Les Francis Van Nobel 2011 2ème édition

La Grande Cérémonie des Francis Van Nobel s’ouvre cette année, et nous ne nous y attendions vraiment pas, c’est pour ça qu’on ne vous a pas prévenus, pas fous non plus. La paranoïa grandissante de l’éditeur, ce bel homme au portefeuille si plat est aussi une bonne raison pour que rien ne filtre. Persuadé d’avoir été mis sur écoute par des espions de footmercato.net, intéressé par les informations novatrices de notre doux éditeur, il décida de ne rien nous communiquer du tout à nous non plus. Du précieux secret jalousement gardé par l’équipe de horsjeu (mâtin, quel site) découle cette deuxième soirée de remise des Francis Van Nobel, prix que les plus hautes sphères du football désirent, le comité en veut pour preuve le nombre inouï de perches tendues, et encore, gros membre numéro deux est attaché au radiateur. Oui, nous avons tenu contre vents odorants et marées anales pour tenir bon la barre et vous offrir cette soirée que tous nous envient. Vous avez été nombreux, mais on ne vous dira pas combien, à avoir voté pour cette deuxième édition et vous avez eu raison, surtout si vous avez eu l’infini bonté et la finesse à la fois d’avoir cliqué sur les pubs pour être biens certains que le site vivrait jusqu’au résultat de cette édition. Et vous y êtes donc parvenu, nos ficelles de caleçon. Oui, nous n’en avons qu’un.

Cette année, pour vous accompagner tout au long de cette édition, Francis ne sera malheureusement pas des nôtres. Il fait la gueule à l’éditeur et ne reviendra que lorsqu’il aura été payé, que voulez-vous, le succès monte à la tête de ce doux garçon. En lieu et place, le comité, l’éditeur, ce bel homme au regard en biais, et Rico Di Mecouille, voyant internationalement reconnu, seront à vos côtés pour commenter chacune des élections.

Trêve de paraphrases et d’oxymores, en direct du Balto, les gros membres, l’éditeur, et tous les services savent bien ce que vous attendez, les heureux élus… Aussi, nous déclarons ouverte la cérémonie des Francis van Nobel 2011 incroyablement seconde mais surtout sans doute dernière édition (en tous cas, on dira que c’est de la faute de RMC et de Daniel san Riolo qui promet à l’éditeur qu’il nous invitera bientôt pour en parler à l’antenne depuis déjà plus d’un an).

Pour rappel, vous trouverez la liste des nominés et leurs oeuvres juste ici.


Le Francis Van Nobel du Stade Oral

Le Francis Van Nobel du Stade Oral récompense les plus belles déclarations (footballistiques) de l’année. Celles qui à la fois marquent et illustrent leurs époques respectives comme le « Merde » de Cambronne, le « Je suis tombé par terre » de Gavroche, le « Je souhaite la victoire de l’Allemagne » de Pierre Laval ou encore le fameux « attention, ne laisse pas tes doigts sur la porte, tu risques de te faire pincer très fort » du petit lapin, mais de manière footballistique. Oui, c’est à peu de choses près la même introduction que l’an dernier.

« Je suis en priorité footballeur, mais j’aimerais bien pouvoir discuter avec Bernard Thibault, le leader de la CGT. À la base, j’ai la chance d’être intelligent. Je peux reprendre mes études après ma carrière, pour, pourquoi pas, me lancer en politique. »
Troisième de ce podium, Stéphane M’Bia, qui grâce à son intelligence et à sa modestie a su conquérir vos âmes de syndicalistes et vos cœurs de méritocrates.

«Monsieur Gillot, arrêtez d’insulter vos joueurs s’il vous plait. »
Deuxième de ce podium, Sébastien Moreira a su montrer que la voie de la politesse et du respect pouvait être validée par plus de 18% des votants, même lorsqu’elle est incarnée par un anonyme qui occupe une fonction ingrate.

Et Le Francis Van Nobel du Stade Oral est donc…

 

Le Francis Van Nobel du stade Anal(ytique)

Le Francis Van Nobel du stade Anal(ytique) met en valeur les plus brillantes théories des plus grands penseurs de notre temps et le caractère incommensurablement révolutionnaire de leurs découvertes. Alors, oui, là, on ne s’est pas fait chier du tout, on a repris exactement la même intro. On trouvait qu’elle était pas mal comme ça.

« Dans l’élaboration du jeu, l’OM n’a rien à voir avec le Barça. »
Troisième de ce podium, Franck Sauzée et son sens de l’observation chirurgicale vous a épatés.

« Il y a un gouvernement mondial qui est en train de se mettre en place. C’est la réalité. La bible en parle. Les médias sont très forts et préparent les gens à accepter une certaine pensée. On se prépare à un nouvel ordre mondial. Dans quelques années, un homme va sortir de nulle part et va gérer différentes nations. Les gens influents le savent depuis très longtemps. »
Deuxième de ce podium, Oscar Ewolo s’est démarqué par son savoir, ses références et ses arguments. Vous ne pourrez pas dire qu’il ne vous a prévenus.

Le Francis Van Nobel du stade anal(ytique) est donc …

 

Francis Van Nobel de la recherche

Le Francis Van Nobel de la recherche souligne le travail si difficile de ces hommes et de ces femmes qui, avec si peu de moyens, ont cette volonté farouche de faire évoluer le football à travers des aspects tactiques, physiologiques, et même sans aspects du tout. Un travail de l’ombre au quotidien que ce prix espère souligner et ce, afin de faire progresser l’humanité. Et le constat est d’ailleurs toujours aussi juste que nous n’avons ajouté que cette phrase à l’intro de l’année dernière.

« Est-ce que Sochaux est une ville agréable quand on est jeune ? »
Deuxième dauphine de ces FVN, football365.fr, qui grâce à cette interview de Cédric Bakambu et sa persévérance est sur le point de découvrir les lieux alternatifs, branchés et jeunes de Sochaux.

« Franchement dans l’Equipe d’Angleterre, à part Walcott, y a qui qui est titulaire dans un grand club ? »
Première dauphine donc de ces FVN, Louisse Fernandez, dernier sélectionneur israëlien et toujours à la pointe de l’actualité. Dommage qu’on annonce Redknapp comme remplaçant de Capello. L’Angleterre se prive en tous cas d’un sacré découvreur de talents.

Le Francis Van Nobel de la recherche est donc …

 

Le Francis Van Nobel de littérature

Le Francis Van Nobel de littérature met en avant les grands esprits de la prose en langue française et qui savent véhiculer à travers la plèbe comme l’étranger l’humour, la générosité et l’érudition à la française. Là aussi, on a repris exactement la même intro que l’an dernier, mais c’est surtout parce qu’on avait pas réussi à trouver plus d’inspiration dans les canettes de 8.6 à 1€30.

« Messi vient d’une autre galaxie, c’est un Martien ! »
Troisième de ce podium, Christian Jeanpierre vous a emmenés au-delà de la voie lactée par la force de sa voix demi-écrémée, pour finalement donc s’écraser sur la plus petite des marches. Le micro de plomb pouvait pourtant viser plus haut, et un peu plus sur la gauche, genre vers Uranus pour atteindre le sommet galactique.

«Direction l’autrich (Pr lé gen ki comprène pa lécritur texto lizé pa au lieu douvrir vo féss) Jpass le salam a tt les otre vré parizi1 »
Deuxième de ce podium, Mamadou Sakho vous a enrichis de son parfait bilinguisme, de son sens de la logique des plus aboutis, et bien sûr de ses connaissances analtomiques.

Le Francis Van Nobel de littérature est donc…

 

Le Francis Van Nobel de didactique comparative appliquée

Le Francis Van Nobel de didactique comparative appliquée s’adresse aux esprits rêveurs, parfois lunaires mais avant tout poètes pour qui l’exemple d’un geste technique ou d’une personne particulière permet tous les rapprochements possibles et même les plus inimaginables. Ce prix leur rend un vibrant hommage tel le renard s’adressant au pot de lait contre le pot de terre qui suit le nuage rouge. Pourquoi rouge ? Parce que le comité n’a jamais vu de nuage mauve, jaune, rose ou pourpre.

« Tout juste âgé de 18 ans, Pogba pourrait même, selon de nombreux observateurs, intégrer le groupe professionnel Mancunien dès la saison prochaine. Et celui que l’on appelle déjà « le nouveau Vieira » ou le « Giresse blanc » pourrait faire du bruit… »
Deuxième dauphine, tf1.fr a rassemblé tous les électeurs daltoniens, et de manière plus classique, les nombreux amateurs de neuf avec l’ancien, ce qui n’est en rien une apologie du NPDC.

« Tout le monde trouve injuste qu’une équipe qui ne mérite pas obligatoirement soit de suite cataloguée joueuse et offensive, et à l’inverse, comme nous, on garde cette étiquette (défensive), comme à une époque, malheureusement, les juifs avaient leur croix (sic) sur le manteau aussi ».
Première dauphine, notre archi-favori-à-chier, Alain Casanova n’a pas pu briller autant que l’étoile qui semblait guider sa destinée. Il n’a pas été élu par le peuple, c’est comme ça.

Le Francis Van Nobel de didactique comparative appliquée est donc …

 

Le Francis Van Nobel du gras titre

Le Francis Van Nobel du gras titre est, vous l’aurez aisément compris, celui qui souligne l’inventivité au service de la presse, l’accroche et la subtilité pour pousser le gentil lecteur à s’éprendre d’un feuillet, le soulever, et parfois le lire. Cette récompense est évidemment pour la profession, la plus valeureuse en ces temps difficiles pour la presse écrite. Cette intro-là, on ne l’a même pas relue, parce qu’on est vraiment pressé d’aller célébrer tout ça au pub.

« Une équipe française gagnant la L1 ? Benitez y croit un peu »
Deuxième dauphine de cette élection, Foot01.com, qui en profite pour décrocher le titre honorifique de titre-rectificatif de l’année, ce qui fait beaucoup trop de titres d’ailleurs.

« Un ASSE-OL très ouvert »
Thomas Pitrel, sofoot.com, qui décroche le titre honorifique de titre anal de l’année.

Le Francis Van Nobel du gras titre est donc …





C’est sur ce formidable résultat que cette ô combien émouvante cérémonie peut être à présent clôturée mais ne soyons pas triste de laisser les Francis Van Nobel 2011, 2021 parait certes inaccessible à vos gros membres et aux mayas, mais le cru se révèle déjà inventif et efficace, espérons que nous soyons encore pour se faire des bises anales l’hiver prochain.

Si vous souhaitez vous remémorer les meilleurs passages de nos amis concurrents, les Best Of sont bien sûr disponibles sur le site. Par exemple ici ou là. La barre de recherche du site est votre ami.

Si vous voulez que ce site demeure, rendez-vous ici. Oui ouante iou for supporting ze gros membres.

La bise anale à tous et à l’an prochain, si tout va bien.

Le comité

27 Comments

  1. Superbe mise en page pour cacher l’annonce des vainqueurs!
    C’est l’année de la consécration pour Maazou, Dujardin peut aller se rhabiller.

  2. Bravo aux gagnants pleins de mérites, la concurrence était rude, la soirée pleine d’émotion, un apéro pleins de saucisses et mon calbut plein de taches…une bien belle soirée!

  3. N’en déplaise à nos grands penseurs anaux, aux ronds de cuir hémorroïdaires, il n’y a que de beaux vainqueurs. Et Diarra ne mérite rien.

  4. Je tiens à féliciter l’auteur du live de 20minutes, c’est vraiment un grand moment de spontanéité et de fraicheur, prop’ et net !

    et je ne dis pas ça pour faire de la lèche à l’Editeur (quel bel homme !)

    Bon sinon une grande édition, je risque d’être déçu de l’élection de miss camping cet été, ce sera forcément moins rigolanal…

  5. Tous mes chouchous n’ont pas gagné (et pire, le « Kill you all » de mon chouchou absolu n’a mêm pas atteint les finales – ce qui, rétrospectivement, au vu de la performance du club et du fait que l’on n’entendra plus le bonhomme, est fort dommage) mais c’étai quand même une belle édition.

    Merci de l’avoir organisée, messieurs. Et bonne dernière année, futurs chômeurs.

  6. Non mais quelle surprise pour le Francis Van Nobel de didactique comparative appliquée quand meme.
    Bravo pour cette 2e edition!

  7. si avec vos connerie je fini en peugeot et avec une friteuse seb ca vas chier

  8. Ah mais c’est très bon, bravo à nous. Un palmarès bien anal qui sent bon du fion (ou pas, mais c’est ce que nous aimons non?).

    Bon sinon, déjà un p’tit challenger pour un Van Nobel du stade oral l’an prochain:

    Lors du dernier City- Everton, un gars s’est menotté à un poteau de but (je sais pas pourquoi) non sans avoir balancé les clefs je ne sais où. Il aura fallu dix minutes d’interruption de match pour le libérer et le virer de là. Suite à cet incident, un certain Yakubu (ex-attaquant nigérian des Toffees ?) a déclaré « Au Nigeria, on aurait pas attendu si longtemps, on lui aurait coupé les mains tout de suite »

    Bon ben, elle commence bien cette année 2012, ils sont cons ces mayas…

  9. * Ou Everton- City

    Ah et je suis un peu déçu pour Vissink, Blyssink.., enfin pour le belge qui nous a sorti « on s’est pris les couilles à deux mains, on s’est fait plaisir ». Ça méritais bien un p’tit podium (et c’est pas faute d’avoir voté plusieurs fois, on peut encore ?).

  10. Bon j’avais tout bien voté au début et après ça a de nouveau dérapé. Je suis vachement déçu de la surcote dont bénéficie Mbia alors que Casanova méritait trois fois plus le titre. J’ai vraiment l’impression qu’on néglige volontairement les petits clubs aisément reconnaissables à la petite croix qu’ils portent sur le revers de la blouse. En fait depuis Jospin 2002 tous mes favoris se cassent la gueule. Moi la démocratie finalement ça me gonfle.

  11. Bah, Intouchables n’a aucun prix ? Polisse non plus ? et The Artist alors, bande de crétins ?

    Encore une élection réservée à la haute anale germanopratine !!!

  12. Pour la forme:

    « une capture d’écran où n’apparait pas les autres onglets ouverts, sinon c’est compromettant »

    Qui est-ce qui n’apparait pas ?
    « Les autres onglets ».
    C’est donc le sujet et ca devrait être:
    « où n’apparaissent pas »

  13. Merci Monsieur Bescherelle, et merci au comité pour avoir fait le tour de l’anal de 2011.
    La bifle.

  14. Aaaaaaaaaah superbes Francis Van Nobel !

    Bon j’ai pas le quinté dans l’ordre, à peine un tiercé. Patron M’Bia rentre dans l’histoire, les stagiaires branleurs sont récompensés… Horsjeu c’est la vision de la société avec 69 ans d’avance.

  15. Pour moi, la grande injustice de voir Alou Diarra échapper aux distinctions pour sa saisons non moins distinguable, enfin, au moins autant (distinguable – suivez nom de dieux) qu’un type en short et maillot qui marche pendant 90, voire 120 minutes sous l’œil expert des caméras, c’est qu’il y avait un travail de rapprochement à faire… L’union faisait la force, et

    Stade oral : On peut dire que j’ai fait une mauvaise saison, mais c’est avant tout collectif. Comme vous l’avez bien résumé : c’est de ma faute des autres…

    Stade Anal : Il a demandé quelque chose à la défense, elle ne l’a pas fait, il n’a qu’à s’expliquer avec elle. Pour le coup, ils ont fait une mauvaise défense, mais c’est avant tout personnel puisque ce n’est pas moi…

    Séparément, elles ne sont pas mal, en revanche, ensemble, elle peuvent détroner un Maazou footballeur professionnel qui explique ses mauvaises performances par le fait qu’il faille jouer au foot, et oui, c’est ton boulot mon gars… D’ailleurs, tout le monde s’en est bien aperçu que c’était dur pour lui à la fois de jouer au football, et d’avoir un état d »esprit suffisement sain pour faire un sport co puisque’il a été élu haut la moin ballon de plomb…

    Alors oui Maazoou, c’est une redite, alors oui Alou Diarra méritait bien un petit quelque chose, mais soit il fallait truquer les votes directement, soit il fallait truquer les catégories et créer une catégorie threesome pour mettre plus en valeur la sublime saison d’Alou, niveau postillonage dans un micro s’entend…

  16. Quelle déception pour Alou Diarra. C’est collectivement une année de merde ou bien une année de merde collective, je ne sais plus.

  17. Pourquoi ça va finir ? Moi je veux pas que ça va finir le site… ;)

    S’il vous plait, faites quelque chose. C’est le meilleur blog de foot (dans son concept) et mon encyclopédie à couillonades journalières.

    Hors-jeu.net légion d’honneur ! Hors-jeu.net légion d’honneur !(Applaudissements)

  18. De beaux vainqueurs. J’ai trop peur de ne plus avoir de van Nobel l’an prochain, je m’abonne bientôt.
    (… c’était ça votre intention depuis le début, salopes manipulatrices, hein?)

  19. Merci pour ces FVN11.
    Je rejoins l’avis de bcp sur Alou Diarra, ce génie du collectif, cet apôtre de l’humilité et avant tout grande légende de ce sport anal. Je pense qu’au moins titre, ne serait-ce que « d’honneur », était mérité, aussi bien footballistiquement qu’analement parlant.

    des bises et des bières

  20. Une bien belle édition.

    Par contre, je ne me souviens plus pour qui j’avais voté.

  21. Sublime. Le palmarès a quand même franchement de la gueule, même s’il manque d’un BHL. Il faut toujours un BHL quelque part.

    Enfin ce qui est quand même scandaleux c’est que les académiciens ne soient pas conviés à la remise des prix, pour en costume 3 pièces prendre place dans l’immense auditorium du Balto avec des coupes de champagnes délivrés par des hôtesses affriolantes. Non mais c’est vrai quoi, nos abos, ils servent à quoi ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.