Pays de Galles – Angleterre (1-2) : la Welsh ma gueule Academy en a gros

Salut aux Jones, Evans et autres Thomas,

Nous y voilà, le match contre les Anglais, c’est celui que nous attendions de pied ferme depuis le tirage au sort. Surtout qu’en novembre, dans une configuration similaire, nos cousins attardés du rugby ont réussi à dégager les Rosbifs dès le premier tour. Autant dire que nos Dragons, après leur victoire probante contre la Slovaquie, sont prêts à cracher du feu sur l’ennemi de toujours.


ZE GAME


Dès la huitième seconde, Ashley Williams prend partie en faveur du Welshxit, en se faisant contrer par Harry Kane sur un dégagement. L’immense star, que dis-je, l’idole de tout un pays, n’en fait toutefois rien. Six minutes plus tard, Sterling lance l’alerte « bougez-vous le cul bordel derrière, ces truffes ne vont pas tirer dans les tribunes à chaque fois ». Cahill, puis Smalling se signalent à leur tour sur coups de pieds arrêtés, bien aidés par une défense aussi passive qu’un mouton dans un gang bang gallois.

Puis soudain, comme lors du match aller, la lumière émerge de la nouvelle « spéciale » de Gareth Bale : le coup-franc tout mou que le gardien n’arrive pas à sortir. Les supporters gallois en profitent pour entamer ce qui avait tout pour détrôner « Will Grigg’s on fire » en tête des charts : « You’re coming home, you’re coming home, you’re coming home. England’s coming home ».

Sauf qu’avant de chambrer, il y a un match de foot à gagner. Et c’est là que le bât blesse. Les Gallois reculent et laissent venir les Rosbifs. Rooney fait briller Hennessey, avant que le nouvel entrant Jamie Vardy n’égalise, sur une remise de la tête parfaite… d’Ashley Williams.

Oups.

Ca sent mauvais et ça ne va pas en s’arrangeant : l’autre Williams, Jonathan, a la bonne idée de tirer dans les nuages alors qu’il est seul à l’entrée de la surface. Et surtout, notre arrière-garde, décidément admirative de Sturridge, le regarde se promener et effectuer une passe au poteau que Hennessey laisse gentiment entrer dans la cage.

Le double exploit, à savoir la qualification et la quasi-élimination des Anglais, était à portée de main et deux erreurs de débutants vont obliger les Dragons à botter les fesses d’une équipe russe qui n’en a déjà plus rien à faire. En croisant les doigts pour que ça passe.


ZE DIABLES ROUX


Hennessey (2/5) : Belle performance d’ensemble mais même Philippe Croizon aurait eu le pied plus ferme que le tien sur le but de Sturridge.

Davies (2/5) : A passé tout le match à danser la Lallana. Et plutôt mal.

Williams (0/5) : Forcément, quand tu confies le brassard à un mec né en Angleterre contre les Anglais…

Chester (1/5) : Tant qu’il continuera à regarder passer les adversaires sans mettre le pied, je l’insulterai de Fidji ou de Bouldou.

Taylor (2/5) : Tu sais que tu as le droit de monter ?

Gunter (2/5) : Bof.

Ledley (3/5) : Manque d’intensité mais montre des choses intéressantes.

Joe Allen (3/5) : On t’a connu plus tranchant. Dis-toi que ce n’est que la Russie au prochain match.

Aaron Ramsey (3/5) : Bien qu’il ait encore fait 17 fois sa foutue « toupie », il a réalisé un de ses matches les plus propres depuis bien longtemps.

Robson-Kanu (2/5) : Qui ?

Bale (3/5) : Sinon, tu as aussi le droit de marquer autrement que sur coup-franc.

 

Allez, la bise à tous et à bientôt pour fêter la qualification.

Jonesy Kreuz

Johny Kreuz

J'ai autant de clubs de cœur qu'Alex Oxlade-Chamberlain a de neurones. Seul supporter non-basque de Bilbao et Cazorliste convaincu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.