Tottenham – Arsenal (2-0) : la Gunners Academy abandonne

Toujours pas d’académie victorieuse pour moi. Si on n’était pas aussi mauvais, on pourrait croire que je porte l’œil. Mais non. Une nouvelle fois, face à Tottenham, pas de surprise. Une nouvelle défaite face à un adversaire bien meilleur. Ca fait bien chier de l’avouer mais il faut être lucide : Tottenham nous est largement supérieur.

Pour ce splendide récital du néant, Arsène Wenger a décidé de maintenir ce nouveau système en 343. Quelques changements toutefois. Les Lumières Gibbs et Chamberlain (qui a été bon récemment et élu joueur du mois par les fans d’Arsenal) prennent les ailes, faisant basculer Monreal en défense centrale. Giroud titulaire en pointe.

Bon, le match maintenant. On va s’y attarder parce que putain, c’était douloureux. Pourtant, comme contre Man City en Cup, j’ai cru au miracle. Quand à la mi-temps Arsenal n’est pas mené on se dit que bordel, on les flinguerait bien sur un but de la main de Walcott à la 93e. A deux reprises les Spurs font l’incroyable exploit de ne pas nous flinguer. D’abord, Dele Alli à deux mètres des cages vides décident de foutre sa tête à côté. Puis, plus tard, Eriksen, toujours face à un but vide balance au-dessus, effleurant la barre. On subit mais on tient. Quelques rares nuances de positif.

Mais en bons tocards que nous sommes, le sabordage reste une tradition. Dans ce genre de scénarios, tu te dis : « putain, les gars, craquez pas dès l’entame de la seconde période ». 10 minutes. Une défense en roue libre totale, Eriksen en balade, un tir repoussé par Cech et un ballon qui revient dans les pieds d’Alli qui, cette fois, vise juste. Un dernier rempart aurait pu être Chamberlain mais il a décidé de tenter un extérieur du droit plutôt que d’utiliser son pied gauche pour dégager. 146 secondes plus tard, Gabriel qui, pourtant, avait été bon sur les derniers matchs (décidément) joue le naïf débile de base. Je vous la fais courte : Kane, surface de réparation. Je ne suis pas persuadé que ce détestable personnage soit véritablement fauché mais bon, quand tu es assez con pour aller au contact en pleine surface en étant en plus en retard… Bref, le penalty est parfaitement tiré. Pour le coup, Cech ne s’emmerde même plus à faire semblant de plonger.

Derrière, pas vraiment de réaction. Cech sauve la baraque. Le naufrage est proche. Toujours plus de passes à la con et de pertes de balle. Tottenham déroule et nous, on coule.


Les guignols…

Cech 3/5 : difficile de lui reprocher quelque chose… Un placement quelque peu douteux sur le premier but peut-être, mais sans déconner… Il sauve une rouste mémorable parce que oui, on aurait pu (dû ?) prendre 4, 5 ou 6-0. Même s’il était parti du bon côté, le penalty était innarrêtable.

Monreal 1-/5 : risible défense sur le premier but de Tottenham. Pas vraiment à l’aise et mis en difficulté sur plusieurs situations.

Koscielny 1/5 : Il arrive quand même à sauver les meubles à quelques reprises, bien que vachement en dedans. Mais la défense, comme on l’a oublié depuis si longtemps, ce n’est pas seulement un joueur.

Gabriel 0/5 : MAIS A QUEL MOMENT TU ARRIVES COMME UN BOURRIN DANS LA SURFACE COMME CA PUTAIN ?

Gibbs 0/5 : j’aurais préféré qu’Holding joue en défense centrale et que Monreal joue à sa place. Et lui sur le banc.

Xhaka 2-/5 : je n’ai pas compris pourquoi Wenger l’a sorti. Il ne fait pas un bon match, qu’on soit clair, mais il est le seul qui sait faire à peu près des passes.

Ramsey 1-/5 : honnêtement, j’ai trouvé sa première mi-temps « correcte ». Il était très disponible, jouant simple, avec quelques projections intéressantes et la volonté de se bouger le cul. Mais quelle ignoble deuxième mi-temps. Il faut sauver le soldat Ramsey, ça urge.

Chamberlain 0/5 : autant il avait fait trois excellents derniers matchs, autant je n’ai JAMAIS vu une première mi-temps aussi minable et honteuse que celle qu’il nous a servie. Surréaliste défaillance. Contente-toi de jouer simple. Que des conneries.

Alexis 0/5 : OK. Il est retombé dans ses travers. Ce fût pathétique. Lève ta putain de tête et lâche la balle. Ou dégage. Pas content qu’il était.

Özil 0/5 : comme souvent, on ne l’a pas beaucoup vu. Un des seuls malgré tout qui a essayé de se projeter et de mener quelques contres. Trop de déchet, trop mou. J’en ai rien à foutre qu’il touche le fanion devant les fans de Tottenham. Vu sa performance, vu la leur, profil bas.

Giroud 0/5 : curieuse décision une nouvelle fois que de le titulariser pour jouer le contre. Alors, pourquoi ? Pour les CPA ? On ne sait ni les tirer et la défense, bof. J’entends bien, l’idée était de les faire chier dès la première relance. Est-ce que ça a fonctionné ? Bah non.

Les intermittents…

Welbeck 0/5 : je l’aurais bien vu débuter le match… Même s’il n’a pas inventé la poudre. Ça, c’est clair.

Bellerin 0/5 : sa coupe de cheveux est aussi belle que son entrée en jeu.

Walcott 0/5 : si ça n’avait été lui, je ne l’aurais pas noté. Il n’a joué qu’une dizaine de minutes. Mais il a quand même trouvé le temps de faire une passe à Lloris.

Quelques chiffres pour illustrer la débâcle du cru 2016/2017 :

– Contre le top 6, en championnat, c’est 1 victoire sur 10 matchs (contre Chelsea, 3-0, quelle époque c’était).

– Seul Burnley a pris moins de points qu’Arsenal à l’extérieur contre le top 10 (j’ai pas le chiffre précis mais on est nul).

– 42 buts concédés déjà cette saison en PL, il reste 5 matchs et c’est déjà plus que sur les 4 éditions précédentes.

– Gibbs, Alexis et Chamberlain ont CHACUN perdu 20 fois la balle contre Tottenham.

Rien à secouer que Tottenham nous dépasse (pour la première fois depuis 22 ans). Force est de constater qu’ils progressent au moins, eux. Et nous bah… je ne sais pas où on va. Toutes les semaines on se répète : il faut du changement. Et pas du p’tit turnover à la con.


Rappel :

– régler le problème du coach

– régler les cas Alexis et Özil

– virer la moitié du staff et réfléchir à un directeur sportif

– dégager les planches pourries (Walcott en tête)

– recruter intelligemment et combler nos grandes lacunes

– prier

Alors, j’ai fait une petite simulation. Oubliez la LDC et commencez à vous libérer le jeudi. Si Arsenal remporte tous ses matchs restants, il obtient 75 points (Chelsea en a actuellement 81 et Tottenham 77 hein). Et puis les matchs, ce n’est pas du réchauffé, c’est rien de peinard : Man United, Sunderland, Stoke City, Southampton, Everton.

Dans le même temps, il ne faut pas que Liverpool prenne plus de 5 points (en 3 matchs) et que Man City ne gagne pas 9 points en 4 matchs (donc pas plus de 2 victoires). Concernant les rouges de Manchester, si on fait ce genre de parcours, donc les battre, ils ne pourront nous rattraper.

Vous n’avez rien compris ?

On s’en fout parce que…

Ça n’arrivera pas.

C’est déprimant.

C’était le 50e derby entre Arsenal et Tottenham pour Arsène Wenger. Avec tout le respect qu’il mérite, j’espère vraiment que ce sera le dernier.

Photo du profil de Ray Parloir

Ray Parloir

Franco-australien au cerveau complètement azimuté par tant d'années de dépression

2 Comments

  1. Quelle torture ce match, voir Arsenal se faire malmener par Tottenham… comme des poussins.

    J’ai passé un meilleur moment devant Nuit et Brouillard (version non censurée).

  2. Flinguéz.

    Laurent Kos désos. J’ai pas vu le match. C’est nul.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *