Islande – Hongrie (1-1) : La Magyarok Académie la joue comme l’OM

L’avant match :
Être académicien, c’est surtout être un hipster amoureux du « football vrai », donc un Hongrie – Islande c’est un peu le clasico de chez Hors Jeu.

Une équipe de néo-nazis avec un gardien en jogging contre une équipe de barmen de Brooklyn, le rêve.

Après leur beau succès face à l’académie des beaux-arts de Vienne le bande à Balazs veut donc confirmer face à l’ogre amateur de post rock.

 

La Composition

Pas mal de changements opérés par Stock par rapport au premier match, normal de ne pas être satisfait d’une belle victoire face à une équipe annoncée outsider de l’Euro, du coup on sort deux joueurs, on en remplace deux autres, mais on connaît toujours pas leurs noms, ni leurs clubs.

Les choix du coach, allégorie Trumpiste.

Le match

Après un début en fanfare de nos amis tueurs de baleine, les Hongrois font honneur au Vélodrome et ne proposent pas grand-chose. Il font le dos rond et tiennent la baraque, en se créant quelques minces occasions.

Les ennemis de la finance privée poussent de plus en plus après une belle occasion à la 30e  et poussent notre mannequin Kipsta à la faute. Pénalty pour l’Islande, 1-0.

La belle sortie du gardien.

Les supporters hongrois balancent des fumis pour râler, ce sera la plus belle action du pays pour les 45 premières minutes.

La deuxième mi-temps sera complètement différente, puisqu’on va complètement s’emmerder, avec la balle largement dans les pieds hongrois, mais les couilles largement côté islandais, où nos amis vikings gardent la baraque comme une PH en coupe de France.

Les Islandais en deuxième mi-temps, allégorie.

Après quelques occasions en bois, les Hongrois se révoltent enfin, tous outrés par l’entrée en jeu de Gudjohnsen et finissent par égaliser à la 89e par un CSC bien pourri, comme on les aime.

Un match nul qui n’arrange personne (pas vraiment en fait, mais ça fait bien de finir comme ça).

Jean-Louis Murat était venu remettre les fanions en début de match.

 

 

Les notes 
Kiraly – 5/5. Même ses fautes dans la surface sont d’un autre temps, c’est fabuleux.

Les Kiralystas poussent le vice à fond.

Kadar – 4/5  Une belle activité sur son aile, de la combativité et du manque de justesse technique, tout ce qu’on aime chez Kadar Airways.
Lang- 3/5 Il a fait ce qu’il a pu avoir été replacé de l’axe à l’aile droite. Jack serait hyper déçu.

Guzmics– 2/5.  Vu le nombre d’occasions islandais, compliqué de dire qu’il a réussi son match.

Juhasz – 3/5. Il a déserté la boite de jazz et a quitté sa super nana pour l’Euro. Merci Michel.
Nagy- 4/5. Je cherchais des vannes à faire mais en vrai je crois qu’on tient là le seul super joueur de cette équipe.

Quand t’es le seul bon joueur et que t’essaies de tout faire

Gera – 3/5. Vachement déçu d’apprendre que ça se prononçait « Guera », j’ai décidé de boycotter son match.

Kleinheisler 3/5 Encore un dont le grand-père a su quitter le pays avant sa convocation à Nuremberg.

Stieber – 3/5. Justin a bien grandi, mais n’a pas énormément pesé contrairement à son remplaçant Nikolic, à l’origine de l’égalisation hongroise, mais également de la création des 2Be3.

Dzsudzsak – 3/5. Il aura beaucoup tenté sans trouver la faille, j’ai pas de vanne mais promis je garde tout pour le prochain match.
Priskin- 2/5. Avec son joli nom tout trouvé pour la mode vestimentaire des néo-nazis du pays, il a été préféré à Szalai en pointe. Un choix payant puisqu’il n’a pas marqué. Ni inquiété.

Jolie photo de l’attaque hongroise en première mi-temps. En fait, je ne serais pas surpris d’apprendre que www.imposetonanonymat.com est un site géré par l’office de tourisme hongrois.

 

Jean II Puskas

Jean II Makouille

Né sur les bords du Rhône à Yaoundé, le petit Jean II fit ses premiers pas du côté de la gones académie, avant d’être repéré pour la Magyarok acédemie, le naturalisant via un grand-père hongrois mystérieusement parti vivre en Afrique en 1945.

One Comment

  1. Désolé mais le mecs des fanions, c’est plus Bertignac avec des cheveux pas blanc.
    Murat, c’est le demi frère de Rocheteau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *