France Allemagne : Auf wiedersehen la Klakette Moustache Akadémie

Les Champions du Monde ne seront pas Champions d’Europe. C’est triste, mais c’est comme ça. Pire, ils n’auront même pas l’excuse de s’être fait sortir par une France future vainqueur et également pays hôte de l’épreuve.
Retour sur ce qu’on pourrait qualifier de « Große Decepzion ».

La France a vaincu le signe indien : elle a éliminé sa bête noire. Marrant d’ailleurs comment les présumées bêtes noires se sont rebellées cette année. On a torché les ritals, la France nous a sortis avant d’à son tour subir la loi de Portugais supposés « victimes préférées » des Bleus.

Mais si on y regarde plus près, ce match contre la France, on ne doit jamais le perdre. C’est une faute professionnelle de perdre ça. Et si les médias allemands se sont pour l’instant contentés de conclure, avec une arrogance déplacée, que la meilleure équipe avait perdue, il faudrait quand même poser à Löw la question suivante : « Jogi, sans déconner, tu te bouffes pas un peu le scrotum d’avoir réussi à faire perdre cette équipe-là? Nan, parce que t’as quand même pas été grandiose sur ce coup ».
Dans un pays où il est encore compliqué d’égratigner celui qui a porté la Mannschaft sur le toit du monde, il faudra sans doute un peu de temps pour qu’elle lui soit posée. Néanmoins, elle me semble nécessaire.

France – Allemagne : la demi-finale.

Alors oui, Hummels suspendu, ça fait profondément chier. Surtout qu’Höwedes dans l’axe, c’est lent. Pour autant, il aura fait son match… jusqu’à cette erreur de poussin B sur le second but français. Donc oui, Hummels absent, ça fait chier. Mais bon, c’est pas comme si en face Varane et Sakho jouaient…

Khedira sur le flanc, ça fait aussi un peu mal au cucul. Mais là, mon ptit Jogi, on t’en aurait pas voulu de prendre un peu de backup pour pallier cette éventualité. C’est pas comme si Schweini était arrivé en béquilles à l’Euro.

Enfin Gomez blessé, là, c’est la grosse tuile. Surtout quand, comme un gros gland, tu ne pars qu’avec un seul numéro 9 de métier, accessoirement réputé pour être en sucre.

Du coup : une équipe affaiblie au départ, mais largement au niveau de la France sur le papier.
Dans les buts Robocop, en défense Hector, Boateng, Kimmich, et donc Höwedes dans l’axe. C’est pas génial, mais ça doit suffire pour contenir Griezmann et Giroud. Au milieu, Schweini en 6, juste derrière Kroos et Çan. A noter que ce dernier a donc la chance de sa vie : débuter titulaire en demi d’un Euro. Si t’es pas débile, tu donnes tout.  Enfin, devant Özil et Draxler pour sucer les lignes et créer les brèches, Müller pour conclure.

france
Le match.
Pas besoin de rentrer dans le détail, vous l’avez tous vu.
10 minutes de furie bleue, plus 35 minutes de maitrise germanique. Soit, en occasions, une tentative de Griezmann sortie par Neuer, puis Lloris qui s’emploie sur des frappes de Çan, Müller, Schweini, auxquels s’ajoutent deux autres tirs déchoulés de Draxler et Kimmich plus 2 situations un peu chaudes dans la surface ne faisant pas broncher l’arbitre : un café, l’addition, la mi-temps. Sauf que non, pas là.

En toute fin de mi-temps, Giroud gagne son duel de la tête vs Boateng et file au but, Höwedes revient de nulle part et sauve. Avertissement sans frais, avant le pénalty provoqué par Schweinsteiger sur une main dont on pourra toujours parler. Ce qui est certain, c’est qu’après le péno débile contre l’Italie, on est très content de constater que Bastian, en homme ultra expérimenté, a bien retenu la leçon… Bref, 1-0 à la mi-temps pour la France. C’est un holp-up parfait, mais il reste 45 minutes.

Et c’est là où j’en veux à Löw et aux Allemands. OK le pénalty est dur, marqué contre le cours du jeu et fait suite à une belle première période allemande. Mais pour autant, il restait une mi-temps pour retourner la tendance face à une équipe de France à l’agonie. Payet est bouffé, Matuidi et Sissoko sont translucides et le bloc français, contraint à jouer bas, est obligé de chercher l’exploit personnel de Giroud ou Griezmann pour porter le danger.

Oui mais non. A la mi-temps, on prend les mêmes et on recommence… sauf que DD a remis un peu les points sur les I. Lui.
Kimmich ne voit plus le jour, privé des relais de Çan, mangé tout cru par le milieu français. Devant, Müller est introuvable, et seuls Draxler, Özil et Kroos surnagent. Pour autant, les Français ne cherchent plus à faire le jeu, donc sur un malentendu, c’est toujours jouable.

Les filles savent : Jérôme blessé, ça sent un tout petit le sapin cette affaire.

Et là, c’est le drame, le coup de pas de chatte : Boateng se blesse.
2 solutions : niqué pour niqué, on finit à 3 derrière, (pas comme si on avait battu l’Italie comme ça 4 jours avant), et on rentre un offensif à la place. On perd déjà gros dans le jeu long, autant faire rentrer quelqu’un qui sait quoi faire du ballon. Götze, Sané, Schürrle : les solutions ne manquent pas.

Ou alors on reste à 4 derrière avec ce rouquin de Mustafi dans l’axe, qui est nul, ne va rien apporter devant et nous fusille un remplacement alors qu’on doit marquer.

Devinez quelle solution on a choisi?

Choix perdant car 3 minutes après : but de Griezmann. But qui plombe complètement l’idée d’avoir fait rentrer  Mustafi. La suite est un n’importe quoi coachesque, avec les entrées de Götze et Sané, pour Çan et Schweini. Un Çan qui n’aura strictement rien branlé et un Schweini malheureusement hors de forme. Weigl doit être fin content d’avoir ciré le banc toute la compétition…
On finit donc dans un improbable 4-2-3-1 théorique qui se mue rapidement en un 4 – 1 – 2- 3 avec Kroos en mode « démerde toi » et 5 mecs devant aux prises avec les 10 Bleus.

Kimmich tapera bien la barre, Lloris sauvera la France dans les arrêts de jeu, mais sans déconner, c’était quoi ce coaching de merde?

A quel moment on se dit qu’on va juste attendre que les mecs en face se trouent pour marquer? La seconde période française a été d’une sérénité totale. Draxler et Özil peuvent être au max, à 2, c’est compliqué vs 5 ou 6 défensifs… La France, plus trop obligée de sortir, s’est contentée d’isoler les ailiers et Evra / Sagna n’ont quasiment jamais été pris en défaut, bien aidés par les couvertures de Koscielny et du duo Pogba-Matuidi.

La perte de Boateng a été une double peine : on perd le meilleur Allemand de la compétition, on le remplace mal, et son remplacement nous plombe la fin de match.

Sur la durée du tournoi, on est aussi bien heureux d’avoir vu Sané rentrer quand tout était cuit alors qu’on avait largement la place pour le faire jouer avant et le mettre en confiance. Mais bon, c’est vrai que c’était plus drôle de faire rentrer Podolski vs la Slovaquie.

Côté joueurs, on peut aussi s’interroger sur le mental de Çan, qui a complètement disparu des radars au fur et à mesure que le match avançait, l’indéboulonnabilité d’un fantomatique Müller, et plus globalement, sur le choix des hommes. Car, il ne faut pas se mentir, sur le banc, il n’y avait aucune vraie solution de remplacement. C’est pas de bol d’avoir perdu Gomez, Hummels, Boateng et Khedira, qui suivent les forfaits de Reus, Gündogan (putain… s’ils avaient été là…), Rüdiger et j’en passe, mais c’est aussi le boulot d’un coach que d’anticiper le fait que tes défenseurs centraux peuvent être suspendus… notamment quand ces 4 là sont perpétuellement blessés. Et sur banc, Podolski, Tah ou Weigl n’ont jamais eu la moindre chance de nous faire espérer un retournement, vu qu’ils n’avaient aucune chance de jouer.

Alors oui, l’Allemagne était la « meilleure équipe des 2 », mais quand on est le meilleur, on gagne contre plus faible que soi. Individuellement, collectivement et tactiquement. Et sur ces 3 critères, la France fut meilleure.

J'avoue que le bilan fait un peu mal

J’avoue que le bilan fait un peu mal

Les gars :
Neuer : 3. Quan t’as ce mec dans les buts, tu es déçu qu’il n’arrête pas un pénalty ou ne saute pas à 4m du sol pour attraper les ballons. Bref, tu te dis toujours qu’il aurait pu tout arrêter.
Hector : 3. Défensivement solide, offensivement très perfectible. Un bon Euro néanmoins pour le Colonais.
Boateng : 4. A ses enfants, la Patrie reconnaissante.
Kimmich : 2. Plus offensif qu’Hector, on l’a d’avantage vu devant. Mais avec un gros déchet dans les centres. Derrière, bien, sauf il se troue sur le second but, avant de tenter une Lilian Thuram pour se rattraper. Pas de bol, ça a tapé la barre.
Höwedes : 2. Oui, dégager ce ballon loin de la surface aurait été préférable.
Schweinsteiger : 2. Méritait une autre sortie.
Kroos : 4. On ne peut pas faire les passes décisives et être à la retombée, même quand on s’appelle Toni Kroos.
Çan : 1. Le mec a donc décidé de ne jouer que 5 minutes un match où il avait la chance de finir le tournoi titulaire et de s’installer au poste. Sale con.
Özil : 4. On ne peut pas faire les passes décisives et être à la retombée, même quand on s’appelle Mesut Özil.
Draxler : 3. N’a jamais lâché mais n’a jamais su faire lâcher le duo Sagna-Sissoko.
Müller : 0. Le mec s’est fait bouffé par Umtiti, qui a quant à lui fait ce que Çan n’a pas fait : se sortir les pouces du cul.

On se quitte là-dessus, sur un sentiment d’inachevé. Un sentiment que doivent avoir tous les supporters Français après le match d’hier. Car, ils peuvent désormais concevoir que la meilleure équipe n’a pas forcément gagné. Dans 2 ans, on remettra en jeu notre titre de Champions du monde en Russie. D’ici là, j’espère qu’on aura un peu avancé sur le renouvellement des générations, notamment au milieu de terrain. Et qu’on partira à 23 joueurs… pas à 15. Avec un peu de bol, Reus connaîtra une phase finale… qui sait?

Car on ne va pas se mentir, autant un Espagnol qui leure, c'est drôle, autant une Allemande triste, ça fend le cœur.

Car on ne va pas se mentir, autant un Espagnol qui pleure, c’est drôle, autant une Allemande triste, ça fend le cœur.

Küssen,
Herr Direktor / @R_Direktor.

Photo du profil de Luissette

Luissette

Chômeur, pédophile, consanguin, mais aussi alcoolique et drogué. Il n’est exclu que j’ai, un soir d’ivresse, fait des cochonneries avec ta maman et ta sœur. Ou les miennes, je ne sais plus. Un seul credo : « Ma main dans la gueule, ma bite sur ton front »

13 Comments

  1. Je pense vraiment que l’Allemagne c’est troué et était l’équipe la plus ambitieuse en terme de jeu du tournoi.

  2. T’as oublié Kimmich dans tes notes.

    Hormis ce petit oubli, je suis bien d’accord avec toi. La gestion de l’effectif était en flux tendu et certains poste-clés pas doublés, le manque d’efficacité devant le but est rédhibitoire, et Müller a notamment sa part de responsabilité dans la défaite.

    Löw va devoir avoir le courage de dire à certains cadres (Schweini, Podolski notamment) qu’ils doivent laisser leur place pour que les jeunes (Sané, Weigl) se fassent les dents avant la CdM 2018.

    Et d’autres doivent être secoués: Götze et Müller ont été transparents, avec Müller qui aura foiré un bon nombre d’occasions qui doivent finir en but.

    Au rayon des satisfactions: Neuer (lui a joué à son niveau), la défense à 4 (Hector, Boateng, Hummels, Kimmich), les milieux Özil, Draxler, Kroos, Khedira.

    Cet Euro reste une vraie déception : la NM a affronté deux grosses équipes, pour un match nul et une défaite.

    Il y a 2 points vraiment positifs : le schéma de jeu est bien compris par les joueurs, et la NM a dominé ses matchs (maintenant, faut conclure). Et certains jeunes ont donné satisfaction, et ont sans doute gagné une place de titulaire pour les qualifications de la CdM 2018.

    • L’une des raisons qui m’ont fait aime la NM était justement cette capacité à gagner des matchs en jouant mal et moche. La gagne plutôt que le style.

      Faudrait pas devenir des losers magnifiques. Même si le bilan de Löw est impressionnant: 5 demi-finales consécutives.

      • Parlons foot un peu (désolé, c’est pas dans mes habitudes) : il me semble que durant des années (RFA et début de l’Allemagne réunifiée) la plus grande force des allemands était d’avoir une défense en béton et des attaquants qui scoraient (Hrubesh, Rummenigge, Voller, Bieroff, Klinsmann, Gert Muller, Klose). Là depuis 2010, à chaque fois que je vois Mario Gomez, mes yeux saignent. et cette équipe touche le fond cette année en arrivant à jouer sans véritable avant centre.
        On dirait l’équipe de France de Jacquet première version avec Duga et Djork, sauf que ces mecs arrivaient malgré tout à claquer pendant les phases finales (peu, mais tout de même)

        • Je relativise un peu certains jugements lapidaires. Même j’en suis fan.

          Gomez est tout sauf une tanche. Regarde à quel point l’équipe a pris le bouillon vs l’Italie dès qu’il est sorti. Ce n’est pas 50 occasions devant le but, mais il est toujours ultra dangereux et nécessite une attention constante. Au delà de ça, dans le jeu de transition, en fixation ou pivot, il est excellent. Par contre, il faut jouer pour lui, dans un système adapté.

          Côté Götze, j’avais trouvé son 1e match correct, dans un système pas fait pour lui, mais la suite fut dégueulasse. Il mérite une vraie concurrence que n’aura pas été Sané, mais on laisse aussi sur le carreau Volland, Hahn, Hartmann, Wagner, Didavi, Meier.

          Il faudra une alternative à Gomez, mais aussi adapter les systèmes de jeu aux attaquants, c’est une certitude.

          Après, on croise les doigts, Reus et Gundogan vont bien jouer un jour en CdM… et ce jour là, ça chiera.

  3. Quand tu vois les joueurs qui tapent à la porte, t’as pas à être inquiet. Weigl, c’est très, très intéressant. Pour l’avoir vu au BvB, il a un Marvin Martin (!) dans chaque phalange d’orteil.
    Ca arrive de perdre face à moins bon, et de se faire battre tactiquement. On l’a vu face au Portugal. La différence, c’est que vous, vous jouez, vous avez un plan de jeu, un esprit de jeu. Donc des regrets. La France savait pas quoi foutre en finale, ca n’allait nulle part.

    Bref, vous irez au moins en demi en 2018, comme d’hab. Et en finale, si Herr Muller retrouve son médicament anti-transparence.

    • Assez d’accord avec toi, quand on en vient à penser que Sissokho (je sais pas comment ça ns’écrit et je m’en branle) a été le meilleur en finale, il faut vraiment se poser des questions…

      • Toutafé.
        Oui, Cissokho (on va faire toutes les orthographes, on arrivera à la bonne) a été monstrueux. Sauf que si on le voit, c’est pas bon signe. Si Griezmann avait été monstrueux, on aurait sûrement gagner ; si Payet avait été monstrueux, on aurait sûrement gagner etc.

        Au moins, les Allemands, ils ont perdu avec distribution d’Ozil et de Kroos. Et de Boateng ce génie, qui te dégommerait une mouette à 200m.

        • C’est bien là toute la différence, on a gagné face à l’Allemagne avec un gros coup de chatte et des absences incroyables de la part des allemands (merci Jérôme). Mais notre milieu de terrain était à la rue tout le temps, Pogba notamment me semble être très mal utilisé.
          Après quand on s’en remet à des mecs comme Matuidi (un putain de latéral gauche refoulé), SIssokho et Gignac, on ne peut pas gagner. Payet a été bon sur les deux premier matches mais a très vite montré ses limites. Au coeur du jeu on n’avait que dalle en partant du principe que Pogba serait mal utilisé.
          L’Allemagne a clairement un meilleur avenir que le notre, sachant qu’en plus, on va réintégrer des mecs comme Benzema et Ben Arfa (si tout va mal), on est vraiment loin du compte et on va voir rapidement qu’il n’aurait jamais fallu perdre cette compét qjui nous tendait les bras.
          On n’est pas prêt de rejouer une finale selon moi.

        • J’en ai les yeux qui brillent (et donc pleurent) d’avance.

          Surtout quand on imagine que DD la Déprime va continuer à nous mettre Pogba + 2 handicapés du ballon (Matuidi est gentil, Cissokho aussi, Kanté pareil, mais bon, hein).
          Je sais que le réservoir est pauvre, et il n’y a pas que DD à blâmer évidemment, mais ça serait bien qu’entre Lloris et Griezmann, il y ait d’autres joueurs que Pogba qui sache faire le jeu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *