L’Académie Adriatique note Croatie-Italie (1-1)

Deuxième match pour la Croatie face à une belle équipe d’Italie, brillante quelques jours plus tôt face à l’Espagne. Une victoire qualifiait Modric & friends.

Premier plaisir : la sortie du maillot nappe de pique-nique que Prénomic apprécie particulièrement. Ça lui fait penser à toutes ces chemises dégueulasses qu’on voit dans Paris l’été.

La composition

 

Le match : difficile début de rencontre pour la Croatie, difficile première période même tant les Italiens répètent leur performance espagnole. Pirlo est en état de grâce et envoie un bijou de coup franc dans le but de Pletikosa. Cassano dézone magnifiquement (prenez ça les footix) et embête Strinic sur la droite. Il trouve plusieurs fois Balotelli en position de frappe mais Mario décide heureusement de frapper fort au milieu.
Slaven Bilic change d’idée en deuxième période. Modric monte en vrai 10, Rakitic et Perisic resserrent dans l’axe pendant que Strinic et Srna passent derrière Maggio et Giaccherini. Les centres se multiplient, et au bout de l’énième tentative, Chiellini est trop court et laisse Mandzukic fusiller Buffon. Malgré les entrées de Di Natale et Montolivo, l’Italie semble incapable de créer à nouveau le danger. La ligne arrière Bonucci – De Rossi – Chiellini est même en difficulté face à la puissance de Mandzukic. Les longs ballons sont très mal dégagés mais les Croates se contentent du 1-1, score final.

 

Les napomene

S.Pletikosa (3/5) : toujours en délicatesse avec l’altitude, communsymbole de Lassana Diarra, il a été bien meilleur au sol, notamment sur un double arrêt face à Marchisio. Un des maillots de gardiens les plus moches.

D.Srna (3/5) : il anime son couloir comme personne. Pourtant seul une fois Rakitic recentré, il a gagné son duel contre Giaccherini. De très bons centres, un peu moins heureux sur les coups de pied arrêtés cette fois-ci.

V.Corluka (3/5) : Dobra igra, na?in bolje nego protiv Irske. Njegov nedostatak brzine ?e biti opasno kada igraju Španjolsku.

G.Schildenfeld (2/5) : les mêmes coups de garce que contre l’Irlande (magnifique coup de coude en pleine course), pas la même assurance. S’il avait compensé les moments de perdition de Corluka lors du match précédent, il a eu beaucoup de mal lorsque Cassano est venu sur son côté. Lui et Strinic n’ont pas su faire face.

I.Strinic (3/5) : si son match contre les roux est le yin, celui-ci est le yang. Décevant dans le secteur défensif, il s’est révélé beaucoup plus intéressant offensivement. C’est un de ses nombreux centres qui finit dans les pieds de Mandzukic pour l’égalisation. Des débordements à n’en plus finir alors que Perisic veillait.

I.Vukojevic (2/5) : il aura surtout brillé par ses simulations utiles mais détestables et sa malice. Dans le jeu, il a vu la balle passer à côté de lui tout le match, pris entre deux lignes, celle de Pirlo et Motta, et celle de Cassano et de Marchisio qui montait.

L.Modric (2/5) : Slaven Bilic a tort et il le sait, Luka n’est pas du niveau de Pirlo. Le repositionnement à la pause l’a ranimé tant il ne savait comment réagir face au pressing italien en première période. Il a bien tenté quelques frappes mais ses passes ont été rarement créatrices. Quelques contrôles ratés, notamment deux de la main, illustrations de son malaise technique.

I.Rakitic (4/5) : man of the match ? Certes Mandzukic a marqué le seul but, mais Ivan a fait le match parfait. D’abord très bon sur son côté droit en délivrant de bons centres et en essayant de servir Modric, il a ensuite très bien appliqué la correction tactique de Bilic. Et envoyé un peu plus de rêve que contre l’Irlande. Encore trois ou quatre matches et il plante un doublé.

I.Perisic (2/5) : plus concerné par les tâches défensives qu’offensives, il s’est presque transformé en défenseur pour permettre à Strinic de monter. Un battant, mais un match tout de même anonyme. Remplacé par Pranjic à vingt minutes du terme qui a fait à peu près la même chose.

M.Mandzukic (4/5) : Super Mario n’est pas Allemand, mais bien Croate. Trois buts en deux matchs, un danger constant, un poids énorme sur la défense adverse. Il fait oublier tous les autres attaquants. D’abord excellent pour gêner Pirlo, il a oublié ensuite de rester collé au maestro, et son équipe a souffert. Remplacé par Niko Kranjcar, qui aura « joué » cinq minutes.

N.Jelavic (2/5) : un match difficile pour Nikica, bien pris au duel par Bonucci et Chiellini. Seul face à trois étant donné que Mandzukic redescendait pour gêner le milieu italien, il a gagné quelques ballons. Remplacé par Eduardo, qui foire un contre qui aurait pu apporter la victoire.

 

Pas d’entretien avec les frères Kovac aujourd’hui, Robert et Niko étant cachés dans les tribunes d’Espagne – Irlande, se préparant à casser la jambe d’Iniesta.

On se retrouve pour le match décisif face à la meilleure équipe de Handball du monde.

Prénomic Patronymic.

Le comité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.