, le high-kick sur Ruffier, et Aubame qui s’affirme,
  4. Nancy dans le Chaudron, la raclée la plus rapide de l’histoire (4-0 en 16 min), une impression de maîtrise dans le jeu, le sentiment que cette saison sera peut-être différente,
  5. Rennes en finale de la Coupe Moustache, parce que c’est le match du titre, mais plus pour l’ambiance autour du match que la partie en elle-même.

En tout cas, sans tomber dans un optimisme béat, on peut considérer qu’on a vécu une de nos meilleures saisons depuis plus de 30 ans, et rien que pour ça, merci les Verts. Cette saison s’achève aussi pour moi, mais vous me retrouverez cet été avec quelques épisodes du merscato stéphanois. Et comme mon année prochaine risque d’être chargée, j’ai demandé du renfort pour m’aider à académiser quand je ne serai pas disponible. Vous devriez donc retrouvez 2 petits nouveaux dès cet été (vacances obligent) pour 2 voire 3 matches normalement : Guingamp, Lille et l’éventuel 1er tour de barrage en Europa Ligue. En attendant, profitez bien de l’intersaison, continuez à suivre la Forez Académie, et à l’année prochaine.

 

Roland Gromerdier

Tags: , , ,

 
Vos commentaires (vous pouvez créer votre gravatar en cliquant ici)

Laissez un commentaire