La Klaquette Moustache Akadémie présente Allemagne-Italie

Après une phase de poule plutôt peinarde puis avoir étrillé la Slovaquie en 1/8e de finale, se dresse face à l’Allemagne, son plus gros défi depuis 2 ans, sa bête noire : l’Italie. Oui parce qu’on ne va pas se mentir, les Belges et Français nous font marrer depuis 76 ans.

Si votre serviteur n’a pas jugé nécessaire de revenir longuement sur la dernière rencontre de l’Allemagne face à la Slovaquie, un bref retour étant évoqué dans cet article, il est de rigueur de présenter le 1/4 qui opposera la Mannschaft à la Squadra Azzura, soit la finale avant la lettre.

Tout d’abord, un petit rappel : l’Allemagne n’a jamais battu l’Italie en match officiel. La finale de CdM 82, les demi de 2006 et 2012 sont là pour rappeler que ces échecs ont souvent été particulièrement douloureux.

Néanmoins, l’Allemagne n’avait jamais battu le Brésil chez lui et l’a étrillé en CdM, n’avait jamais gagné un trophée hors d’Europe, ce qui a été réalisé… Toutes les séries ont une fin. Il est évident que le staff allemand connait cette statistique et aura à cœur d’y mettre fin.

Les forces en présence :

Dynamique :
Chaque équipe sort grandie de son dernier match, respectivement face à une Slovaquie inoffensive et une Espagne renvoyée à son obséquiosité.
Poussifs en poule, l’équipe de Löw semble avoir trouvé son XI type avec Kimmich et Hector sur les flancs et Müller-Draxler-Gomez devant. On craignait pour la défense, on est en 1/4 sans avoir encaissé de but. On trouvait l’attaque peu inspirée, on vient de dézinguer la Slovaquie et on réapprend à jouer efficacement avec Gomez en pointe. Bref, niveau moral, on est à +12.

En face, l’Italie joue au football italien et Conte récite une partition qu’il a joué toute sa vie de footballeur. Quand il faut gagner, l’Italie gagne, quand ça n’a pas d’intérêt, on fait tourner (vs l’Irlande par exemple). Posée sur le socle défensif de la Juve, l’Italie répète ses gammes et bouffe tout ce qui passe sous ses crocs. C’est toujours limite, ça filoute au moindre accrochage, ça conteste mais c’est d’une efficacité redoutable.
Surtout, la Squadra tire une grande force … de son absence de superstar dans l’équipe comme ce fut le cas par le passé, tant avérée (Pirlo, Totti) qu’autoproclamée (Cassano, Balotelli). Avoir largement ouvert le XI à des Romains (Laziales ou Romanisti) et Bolonais donnent un supplément d’imprévisibilité à un groupe encadré par les Turinois. A mes yeux (donc à prendre avec le recul nécessaire d’un mec qui les suit uniquement lors des grands évènements), le milieu est bien plus équilibré que le 4-4-2 de 2012, avec De Sciglio et Florenzi comme facteurs X de l’équipe. Si ces 2 là cavalent, ils laissent De Rossi dicter sa loi, et permettent au duo Giaccherini – Parolo de déséquilibrer le milieu adverse. Il y a moins de classe qu’avec Pirlo-Marchisio-Montolivo mais physiquement c’est au-dessus, balle au pied c’est loin d’être dégueulasse et les Espagnols n’ont jamais su s’en dépêtrer. On en est à se demander ce qu’aurait donné ce milieu avec un Veratti en supplément. (en fait on sait : ça aurait été une tuerie).

Taquetique :
4-3-3/4-2-3-1 vs 3-5-2.
Pour ceux qui kiffent le tableau noir, cet article un peu ancien des chroniques tactiques vous explique pourquoi le 3-5-2 est relou à gérer… A noter que Conte s’était fait avoir malgré la supériorité du système.

Les clefs :
Mario Gomez vs la défense à 3.

Même le maillot third allemand a l’air classe quand il est porté par Mario

Les récents Juve-Bayern ont montré que la défense italienne était capable de gérer une pointe (Lewandowski au Bayern, Zouper Mario ici) si et uniquement si les latéraux savent annihiler les ailiers adverses. Le Bayern n’est pas passé loin de la sortie mais avait finalement emporté la mise une fois Coman rentré et les prises à 2 cassées. Gomez n’a rien à envier aux défenseurs italiens dans le jeu aérien et sera leur premier vrai avant-centre à contenir depuis le début de cet Euro. Pour le beau Mario, le but sera réussir à faire squatter le plus longtemps possible le bloc allemand dans les 35m adverses, pour chercher les ailes, les remises vers les artilleurs Kroos-Khedira-Özil et mobiliser au minimum un défenseur central pour sa petite personne. Plus les Italiens auront du Gomez à gérer, plus Kimmich et Hector auront des possibilités de dédoublements et plus Müller emmerdera Chiellini et Barzagli.

