Liverpool – Porto (0-0) La Dragão académie livre ses notes

« You’ll never walk alone » ?
Les 3000 supporters de Porto qui ont fait le déplacement et chanté pendant 90 minutes ont autant fait honneur à l’enceinte mythique que l’équipe au maillot.

Bom Dia,
Après la catastrophe du match aller, il fallait bien faire le retour, oui mais pour faire quoi?
Allez venger l’affront alors qu’on s’est fait punir en contre ?
Mettre une équipe B et prendre une deuxième branlée ?
Regarder le Real sortir le PSG en déclarant forfait car il parait que c’était le plus grand choc de l’univers ?
Que nenni! (vos grand-mère les salopes en Rouge) Il fallait y aller pour faire honneur au maillot, aux supporters et ne pas perdre.

O Equipe :

Sergio décide de mettre une équipe mixte entre retours de blessures et jeunesse fougueuse.
C’est donc Reyes qui prend la place de Marcano, André André celle d’Oliveira, Oliver celle d’Herrera et surprise du chef avec Bruno Costa premier match en équipe A direct à Anfield.
Waris épaule Aboubakar pour son retour.

O Jogo :

Le début de match voit Liverpool mettre en place son pressing pour un jeu de transition rapide.
En face on est placé sur un pressing coordonné qui essaie de bloquer les Reds mais qui ne parvient pas tout à fait à fermer les espaces.
On essaie de fixer le milieu puis de chercher la profondeur pour Aboubakar, mais le Camerounais manque son contrôle alors qu’il avait un face à face à négocier avec Karius.
On retrouve l’équipe casse-couille à jouer et à la dix-septième sur un ballon de Costa, Waris perd son duel face à Karius.
Les Anglais répondent sur une perte de balle d’Oliver mais Mané met le ballon au dessus.
Le match est sérieux et plutôt agréable, mais pas de grosse occasion de part et d’autre avec des défenses vigilantes surtout Felipe qui empêche Firmino de voir le ballon.
Liverpool nous fait resserrer de deux crans notre sphincter quand sur un ballon long Reyes rate son intervention de la tête laissant Mané enchaîner amorti poitrine et volée mais sur le poteau de San Iker qui avait tout vu… Ou pas.
Liverpool veut marquer et s’en remet aux coups de pieds arrêtés mais jusqu’ici tout va bien.
On revient sur un faux rythme et on manque de se faire cueillir à froid par un Milner qui réussit à éviter la touche.
On essaie de jouer plus haut mais on laisse trop d’espace… Liverpool en fait de même et Waris peut frapper et cadrer des 20 mètres. Sans danger pour Karius.

Mi-Temps :

Voilà c’est bien, on est en place, les jeunes font le taf, ça ressemble à un dernier match de poule avec les deux qualifiés.

Liverpool met la pression sur pour la dernière demi-heure mais Firmino qui échappe à Felipe au départ se retrouve contré par le capitão brésilien.
Soixante-neuvième minute (communsymbole de s’approcher d’un truc qui pue du cul) Corona s’infiltre dans la défense de Liverpool et voit Matip couper la route du Mexicain sans toucher le ballon. Cas d’école d’obstruction sauf pour l’arbitre et donc YAPAPENO.
Klopp veut jouer la gagne en sortant Mané pour Salah.
Cela donne un peu d’allant aux Anglais mais sans être non plus transcendant.
On se fait quand même une occasion sur un bon mouvement conclu par Corona mais qui n’est pas cadré.
A la 80e les supporters de Porto entament «Eu quero Porto Campeon ».
Salah profite dans la foulée d’un bloc de l’arbitre sur Ricardo pour se mettre en position de frappe mais sans soucis pour Iker.
A la 84e sur un corner Lovren sauve d’un tacle désespéré la reprise d’Oliver.
A la 88e San Iker écœure Hings qui pense le lober sur une tête mais le portier espagnol claque la balle.

O Dragoes :

Iker (5/5)
En fait si tu avais eu ce niveau là en octobre il n’y aurait jamais eu de débat.

No Pain No Gain

 

Maxi (3/5)
Venu pour ne pas perdre, en Angleterre on ne l’a pas trouvé violent.

Felipe (5/5)
Refuse de rendre les bouts de FIrmino après l’avoir laissé en PLS

Felipe s’occupant de Firmino

Reyes (3/5)
Il a tenu un match sans connerie en Ligue des Champions, sacré progrés.

Dalot (4/5)
Défensivement il a assuré face à ce qui se fait de mieux en Europe en terme de puissance de feu, et leur a mis le feu en attaque. Bref ce soir il a mis le feu, le feu…

André André (3/5)
Pour un retour il s’est démultiplié comme un poulpe de Hentaï ça impressionne mais c’est virtuel.

Oliver (2/5)
Visiblement avoir moins de temps et prendre des coups, donc moins réfléchir ça te rend moins nul.

Corona (2/5)
De l’expérience mais pas assez tranchant en contre attaque.

Bruno Costa (3/5)
Le gamin a assumé, joué et c’est éclaté. Il aurait pu être un héros mais sa passe n’a pas abouti.

Aboubakar (3/5)
Beaucoup de présence pour son retour mais encore un manque de rythme pour conclure.

Waris (3/5)
Le plus dangereux et remuant, mais n’a pas inquiété Karius, enfin c’était pas Bouffon en face hein.

https://www.luisonte.es/post/171718681432/quizá-la-salida-habría-que-mejorar

O Banco :

Sergio Oliveira (3/5)
Entré pour assuré il a mis des taquets

Ricardo Pereira (3/5)
Plus offensif que Corona, putain ça craint

Paciencia (Nao Bigode)
Tu seras le roi l’an prochain

Remarque à la con :

Depuis la saison dernière je trouvais que Torres n’était pas à son niveau, Bein m’a donné l’explication c’est Olivier qui joue pas Oliver.
Bravo à Anfield qui a respecté la minute de silence pendant les 90 minutes.

Si tu veux discuter ou suivre mes conneries c’est possible sur TWITTER @franckhomer
beijos anal, Homerc

Homerc

Né un soir de mai 1987 devant une talonnade devenu mythique. Tranchant comme Couto, précis comme une trivela de Quaresma, Dingue comme Futre #Troll #Sexe #RockNRoll

3 Comments

  1. Au vu de son gif, je suis mois aussi déçu que Casillas n’ait pas eu ce niveau de jeu depuis octobre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.