Paços de Ferreira – Porto (1-0) La Dragão académie livre ses notes

It’s raining again
Oh no, my nerve’s at an end
Oh no, it’s raining again
And you know it’s hard to pretend.
Oh no, it’s raining again
Too bad I’m losing a game
Oh no, it’s raining again
Oh will my heart ever mend ?
Oh no, it’s raining again
You’re old enough some people say
To read the signs and walk away
It’s only time that heals the pain
And makes the sun come out again
It’s raining again
Oh no, my nerve’s at an end
Oh no, it’s raining again
Too bad I’m losing a game.
C’mon you little fighter
No need to get uptighter
C’mon you little fighter
And get back up again
Oh get back up again
Fill your heart again…

Bom Dia,
Cinq jours après avoir relevé la tête à Liverpool et une semaine après avoir battu le Sporting, Porto repart vers sa conquête de titre avec un arrêt à Paços de Ferreira.
Si sur le papier il n’y a rien de transcendant, c’est le match piège par excellence (Oui comme le jeu de société des années 80  ). Un club qui joue sa survie d’un côté, l’autre qui digère la fin d’une campagne européenne, le froid et la pluie…
Oui la PLUIE, pas le petit crachin qui rend les joutes légèrement glissantes et joyeuse.
Non non non mesdames et messieurs, celle qui fait lâcher au commentateur LE MOT!
Ce soir on joue des des conditions ….DANTESQUES!
Oui voila, une partie du terrain est gorgée d’eau comme une jeune Hongroise est gorgée de Rocco Siffredi.
Sur le couloir droit, la balle ne roule pas, sur le reste du terrain il est ralenti.
Les plus anciens se souviendront sans doute du fameux Montpellier-Marseille de 94 reporté à la mi-temps pour essayer de comprendre ce désastre.
Bref Benfica a gagné, on doit s’imposer pour ne pas les remettre dans la course au titre.

O Equipe :

Sergio décide de faire tourner et de récompenser les joueurs qui ont assurés pendant leur intérim.
Ainsi André André est à la place d’Herrera, Ricardo reprend son couloir et Waris remuant à Anfield démarre le match.

 

O Jogo :

Le terrain détrempé nous empêche de poser le ballon.
On essaie quand même mais Corona ou Brahimi ne peuvent prendre de la vitesse, trop occupés a déjà pouvoir pousser le ballon à défaut de le faire rouler.
On s’en remet donc aux transversales de Felipe ou Oliveira pour trouver de la profondeur mais ça va être compliqué. A droite le ballon est stoppé, à gauche il fuse.
Ruben Micael en vieux briscard tente de frapper de loin mais sans soucis pour Casillas.
On reprend le match en main mais pour le moment les intentions ne se transforment pas en occasions. D’ailleurs il faut sauter le milieu de terrain car sur les côtés de la surface c’est les seuls endroits où le ballon roule.
On commence à enchainer les corners, mais on est brouillon et on ne trouve pas la faille bien que la pression se fasse de plus en plus forte.
A la dix-huitième, sur une mauvaise relance de Marcano, Pedrinho frappe mais Casillas repousse et Felipe dégage, le slip s’assombrit, mais comme Lineker je fait croire au tacle sur canapé détrempé à Madame.
On perd pied, Paços prend confiance et monte d’un cran alors que notre milieu se fait trop facilement prendre dans son dos.
Ces petites alertes ont le mérite de nous réveiller, mais nos centres ou tentatives d’accélérations ne trouvent pas preneur.
Sur un corner sur lequel Marcano dégage comme un académicien en apnée au #horsjeuïades, Corona se fait secouer pour dégager de la tête et Ricardo réagit trop tard pour empêcher le centre; Miguel Viera vient couper et battre Casillas d’un tacle.(1-0 18e)
Dès le coup d’envoie on lance Dalot qui centre pour Aboubakar mais il trouve Felgueiras qui sauve à bout portant.
Brahimi trouve Aboubakar dans la surface, mais il ne cadre pas.

Mi-Temps :
La première chose que l’on peut dire, c’est que jouer avec une couche de 5 centimètres d’eau sur une pelouse nivelle les niveaux.
La seconde c’est que sur ces matchs il faut être le plus agressif, le plus concerné et clairement c’est Paços qui est au dessus.

On revient mais on se fait bouger.
Il faut attendre 5 minutes pour se réveiller et c’est Dalot qui amène le danger.
A Paços on empêcheCasillas de relancer mais on ne prend pas de carton, c’est magique. Oui oui, je veux dire, ils balancent des longs ballons, Iker prend à la main et les deux attaquants de Paços se mettent devant et lui touchent les bras pour éviter les relances à la main et créer un déséquilibre. L’arbitre siffle, mais pas de jaune et Paços se remet en place.
On met enfin la pression dans la surface et ce sont des corners qui s’enchaînent mais sans réussite.
Tout est à l’arrache et à chaque contact les joueurs de Paços restent au sol.
A la 63e Assis fait la bascule dans la surface sur Otavio mais la faute est contre le Portista. Incroyable.
65e : Après vingts ballons qui naviguent, Felipe se fait pousser dans le dos et c’est PENO!
Mais Yacine le RATE LA PUTAIN DE SA RACE! NOOOOOOOOOOONNNNNNNNNNN! (Cris de Paul Le Guen)
On a des occasions mais aucune franche.
Brahimi, Aboubakar et Hernâni se cassent les dents sur une défense héroïque qui, à l’arrache, donne son corps à la science pour éviter une égalisation.
Paciencia prend sa chance mais Felgueiras est sur la trajectoire.
La fin de match est une plaisanterie, les sept minutes de temps additionnel finissent en 1 minutes trente de temps effectif, l’équipe de Paços se découvrant plus de maladie que la Sky pour préparer le tour de France.

O Resumo :

 

O Dragoes :

Iker (3/5)
Se fait fusiller et réussit à tenir dans la tempête, jolie fille madrilène, Jolie fille d’Espagne
Ricardo (2/5)
Une erreur d’inattention sur le but et c’est toute la saison qui peut basculer
Felipe (3/5)
Il a essayé d’allonger et d’apporter offensivement, il obtient le péno qui aurait dû nous remettre dans la course.
Marcano (1/5)
Le dégagement sur le but, les interventions à la ramasse et aucun apport offensif sur les corners si important contre les défenses regroupées. Aussi efficace que le PS pour enrayer la montée du FN.
Dalot (3/5)
18 ans mais sonneur de révolte, le nouveau Che Guevara.
André André (1/5)
J’aurais pu mettre zéro, mais je l’aime trop.
Sergio (2/5)
Au moins il a essayé de varier le jeu en jouant long mais il était complètement dépassé quand il s’agissant de défendre sur les seconds ballons.
Corona (2/5)
Mimi-Corona l’eau il aime ça, tans pis si ça stoppe le ballon il fait des patouilles…Sérieux faut être quel niveau de débile pour jouer TOUS TES BALLONS dans 10 cm d’eau?
Brahimi (2/5)
Il a tenté, dribblé, a même réussi à trouver des passes, mais ce PENO DEGUEULASSE m’a brisé le coeur.
Waris (1/5)
C’est pas parce que c’est un temps breton que tu dois rejouer avec un niveau de ligue 2.
Aboubakar (2/5)
Il a tenté mais raté. ça aussi ça fait chier.

O Banco :

Otavio (2/5)
Mieux qu’André mais sur un terrain aussi lourd il faut un cheval de trait (OptaPMU)
Hernani (3/5)
J’ai beaucoup tenté, même avec l’envie, mais je me suis déchiré jusqu’au plaisir, on t’as donné l’envie, maintenant faudrait t’expliquer comment être efficace.
Paciencia (2/5)
Tu as l’occase, tu la joues bien, mais le gardien est tellement là où il ne devrait pas qu’il la dévie… Sérieux normalement je devrait en rire au lieu de rager.

Remarque à la con :

Une étude de goalpoint.pt sorte de fourfourtwo du bled a démontré que la liga NOS est le championnat qui fait le plus intervenir les soigneurs, et celui qui a le plus gros nombre de match avec au moins 4 de ces interventions.
Celui de ce soir n’était pas le pire mais 5 interventions de soigneurs c’est un top trois en Ligue 1 sur cette saison

Voilà tout est relancé, les salopes en rouge à deux points, les lézards à 5 quelle vie mes amis, quelle vie!

Si tu veux discuter ou suivre mes conneries c’est possible sur TWITTER @franckhomer
beijos anal, Homerc

Homerc

Né un soir de mai 1987 devant une talonnade devenu mythique. Tranchant comme Couto, précis comme une trivela de Quaresma, Dingue comme Futre #Troll #Sexe #RockNRoll

3 Comments

  1. Ce match…

    Rien qu’à l’avant match ça puait, je le sentais mal.
    On a été nul, on s’est fait bougé et on a pris un but sur une suite d’erreurs bien dégueulasses. Les diverses simulations grotesques de Paços ont rendu le match encore plus pourri qu’il n’était déjà.

    Les seules satisfactions sont Dalot et Felipe. Brahimi il doit jamais tirer le péno, d’habitude c’est Aboubakar.
    Corona je peux plus le saquer, il apporte rien, il est devenu nul. André² une catastrophe. Marcano, j’ai l’impression qu’il retrouve le niveau qu’il avait sous Peseiro. Contre Sporting, je l’avait pas trouvé serein en 1ère mi-temps, là il a pris le bouillon comme pas permis. Reyes aurait été une meilleure solution.

    En regardant le calendrier, va falloir se remettre à l’endroit vite fait, le Clasico du 15/04 contre les salopes sent déjà la poudre.

    Força FCP

    • Personne n’a eut les couilles de le tirer sauf Brahimi…
      J’ai espoir à chaque claque on est reparti sur une série cette saison.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *