Episode 1 : Le pub. La vidéo. Pierrot.

Résumé de l’épisode précédent : se réveillant amnésique dans un hôpital parisien, un homme s’enfuit à la recherche de son identité. Ses seuls indices : des superpouvoirs à l’utilité douteuse, une passion pour le football aussi inexpliquée que son penchant pour l’anal, et une susceptibilité certaine.

 

24 heures maintenant que je suis parti. Sans rien avoir ingurgité de solide depuis mon réveil, je n’éprouve pourtant aucun appétit. Je ne sais pas si cela est dû aux perfusions survitaminées de l’hôpital ou s’il s’agit d’un pouvoir supplémentaire, quoi qu’il en soit c’est un problème de moins à régler. Par contre, qu’est-ce que j’ai soif, bon dieu… et m’abreuver à une fontaine Wallace n’éteint en rien cette envie impérieuse de boire. Il me faut de la bière, bonne ou mauvaise je m’en fous, mais il m’en faut… Soudain, je le sens.

Je le sens, il le porte sur lui ce passant, pourtant hipster anonyme de La Villette. Ne me demandez pas comment, c’est peut-être son air sûr de soi et vaguement supérieur, en tout cas j’en suis convaincu : il est abonné au Parc des Princes. Or chacun connaît l’aisance financière ainsi que le goût méprisable de ces gens-là : nul ne verra d’immoralité à ce que je lui soutire quelques deniers afin d’assurer mes fonctions vitales. Une fois le vulgaire délesté de son portefeuille et dûment empalé sur un plot d’amarrage Vélib, direction le quai de Jemmapes et un pub à la devanture étrangement familière.

 

Installé au comptoir comme à une place qui me fût attitrée depuis vingt ans, je déguste une blonde aussi goûteuse que l’affiche du soir en Ligue 1 est insipide. A l’issue de la rencontre, remportée 1-0 par Lyon, les « experts » prennent le relais en plateau. Malgré l’envie de fuite, impossible de quitter ma place tant que je ne suis pas rassasié, ce qui risque de prendre un certain temps.

– Alors, Pierre, le fait du match, c’est bien sûr ce penalty de la 15e minute, alors à votre avis : faute ou pas faute ?

Ses chairs avachies contrastent avec l’acuité de son regard. Un œil perçant, sournois, dont je jurerais qu’à travers les ondes il s’adresse à moi seul. Comme s’il savait.

– Non mais c’est absolument scandaleux, regardez… moi je veux bien dire qu’on est formidables, et tout, et à ce rythme on va encore passer une coupe du monde sans arbitre français, je suis désolé mais moi ça me gave.

– Alors justement, ce penalty on va y revenir en détail, Pierre, puisque justement, cette semaine, l’International Board a officiellement envisagé de recourir à l’arbitrage vidéo. Qu’en pensez-vous ? Est-ce que l’erreur de ce soir aurait pu être évitée ?

– Hé d’après vous !? C’est quand même extraordinaire qu’il faille les vieux du Board pour mettre un peu de modernité dans le foot. Le pauvre Clément Turpin, qui voit Lacazette simuler après un minuscule contact, vous ne pensez pas qu’avec la vidéo il aurait pu se rendre compte de son erreur ? Non, remarque, avec Turpin on n’est jamais sûr de rien, HÉ HÉ ! (applaudissements dans le public). Tout ça parce qu’on n’écoute que des snobs qui ne représentent qu’eux-mêmes, qui nous disent que la vidéo dénaturerait le foot… non mais ho, Guingamp qui se fait voler ce soir, c’est pas déjà dénaturer le foot ? Remarque, dès que tu titularises Kerbrat, le foot il en a déjà pris un coup, HÉ HÉ ! (applaudissements dans le public). Non, sans rire, Hervé, à moins d’être d’une mooooooooonstrueuse mauvaise foi, je ne vois pas comment on peut refuser la vidéo dans le football. Et si tu ne vois pas où est le scandale sur le pénalty de ce soir, faut arrêter le foot (applaudissements nourris).

 

– Ouaiiiis, il a raison, Pierrot ! Comme d’hab !

 Je considère d’un œil étonné l’homoncule me servant de voisin de comptoir, dont l’indignation sincère exclut toute excuse d’ivresse. Doux Jésus, il va encore  falloir me faire violence pour conserver mon calme.

– Comme d’habitude, dites-vous ?

– Ouais, bon, non, OK, je suis pas toujours d’accord avec Pierrot. Mais là, sans déconner, il a raison, non ? T’as vu comme ils se font enfler, les Guingampais, sur ce penalty ? Et on le sait, qu’il plonge tout le temps, Lacazette.

– Certes. Ceci dit, s’il s’agit de sonder l’âme de l’avant-centre lyonnais pour deviner ses intentions et décréter ou non le penalty, je ne suis pas certain que la vidéo nous soit d’un grand secours.

Alertés par l’odeur de la polémique footballistique facile, les camarades de l’indélicat tiennent à apporter au débat leur absence d’intellect.

Attends, t’es pas pour la vidéo ? Ca te plaît, toi, que des connards comme Turpin continuent à offrir des penalties inexistants à ces pédés de Lyonnais ?

– D’une part je vous saurais gré de ne pas me tutoyer. D’autre part, encore faut-il que la vidéo me convainque qu’il soit inexistant, ce pénalty. Revoyons l’action, proposé-je en pointant mon doigt vers la télévision, qui bascule aussitôt sur le ralenti de l’action litigieuse.

– Beuh ? Comment t’as fait ça ?

– Peu importe, je l’ignore moi-même. Mais regardez donc : clairement, Lacazette laisse traîner le pied pour se faire accrocher, mais Kerbrat arrive lancé et lui aussi tend la jambe pour essayer, sans succès, d’attraper le ballon. Le contact est léger mais il existe, ne le niez pas.

– Mais il plonge, putain !

– On ne peut pas nier qu’il « joue bien le coup », pour utiliser ce poncif que vous affectionnez tant. Mais si j’en réfère aux Lois du Jeu, un coup-franc direct – ou en l’occurrence un coup de pied de réparation – doit être sifflé contre le joueur qui, « avec imprudence, témérité ou excès d’engagement, fait ou essaie de faire un croche-pied à l’adversaire ». Si l’on suit rigoureusement la règle, la vidéo montre sans conteste que c’est bien le cas ici, n’est-ce pas ? Au fil de la discussion, j’avise de nouveaux participants venus grossir le troupeau, et apparemment pas pour accroître la valeur délibérative de l’échange.

– Heu ouais, mais faut pas déconner, l’arbitre doit faire preuve de discernement, rétorque l’un, trop heureux de replacer ce mot de quatre syllabes qu’il a naguère entendu prononcer par Christophe Dugarry.

Vous avez tout à fait raison. Cette finesse d’analyse, ce discernement que vous peinez à déceler chez un être humain, vous imaginez donc le confier à des machines ? Pauvres fous, le seul résultat en serait de reporter vos procès en incompétence sur le juge chargé d’interpréter les images : non seulement vos polémiques imbéciles demeureraient insolubles, mais vous y ajouteriez des interruptions à rallonge telles qu’en connaît le rugby !

– Ha ouais, donc ces pédés de Turpin et Lacazette nous enculent et il ne faudrait rien dire ?

– Ma foi, ce n’est pas ce que j’ai dit. Je me demandais juste en quoi le recours à la vidéo y changerait grand-chose, puisque la majeure partie des actions litigieuses ne naissent pas d’erreurs factuelles, mais d’interprétations divergentes.

– On comprend rien à ce que tu dis. Moi, ce que je comprends surtout, c’est que t’es juste un enculé de Lyonnais, s’énerve un convive peu formé à la réfutation scientifique des arguments. Au moins, Pierrot, on le comprend, et il n’y a pas besoin de faire des phrases compliquées pour voir qu’il a raison sur la vidéo. Après, si ta mère a été niquée par Jean-Michel Aulas neuf mois avant de t’enfanter, on peut rien pour toi.

– PARDON ? »

 

 ***

« Aucun témoin, vous dites ? Et ce petit groupe au fond du bar, là ?

– Aucun, Monsieur le divisionnaire. Après vérification, ces gens au fond de la salle travaillent pour Horsjeu Média, vous savez, le groupe de presse sportive. Ils étaient ivres morts et n’ont pas du tout participé à l’altercation. C’est peut-être ce qui les a sauvés, d’ailleurs.

– Putain, mais c’est dingue ! Repassez les images, on voit les gens discuter, ça s’énerve gentiment, et d’un coup, un éclair et on se retrouve avec 15 clients à moitié comateux, des verres ou des cannettes de bière dans le… dans l’anus. On en a même ramassé un avec un tabouret de bar. Et vous me dites que personne n’a rien vu d’autre ?

– Personne. Par contre, on a du nouveau sur le colosse gris et difforme, qu’on voit s’enfuir après le carnage. On ne sait pas du tout d’où il sort, il n’est pas présent au début de l’enregistrement, mais au moins on sait ce qu’il a dit. D’après l’experte en lecture labiale qu’on a fait venir, il crie « Al…

Allahu akbar ? Putain, j’en étais sûr, je préviens le préfet !

– « Alterfoot vaincra », Monsieur le divisionnaire. C’est ce qu’il a dit.

– « Alterfoot vaincra » ? Qu’est-ce que c’est que ces conneries ?

– Aucune idée. On a déjà demandé aux renseignements, ça ne fait référence à rien de connu. Pareil pour le type qu’on voit au milieu de la discussion, et qui disparaît complètement au moment du brouillage : il n’évoque rien à personne.

– Bon, en attendant d’en savoir plus, on n’alerte pas la hiérarchie et encore moins les médias, c’est déjà assez le bordel avec les barbus. Celui qui fait fuiter quoi que ce soit dans Le Monde, c’est pas une bouteille que je lui colle, c’est toute la tireuse à bière. Compris ?

– …

– OK. Maintenant, si je résume, on a un incident inexpliqué qui se termine par un pub saccagé, un disparu et 15 blessés graves victimes de sévices  ? On ne sait pas d’où sort le suspect ni ce qu’il revendique, ni la manière dont il s’y est pris ?

– C’est cela, Monsieur le divisionnaire.

– Putain, on n’est pas rendus. Et vous me dites pourtant que la caméra du bar a enregistré toute la scène ?

– Heu… oui.

– C’est vraiment de la merde, votre vidéo. »

 

Et si Superacad disait n’importe quoi, après tout ? Pierre Ménès n’est-il qu’un chroniqueur inepte ? Que fait la police ? Peut-on vraiment se nourrir de bière ? Vous le saurez en retrouvant le prochain épisode de Superacad contre Menesis.

© Gervais Marvel Entertainment, Inc.

 

Gervais Marvel Entertainment, Inc.

Editeurs de Superacad, le premier super-héros du football anal.

20 Comments

  1. Turpin est donc devenu plus impopulaire que Chapron… Bel exploit.

    Sérieux se moquer de sa mère ok, soit, mais Lyonnais? LYONNAIS? Putain pire que NÎMOIS!

  2. Toujours pas d’utilisation du bouclier ?

    La vidéo n’a rien révélé ?

  3. Je n’en peux plus de ce suspens : mais que va prendre Menes dans l’anus ?

  4. Pendant la baston anale, vous pensez que les verres ont été introduits par quel côté ? Vidés ou remplis ?

  5. magique, comme toujours..
    pas de délicieuse référence à pierremenesàpoil?

  6. « L’Alterfoot vaincra ! » putain je l’aime ce personnage Gervais Marvel.

  7. La réponse est oui.

    On peut se nourrir de bière.

    Tant qu’il y a du rab de carbo’ me souffle un supporter Mancunien au grand cœur.

  8. Superbe ! Quant au sens d’introduction des verres, vaut mieux que ce soit par le fond, sinon ça comprime l’air dans le verre et… Enfin j’ai vu une vidéo une fois et… BREF.

  9. Le dernier exemple de vidéo avec Pierre Ménès étant une réclame pour un garagiste, on est en droit de remettre en cause la pertinence de la chose.

  10. Eugene Sue + Victor Hugo ne feraient pas mieux. D’ailleurs ils ont carrément fait moins bien en fait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *