Porto – Setubal (5-1) La Dragão académie livre ses notes

Attention, cette académie de mauvais goût contiendra sans doute sa dose de vulgarité, non pas pour avoir un style, mais parce que je suis comme ça.

Bom Dia,
Après le non match au Sporting mercredi et l’élimination en coupe, retour au championnat avec la première des quatre finales à disputer. Oui cette formule éculée ou lapalissade convient parfaitement car quatre victoires équivalent au titre de champion.
Évidemment le Benficaca et le Sporting se sont imposés samedi et dimanche avec un but d’écart.
Il faut donc gagner, et si possible avec deux buts d’écart pour être aussi devant à la différence de but.

O Equipe :

Sergio décide de mettre sa formule la plus OFFENSIVE, il prend l’OFFENSIVE!
Ricardo arrière droit, Corona et Brahimi sur les côtés et une doublette Soares-Marega devant.

O Jogo :

On démarre le match avec une énorme pression, mais bien qu’acculé, Sétubal est venu pour faire un coup et tente crânement sa chance. Ils ne sont pas dangereux mais à chaque ballon ils essayent de venir vers la cage d’Iker.
Cependant à la septième, Telles trouve Soares qui voit sa tête repoussée par Cristiano sur Marega qui ouvre le score. 1-0 Prend ça l’ambition adverse.

On gère le match en contenant le sursaut de Sétubal et en essayant d’appuyer à chaque occasion. On ne s’affole pas, on gère les récupérations pour construire et mettre au supplice Sétubal.
Sur le second corner, Felipe reprend de la tête, c’est repoussé par Cristiano sur Marcano qui marque d’un retourné. 2-0

En deux passes sur une contre attaque, Marega prend de vitesse toute la défense pour servir Brahimi qui calmement contrôle et marque petit filet. 3-0.

Le match est tellement à sens Unik que je vais me laisser aller.
Alors qu’on est en mode gala, Setubal créé un bon décalage sur une touche et Amaral réduit le score.3-1. Nana nananana nana nana.
Ce but rééquilibre les débats avec Sétubal qui joue plus haut et veut tenter sa chance.
Nous on fait le dos rond pour gérer.
On remet la marche avant, mais le coup franc de Telles n’est pas poussé au fond par Marega.
On est trop facile et on se fait une ou deux frayeurs, mais une déviation de Marega pour Ricardo permet de trouver Corona décrochant la lucarne 4-1.

MI-TEMPS :

On n’est pas venu là pour raconter not’ vie.
15 minutes 3 pions, une rébellion écrasée plus vite que pour évacuer Tolbiac.

Sétubal revient ambitieux pour essayer de réduire l’écart, mais après deux minutes de flottement on se fait deux occasions par Brahimi et Soares, sans marquer.
Ça déroule, ça baroule mais ça ne met pas le cinquième.
On s’endort un peu quand d’un coup Ricardo obtient un coup franc à vingt mètres pour que Telles dépose le cuir dans le petit filet. 5-1

La fin de match n’est qu’une formalité, sans carton important, sans blessure et en faisant plaisir au public. Que demander de plus ?

O Resumo :

O Dragoes :

Casillas (2/5)
Papy fait de la résistance et veut son dernier titre…Oui mais faut rester éveillé quand même papy.

Ricardo (4/5)
Vole comme une abeille, pique comme un papillon, enfin presque, mais enfin voilà.

Felipe (3/5)
Destructeur d’attaquant comme les CRS la ferme des cent noms. Ah oui pareille en attaque, il éclate les défenseurs comme des zadistes.

Marcano (4/5)
Amara Simba de l’Andalousie.

Telles (5/5)
David Beckham du Brésil d’après Kevin Diaz.

Coucou Tite

Herrera (4/5)
Le héros de la Luz a tenu son rôle en pressionnant le milieu adverse qui a fini en pls.

Oliveira (3/5)
Métronome du milieu, a su distiller le jeu pour l’accélérer mais sans se montrer dangereux.

Brahimi (5/5)
Come on baby, light my fire, Come on baby, light my fire, Try to set the night on fire,TRY TO SET THE NIGHT ON FIRE

Corona (3/5)
Un but, du combat et de l’efficacité, allégorie de se sortir les doigts.

Soares (3/5)
De l’abnégation et du danger, mais cette propension à tomber facilement alors que t’es sensé être un guerrier.

Marega (5/5)
Pour les plus anciens, c’est Titi Camara version 2.0
De gros balourd maladroit à on ne le lâche pas à moi de 50 Millions, il est prêt pour ravager la premier league.

C’est pas beau ça?

 

O Banco :

Maxi (3/5)
Entré pour préserver Ricardo, il est des nôtres, il a pris son jaune comme nous autres.

Oliver (3/5)
Conserver la balle et combiner dans une équipe qui a la possession c’est un régal.

Paciencia (3/5)
De la volonté contre ses anciens coéquipiers, mais aucune réussite.

Remarque à la con :

Le stade a rendu hommage au boss pour ses 36 ans à la tête du FCP voilà donc 2 tweet qui résument presque tout.

Et pour vous rendre compte

Mais bon SFR avait préparé son coup en parlant d’une victoire en Ligue des Champions en 2004…C’est vrai que celle de 87 contre le Bayern elle ne compte pas….

Si tu veux discuter ou suivre mes conneries c’est possible sur TWITTER @franckhomer
beijos anal, Homerc

Homerc

Né un soir de mai 1987 devant une talonnade devenu mythique. Tranchant comme Couto, précis comme une trivela de Quaresma, Dingue comme Futre #Troll #Sexe #RockNRoll

2 Comments

  1. Telles est clairement l’homme du match. Sûrement du mois. Et y’a sans doute match pour la saison.

    • La rumeur c’est qu’il pourrait être appeler avec l’Italie car il a la double nationalité, comme le Brésil semble bouché.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.