SM Caen – Stade Rennais (0-1) : La SM académie livre ses notes

 

Bonjour à tous ! Sauf 1.

 

En attendant la reprise du boulot, Cyril Water profite de ses derniers jours de vacances sous le soleil brésilien. Non, en réalité il n’a pas quitté sa Basse-Normandie natale de tout l’été, vous aurez reconnu la plage de Luc-sur-mer.

  bikini

 

L’interview :

Match contre Rennes oblige, je suis allé à l’encontre du plus Normands des Bretons, Philippe Montanier. Gardien de but le plus capé de l’histoire du Stade Malherbe et aujourd’hui entraineur Rennais, il a accepté de répondre à mes questions avant le début des hostilités.

 

Bonjour Philipe. Il y a deux ans vous avez choisi de quitter la Real Sociedad pour venir entraîner à Rennes. Faute de goût flagrante…

Bonjour Cyril. Je ne sais pas qui est de bon goût ici, tu soutiens une équipe qui n’a de cesse de faire l’ascenseur, et qui vit sur le souvenir d’un barrage de Coupe d’Europe perdu. Alors bon…

 

Parlons justement de ce tour de barrage perdu, vous étiez dans les buts…

Ah non, je veux bien aborder tous les sujets possibles et imaginables mais pas de celui-là ! Je ne me suis jamais remis de notre défaite contre Saragosse. Depuis ce jour je ne veux plus entendre parler d’Europe. C’est d’ailleurs la raison de mon surprenant départ de Sociedad, au terme d’une superbe saison qui nous qualifiait pour la Ligue des Champions. Je suis venu à Rennes, là au moins je suis tranquille.

 

Bon, et bien parlons de la finale de Coupe l’année dernière…

La Coupe de France nous qualifiait directement pour l’Europa League. On a tout mis en place pour ne pas la gagner. Foutue phobie…

 

Sauf que cette défaite est venue renforcer encore un peu plus l’étiquette de loosers qui colle à la peau du club.

 Oui j’en ai conscience, mais je me rappelle aussi de notre belle victoire au Parc une semaine plus tard, le jour du sacre du PSG. On avait bien gâché la fête. Mais même quand on gagne on ne repart pas avec le trophée…

 

Vous avez suscité beaucoup d’espoir chez les supporters Rennais lors de votre arrivée l’an dernier. Mais disons-le franchement, Rennes est toujours ennuyant à voir jouer.

Normalement ça marche mieux la deuxième année. Mais à Rennes ça pourrait bien prendre une saison de plus. De toute façon, depuis le temps que les supporters se font chier, ils peuvent encore patienter jusque-là.

 

Avant de se quitter, un pronostic pour le match de ce samedi ?

Un match plaisant avec un festival de buts. Je dirais 0-0.

 

Merci Philipe d’avoir accepté cette invitation. Et bon match quand même.

 

Le match :

Après deux victoires et une défaite en trois matchs, les Malherbistes devaient confirmer leur bon début de saison à domicile face au Stade Rennais, dans un stade plus proche de Rennes que de Caen. Un début de saison d’autant plus satisfaisant que les Caennais n’auraient pas dû perdre leur seul match perdu. Bref, n’en parlons plus. N’empêche que si à la fin de saison on n’est pas champion à cause du point qu’on nous a volé contre Lille…

 

L’avant match est marqué par quelques échauffourées entre supporters aux abords du stade :

touite

 

1ère mi-temps :

 

  • Dès les premières minutes, les Rennais retrouvent leurs automatismes de jeu avec Julien Féret. M’Bengué adresse une merveille de passe en retrait au meneur de jeu Normand qui frappe juste au-dessus des buts de Costil.
  • Les Caennais n’attendent pas la réponse Bretonne. Premier corner pour Malherbe, Féret dépose le ballon sur la tête de Koita qui trouve le haut de la transversale.
  • Carton jaune pour N’Golo Kanté qui pensait pouvoir faire sur Ntep la même chose que son homologue Rennais sur Koita quelques secondes plus tôt. Mais l’arbitre ne l’entend pas de cette oreille et sort le carton jaune.
  • Le drame. N’Golo Kanté est expulsé suite à un deuxième carton jaune. Quitte à prendre un rouge, autant péter la jambe de l’attaquant adverse. Le manque d’expérience du jeune milieu de terrain se fait clairement ressentir sur cette action.
  • Même à dix, le milieu de terrain Breton a du mal à aligner trois passes de suite, alors ça balance devant.
  • Les Rennais ont avoué avoir mis en place « un plan contre Kanté ». Bon, pour le plan de jeu on repassera

 

2ème mi-temps :

 

  • Lenny Nangis commence son festival en attaque. Mais les Rennais résistent bien à dix contre onze.
  • Les Malherbistes sont survoltés. Nangis encore puis Da Silva obligent Benoît Costil à deux parades de classes internationales (#Costil2016).
  • Rennes c’est pas le Breizhil.
  • En supériorité numérique, Rennes continue de jouer les contres face à un promu. La patte Montanier, probablement.
  • Tout juste entré en jeu, Thomas Lemar fauche Pedro Henrique dans la surface de réparation mais Monsieur Castro ne siffle pas. J’ai cru un instant qu’on allait encore perdre sur pénalty, imagine.
  • Magnifique ciseau retourné de Jordan Adéoti dans la surface de réparation Caennaise, mais Prcic met la tête ou le milieu Caennais met le pied. Toivonen transforme le pénalty. 0-1.

 

Les Malherbistes s’inclinent donc sur le plus petit des scores. Mais au vu leur prestation, les Rennais n’ont pas trop de quoi fanfaronner. D’autant plus qu’ils restent les seuls à avoir été battu par Lyon cette saison.

 

Bien sûr, on pourrait imaginer un tout autre scénario : Le tacle par derrière sur Koita est logiquement sanctionné au départ de l’action qui amène le premier carton de N’Golo Kanté. Sur le coup-franc, Julien Féret ouvre son compteur face à ses anciens partenaires. Puis Malherbe déroule et enchaine les buts comme des perles. 5-0. La Bretagne est à poil, les Normands en tête du classement provisoire.

 

Les notes :

 

Rémy Vercoutre (2/5) : Il n’a pas eu une frappe Rennaise à se mettre sous la dent et doit s’incliner sur pénalty à seulement quelques minutes de la fin. Il y avait franchement de quoi péter une durite.

Jean Calvé (3/5) : Une prestation solide de Jean Calvé, facilité par le match catastrophique de Paul-Georges Ntep.

Jean-Jacques Pierre (3/5) : Un match dans l’ombre mais toujours précieux. Du bon J-J Pierre.

Damien Da Silva (3/5) : Maladroit en début de match, il s’est bien repris après l’expulsion de Kanté en contrant les rares offensives Rennaises.

 Dennis Appiah (4/5) : Aucun tacle suicidaire, et des projections vers l’avant qui rappellent les percées de Manu Imorou.

 Jordan Adéoti (3/5) : Très grosse activité au milieu de l’ancien Lavallois, il a fait le travail pour deux après l’expulsion de Kanté. Mais c’est lui qui provoque le pénalty après un ciseau en guise de dégagement dans la surface Caennaise. De toute façon, y’avait but derrière.

 N’Golo Kanté (1/5) : Il a voulu tout faire au milieu et prend deux jaunes largement mérités, même si ses deux tacles sont plus maladroits que méchants.

 Julien Féret (3/5) : Il avait à coeur de bien faire face à son ancien club. Mais même si c’est de mieux en mieux, le grand Juju n’est pas encore de retour. On l’attend avec impatience parce qu’on a sacrément besoin de lui.

 Hervé Bazile (2/5) : Titulaire surprise à la place de Florian Raspentino, il fait un match courageux mais a peiné à confirmer son entrée convaincante face à Reims.

 Lenny Nangis (3/5) : Lenny Nangis est sur la lignée de ses précédentes prestations, manque encore l’efficacité.

 Fodé Koita (2/5) : Peu en vue dans un match assez difficile pour un attaquant. N’est pas Duhamel qui veut. Remplacé par Raspentino qui s’est montré à son avantage à la pointe de l’attaque.

 

Cyril Water.

 

marcelin

Qui ne saute pas est un Nîmois.

3 Comments

  1. En même temps la relation anale est une pratique sexuelle tout à fait courante sur horsjeu.net et en Bretagne. Je vous renvoie à l’académie guingampaise pour confirmer ça.

    Cela dit, pas de quoi fanfaronner chez nous, ça c’est sûr.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *