L’Académie Adriatique note Croatie – Irlande (3-1)

Premier match de la compétition pour les joueurs de Slaven Bilic. Après le magnifique nul entre l’Espagne et l’Italie, les gars avaient l’occasion de prendre la tête du groupe en battant l’équipe présumée la plus faible. L’Irlande, venue accompagnée de 30 000 dingues. La crise économique ne touche pas les passionnés.

La composition

Le match :

La Croatie ouvre rapidement le score grâce à Mandzukic qui place une tête sans élan assez basilebolienne. Les Irlandais réagissent rapidement et égalisent en marquant de la tête également. Les Croates dominent mais les occasions dans le jeu sont rares des deux côtés. Le deuxième but vient encore d’un coup de pied arrêté. Cafouillage dans la défense verte et Nikica Jelavic en profite pour tromper Given juste avant la mi-temps. En une touche de balle comme d’habitude. En deuxième période, Mandzukic envoie une autre tête sur le poteau, le ballon rebondit dans la face de Shay Given et finit dans les filets. 3-1 score final, malgré la pression irlandaise en fin de match via des longs ballons bien old-school.
Hrvatska boys 

S. Pletikosa (2/5) : Des sorties aériennes digne du Concorde. Déjà présent il y a dix ans en équipe nationale, le gardien de Rostov se sert de ses mains comme Richard Dunne de ses pieds. Très mal, et à peu près jamais.

D. Srna (3/5) : Prénomic aime beaucoup le joueur de Donetsk, mais oublier le repli de cette façon est intolérable. Heureusement, Aiden McGeady a connu un sale soir, vite remplacé. Pertinent offensivement, comme toujours, il a surtout bien tapé les coups de pied arrêtés.

V. Corluka (1/5) : Non, non, non. En première période du moins. Lent, maladroit, et il fait n’importe quoi sur le but irlandais, un marquage du mauvais côté sublime. Il regarde ses pieds comme on regarde une partie de son corps qu’on n’apprécie pas. Il a plutôt raison. Mieux en deuxième, il reste trop faible dans les duels aériens. Bon, l’Espagne et l’Italie ne devraient pas lui en proposer autant que les perdants du soir.

G. Schildenfeld (3/5) : Bien plus solide que son compère de l’axe, le natif d’Autriche est le parfait remplaçant de Simunic ; violent, rugueux, sans pitié pour les chevilles adverses. Du boucher haut de gamme.

I. Strinic (3/5) : Le latéral passé par Le Mans en 2006 a rendu une copie correcte, qui manque bien d’âme. Fidèle à l’aspect défensif du poste, il en a oublié d’aider Perisic dans le couloir. Compensé par sa solidité. Il a tenu Damian Duff en laisse.

O. Vukojevic (3/5) : Bon match de Vuko. Responsable de la bonne maîtrise au milieu de terrain, il a permis à Modric d’avancer après un début difficile. Il sera beaucoup plus sollicité lors des deux prochains matchs. Difficile de l’imaginer capable de résister seul.

L. Modric (4/5) : Invisible en début de rencontre, il est apparu soudainement, comme s’il l’avait décidé. L’utilisation de son centre de gravité ressemble de plus en plus à celle d’Iniesta. Il a ouvert le jeu à ses partenaires en avançant sur le terrain. What’s not to like ?

I. Rakitic (2/5) : Seulement 2 parce qu’on le sait capable de beaucoup mieux. Il a envoyé quelques parcelles de rêve en première période, sur un centre et un bel enchaînement crochet-frappe mais c’est trop peu pour satisfaire. Exilé sur le côté droit, il sert surtout à remplacer Modric dans l’axe quand ce dernier monte au niveau de Mandzukic et Jelavic. Remplacé par Dujmovic juste avant le temps additionnel.

I. Perisic (3/5) : Abandonné à ses affaires dans le couloir gauche, il a montré sa vitesse et son talent. Une action exceptionnelle en première période où il mêle jongles et feintes pour conclure par une volée dans les bras de Given. Il a souvent débordé sur son côté et tenté de servir les deux avant-centre de l’équipe. Remplacé par Eduardo en toute fin de match.

M. Mandzukic (5/5) : L’homme du match. Une tête surprenante pour ouvrir le score, une superbe pour le fermer. Entre temps, un rôle de pivot intéressant. Il a aussi multiplié les courses avec le ballon pour gagner des secondes dans un match qui a semblé bien trop long après le 3-1.

N. Jelavic (3/5) : Il a fait sa spéciale, le but en une touche de balle, l’opportunisme à son paroxysme. Il a fait ce qu’il fallait en redonnant l’avantage à son équipe. Remplacé par Niko Kranjcar à la 71ème, qui hante le stade depuis.

L’entretien des frères Kovac
Prénomic Patronymic : Bonsoir messieurs. Qu’avez-vous pensé de cette victoire sur l’Irlande ? 

Robert : J’ai trouvé le score assez décevant. 2-1 bon…
Niko : Y a eu 3-1 Robert.
Robert : Comment ça ? Modric et Krancjar contre Andrews. Ça fait 2-1 pour moi.
Niko : Ce sont les cartons jaunes ça. C’est pour ça que quand tu dis que tu as marqué 358 buts dans ta carrière, je t’explique que non, tu confonds. Une autre question peut-être ?

PP : Le match Espagne – Italie, vous avez regardé ? C’était génial.

Robert : Trop de passes, trop de contrôles réussis…
Niko : Tiens, reprends un cachet.
Robert : Bon si, c’est vrai, quand Torres est rentré, c’était bien. Oh, j’me suis marré. Pas vu pareil depuis Santa Cruz au Bayern. Il est où Roque maintenant ? Encore dans un club de foot ?
Niko : C’est vrai que c’était marrant.

Merci Robert, merci Niko pour vos avis de sages. Jean-Marc Ferreri peut trembler. On se retrouve pour le match face à l’Italie jeudi.

Prénomic Patronymic.

Le comité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *