Roma – Juve (0-0) la Bianconero Académie est championne d’Italie bordel !

Salut les zèbres,

 

Nous y voilà. Après une saison riche en rebondissements et une bagarre comme on en avait pas eu depuis longtemps, le Scudetto nous tend les bras. Le Scudetto pour nous, c’est un peu comme le sexe quand on est marié. Les partenaires ne changent pas, on pourrait croire vu de l’extérieur qu’une certaine lassitude s’installe. Et selon les gens ça peut sûrement se passer comme ça. Mais pas de ça chez nous. On prend toujours autant notre pied à chaque saillie, d’autant plus qu’elles sont toutes différentes. Ces dernières saisons on a été habitué au limage en règle, quelques va-et-vient et PURÉE précoce. Mais cette année, ce fût un coït long et langoureux, presque tantrique. Et qui peut-être ne finira pas ce soir qui sait ? Il nous faut un point en deux matches pour être champions. Autant que ce point soit marqué contre la Roma, une équipe qui comme souvent depuis quelques années aura fait une bonne saison sans rien au bout. Mais bon, je ne suis pas là pour m’apitoyer sur le sort des autres, j’en ai même rien à branler pour tout vous dire.

Non. Ce soir, vaincre est la seule chose qui compte.

 

LA COMPO DE MAX

 

La même sauf que Sami est ENFIN out, remplacé par Matuidi. Je ne suis qu’AMOUR.

 

LA PARTITA

 

Ce que j’aime le plus chez Sami Khedira, c’est son absence du onze de départ. C’est une petite parenthèse inutile, mais ô combien satisfaisante pour moi. C’est pour ça que je me l’accorde. Après si vous voulez parler du match, et ben soit, on va parler du match. On est plus dans la baston de regard que dans le combat au chibre laser, même si les giallorossi semblent plus enclin à lancer les hostilités. Ils insistent bien côté Alex Sandro et honnêtement, j’aurais fait la même chose. Les Romains ne cadrent pas leurs frappes, mais faudrait quand même veiller à pas trop les laisser manœuvrer. Et si nos milieux de terrain commencent enfin à sortir la tête de l’eau au bout de quinze minutes, les transmissions restent précaires tel le contrat d’un salarié qui vient de se faire macroniser la rondelle. Pjanic est forcé de redescendre entre ses centraux pour toucher des ballons et les transmettre sans risquer de les perdre.

Oh putain, ça va être une longue soirée.

À moins que ledit Pjanic ne continue à perdre des ballons dangereux. Pas de conséquences pour le moment, mais Mire ne fait jamais vraiment de match moyen. C’est souvent tout ou rien. Et pour le moment on n’est plus sur du rien. Peut-être l’émotion de retrouver son ex, ça fait parfois ça quand on s’est marié un peu vite il paraît. Il en profite pour ramasser un carton jaune pour un tacle d’abruti sur Pellegrini. On est pas loin de la note négative pour lui. Serait-ce possible que l’enjeu nous tétanise ? Je n’ose pas l’envisager.

C’est la mi-temps, on s’emmerde costaud à l’Olimpico. Mais on est à 45 minutes de pisser sur l’Histoire.

Ce GIF vous est offert par l’année 2011, soit l’année du premier scudetto après l’enfer de la Serie B.

 

On espère ne pas repartir pour 45 minutes d’ennui. Dybala marque bien un joli but, mais on lui refuse pour une sombre histoire d’un truc qu’on appelle hors-jeu et qui vraisemblablement n’est pas qu’un site internet d’une analité hors norme. Nos passes restent catastrophiques au passage, et ça nuit terriblement à la qualité du match. On a droit à un enchaînement de fautes des plus chiants, et Nainggolan se fait logiquement expulser à force de saupoudrer les morts de Dybala. Je pense pas m’être autant ennuyé cette saison en regardant la Juve, et forcément ça tombe sur le match du titre.

All Juve and no play makes Jack a dull boy.

 

Je passe quinze bonnes minutes à étudier les problèmes de peau d’Alisson Becker (guettez votre site internet préféré, une rubrique sympa pourrait voir le jour #teasing) en gardant un œil sur le match. Et un semble suffire. Le Napoli gagne à Gênes contre la Samp’, il faudrait voir à pas faiblir quand même.

Le coup de sifflet final retentit. ON EST CHAMPIONS ! Au bout de l’ennui, au bout d’un match qui restera peut-être comme le moins plaisant de la saison. Mais l’essentiel est ailleurs. JAMAIS dans l’histoire une équipe n’avait fait quatre doublés coupe-championnat d’affilée. Alors oui, on est en fin de cycle, on a parfois balbutié notre football, et sans un Napoli au mental de miel on aurait sûrement perdu ce Scudetto. Oui mais voilà, la Juventus est un club pragmatique. Si j’étais un animal préhistorique partouzeur de droite, j’emploierai le célèbre proverbe « C’est à la fin du bal qu’on paye les musiciens », ou plutôt « c’est à la fin de la partouze qu’on paye les dinosaures » pour coller au thème.

Tout le monde en Italie sauf les tifosi juventini.

J’aime le romantisme, les héros maudits, les Roberto Baggio. Mais s’il y a un truc que j’aime plus encore, c’est la sensation que procure un titre. Quel qu’il soit. On ne s’en lasse pas, comme de faire l’amour à la femme qu’on aime. Et le temps qui passe n’y fait rien.

 

LES NOTES

Mouarf, je serais bien emmerdé si je devais noter les joueurs sur leur prestation de ce soir. Non pas parce que je n’ai pas regardé le match (ok ça m’est arrivé quand j’étais jeune mais je le fais plus c’est promis, en tout cas plus jusqu’à la saison prochaine), mais parce que ce serait vraiment moche de devoir mettre des notes pourries un soir de titre. Alors je garde ma valise de 1 et de 2. La blessure de Khedira à l’échauffement m’évite même d’avoir à sortir un 0, grazie Sami.

Bon allez, je vous laisse. Je vais aller profiter de ce SEPTIÈME SCUDETTO D’AFFILÉE (vous l’avais-je seulement dit ?) avant qu’on nous le retire pour une histoire de corruption, de dopage, de racisme, de paris truqués, de collusions mafieuses, de mauvais alignement des planètes ou je ne sais quoi.

La Bianconero Académie ne sera malheureusement pas de la partie à la maison la semaine prochaine pour présenter le trophée au beau peuple de Turin (et non pas aux couillons vêtus de grenat), et Roberto Bettégras va prendre un peu de recul pour faire face à des échéances importantes dans la vraie vie. Mais ne vous en faites pas, on se revoit à le reprise du championnat, en route vers un huitième Scudetto consécutif. Ou peut-être avant pour parler des transferts. L’été risque d’être agité dans la capitale du Piémont.

En attendant, je vous souhaite à tous une bonne Coupe du Monde (est-ce qu’elle peut vraiment l’être sans la Nazionale ? Je ne crois pas.) et je vous invite plus que jamais à la suivre sur Horsjeu, pour que vive l’alterfoot.

 

Un grand merci aux mecs de juvefc.com qui me laissent utiliser les feuilles de match, ils ne le feraient probablement plus s’ils pouvaient comprendre mes articles. Et un grand merci à Franck Ripoux, GIFeur le plus classe du monde.

FINO ANAL FINE,

un baccio nel culo.

Roberto Bettégras

Pharaon Gérontophile. Bianconero Académie. l'Académie des Poteaux Bizarres.

12 Comments

    • Le côté tetris est sympa je crois, le côté xsme je suis moins sûr. En vrai je sais pas vraiment en quoi ça consiste mais l’idée c’est d’avoir une relation sexuelle lente et SANS ORGASME. Je te laisse méditer sur ça.

  1. Sérieux, il est si mauvais que ça, Khedira? Ou est-ce qu’il a osé chopper la meuf que tu voulais ??

    • Ses stats sont vraiment trompeuses. Dans le jeu il a été vraiment à vomir cette saison, à quelques exceptions près. Et sa présence éternelle dans le XI malgré de bien piètres prestations a fini de me gaver. Il a été bon, même très bon. Mais maintenant, qu’il parte finir tranquillement en MLS. Il lui reste un an de contrat, mais on le libère c’est pas grave (ça n’arrivera pas) en plus on devrait récupérer Emre Can qui pour le coup le remplacerait et serait mille fois meilleur.

      Et non il a pas choppé ma meuf, il fait pas le poids. Je veux dire, il est pas assez gros pour lutter contre moi.

      • Merci de m’avoir résumé sa saison. Étant fan de la Mannschaft, je me demande si c’est une bonne chose de le prendre pour la CdM. Vu le « succès » de Schweinsteiger au dernier Euro, j’espère que Löw choisira la forme du moment à l’expérience….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *