Everton – Arsenal (2-5) : La Caramel 404 error, team not found

Bonjour les amis. Aujourd’hui, pas de longs messages… Boom, surprise dès le début. Va-t-il en être de même pour ce match ? Ahah, ce teaser…

Nous nous retrouvons aujourd’hui, quelques jours seulement après les incidents durant le match d’Europa League contre Lyon. Le club a décidé de sévir et de bannir un supporter ayant pris part au combat. Attention, on ne rigole pas chez nous hein ! D’ailleurs, Ronald Koeman est toujours entraîneur. Peut-être plus pour très longtemps, car nous jouons contre Arsenal. Equipe qui a marqué le plus de buts contre Everton dans l’histoire de la Premier League.

La compo :

Ah mais en fait, Koeman veut juste nous envoyer en Championship ! Ce n’est pas seulement en Europa League qu’il veut nous plomber. Encore un changement tactique, encore encore encore. Vlasic milieu de terrain, Williams et Calvert-Lewin titulaires. Cette composition d’équipe est simplement de l’art abstrait. Mais pas le bel art, celui bien moche.

Le déroulé du match au passé simple (enfin pas que) :

A quelques instants du coup d’envoi la tension était palpable dans les tribunes et sur le terrain au moment de recevoir les gunners. Le match débutait enfin et, étonnamment, la première très grosse occasion fut en la faveur des Londoniens par l’intermédiaire de Ramsey qui enroula trop sa frappe. Et c’est une minute plus tard que la deuxième frayeur eue lieu, cette fois-ci par Sanchez. Tout allait trop vite pour nous, il fallait pourtant se rattraper, ne serait-ce que pour raviver la flamme avec les supporters. À peine 6 minutes de jeu et la défense était déjà sur les rotules avec une nouvelle frappe devant les buts d’Everton. 9e minute, Alexandre Lacazette reçut un ballon de Ramsey et se retrouva seul devant Pickford qui effectua un arrêt miraculeux. J’étais déjà en nage. La 11e minute arriva et BUTTTTTTTTTT !!! SUPERBE FRAPPE DE WAYNEEEEE ROONEYYYYYY. Gueye récupéra la balle très haut, et l’enfant prodige frappa en pleine lucarne depuis l’extérieur de la surface, 1-0 Everton (11’). Cette sensation m’était inconnue, qu’était-ce ? Nous menions au score contre une des meilleures équipes anglaise. Cela ne pouvait durer n’est-ce pas ? Nous sommes Everton après tout. Les occasions s’enchaînaient en faveur d’Arsenal et les Toffees ne profitaient que d’un nombre limité de contre-attaques. Dans le tas, Williams écopa d’un jaune pour une grosse faute (je ne dirais rien). Puis ce fut au tour de Gueye de prendre un jaune pour un violent tacle sur le ballon. L’association internationale des ballons s’est d’ailleurs dite choquée de cet acte. La pression montait continuellement et ce qui devait arriver, arriva. But pour Arsenal qui égalise, Monreal reprend un ballon détourné et repoussé par Pickford, la défense, attentiste, n’avait pas suivi l’action 1-1 (39’). Le match continuait et Monreal s’en prit à Calvert-Lewin qui l’avait poussé en bout de course (pour une fois que ce n’est pas fait exprès franchement). La physionomie du match repris et Pickford remporta, de nouveau, un 1 contre 1 avant que la mi-temps ne fut sifflée.

C’est serré

La deuxième mi-temps débuta avec le premier changement, Tom Davies remplaça Williams et Koeman changea une nouvelle fois le système de jeu. Les 5 premières minutes ressemblaient à un match de foot propre, avec des passes. Nous n’avions plus l’habitude de voir ça à Goodison. Ah ! Non, c’est bon. Nouveau but pour Arsenal, cette fois sur une tête d’Ozil. 2-1 Arsenal (53’). Le match avait néanmoins changé d’aspect et Everton arrivait à mettre le pied sur le ballon, mais la maladresse de Calvert-Lewin ne permettait d’obtenir des occasions nettes. Ce dernier semblait d’ailleurs s’être blessé sur un tacle visant Monreal qui n’avait pas le ballon. Oui, c’est un style. Le jeu reprit à 10 contre 11 en attendant que le saignement de DCL s’estompe. Le rythme avait baissé et on sentait les joueurs sonnés par ce deuxième but. Et ils allaient être encore plus sonné avec le carton rouge reçu par Gueye suite à un deuxième jaune, cette fois, complètement légitime. Un gros plan sur Moshiri et Kenwright en grande discussion me donnait de l’espoir. Puis un 3e but arriva par Lacazette (qui inscrivait alors son 1er but à l’extérieur cette saison) suivi d’un gros plan sur la tête de Ronald Koeman. Il me semblait voir que les réalisateurs en avaient, eux aussi, marre de ce coach. 3-1 Arsenal (74’). Les deux derniers changements furent effectués en même temps, Lookman et Niasse firent leur apparition à la place de Rooney et Calvert-Lewin. Le reste du match ne fut presque qu’occasions pour Arsenal qui ajouta un 4e but par Ramsey à la 89e. 4-1 Arsenal (90’). Everton se dirigeait gentiment vers la relégation lorsque le héros, Oumar Niasse, limita la casse sur un ballon perdu de Monreal et le match se termina sur 4 buts à 2 pour Arsenal (93’) ? Non non. Everton gonna be Everton et Sanchez boucla finalement le match avec un 5e but. 5-2 Arsenal (95’).

Les gentlemen:

Pickford (2/5) : Il a pris 5 buts certes, mais c’était à bout portant et il a aussi réalisé 8 sauvetages.

Baines (1/5) : Complètement absent.

Williams (NN) : Error, player not found.

Jagielka (1/5) : 5 buts concédés. C’est tout.

Keane (1/5) : cf commentaire précédent.

Kenny (1/5) : Pourquoi est-il titulaire, sérieusement ?

Vlasic (1/5) : Koeman n’en a plus rien à faire, il met des buteurs au milieu. Ok.

Gueye (4/5) : Son point perdu ? Pour son rouge. Impeccable en première mi-temps, il a été moins en vue avec l’augmentation de la possession d’Everton en deuxième.

Sigurdsson (2+/5) : Trop seul.

Calvert-Lewin (1/5) : C’est bon ? On peut enfin le mettre sur le banc ?

Rooney (2/5) : Bon en première mi-temps autant offensivement que défensivement, il s’est éteint en deuxième période.

Les gentlemen sur le divan :

Davies (2/5) : Très actif, pas trop de déchet, mais absolument aucun impact.

Lookman (2/5) : Inutile, mais dans le contexte, il a fait ce qu’il pouvait.

Niasse (3+/5) : A obtenu plusieurs fautes et il marque le 2e but. Je vous ai déjà dit que j’aimerais qu’il soit titulaire ?

Sir Layton Baynessi

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *