Atlético Rafaela – Racing Club (3-2) : ¡PUTA MADRE!

Putain de merde.

Voilà, j’aurais pu faire cette Cilindro Academia sur ces trois mots : Putain de merde. Putain, parce que c’est d’une frustration sans nom. « De », baaah parce que si je dis « Putain merde », ça vise une action en particulier, ou vous savez quand vous jouez à FIFA, vous menez 1-0 avec bien du mal et dans les arrêts de jeu, cette putain d’intelligence artificielle de mes deux vous montre à quel point elle vous pisse dessus si elle a décidé que ça ferait 1-1 au final. Vous vous prenez le but à la 93ème, et vous gueulez « PUTAIN MERDE! ». Là le « de », préposition, permet de faire de ce match, un « PUTAIN MERDE! » qui l’englobe totalement. Et « Merde », parce que clairement ça fait chier.

Hier, le Racing n’a pas été mauvais. Non, l’affirmer c’est faire passer la frustration au dessus de l’analyse. Il n’a pas été mauvais disais-je mais il a établi une conclusion : Dès qu’un cadre en défense n’est pas là, c’est la merde. Hier, je regardais d’un oeil le match pendant que l’autre zieutait ma bière et mes frites. C’est ce matin que je me suis plongé un peu plus dans ce match. Clairement le Racing a dominé. Il s’est crée des occasions, dans l’entre-jeu il a répondu présent, en tribune aussi. Zielinski a proposé l’équipe dont il disposait. Va savoir que Grimi va se péter au bout de 70 secondes! Oui 70 secondes!!! Juste le temps pour que Campi, arrivé à Rafaela en provenance du Racing cet été (PUTAIN DE MERDE), lui rentre dans le lard et dégomme son genou droit. Grimi s’effondre. Il tentera de reprendre sa place mais en vain, il sortira à la 5e minute. Premier coup dur en somme. Alvarez prend sa place, autant dire qu’on joue en infériorité numérique à partir de là. La défense. Ce vaste chantier. On se croirait à Paris, ou sur Catherine Deneuve, c’est toujours en travaux. Au Racing, quand on fait une erreur défensive c’est cash et direct. Hier, pour faire simple, il y a eu 3, on se prend trois buts. Alors oui, vous me direz « oééé mais t’es un enculé, t’es dur » ouais peut être, mais merde Ortiz est fautif sur les trois buts. ZERO hier!

Sans transition le match, parce que je ne suis pas content.

Les compositions : 

compo

Zielinski a fait confiance à sa défense qui n’a pas encaissé de buts lors des deux derniers matches. On note Gaston Diaz qui est monté d’un cran et remplace Oscar Romero, ensuite c’est du classique. Sauf que en face, c’est pas Patronato ni Velez. Les mecs voulaient clairement la peau du Racing, que ce soit au tableau d’affichage ou sur le terrain. On parlera aussi de Dario Herrera l’arbitre de la rencontre. Connard va.

1ère Mi-temps : 

Je l’ai dit, direct on se fait dézinguer. On joue depuis un peu plus d’une minute, quand Campi dégomme Grimi. Luciano se relèvera mais sortira à la 5ème, remplacé par Alvarez. Pas de carton pour Campi. Ça commence bien. Ensuite, ça s’observe, le Racing monopolise le ballon, mais ne se montre pas dangereux. Puis vient cette 21ème minute. Hoyos dégage, Costa gagne son duel de la tête face à Sanchez, Ramirez se joue d’Ortiz qu’il laisse entrer dans la surface, le ballon arrive dans les pieds de Gudiño qui ajuste Orion à l’entrée de la surface d’un tir croisé, le portier avait anticipé sur sa gauche, pas de bol de ça part à droite, 1-0 (22′). Le Racing reprend les commandes du match. A cet instant, on passe à 60% de possession de balle, les potes de Pittinari courent après le ballon, mais encore une fois on n’arrive pas à se montrer dangereux. 30e minute, Pillud récupère à droite de la surface de réparation, s’infiltre, tire, mais sa frappe à ras de terre ne surprend pas Hoyos. Quelques instants plus tard, Diaz, bon hier soir, adresse une très belle passe à Lisandro à hauteur du point de penalty, Licha reprend mais Hoyos repousse (36′). Bien regroupée, la défense du Racing récupère le ballon assez haut ce qui ne permet pas aux attaquants de Rafaela de se montrer dangereux à proximité du but d’Orion, alors ils s’essaient à distance, Luna à 25 mètres tente une frappe croisée qui passe à deux/trois mètres du but de l’Acade (41′). On se dirige vers un score de 1-0 quand le Racing obtient à coup franc dans l’axe à 25 mètres des buts d’Hoyos. Gustavo Bou, en manque de réussite depuis le début du championnat, prend ses responsabilités. Il frappe, ça flirte avec le haut du mur dressé par Rafaela, c’est millimétré et puissant, Hoyos ne peut que constater les dégâts, 1-1 (45+2). C’est inespéré, mais franchement vu la première mi temps à part marquer sur coup de pied arrêté, je ne voyais pas comment on aurait pu faire autrement. Bref, vu la possession, les occasions, ce 1-1 n’est pas immérité.

PAUSE!!!!!!!!!!!!!!!!!

1

2ème Mi-Temps : 

T’as pas le temps de te mouiller la nuque que le Racing attaque dès le coup d’envoi. On joue depuis quelques secondes, Lisandro glisse à Bou, Gustavo se retourne et redonne d’un ballon piqué pour Lopez dans la surface, Licha contrôle, patiente, et frappe au premier poteau, Hoyos détourne. Pas dedans hier Licha, un peu emprunté. La possession de balle reste propriété du Racing, Rafaela se contente de repousser. C’est à l’heure de jeu que Zielinski pose ses cojones en faisant entrer Oscar Romero. Pourquoi? BAH PUTAIN PARCE QUE!!!

BOUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUMMMMMMMMM Oscar Romero ne se fait pas chier, il ne se pose pas question lui. Donne moi le ballon, à l’arrêt, je tire et je marque (65e, 1-2). Tranquille, fermez les rideaux, il n’y a plus rien à voir. Révélateur des difficultés du Racing à être décisif, il s’en remet à des frappes lointaines, des exploits individuels, quand Rafaela…

Franchement, je me disais « c’est bon c’est dans la poche, on va en mettre un troisième et Rafaela sera cuit ». Pas loin… A la 71e minute, Lopez, parfaitement lancé par Gustavo Bou en profondeur, Lopez se retrouve seul face à Hoyos, frappe de l’extérieur du pied droit pour aller chercher la lucarne mais se troue et envoie le ballon dans les tribunes. Le tournant du match parce que derrière Rafaela se réveille. Après Grimi, c’est Hoyos, sorti de ses buts en à hauteur de la ligne médiane, qui DEZINGUE Acuña, l’arbitre, cet enculé, laisse jouer et Rafaela se procure une belle occasion (72′). Les locaux prennent le dessus dans le jeu, le Racing recule de plus en plus, et tout le monde sait que plus tu recules, plus on t’encule. Recroquevillé en défense, le Racing panique, Rafaela se balade aux alentours des seize mètres, ça devient de plus en plus chaud, je sens que la fin de match va être tendue, très tendue, tout ou rien, soit on marque sur un contre et on termine le match, soit…

3156052346_1_2_hv3csq1w

BIN SOIT ON SE CHIE DESSUS!!

75ème minute, Alvarez veut dégager mais il est contré, la sanction est immédiate, Gudiño s’infiltre, centre pour Borgnino, Ortiz n’est pas au marquage, Orion est fusillé, 2-2 (75′). Voilà, c’est parti. Du grand art!!! Une minute plus tard, Hoyos dégage, le ballon arrive à proximité de la surface de réparation d’Orion, Ortiz attend qu’il monte la prendre, Borgnino le chipe et pique son ballon, 3-2 (77′). FANTASTIQUE!!!! GENIAL!!!! Putain de merde!!! (Vous comprenez pourquoi maintenant l’orientation de mon intro?). Plus envie de raconter le match, vous m’avez lu, voici les images.

Les notes : 

Orion 3/5 : Ne peut pas grand chose sur les trois buts qu’il encaisse. Présent sur le reste. Je peux difficilement lui en vouloir.

Pillud 3/5 : Correct, présent dans les duels, propose toujours autant offensivement, mérite plus qu’un arrêt du gardien sur son action en première période.

Sanchez 3/5 : Il se fait prendre le ballon de la tête qui amène ensuite l’ouverture du score de Rafaela, mais dans l’ensemble match correct de Nicolas.

Ortiz 1/5 : 3 buts, il se chie dessus deux fois, et sur l’autre il n’est pas aidé par Alvarez (2-2). Peu rassurant, bien loin des bonnes prestations ces deux derniers matches. Ouais, 1/5. Je suis comme ça moi. (j’avais mis zéro à la base…)

Alvarez 2/5 : Débordé, peu rassurant, perd le ballon qui sanctionne le Racing de l’égalisation. N’a pas su prendre le relais de la sortie de Grimi très tôt dans le match.

Aued 3/5 : Il a fait son taf. Rien d’exceptionnel, mais bien placé.

Gonzalez 3/5 : Passeur décisif, monte en puissance.

Diaz 3/5 : Bien Gaston ! Vif, il a apporté sa vision du jeu. A revoir dans cette position. Remplacé par Romero pour le 1-2.

Acuña 3/5 : Du moins bien pour Marcos hier. Après il a tellement tapé dans le haut niveau ces derniers temps qu’on ne peut pas lui en vouloir d’être un peu en dessous.

Bou 4/5 : Superbe coup franc, appliqué, j’ai retrouvé le Bou d’il y a deux ans quand il martyrisait les défenses adverses. Si Lopez avait été plus tueur, Bou aurait deux passes décisives en plus.

Lopez 2/5 : J’attends BEAUCOUP BEAUCOUP plus de Licha! Il mange la feuille à 1-2, il a une opportunité de dingue de creuser l’écart. A 1-3 bah c’est fini pour Rafaela et on serait rentrés avec les 3 points, cruciaux, car Estudiantes s’est imposé.

 

Bref, grosse déception. Il faut gagner contre Arsenal  la semaine prochaine pour rester au contact des premières places.

Vamos Acade,

Besos Anales,

Diego

 

Diego

Ce qui ne me tue pas me laisse en vie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.