Les ailes : Müller-Draxler / Hector-Kimmich vs De Sciglio-Chiellini / Florenzi-Barzagli.
Les 2 premiers cités devront être capables de contenir les montées de De Sciglio et Florenzi pour éviter à Hector et Kimmich de prendre le bouillon derrière et surtout pour se mettre à l’abri des sorties de balles supersoniques des Italiens. Si Draxler a montré contre la Slovaquie qu’il pouvait sucer la ligne et péter du rein par paquet de 12, c’est plus aléatoire de l’autre côté tant Müller a tendance à dézoner. L’apport de Kimmich (et Özil) sera (ont) de fait prépondérant(s) pour éviter les  prises à 2 des ailiers allemands par la défense italienne. Si Özil et Kroos cassent les lignes et que Gomez occupe la défense centrale, les ritals vont en chier, si les 2 milieux sont pris…

La terre du milieu : Kroos-Khedira-Özil.
Le parallèle avec les oppositions Bayern-Juve s’arrête quand on s’intéresse aux hommes qui composent le cœur des 2 équipes. Khedira est dans l’autre camp et Kroos-Özil ne jouent pas les mêmes partitions en club. Côté italien, ce sera un grand chantier : De Rossi est incertain, Motta suspendu, Candreva forfait.

Ce milieu qui a détruit l’Espagne , quelques soient les hommes qui le composeront, aura à répondre à un dilemme nouveau : obliger Khedira à jouer bas, et harceler Özil et Kroos pour limiter les transmissions létales des 2 playmakers allemands. Si l’Espagne a été mangée, c’est parce qu’Iniesta n’a pas existé, abandonné par Busquets et Fabregas. La donne est ici différente tant la forme affichée par les milieux allemands semble supérieure à celle des Espagnols et tant Fabregas est une chèvre.

Dans ce système, le milieu italien sera en surnombre et de fait, plus l’Allemagne jouera haut, via Müller et Draxler, plus elle sera à l’abri de subir ce surnombre… mais plus elle s’exposera aux contres. A l’inverse, plus elle jouera bas, plus elle se mettra en danger sur sa seule faiblesse avérée : ses défenseurs latéraux…

Derrière : Boateng-Hummels : la toute puissance de l’axe.
Ces 2 là composent déjà la meilleure charnière du tournoi, avant de se retrouver en club dès août. Ils ont réussi leur premier défi face à la doublette Milik-Lewandowski, non sans mettre en évidence la nécessité de pouvoir compter sur des latéraux efficaces. Face à une attaque à 2 têtes, en l’occurence Pellé-Eder, qui cavalent et savent comment se démarquer (bisou à la charnière espagnole au passage), le duo allemand aura fort à faire. Car la vraie force d’Hummels est sa capacité à couvrir les côtés et à sortir au devant du 10 adverse, luxe qu’il ne pourra pas forcément se permettre si les 2 Italiens jouent dans sa zone. De son côté, Boateng a montré également quelques signes de faiblesse dès que les latéraux polonais avaient franchi Höwedes et Hector. Au marquage, Jérôme est imprenable, mais ça sous-entend qu’il n’a pas à couvrir les errements du milieu et/ou des latéraux.
Les 2 centraux auront besoin d’un Kimmich capable de limiter les débordements ET les centres ou repiquages au centre des Italiens tout en garantissant des alternatives solides en sorties de balles et d’un Hector plus précis offensivement.
Rappel : La seule occasion slovaque est venue des ailes sur une action où Hummels et Boateng sont au marquage à la réception, et où Kimmich avait été battu au duel. Certes on a Neuer en cas de besoin, mais autant s’éviter les coups de flip.

L’effectif :
Les Allemands seront au complet, avec le luxe de pouvoir faire rentrer Podolski, non je déconne , avec comme joker attitrés Schürrle et Götze. Côté Italien, Conte va devoir recomposer son milieu si De Rossi n’est pas là et Khedira aller démonter le même De Rossi histoire de l’achever s’il joue.

Le match des supporters.

Je vous laisse choisir votre camp.

On se retrouve samedi, autour d’un mass.
Küssen.

Herr Direktor @R_Direktor.

Photo du profil de Luissette

Luissette

Chômeur, pédophile, consanguin, mais aussi alcoolique et drogué. Il n’est exclu que j’ai, un soir d’ivresse, fait des cochonneries avec ta maman et ta sœur. Ou les miennes, je ne sais plus. Un seul credo : « Ma main dans la gueule, ma bite sur ton front »

2 Comments

  1. D’accord avec l’analyse sur De Rossi. S’il est pas là, je me fais pas de souci pour l’entraîneur-toqué-qui-sent-tout. Il faudra aussi que la ligne d’attaque presse intelligemment, et que le reste du bloc suive, pour gêner la relance de la défense italienne, qui pour le coup est Deustche Qualitat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *