Real Madrid – Betis (0-1) : La Merengue academia livre ses notes

Holà muchachos,
Ravi de vous retrouver pour l’inauguration de la Merengue Academia. Normalement, une inauguration ça claque : feu d’artifice, champagne, tapis rouge, toussa. Une petite ambiance à la fois festive, suave et débonnaire au sein de laquelle règne joie, délectation plaisir et volupté.

Ouais, sauf que le climat actuel au Real ne se prête pas tellement à ma petite réception. Bon ce n’est pas l’ouragan Irma non plus hein, faut pas déconner, mais quand tu enchaines deux matchs nuls consécutifs au Bernabéu en Liga, respectivement face à Valence et Levante, tu sens que l’orage peut vite éclater. Etant donné que je suis quelqu’un de très prévoyant, j’avais passé le mot aux muchachos pour leur dire de se sortir les doigts. Allez, les gars, le Betis Séville un mercredi soir à 22h ça va le faire, abusez pas. Pour mes débuts avec Hors-jeu, je veux qu’ça brille.
Au rayon des bonnes nouvelles, l’effectif du Real peut compter sur le retour de sa majesté Cristiano Ronaldo après avoir purgé ses 5 matchs de suspension. Je compte sur toi, Cricri, je sais que t’as faim. Ah oui et aussi, le Real s’apprête à battre un nouveau record détenu jusqu’ici par le Santos de Pelé : celui du nombre de matchs consécutifs en marquant au moins un but. Le Real en est à 73 matchs d’affilée depuis mai 2016 et un 0-0 contre Manchester City. Avec le match du Betis, ça va faire 74, c’est sûr. D’abord parce que le Betis n’a plus gagné depuis 1998 à Madrid et ensuite parce que jamais une rencontre entre les deux clubs ne s’est soldée sur un 0-0 depuis 10 ans (voila pour le points stats inutiles). De quoi laisser entrevoir de belles éclaircies avant le coup d’envoi de ce match (Après j’arrête avec la météo, c’est promis).

95ème Minute : coup de sifflet final. Real – Betis (0-1) Moi ? Chat noir ? Ok c’est bon je reconnais : Tengo la camisa negra.
La Merengue Academia revient sur cette inauguration ratée :

El partido :

Zidane aligne un 11 très classique au sein d’un 4-4-2 où CR7 retrouve sa place de titulaire. En l’absence de Benzema toujours blessé, c’est le très critiqué Gareth Bale qui accompagne Ronaldo en attaque. Pour le reste c’est la routine. La fusée Asensio reste sur le banc. Ça donne ça à peu près ça :

D’entrée de jeu les merengues annoncent la couleur : Casemiro perd le ballon tout seul au milieu de terrain, et laisse généreusement les attaquants du Betis partir en contre. Dans la foulée, Varane perd son duel, embarquant ainsi le reste de la défense madrilène dans un cafouillage dont elle seule a le secret. L’action se termine par une frappe repoussée de justesse sur la ligne par Carvajal (3’). Bien joué Dani.
Le Real se montre ensuite un peu plus à son avantage, d’abord grâce à une jolie talonnade de Ronaldo repoussée par Adán puis par l’intermédiaire de Modric sur une percée de très grande classe au quart d’heure de jeu. Sa reprise de volée cinq minutes plus tard, aurait mérité de trouver le chemin des filets. Même si ce joueur à le charisme d’une huitre, bordel, qu’est-ce qu’il joue bien au foot.
Le compte n’y est pas pour le Real qui n’arrive pas à dicter son rythme. Ça dort. Pas de soucis l’amigo Carvajal est là pour réveiller son équipe : Après sa magnifique pirouette contre Levante il y a 10 jours, Dani nous gratifie cette fois d’une splendide touche en profondeur pour l’attaquant adverse qui se retrouve seul face à Keylor qui détourne en corner (35’). Joue pas au con avec moi, Dani.

Rien ne s’arrange pour Madrid en deuxième mi-temps. Même si le Real pousse, nos muchachos ne parviennent pas à concrétiser leurs occases. Ronaldo loupe une action toute faite, et la très belle madjer de Bale touche le poteau (75’). Pour le reste, il faut saluer la prestation du gardien sévillan Antonio Adán ancien de la Casa Blanca. Plus le match avance et moins on sent le Real capable de marquer ce putain de but. Et histoire de conclure ce match en beauté, le Real se fait crucifier dans les arrêts de jeu sur une belle tête de l’attaquant du Bétis Sanabria. Real (0-1) Betis Séville.
Bilan : 3 matchs sans victoires à domicile en Liga. 7 points de retard sur le Barça.

Pas royal, ce Real.

Las notas :

Navas 3/5 : Super Keylor tient la baraque y’a pas à chier. Même s’il n’a pas non plus été très sollicité il sauve clairement le Real sur une ou deux situations où sa défense est à la ramasse et ses relances rapides à la main font clairement le taf.

Marcelo 2/5 : De retour de suspension après son coup de pied cisaillé version capoeira contre Levante, on ne l’a pas beaucoup vu dans son couloir gauche et il a concédé une grosse occasion en début de seconde mi-temps. L’ami Marcelo cale un peu en ce moment. Tiens d’ailleurs il sort sur blessure. Remplacé par Lucas Vasquez. Pas vu.

Varane 2+/5 : Bof, on ne l’a pas toujours senti ultra serein notre frenchie. Il est en partie responsable du bordel intégral du début de match où il perd deux duels coup sur coup. Même si pour sa défense, il essayait de rattraper les conneries de ce bon vieux Casemiro.

Sergio Ramos 3/5 : Muy tranquilo notre Sergio. Presque trop. Presque bizarre même. Un petit coup de coude ? non même pas ? Je n’aime pas quand t’es sage, Sergio.

Carvajal 3/5 : J’aime bien le charrier mon Dani, mais ce qu’il faut d’abord retenir de son match c’est ce sauvetage in extremis sur la ligne et c’est ensuite son très beau centre pour la reprise de Modric. Lancer en profondeur l’attaquant adverse sur une touche, ça c’est pour faire marrer les copains en soirée le jeudi soir.

Kroos 3/5 : Un match propre net et sans bavure. Comme d’hab. Mais sans plus. Une petite mine au 25 mètres bien repoussée par le gardien. Deutsch qualität.

Modric 3+/5 : Le meilleur madrilène sur le terrain. Tu sens que sur chaque touche de balle, Momo peut faire la diff’. Une super belle percée en début de match et toujours ses petites ouvertures qui régalent… Remplacé par Mayoral, qui loupe son face à face avec le gardien dans le dernier quart d’heure. Dommage Hombre.

Isco 2/5 : Très décevant. Mis à part une frappe en fin de première mi-temps on ne l’a quasiment pas vu du match. Pas certain qu’il soit vraiment à son avantage dans ce 4-4-2 là. Un petit 4-4-3 avec Bale Ronaldo et Isco devant, Kroos Modric Casemiro au milieu, ce n’était pas si mal. Non ? Remplacé par Asensio. Invisible : Quelle mouche l’a piqué ? (JAJAJAJA)

Casemiro 2+/5 : Casemiro le bulldozer a fait du Casemiro. Il commence son match par une immense connerie en perdant la balle tout seul au milieu de terrain, puis en l’enlevant à Varane qui tentait pourtant de la récupérer. Mais il est tellement précieux à la récupération que Zizou n’arrive pas à s’en passer. On l’a pourtant vu faire mieux.

Bale 3/5 : Honnêtement on ne peut pas lui reprocher grand-chose sur ce match. Il a cherché la plupart du temps à combiner avec Ronaldo et il a même réussi à le trouver à plusieurs reprises et il nous a fait le coup de la madjer. Pas si mal, Gareth.

Ronaldo 2/5 : Pour le retour de son roi, Bernabéu espérait le voir briller d’entrée. Ben, raté du coup. Il a vendangé sévèrement, surtout une occaz’ ou le but est totalement ouvert. Il a besoin de retrouver son rythme de croisière. Le terrain y’a que ça de vrai.

Bon du coup c’est la crise c’est ça ? Non, pour sa première, la Merengue Academia ne cèdera pas à la panique. N’oublions pas que le Real a commencé sa saison en marchant sur le Barça en Supercopa et en gagnant tranquillement contre MU en Supercoupe d’Europe. On ne va pas se mentir, la suspension de CR7 y est pour beaucoup dans ce début de saison morose. La blessure de Benzema n’aide pas non plus. Le jour ou la BBC aura le droit de s’exprimer de nouveau, la machina va repartir. Et puis bon ce n’est pas la première fois que le Real nous fait le coup du début de saison tout pourri.
Le Real a confiance en son équipe en témoigne la cascade de prolongations qui vient d’être annoncée (Benzema, Carvajal, Kroos, Isco, Marcelo et Zidane notamment) ce qui est devenu rare à l’heure où les clubs claquent 150 millions à la moindre occasion ratée par leur attaquant de pointe. La Merengue Academia partage l’optimisme des dirigeants madrilènes. Bon… Suand ton équipe gagne deux fois d’affilée la champions League, niveau confiance, ça aide je vous l’accorde.

Allez, hasta luego muchachos,

Terminalector

Je suis la majuscule sur ton gentilé.
Je suis l’ordre et le chaos de la modération.
Je suis la loi en tribune.

12 Comments

  1. Sergio Ramos est une salope.
    Passé cette introduction nécessaire, je tiens à souligner que vous avez gagné cette Supercoupe uniquement parce qu’il n’y avait pas Phil Jones.

    Bienvenue cela dit.

  2. Bonjour et bienvenue. Je suis heureuse de voir ce grand club enfin doté d’une académie. Néanmoins, il me semble avoir repéré une légère, une infime coquille à la note du gardien. Les lecteurs auront sans doute rectifié d’eux-mêmes, mais je préfère tout de même rappeler, si vous me le permettez, qu’il faut bien y lire : « Keylorgasme (5/5) : Pilier du club, gardien de classe extraordinaire, dieu fait homme et sex-symbol absolu ».

    Oh, je sais que ce n’est qu’une erreur involontaire de votre part ; il suffira d’un petit peu plus d’attention pour vous éviter de la reproduire à l’avenir. On ne sait jamais, un écrasement accidentel des testicules entre deux boules en pierre est parfois si vite arrivé…

    • Le Costa Rica dispose donc de sa propre académie sur Hors jeu ? Votre amour pour Super Keylor est-il plus fort que celui pour le tourisme sostenible ?

  3. Ah bah avec un 4-4-3, vos succès des dernières années s’explique tout à coup mieux.

    Le douzième joueur c’était l’arbitre? (Je dis ça pour faire un plaisir à un ami, ne m’insultez pas par pitié)

  4. Pour paraphraser Chenez au lendemain d’une qualification des Girondins de Bordeaux à Séville, je dirais que le Real à fait une grosse Bêtis.

    • Super vanne. Presque au niveau de Jimmybrianculédelyonnaisdemerde. C’est dire.

  5. Commencer par une défaite c’est un départ idéal pour un académicien mais alors là une défaite du Real. Contre le Betis. C’est de la magie.

    • Bravo Jamon,
      Belle entrée en matière,
      Et attention à Kimberly (que j’aime d’amour depuis sa première Acad) et à ses boules (que je me sens presque prêt à aimer d’amour) !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *