La semaine du rédac-chef, 6e

Dimanche

J’ai trouvé ma bonne résolution hebdomadaire en me levant : ranger ma chambre et faire une lessive. Ça m’a pris comme ça, après m’être fait mal au pied parce que j’avais marché sur la manette de ma playstation 1, que je n’avais pas touchée depuis plus d’un an. C’était sûrement pour ça qu’elle était encore par terre, cachée sous un slip. Il était largement temps de faire mon nettoyage de printemps, puisque l’hiver débutait.
Le refroidissement saisonnier était le meilleur prétexte possible pour rester chez moi toute la journée. Je ne sais plus pourtant ce que j’ai fait de ma journée. J’ai essayé de regarder le CFC pour me ré-intéresser un peu au football, histoire de bien lancer la nouvelle année professionnellement parlant. Ça n’a malheureusement pas fonctionné. Au bout de 20 minutes à regarder l’écran télévisuel d’un œil, les mises-à-jour facebook de mes contacts de l’autre, je me suis décidé à faire quelque chose de plaisant à défaut de trouver une occupation intelligente. J’ai donc ré-exploré last’univers du porn sur les internets. Une fois que j’avais joui, je ne me suis pas senti mieux pour autant, mais ça m’a rappelé la nécessité de faire une lessive cette semaine. Pour me sentir au moins propre à l’extérieur. Enfin, à l’intérieur si l’on considère que la touche extérieure est celle des habits que l’on montre à nos congénères. Enfin, je me comprends.

Lundi

Ce n’est pas une franche réussite d’avoir arrêté de boire en dehors des repas au moins 5 jours dans la semaine. Je me suis réveillé à 9h du matin. Ne sachant trop ce que je pouvais faire d’autre d’une matinée que dormir j’ai finalement pris le risque de réaliser ma bonne résolution hebdomadaire dès le lundi. A midi, j’avais une chambre presque propre. Il ne me restait plus que l’aspirateur à passer. Disons donc rangée, pour peu que l’on ne pense pas à ouvrir les placards. Ça me laissait encore 6 jours pour passer l’aspirateur et faire une machine. Je trouvais que c’était plutôt une bonne nouvelle, puisque ça me laissait encore entrevoir la possibilité de ne pas traverser une nouvelle semaine de débauche.
Curieusement cette dépense d’énergie ne m’a pas fatigué, et je n’ai pas eu envie de faire la sieste après le déjeuner. J’ai donc passé mon café(s)-clope(s) digestif(s) à regarder le monde par l’intermédiaire de facebook, dans l’espoir de trouver l’inspiration pour une prochaine publication, voire carrément un sujet d’article.
J’y ai surtout découvert une nouvelle raison d’être triste en lisant que les cahiers abandonnaient le ballon de plomb. C’est même pire que cela, le ballon de plomb qui nous quitte, c’est une raison de moins d’aimer le football Je ne sais pas si personne chez nous n’ose le dire par respect et amour du parrain ou si je suis le seul être au monde à trouver que tous les prétextes avancés par Latta-Yoyo sont très mauvais. Mais je m’en vais détailler ma position :

1) ‘Le ballon de plomb (leur) a échappé’ et il leur serait même ‘tombé sur les pieds (…) comme un boomerang paradoxal, parti très loin de nous’
Argument fallacieux. Raison de plus pour continuer du coup. Puisqu’il ne peut pas tomber plus bas.

2) ‘Ils n’arrivent plus à l’aimer’
Peut-être, mais le problème c’est que le ballon de plomb n’est pas leur compagne, c’est leur bébé. Vous imaginez, vous, que l’on puisse tuer son propre enfant parce qu’on ne l’aime plus ?
Je ne suis pas boutiniste, mais quand même…
Argument indigne d’un adulte en tous cas.

3) ‘Son meilleur vainqueur a été le premier’
Argument non-recevable également. Outre que je n’en suis même pas convaincu si l’on se fie aux 3 critères du bdp, et qu’il (le critère, pas le ballon de plomb, si, c’est parfaitement clair ce que je dis) ressemble à une forme de nostalgie infantile, bien trop répandue parmi une génération qui a grandi en entendant trop souvent Francis Cabrel… Et bien non,  je ne vois pas en quoi cela serait un critère pertinent pour arrêter.
Je veux dire, tous les gens de goût aimeraient par exemple que M. Pokora arrête la musique. Pourtant, on aura du mal à dire que son meilleur album a été le premier.

4) ‘La culpabilité (les) ronge’
Argument de petite chatte, voire d’hypocrite. On dirait moi, à un peu plus de 20 ans, quand je voulais essayer d’émouvoir une de mes ex pour qu’elle me laisse de nouveau rentrer dans son lit.
Pourquoi pas, tant qu’on y est, dire : « on refera plus, on va changer ? »

5) ‘La malédiction est trop puissante’
Argument de prétentieux qui devrait avancer d’un pas quand il pisse debout dans ses toilettes s’il ne veut pas avoir à essuyer.
Ils le savent eux-mêmes puisqu’ils écrivent : « Est-ce à dire qu’on ne se remet pas d’un Ballon de Plomb, ou que ce dernier sacre des joueurs qui se sont déjà condamnés tout seuls? En tout état de cause, on préfère qu’ils ne s’en prennent plus, désormais, qu’à eux mêmes. »
Comme si les cahiers étaient les seuls boucs émissaires possibles. Ceux qui veulent se voiler la face en prétextant que  »c’est à cause des autres » trouveront bien un entraîneur, un Pierre-Pascaniel Riolarqué, ou même une note dans l’Equipe, pour expliquer que  »non, ce n’est pas de leur faute ».
Personnellement, quand j’ai arrêté de dire à ma mère que j’avais raté ma vie à cause d’elle parce que je voyais bien que ça lui causait quand même du chagrin, j’ai commencé à accuser le système.

6) ‘Nous n’en avons pas besoin’
Argument d’égoïste. Et moi ? Et les gens comme moi ? Ceux dont la vie est tellement triste et morne qu’ils trouvent une raison de se réjouir en lisant ces diatribes futiles que seuls les imbéciles-heureux et les idiots-utiles d’un système qui enlaidit tout ce qu’il touche peuvent considérer comme étant « bêtes et méchantes »…
A cela, je profite du fait qu’ils ne me lisent jamais pour leur dire clairement : « allez bien vous faire enculer ».
Et nous alors ? On compte pas aux yeux des cahiers ? On n’existe pas ? Nous qui n’avons pas besoin de réfléchir plus de 2 secondes pour énumérer les 3 critères d’élections ; nous qui savons que le ballon de plomb reste une grosse blague ; nous qui s’en foutions un peu finalement du vainqueur parce que l’essentiel restait le moment de plaisir quotidien que nous offrait chaque plaidoirie, et l’hésitation qui en suivait la lecture  : « tiens, ben si je votais pour lui finalement…»
Nous tous donc, c’est à dire : moi et au moins, j’en suis sûr, un de mes lecteurs ; on compte pour des beurs ?

La vérité, c’est qu’en ayant supprimé ainsi le ballon de plomb, ils ne se l’ont même pas réellement réappropriés. Les Bruniolo Roger-Petit et autres Francis Cabrel des média vont pouvoir continuer à prétendre tranquillement que « le ballon d’or, c’était mieux avant », alors que la réalité est surtout que l’idée était dès le départ très mauvaise.

Il n’y avait que deux arguments recevables pour justifier une telle décision :
– « Parce qu’on fait ce qu’on veut, que là on préfère faire autre chose, et qu’on ne vous demande pas votre avis de toute façon. »
– « Parce que vu la tronche de certains vainqueurs, dont le dernier, le ballon de plomb peut être considéré comme un exemple de remise en cause de la démocratie, ce que nous ne pouvons tolérer en ces temps troubles (#notinmyname). »
Pas besoin de l’enrober davantage comme pour dire à une vierge que ça ne va pas faire si mal. On s’est tous déjà fait enculer au moins une fois.

Je ne voudrais pas donner l’image de quelqu’un de pessimiste, ce que je ne suis pas du tout… Je suis au contraire un éternel optimiste parce que je considère que les choses peuvent difficilement être pires qu’à l’heure où je vous écris. Il n’en demeure pas moins que je ne crois pas avoir vu une seule fois un mois aussi triste pour l’humour que celui-ci.
Pierre Desproges a écrit : « l’humour est la politesse du désespoir ». C’était à craindre qu’entre une école qui ne marche plus très bien et des parents qui préfèrent s’occuper d’eux-mêmes, les gens se montrent de plus en plus malpolis.
Le monde reste pourtant rempli de choses drôles. Par exemple le fait que les 1% les plus riches de la planète possèdent maintenant plus que les 99% restants. C’est pas génial ça ?

Je délaisse ma télévision exceptionnellement en ce lundi pour écouter en direct le podcast d’hat-trick.fr dont le sujet est « les média footballistiques indépendants ». Je n’ai pas été convié. C’est Claude Pèze qui l’a été pour représenter horsjeu.net. Pourquoi pas lui après tout ? Mais pourquoi pas l’éditeur surtout ?
J’ai senti l’animateur plein de fougue, y retrouvant même un peu la hargne et l’envie qui étaient les nôtres lorsque nous avions commencé à participer à horsjeu.net. Cette belle époque où l’on pensait que les gens attendaient des programmes intelligents ou simplement drôles si on n’avait pas grand chose à dire. On avait même cru qu’on pouvait peut-être faire de la télé. Enfin plus précisément de la télé, mais en mieux, sur le net. Par exemple quand on a fait décrassage, en partenariat justement avec les cahiers. Ne me dites pas que vous avez déjà oublié.

Je me couche en étant empli de nostalgie pour cette époque où je croyais marcher dans la bonne direction, et où je ne peux toujours que constater mon impuissance, mais également mon appartenance à cette génération cabrélisée.

Mardi

J’ai rêvé qu’en sortant de la médiathèque où j’avais trouvé quelques bds à lire durant la semaine, je donnais un coup de pied au cul à un gros Thailandais qui était en train de trafiquer un truc sous sa caisse. Bien évidemment, j’étais parti en courant après avoir accompli mon méfait, mais malgré son surpoids, le gros asiatique en marcel blanc me rattrapa et me charcuta au cutter.
C’est très étrange. C’est la 2e fois en quelques mois que je rêve que l’on me déchire d’une lame. La première fois c’était Yann Mvila, en boite, pour je ne suis plus quelle raison. Cela commence à m’inquiéter un peu car bien que j’ai rangé ma chambre, je ne sais pas du tout où est passée ma carte vitale.

J’ai passé sinon l’essentiel de ma journée à voir ce que racontaient les gens sur facebook. Et je suis tombé sur cette merveille écrite par un juriste pro-UMP, en réponse à l’un de ses contacts qui s’indignait que l’on puisse condamner des gens à une peine de prison ferme pour ‘apologie d’actes terroristes’ :
« Ne sombre pas dans le populisme facile (…) car en France, il y a la procédure pénale qui est la sœur jumelle de la liberté. »
ça ne doit être pas des vraies jumelles en tous cas. Parce qu’il n’y en a qu’une seule des deux avec qui j’aimerais bien coucher tous les soirs. Et tous les matins aussi. C’est toujours fascinant de tomber sur quelqu’un de drôle, alors qu’il n’a en réalité aucun humour.

Trouvant sinon mes contacts assez peu intéressants en ce moment, j’ai regardé ce que facebook m’offrait comme nouvelles de mes camarades de prépa. Et surtout de ceux qui n’ont pas eu de chances aux concours, parce que les autres, je le savais déjà plus ou moins.
Celui qui était le plus bête d’entre tous (mais qui avait plutôt bon fond quand même) tente de nous faire une Cambadélis en faisant croire qu’il a bien été pris quelque part et en se lançant dans une carrière politique. Le réseau de papa lui a permis en tous cas d’être lancé sur de bons rails.
J’étais déjà content de ma découverte, mais la bonasse de ma classe m’a réservé davantage de surprises. Elle a encore moins de contacts que moi alors que sa dernière Màj publique remonte à moins de 6 mois. Soit elle est devenue moche, soit elle est devenue misanthrope. Peut-être même les deux.
La curiosité s’est transformée du coup en attirance. J’ai même pensé à la recontacter. Mais si elle était devenue misanthrope, à quoi bon, puisque j’ai beau en être un peu un, je n’en demeure pas moins humain.
Et si elle était devenu moche, pourquoi faire ?
Dans le doute, je me suis contenté de me masturber.

Mercredi

Conséquence loin d’être illogique, j’ai rêvé d’elle. Ça m’a donné l’impression pendant quelques heures d’avoir une promise. Et du coup, la motivation nécessaire pour m’attaquer à la lessive. Un minimum d’élégance et de respect s’imposait pour l’occasion.
Son souvenirs s’évaporait déjà alors que le linge n’avait pas encore commencé à sécher, passionné que je fus par le débat lancé par nos lectateurs (lecteurs et commentateurs quoi) les plus cabréliens sur ces pages.
Sauf un qui n’est pas cabrelien, mais qui voulait juste nous dire que la publication du jour était nulle, et qui voulait tellement qu’on le sache qu’il avait laissé 4 commentaires en moins de deux heures pour nous le signifier.
Personnellement, je n’en pense pas grand chose.
Je ne comprends pas surtout comment les abonnements n’ont pas pu décoller cette semaine malgré mon argument publicitaire super-convaincant du « si vous ne vous abonnez pas, comment voulez-vous que je puisse goûter l’héroïne cette année ? »
Bande de putes, pourquoi êtes-vous aussi peu à adhérer à une de mes rares idées de génie ?

Jeudi

Je me suis réveillé plein d’énergie. Dans mon sommeil m’est venu un superbe refrain, très différent des chansons que je peux écrire d’habitude, avec beaucoup de cuivres en accompagnement. Je me suis dit que c’était le moment idéal pour passer l’aspirateur, avec cet air entraînant et festif qui me trottait dans la tête. Malheureusement, le bruit infernal et anti-mélodique de cette machine du diable m’a fait totalement oublier ma trouvaille de la nuit.
Je n’ai pas cherché davantage. J’espère qu’elle me reviendra comme elle est venue. En la forçant, j’ai peur de la violer.

Quelque peu préoccupé par ma situation financière et ne désespérant toujours pas de gagner un jour le SMIC, j’ai peut-être eu l’idée qui réalisera un de mes rêves en découvrant le kiss-kiss-gang-bank de Franck Annese et son projet Society. Déclinons nous aussi notre ton horsjeu.net à toutes les sauces, même les plus blanches, et ce même si nos lectateurs cabréliens en seront meurtris. Pourquoi serait-on les derniers à se préoccuper de l’avis de nos lecteurs ? J’ai donc eu comme idée :

– Hors-hors
le site consacré aux films de mauvais goût, et aux plaisirs anaux du matin.
– Hors-sujet
le site consacré aux œuvres d’art contemporain et autres objets de plaisir anal
– Hors-bite
le site rectum-versal
– Hors-félin
le site des animaux de tous poils, même de plumes qui sont les poils des oiseaux, et des amis anaux
Hors-juif
le site consacré aux conspirations foireuses et aux constipations douloureuses
– Hors-Onwesh
le site des lascars qui n’aiment pas trop les voleurs et les fils de pute
– Hors-Nicar
le site des petits pédestres et des autres explorateurs qui rêvent de marcher sur ta lune

Mais devant tant de chouettes projets, je dois avouer que je ne sais auquel me consacrer d’ab-hors.

Vendredi

Après avoir réfléchi toute la journée à cette question, j’en ai oublié de rédiger ma semaine. Il n’est pas trop tard. Tant que c’est en ligne avant minuit…
Il faut que je m’y mette. Laissez-moi tranquille s’il vous plaît.

Roazh Takouer

12 Comments

  1. Je pense qu’il va être temps de prendre ta place dans le trafic.

  2. Hors-nicar devrait pas mal rapporter, ce type de cible a normalement un fort pouvoir d’achat ! Par contre je n’y mettrais pas les pieds, ni autre chose…

  3. Encore une semaine magique.
    Et moi aussi les CdF m’ont bien dégouté avec l’arrêt du Ballon de plomb

  4. Hors y Gami, le site anal des djeun’s qui aiment Arsene et vice & versa

  5. Juste pour savoir : à quelle adresse doit on envoyer l’héroïne ? et je n’enverrai pas d’autre message dans les 4 prochaines heures.

  6. Hors y fist : même cible que pour Hors-Nicar sauf que ceux-là n’aiment pas la randonnée.

    PS : ce message ne compte pas.

  7. Je m’invite dans le débat (contrepèterie approximative presque célèbre) au sujet du Ballon de Plomb pour tester mes arguments avant de pourrir leurs murs FB

    1) « Il nous a échappé » : surprise ! Voilà ce qui arrive quand on choisit pas le vainqueur avant. Bienvenue en démocratie les mecs. Vous savez ce qu’il vous reste à faire.

    2) « On n’arrive plus à l’aimer : c’était un hommage ironique c’est devenu une sanction. » Voir plus haut. Choisissez vos candidats, verrouillez les votes et devenez adultes. L’amour ! On n’arrive plus à s’aimer on est trop triste ! ça va c’est bon c’est pas non plus LE critère.

    3) « Son meilleur vainqueur a été le premier. » Alors et d’une son meilleur vainqueur est encore à venir puisqu’il s’agit de Brandao. Et de deux si vous regrettez Francis Llacer nommez Francis Llacer ! Ah non pardon, il faut un « vote ». Bah ok laissez tomber.

    4) « La culpabilité nous ronge. » Sachant que vous dites ailleurs ne rien regretter. Bah vous voyez que vous pouvez faire de la politique quand vous voulez.

    5) « La malédiction est trop puissante. » On sent l’humour qui revient, ça annonce la victoire de Brandao ça. Il nous on bien eu !

    6) « Nous n’en avons pas besoin. » Exactement le même argument que lorsqu’ils ont lancé le Ballon de Plomb. ça annonce du lourd.

  8. J’aimerais bien que le gosse d’un mec que j’aime pas s’appelle Brunolio. Ou un mec d’NRJ12, comme ça je pourrais gueuler comme un veau devant ma télé à chaque fois que passerait à l’antenne sa sale petite gueule de petit merdeux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.