Liverpool – Manchester City (3-0), Nigel a vomi mais livre tout de même ses notes

AVANT-MATCH

Trois jours après le premier titre de la saison, retour de Liverpool face aux Citoyennes pour le premier match de Premier League de Nigel, cette saison. Un rendez-vous important à quelques encablures de la fin de la saison, d’autant que Leicester a laissé filer 2 points la veille.

C’est la semaine, Nigel a tout de même quelques impératifs (prostitution, tout ça, tout ça…), Nigel va donc rapidement passer au match, d’autant que parler de Liverpool, c’est marrant, mais bon, pas tous les 3 jours non plus.

Nigel continuera sur sa lancée d’un film comme fil rouge, et en ces temps dangereux où la peur prédomine, Nigel choisira un classique parmi les classiques.

Quelques changements, donc, depuis la finale de dimanche, côté Citizen. Joe reprend la place de Caba-le-héros, Le Zab prend la place de Bacary et Yaya est mis au repos forcé remplacé (en nombre) par Jesus. Au passage, un petit bisou à Sterling qui devrait, à priori, passer 90 minutes à se faire insulter. Au final, ça donne un truc du genre (Oui, Clichy est dehors, c’est un choix tactique de Nigel) :

 

compo

 

En face, Sakho pas remis du crochet du Kün dimanche est remplacé par Kolo, James est toujours là, alors que le grand buteur, que dit Nigel ? Le tueur des surfaces, le Pipo Inzaghi blanc : Divooooooooooock Origi est aligné (haha !).

0’ : Allez, Squadellah, nous sommes partis !

5’ : Nigel ne va pas vous mentir, il regarde ce match d’un œil, l’autre étant surtout concentré sur sa bière (et sur la voisine de la table d’à côté).

12’ : Les Reds ont l’air d’être beaucoup mieux rentrés dans ce match que les Citoyennes et contrôlent le ballon.

20’ : Nigel propose un verre à sa voisine :

 

verre

 

26’ : Jesus est chaud sur son côté, et fait passer un sale quart d’heure à son adversaire, mais ces centres ne trouvent jamais preneurs…

33’ : Lallana reçoit le ballon à 40 mètres des buts citizens. Il contrôle, se retourne, fait une partie de Candy Crush, appelle sa mère, refait ses lacets, se recoiffe, fume un joint, se moque de la coiffure d’Ota-Bernard-Mendi, compte le nombre d’alcooliques en tribunes, se demande qui de Fernando ou Fernandinho est le mec dix mètres derrière lui, puis avance et arme une frappe toute mignonne, sur laquelle Joe tente d’intervenir avec la vivacité d’un hippopotame cul-de-jatte. 1-0. Nigel a-t-il besoin de préciser que la défense aurait dû sortir plus vite ?

41’ : Firmino et Lallana combinent bien sur le côté. Le Brésilien sert James dans la surface, qui, malgré un contrôle plutôt rik-rak, parvient à placer un pointu sur lequel Joe ne peut rien… Par respect pour son ancien club, James ne fête pas ce but… Non, Nigel déconne, James joue au cow-boy… Putain, 2-0…

james-oGuignol, va !

Bon bah mi-temps, 2-0, les Citizens se font tout simplement violer dans tous les compartiments du jeu. C’est doublement con parce que dans le même temps, les gamines de Tonton Arsène se font accrocher et les Spurs perdent (malgré un très bon Tony Parker)… Allez, les mecs on se réveille.

46’ : Sterling out, Bony in. Nigel revient sur ce qu’il a dit, Sterling n’aura passé que 45 minutes à se faire insulter… 45 minutes particulièrement pourries, soit dit en passant.

49’ : Heureusement que Silva est là quand même pour redonner un peu le sourire à Nigel (la voisine ayant quitté les lieux…). Sa technique permet d’obtenir un bon coup-franc sur le côté. Ce dernier est tiré par l’espagnol suce-cité, donc bien tiré, le Kün place une bonne tête, mais James la sort… Salop…

54’ : Bonne frappe d’Origi, mais Joe intervient… ‘Faut pas exagérer non plus…

55’ : Fernandinho (ou l’autre) out, Iheanacho in. Le tout pour le tout.

57’ : Sensationnel ! Quel contrôle de Ota-Bernard ! Le ballon perdu est récupéré par Henderson qui tente de trouver Origi. Le ballon arrive finalement dans les pieds de Lallana qui se promène à nouveau dans la défense citizen avant d’offrir sur un plateau le 3-0 à Firmino… Ça commence à faire mal au cul, là… Le résultat est dur, les Citizens sont certainement en train de perdre le titre, mais une chose reste gravée dans la mémoire de Nigel : Ce contrôle, putain!

 

ota-oComment un joueur de football professionnel peut-il faire sérieusement faire un contrôle comme ça ?

 

58’ : Au final, ç’aura plutôt été le tout pour le rien, soit dit en passant…

59’ : Pendant ce temps, dans les pubs de Liverpool :

 

carioca

 

69’ : Putain, James est même proche du doublé… On va arrêter là, svp…

72’ : Tiens, la place à la table voisine est maintenant occupée par un camionneur, plutôt sexy.

PATATENigel engageant la conversation avec son voisin de table.

74’ : Clichy out, Kolarov in.

80’ : Bon coup-franc de Henderson juste à côté… On est clairement plus proche du 4-0 que de quoi que ce soit d’autre…

85’ : Putain, et Arsenal qui perd, Tottenham qui perd, il y avait un gros coup à jouer.

86’ : Et pire que tout, les voisines qui reviennent à hauteur (avec un match en plus, on se calme, Luke Seafer, lachez-moi tout de suite ce pénis… Que vous avez très imposant, d’ailleurs)…

90’ : Lallana aura été énorme toute la rencontre, Nigel ne serait pas étonné que Mansour pose ses millions dès l’été prochain… Pour faire revenir James aussi, d’ailleurs…

Fin du match : Allez, on oublie… On oublie le match, mais malheureusement, la League aussi, très certainement…

Les Citoyennes :

Hart (2/5) : Il a, finalement, limité les dégâts en seconde période, mais peut (doit ?) faire beaucoup mieux que ça sur les deux premiers buts. D’une lenteur incroyable…

Le Zab’ (1/5) : Nul, rendez-nous Bacary.

Capt’ain Vinz (4/5) : Le seul à – un peu – surnager derrière chez les citoyennes. Complètement abandonné par le milieu de terrain, Capt’ain Vinz a bien tenu Origi (oui, Nigel sait, c’est drôle), mais en a un peu chié face à Benteke après avoir passé 80 minutes à couvrir les conneries des autres ?

Ota-Bernard-mendi (0/5) : Tout nul, rendez-nous Mangala.

Clichy (0/5) : Vraiment nul, rendez-nous Kolarov.

Fernando (0/5) : Complètement nul, rendez-nous… Euh… Bah virez-le simplement, du coup…

Fernandinho (0/5) : Absolutolument nul, rendez-nous un joueur de football.

Navas (1/5) : Plutôt chaud au début, puis, totalement nul, rendez-nous Yaya.

Silva (0/5) : Tristement nul, gardez-le!… David ayant pris un coup dimanche, il est, bien entendu, tout pardonné.

Sterling (0/5) : Insulté-pendant-45-minutes-ment nul, rendez-nous De Bruyne.

Le Kün (0/5) : Mis-minable-par-Kolo-Touré-ment nul, rendez-nous Dzeko… Non, Nigel déconne.

 

C’est vraiment dommage, City aurait pu frapper un grand coup en gagnant ce match. Au contraire, les citoyennes ont certainement abandonné le titre cette semaine… Leicester aura, finalement, gagné 1 point sur ses concurrents (Non, M. Seafer, arrêtez- tout de suite United n’est pas un concurrent au titre).

Allez, à ce weekend.

Bonus :

James n’a pas pu autant s’améliorer en quelques mois. Une seule explication possible :

 

serial killer

 

La bise anale,

Nigel de Jonc

 

Nigel de Jonc

Nigel, académicien sexy des Citizens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.