Everton – Apollon Limassol (2-2) : La Caramel Anglais Academy n’aime plus Chypre

Bien le bonjour cher amis, aujourd’hui c’est « The Europe! » mais un peu moins champions que les grosses équipes.

Nous nous retrouvons en cette nouvelle journée pour un match d’Europa League, à domicile (pas dans notre maison, à Goodison Park). En ce jeudi, où la plupart d’entre vous ont préféré passer une soirée de beuverie, votre serviteur a regardé le match. Vous me devez une soirée. C’est comme ça.

Après la victoire au cœur et au courage contre Bournemouth, nul doute que nos gentlemen sauront retenir les leçons de ce match pour se dépasser et obtenir un résultat contre une équipe chypriote ayant obtenu un bon nul contre Lyon en première journée. Par résultat, on parle ici de victoire.

Victoire, victoire… Flash-back en 2014.

Compétition européenne, Everton tombe dans un groupe compliqué avec Lille et Wolfsbourg, les Toffees terminent premier du groupe grâce à d’excellentes prestations à l’extérieur et iront jusqu’en huitième de finale.

Cette expérience a apporté à Everton une compréhension de l’enjeu européen, pour preuve l’excellent résultat contre l’Atalanta en ouverture, défaite sèche 3-0 en Italie.

 

La compo :

 

Oumar Niasse n’étant pas dans la liste des joueurs pouvant jouer l’Europa league, Sandro et Rooney sont reconduits en attaque. Au milieu, l’excellente prestation contre Bournemouth de Davies lui vaut une titularisation contre l’ogre chypriote tout comme les indétrônables Schneiderlin et Gueye. Enfin en défense, les blessures de Keane, Jagielka et Funes Mori nous condamne à de nouveau avoir Williams et Holgate en charnière centrale. Enfin, Jonjoe Kenny est aligné à droite pour reposer Martina, en attendant toujours le retour de Seamus « 60 Grand » Coleman.

Le déroulé du match pas si épique, mais toujours au passé simple :

Ce jeudi soir était animé. Les rues chantaient et les pubs fourmillaient de monde. Le coup de sifflet anima encore plus les travées du stade. Le match contre Bournemouth avait ravivé la passion chez les supporters et… et merde. Ouverture du score de l’Apollon Limassol. Sur le centre, Williams lança ses dreads pour stopper le ballon et Holgate prenait un selfie tant qu’il le pouvait encore. Adrian, seul, ouvre le score à bout portant. 1-0 pour Limassol (12’). Les rues, le quartier, si animés jusqu’à présent se turent, abasourdis par l’animation offensive chypriote … ou le fait que le public serait meilleur que le duo Williams – Holgate. Côté offensif, le néant, Rooney, frustré, tenta une frappe dans un angle mort. Je ne sus jamais s’il visait le but ou le spectateur dégustant un hot-dog en tribune. Un jeu bas, des relances propres de la part de l’Apollon continuaient de MDR (mort de rire, mais les jeunes écrivent MDR) AH LE BEAU JEU, LE FOOTBALL CHAMPAGNE DU COTE D’EVERTON ! Réduction du score de Rooney qui profite d’une passe en retrait ratée pour frapper dans le but vide, 1-1 (21’) ! Durant le reste de cette première mi-temps, nous assistâmes à une multitude d’occasions des deux côtés, une frappe lointaine de Davies et un coup-franc de Sigurdsson furent arrêtés par le gardien.

En ce début de deuxième mi-temps Vlasic remplaça Gueye pour animer un peu plus le secteur offensif miné par la nullité de Sandro. Ce qui ne marcha pas, du moins, c’est ce que nous pensâmes. Sur le banc Calvert-Lewin, ainsi que Klaassen commencèrent leur échauffement. Revenons un instant sur Sandro complètement transparent depuis l’entrée de VLASICCCCC CILJJJJJJ il ne lui en faut pas beaucoup au petit jeune ! Sur une remise inspirée de Sigurdsson, Vlasic s’élance et allume calmement le premier poteau du gardien de Limassol. 2-1 pour Everton (66’). Suite à ce but, Koeman effectua ses deux derniers changements. Sandro fut logiquement remplacé par Calvert-Lewin et Klaasen remplaça Tom Davies pourtant bien en jambes. La fin de match fut animée par quelques frappes, sans grand danger, quand soudain, Calvert-Lewin s’écroula, n’ayant pas les épaules assez larges pour jouer à saute-mouton avec l’adversaire. Furieux, un autre joueur adverse se rua vers lui pour assener un coup de crampon. Rouge directement sorti par l’arbitre à la 86’. Everton se dirigeai alors vers une victoire méritée, ayant juste à maîtriser la fin de match à 11 contre 10. Oui, mais nous sommes des toffees mes amis ! Ne jamais sous-estimer nos fins de match ! 88’, coup-franc dans la boite et tête de Yuste qui se faufile entre Holgate et Sigurdsson pour marquer le deuxième but chypriote, deuxième but de la tête. 2-2 (88’). La fin du match fut sifflée quelques minutes plus tard.

 

Où est Charlie ? (Charlie c’est pas le vrai nom du buteur hein, c’est un jeu de mot). La réponse c’est : non ce n’est pas le seul joueur de Limassol que vous voyez.

 

Les gentlemen :

Pickford (3+/5) : Nouveau match, même performance. Il est bien intervenu sur les nombreuses actions chypriotes. Il aurait néanmoins du mieux faire sur le deuxième but.

Baines (2/5) : Il a laissé son couloir ouvert pour un apport offensif moindre. Néanmoins, très grosse activité.

Williams (1-/5) : Les blessures de Keane, Jagielka et Funes Mori sont longues, longues, longues.

Holgate (2/5) : Un diesel, censé être guidé par Williams, il ne faut surtout pas qu’il retienne les leçons prodiguées par ce dernier. Bonne relance de balle.

Kenny (2/5) : Un centre, dangereux, et c’est tout.

Davies (2+/5) : Dangereux offensivement, toutes ses passes n’ont pas trouvé la cible, dommage.

Schneiderlin (3/5) : Plus en vue avec l’entrée de Vlasic et sa percussion. En difficulté en première mi-temps.

Gueye (4/5) : Très bonne première mi-temps, comme d’habitude. La tactique demandée par Koeman en deuxième mi-temps ne correspondant pas à son jeu, il a été remplacé avant (Vlasic 45’).

Sigurdsson (3+/5) : Très en vue (une nouvelle fois) offensivement, il est à l’origine du second but sur une passe très inspirée.

Rooney (3+/5) : Un but d’opportuniste et quelques frappes peu dangereuses.

Sandro (1/5) : Remplacer Lukaku ahahahah.

Les gentlemen sur le divan :

Klaassen (3/5) : Entrée correcte, quelques bonnes orientations. Meilleure copie que ses derniers matchs.

Calvert-Lewin (3/5) : 2 tirs, 1 cadré. Aucune animation dans le jeu, mais, encore une fois, ce n’est pas ce qu’on lui demande. N’est pas rentrée à un poste qui lui scie le mieux.

Vlasic (4/5) : Son entrée a inspiré l’équipe. Sa bonne prestation a été conclue par un but. Je ne veux pas jeter la pierre sur Sandro aussi vite mais…

Sir Layton Baynessi

 

Sir Layton Baynessi

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *