Internazionale – SPAL (2-0) : Si continua di sognare!

Buongiorno a tutti ! 


Ce soir c’est avec une immense nostalgie que je tweetais que « La Ligue des Champions » me manquait. J’ai l’impression de me répéter (et si tu me lis tu auras cette même impression) mais je pense réellement que cette année sera la bonne. Je regardais avec mélancolie, ce week end, des vidéos sur les exploits de l’Inter en 2009/2010, l’année du triplé. Bordel que c’était bon. Cette sensation de passer à chaque fois si près de l’élimination pour au final remporter ce beau trophée ce fameux 22 Mai 2010, date qui restera dans toutes les têtes des Nerazzuri pour l’éternité. Cette équipe de fou montée de toutes pièces par ce génie qu’est José Mourinho (Ouaiiiiiis j’entends d’ici ses plus fidèles détracteurs qui peuplent Horsjeu.net). Cette saison, l’Inter la démarre comme il le faut : Deux victoires face à deux belles formations qui lutteront pour l’Europe, forcément ça laisse songer à un futur radieux. D’ailleurs, je pourrais espérer le scudetto, mais une qualification pour la Ligue des Champions me ferait déjà tellement plaisir car qu’on se le dise l’Inter est tellement plus belle lorsqu’elle se conjugue à l’Européenne, et de la plus belle des manières s’il vous plaît.

« Boire la Serie A, c’est mon projeeeeeeeeeeeet! »

Sans transition, Inter Milan – SPAL.

SPAL. C’est ce genre d’équipe que l’on connait uniquement car on a envie de changer des sempiternelles grosses cylindrées sur FIFA et qu’on démarrait une carrière avec un club des profondeurs de la Serie A pour changer. Je vous le dis clairement, SPAL je les connais pour cette raison et aussi parce que je trouvais le nom de l’équipe « bizarre ». Je vais sans doute m’attirer les foudres des mecs/nanas qui suivent la Serie B mais peu importe j’impose mes lourdes couilles velues. SPAL c’est le club qui, finalement, réalise un pas si mauvais début de championnat. Un nul face à la Lazio en ouverture et une victoire 3-2 contre l’Udinese, donc méfiance méfiance. L’Inter de son côté a l’occasion de montrer qu’elle a chassé ses démons et qu’elle est capable de s’imposer sans sourciller face à un promu. Trop souvent j’ai vu mon Inter bégayer face à des Carpi ou Frosinone pour citer ces équipes récentes. Donc oui, elle a parfois vaincu mais trop souvent elle s’est fait peur. Donc pour la réception de SPAL je veux absolument qu’on l’emporte et avec la manière si possible, on ne pourra espérer une qualification en Ligue des Champions que si nous sommes des tueurs avec les équipes du haut de classement et qu’on maîtrise sans problème celles qui lutteront pour se maintenir. Deux combats différents, deux stratégies opposées.

Les compositions : 

On ne change pas un dispositif qui gagne, l’Inter repart en 4-4-1-1 mais cette fois ci Valero descend d’un cran et se retrouve avec Gagliardini, c’est Joao Mario qui démarre en soutien d’Icardi en pointe. Ensuite c’est du classique, Skriniar – Miranda dans l’axe, D’Ambrosio à droite, Dalbert qui éteint la concurrence à gauche, Perisic et Candreva sur les ailes.

 

Le match : 

Primo Tempo : 

En ce début de match, l’Inter monopolise clairement le ballon, ça permute bien, les transmissions sont bonnes et surtout on va vers l’avant. Je remarque que Candreva est particulièrement bien en jambes et que Dalbert et Perisic c’est déjà de l’amour.

4ème : Gagliardini récupère le ballon à 25 mètres des buts de Gomis, relais avec Icardi dans l’axe, le milieu défensif déclenche une frappe tendu à l’entrée de la surface qui file juste à côté.

7ème : Contre de SPAL, déboulé de Boriello dans l’axe, il temporise aux abords des 16 mètres, puis donne à Costa qui remet instantanément en profondeur pour Mora qui centre à la limite de la sortie de but, Miranda dégage en touche. Longue touche de Costa, le ballon est dévié au premier poteau et tombe dans les pieds de Paloschi qui reprend, à côté.

13ème : Candreva accélère le jeu, il s’enfonce, passe à Gagliardini à 22 mètres qui tente sa chance, à côté.

20ème : Perisic, côté gauche, repique vers la surface de réparation, transmet à Joao Mario en une deux, Perisic récupère dans les 16 mètres et frappe mais c’est sans danger pour Gomis qui s’empare du ballon sans problème.

22ème : Perisic dans l’axe passe à Icardi à l’entrée de la surface, Icardi remet à Joao Mario qui pénètre dans le rectangle de réparation, Viviani l’accroche!!! CALCIO DI RIGORE!!!!!! L’arbitre consulte la vidéo, ça dure une éternité mais c’est validé. Icardi face à Gomis, c’est parti… RETEEEEEE RETEEEEEEE!!!!!! GOL DELL’INTER!!! 1-0!!! Icardi a frappé à ras de terre à droite pendant que Gomis choisissait le côté gauche. Cinquième but en trois matches pour Icardi en Serie A.

28ème : Skriniar pour Gagliardini, D’Ambrosio récupère côté droit et donne à Candreva, il temporise à l’angle de la surface, il attend qu’Icardi soit en parfaite position, puis il lui donne, Mauro s’avance et tire, Gomis à la parade.

34ème : Gagliardini à 40 mètres donne à Candreva, il ne se pose pas de question et décoche une grosse frappe brossée que Gomis détourne de sa lucarne. Corner. Joao Mario en deux temps avec Dalbert, centre de l’ancien Niçois, le ballon arrive au deuxième poteau, Danilo D’Ambrosio le reprend de la tête, ça part dans la lucarne mais Gomis détourne. Néanmoins l’arbitre sifflera faute pour une poussette de D’Ambrosio.

45ème +1 : Paloschi prend l’espace et récupère une balle en profondeur, Skriniar revient à sa hauteur et l’oblige à précipiter son geste, il frappe à côté.

Fin de la première mi-temps. L’Inter domine clairement SPAL mais attention au promu qui contre-attaque sans complexe. La dernière occasion aurait pu faire mal si Paloschi avait assuré son tir. L’Inter est devant au tableau d’affichage, il faut enfoncer le clou.

Secondo Tempo :

3ème : Joao Mario à 30 mètres voit D’Ambrosio le long de la ligne de touche, il lui transmet la balle, puis Candreva récupère dans la surface, Joao Mario reprend la main mais Perisic s’interpose et frappe, au dessus. Beau mouvement. D’ailleurs, sur ce match, l’Inter a montré des combinaisons que je n’avais pas vu contre la Fiorentina ou la Roma. Du progrès donc.

6ème : Valero, dans l’axe, tente sa chance des 20 mètres mais Gomis s’empare du ballon sans problème. Manque de conviction dans ce tir.

12ème : Coup franc obtenu par SPAL. On est à une trentaine de mètres un peu excentré sur la droite, c’est frappé à mi-hauteur, Handanovic arrête sans problème.

15ème : Déboulé de Candreva côté droit, il entre dans la surface, centre tendu pour Joao Mario seul au second poteau, Gomis s’interpose et dégage.

20ème : Faute de Valero. Coup franc pour SPAL, Viviani le frappe, Salamon à la retombée, tête plongeante qui frooooole le poteau d’Handanovic qui semblait battu. Position de hors jeu signalée.

26ème : Longue ouverture vers Perisic, il contrôle et centre à ras de terre pour Brozovic dans la surface qui reprend du plat du pied, au dessus.

27ème : Brozovic dans le rond central donne à Dalbert sur la gauche, l’arrière latéral remonte le ballon et trouve Perisic qui remise pour Brozovic en retrait, Perisic revient et reprend le ballon pour le transmettre à Gagliardini, passe en retrait pour Valero qui écarte sur Skriniar, il avance, voit qu’il n’est pas attaqué, il se met dès lors en position et décoche une grosse frappe de porc qui vient fracasser la barre transversale, Gomis était totalement battu. Quel tir…

37ème : Vecino trouve Candreva aux abords de la surface, il s’avance vers l’angle des 16 mètres, tire mais croise trop sa frappe.

42ème : Brozovic lance Icardi dans la surface, comme à son image pendant 90 minutes il rate son contrôle, s’écroule, le ballon revient sur le côté droit, D’Ambrosio qui voit l’appel de Perisic, il le sert sur un plateau, le Croate se met en position et reprend de volée, CON IL SINISTRO???? RETEEEEEEE RETEEEEEEEEEEE!!!!!! 2-0!!! Pleine lucarne!!!! QUEL BUT!!! Perisic confirme son excellent début de championnat. Merci… MERCI de l’avoir gardé… L’Inter tue le suspense.

45ème : Brozovic récupère une passe d’Eder, il se retourne, centre enroulé, Eder tente une tête plongeante, à côté.

 

VITTORIA!!! L’Inter s’impose sans problème contre SPAL 2-0 et suit le rythme soutenu de la Juventus déjà première de Serie A. L’essentiel est là, neuf points possibles, neuf points pris. SPAL n’était pas facile à jouer, d’autant plus qu’Icardi était bien encadré. Il a fallu forcer, l’Inter a réussi.

 

Les notes : 

Handanovic 3/5 : Peu de travail pour Samir mais présent sur les tirs adverses. Peu inquiété. Match tranquille.

D’Ambrosio 3+/5 : Bon match de Danilo, présent en défense ainsi qu’en attaque, bon match ponctué d’une passe décisive pour Perisic en fin de match. Bien.

Miranda 3+/5 : Bon dans le positionnement, présent dans les duels, après clairement il n’aura pas eu 36000 interventions à faire mais le peu qu’il a eu à faire il l’a bien fait.

Skriniar 4/5 : Popopopopopo… c’est quoi ce défenseur? Un mur. Aucun tacle à terre, tous debout et propre. Une énorme frappe en deuxième mi-temps qui aurait dû trouver meilleur sort. Énorme.

Dalbert 3+/5 : Hahahaha Nagatomo et le Japon y ont cru quand l’ancien Niçois s’est fait mal, Nagatomo était prêt à rentrer mais non non non on n’abat pas le néo numéro 29 comme ça. Quelle énergie… Vraiment hâte de le voir lors des prochains matches. Il éteint la concurrence (s’il y en avait une…)

Valero 3/5 : Assez discret dans son rôle en retrait des deux premiers matches, néanmoins propre dans ses transmissions mais manque de conviction à l’approche de la surface de réparation. Bon match malgré tout. Remplacé par Vecino à la 78ème.

Gagliardini 3+/5 : He is Back!!!! Il a ratissé en long, en large et en travers, quasi aucune perte de balle, de la présence en défense, deux tentatives intéressantes en première période non cadrées, mais revoilà Monsieur Propre.

Candreva 3+/5 : Enfin bordel!!! J’attendais un Candreva incisif et remuant, je l’ai eu aujourd’hui. Grosse première période d’Antonio. Il est un peu rentré dans le rang quand SPAL a remué l’Inter en deuxième mi-temps mais s’est remis dans le droit chemin ensuite. Moins de déchets techniques, moins de centres au huitième poteau, du mieux. Remplacé par Eder à la 88ème.

Perisic 4/5 : Grosse activité encore une fois du Croate sur son côté. Il s’est trouvé en Dalbert le compagnon idéal. Perisic a tenté plusieurs fois de forcer le destin du match, en vain, mais sa reprise de volée est splendide et permet à l’Inter de tuer SPAL pour de bon. Sur la lignée de ses deux premiers matches.

Joao Mario 3+/5 : Très bon match de Joao Mario aujourd’hui, il était omniprésent en attaque et a fait son boulot en défense. Danger permanent aux abords de la surface il a obtenu le penalty qui permet à Icardi d’ouvrir le score. Gros boulot. Remplacé par Brozovic à la 66ème.

Icardi 3/5 : Difficile de noter Mauro. Certes il score sur penalty et permet à l’Inter de virer en tête à la pause. Mais que de difficultés pour le trouver. Je ne l’ai pas trouvé dans le tempo, parfois à côté de ses pompes mais hyper agacé de voir que les ballons n’arrivaient pas à destination. Cinquième but en trois matches pour IL CAPITANO.

 

Carton plein pour l’Inter en ce début de championnat, c’est bien. Les Nerazzuri se préparent à deux déplacement consécutifs face à Crotone dimanche prochain et Bologne ensuite avant de recevoir le Genoa à Meazza. J’ai envie de dire que l’on peut compter 18 points après ces trois prochaines rencontres mais le proche passé me rappelle qu’à être trop optimiste rend la désillusion cruelle et dure à avaler. Pour l’heure je savoure ces 9 points sur 9.

Enfin petit clin d’oeil à Esteban Cambiasso qui a pris sa retraite cette semaine. Grazie di tutto Esteban…

 

Forza Inter,

Baci Anali,

Diego.

 

Diego

Ce qui ne me tue pas me laisse en vie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *