à la limite du footballistiquement correct Twitter facebook
 
Un autre football est possible

Horsjeu est fier de faire partie d'Alterfoot, le portail alternatif.

 




 

There is only one Jean-Wii

Lundi 8 juillet 2013

La conférence de presse du début de saison au Haillan – 4 juillet 2013.

Disponible ici.

 

girondins.com : Bonjour Président ! Le marché des transferts est-il très calme ?

Jean-Louis Triaud : Je ne peux pas dire que c’est très calme.

The Spooner : Il n’y a donc rien.

 

Il existe des contacts plus ou moins avancés.

TS : Il n’y a donc rien.

 

Maintenant, j’ai l’impression qu’il y a plus d’agents que de joueurs en activité (rire).

TS : Il n’y a donc rien.

Nous recevons de nombreux coup de téléphone ubuesques.

TS : Il n’y a donc rien.

 

Dans le tas, il y a tout de même quelques prises de contacts qui méritent d’être étudiées.

TS : Il n’y a donc rien.

 

Mais au stade où nous en sommes, aujourd’hui, nous n’avons rien à annoncer.

TS : Là c’est juste l’échauffement, le mec à la première question, il sort 6 expressions valises qui disent la même chose. Et comme une conférence de presse de reprise, la principale information c’est de savoir quelle sera l’équipe, on peut dire qu’on n’apprendra pas grand chose.

 

girondins.com : Nous évoquions tout à l’heure des contacts intéressants avec d’autres clubs. Lamine Sané en fait-il partie ?

Jean-Louis Triaud : Un club anglais s’intéressait à lui depuis un certain temps. Mais curieusement depuis la fin de la saison, nous n’avons plus aucun contact.

TS : Admiration et respect pour le mec qui ne cite pas le club mais surtout parce qu’il ne lui serait pas venu à l’esprit de relancer les discussions.

 

D’autres club le visent. En ce qui concerne le championnat anglais, c’est un comportement classique.

 TS : J’aurais ajouté « de petits cons ».

 

 Il n’y a jamais d’urgence chez eux.

TS : A Bordeaux non plus visiblement.

 

Donc il est encore un peu trop tôt dans la saison. Nous nous sommes à l’écoute.

TS : Ecoute la voix du Mellow :

« Gardez l’écoute, coûte que coûte,
quoi qu’il en coûte, j’ai choisi ma route.
Le mélomane est sur la gamme et ne joue pas à l’amstram gram.
Si tu te goures, tu te rétames
et si tu te plais, on t’acclame et te réclame.
La vie est ainsi faite, matches nuls, victoires et défaites.
Ne pas rester sur la touche, éviter les business louches
car comme on fait son lit, on se couche. »

 

Mais nous ne cherchons pas non plus à forcer les choses.

TS : Ah non surtout ne pas forcer les choses, il ne manquerait plus de devenir volontariste pour construire une belle équipe. Attendez qu’il ne reste plus que Jérémy Morel sur le marché, on va se marrer.

 

girondins.com : Attendez-vous de vendre avant d’engager de nouvelle recrue ?

Jean-Louis Triaud : Le coach m’a fait une analyse de la saison passée. Nous étions vraiment faibles en nombre dans l’axe. Nous avons donc décidé prioritairement de nous renforcer dans ce secteur. Pour le reste, sur certains postes, nous sommes plutôt riches en nombre. Notre effectif me parait intéressant. Nous avons des joueurs en progression. Certains ont démarré la saison passée sur la pointe des pieds. Ils se sont affirmés peu à peu au fur et à mesure de l’année. Nous ne sommes donc pas forcément à la recherche de renforts. Nous disposons de 28 professionnels dans le groupe. Nous possédons un effectif suffisant pour préparer toutes les compétitions en perspective.

 

girondins.com : Existe-il un impératif économique pour la vente des joueurs ?

Jean-Louis Triaud : Cela dépend des postes. Sur certains postes nous avons beaucoup de joueurs. S’il y a un départ à ces positions-là, nous ne serons pas obligés de nous renforcer. Aujourd’hui, si nous avons des départs, il faut savoir dans quelles conditions ils se feront. Je ne crois pas que nous possédons des joueurs à 50 millions dans l’effectif (rire). Tout cela reste à voir. Mais sachez que nous redémarrons dans la sérénité et sans angoisse, ni inquiétude. Nous sommes plutôt confiants. Notre groupe est en progression. Les joueurs se connaissent de mieux en mieux. Finalement, si nous faisons le bilan de la saison passée, nous avons pu jouer une 7ème place. Nous aurions pu espérer d’avantage de réussite. Nous n’avons pas perdu plus de matches que Lyon et Marseille. Nous avons trop fait de matchs nuls, notamment dans les derniers instants des rencontres. Il a fallu de peu de chose pour que nous fassions un peu mieux. Avec l’expérience et les révélations de fin de saison, il n’y a pas de quoi s’inquiéter.

TS : Vous avez sans doute remarqué l’acharnement de girondins.com à vouloir une information : MAIS QUI ON VA VENDRE ??? Et Triaud de réussir l’exploit de répéter plus ou moins deux fois la même chose, il faut être rassurant : on a une équipe, ça oui mais c’est celle de l’an dernier Jean-Louis, on a des jeunes qui vont être intégrés au groupe pro, mais surtout nos joueurs n’intéressent personne même à des prix très attractifs.

 

girondins.com : Il y a beaucoup de joueurs de l’effectif en fin de contrat en 2014. Avez-vous des discussions avec certains d’entre eux pour une prolongation aux Girondins?

Jean-Louis Triaud : Je n’ai pas tous les noms en tête mais oui, nous discutons.

TS : « Francis, passe-moi le trombi, je ne sais plus lequel c’est, le jeune, là celui qui court comme une gazelle, oui le noir là, enfin il y a quelques uns et comme je suis bourré la moitié du temps, je ne me rappelle pas les noms. » On apprend donc que les quotas de Laurent Blanc vient de son passage à Bordeaux.

 

Je peux vous citer Henri Saivet et Grégory Sertic avec qui nous sommes en discussion avancée, Poko également. Evidemment, nous misons sur ces joueurs. Ils sont l’avenir des Girondins de Bordeaux.

TS : Sportif ou financier, c’est ce que nous ne saurons pas.

 

girondins.com : Cédric Carrasso s’interrogeait dans la saison sur ses envies de continuer avec Bordeaux. Avez-vous eu des nouvelles de sa part ?

Jean-Louis Triaud : Cédric, je ne sais même plus qui est son agent ! (rires)

TS : Le running gag sur les agents c’est le LOL garanti. Et c’est une preuve irréfutable du professionnalisme sans pli du Président.
Depuis que nous nous sommes serrés la main après la finale, je n’ai pas eu de nouvelles.

TS : As-tu vérifié dans les hôpitaux ?? Les morgues ?? Les Mc-Do ??

 

Il doit donc se sentir bien chez nous. Et cela pour notre plus grand plaisir. C’est un garçon qui est un cadre de notre effectif.

TS : Les cadres, ce sont les gars dont tu connais les noms mais tu ne sais pas où ils sont. Les non-cadres, ce sont des jeunes dont tu ne connais pas le nom mais qui sont enfermés dans la cave.

 

girondins.com : Et qu’en est-il des autres velléités de départ comme celles de Ludovic Obraniak, Jaroslav Plasil et Benoît Trémoulinas ?

Jean-Louis Triaud : Pour le cas Trémoulinas, nous en avons discuté avec lui. Il pense à juste titre qu’il serait bon pour lui de découvrir un nouveau club.

TS : Il faut comprendre : on s’est engueulé, il veut partir, je veux qu’il parte. Mais personne n’est venu le chercher. Putain de garde partagée.

 

S’il trouve un projet intéressant, pour lui comme pour le club de Bordeaux, nous l’étudierons ensemble. Mais il a aussi expliqué que s’il ne trouve pas de projet non satisfaisant pour tous les parties, il prolongerait pour ne pas partir libre.

TS : L’emploi de la double négation est un piège chaque fois jouissif. Toute personne non agrégée en lettres classiques fait le contre sens, un peu comme l’expression « faire long feu », mais je m’égare. Le monde sait que la loyauté des footballeurs n’a d’égal que la volatilité des marchés financiers, c’est ce qui fait mal au Président. La dernière phrase est belle et mérite de s’y attarder : Triaud est en train de dire que si Trémoulinas ne trouve pas de club cette année, première déception pour l’ensemble des acteurs alors que le divorce est consommé, le mec assure que pour l’an prochain il va se rajouter des barrières financières par lui-même et contre lui-même pour partir. Je ne sais pas si cet accord a été fait sous la menace physique ou la torture, mais il faut être sacrément optimiste pour y croire.

 

Cela nous convient. Pour Ludovic Obraniak, je n’ai pas eu de nouvelles.

TS : Triaud devrait quand même penser au bracelet électronique. Il faut essayer de reporter cette situation dans une autre cadre, une autre entreprise. Vous le voyez votre patron dire qu’il n’a pas de nouvelles de la moitié des salariés de sa boîte et qu’il ne connaît pas les noms de l’autre moitié ? Non. Triaud, lui, il le peut, il le dit, il assume.
Et pour Jaroslav Plasil, nous avons été questionnés. Il n’y a aucune pression. Nous ne poussons personne vers la sortie. S’il y a des opportunités nous verrons, mais nous sommes satisfaits de l’effectif actuel.

TS : Pas de souci Jean-Louis, il a l’air sympa ton kibboutz.

 

girondins.com : Concernant le cas Jussiê…

Jean-Louis Triaud : (Il coupe) Oui, c’est le même débat.

 TS : No soucy man. Je suis sûr que les dreads iraient bien à Triaud. Il a même déjà l’odeur de renfermé.

 

girondins.com : Il ne semblait plus vouloir jouer avec l’équipe en Janvier…

ean-Louis Triaud : Peut-être que son passage à l’étranger lui fait trouver l’herbe du Haillan plus verte qu’à son départ.

TS :  « Et sinon je le renvoie dans une mine de sel faire un stage ». Fin de l’entretien, que faut-il retenir : plus que le fond, la forme décontractée de l’entretien et les réponses simples et funky du Président montrent la confiance dans l’équipe et annoncent une saison fantastique du côté du Haillan. Avec quels joueurs ? Personne ne le sait, mais personne n’est pressé, et personne n’a d’information. Donc là c’était Rolland Garros, en ce moment c’est le Tour de France, on attend la fin de tout ça, on part en vacances et on se voit en octobre pour bien préparer le début de saison et être au point pour les huîtres de Noël. Sur ce, messieurs, c’est l’heure de l’apéro, Triaud ne peut pas rater Motus.

 

 
Vos commentaires (vous pouvez créer votre gravatar en cliquant ici)
  • Willy Pagnol dit :

    Le titre de cet article n’aurait-il pas été choisi uniquement pour que tous les lecteurs admiratifs commentent par un « There is only one Spooner »?

  • Bart Van den Van Krrr dit :

    C’est folklo l’ambiance au Haillan

  • Alberto Celadèche dit :

    Quand t’es supporter des girondins et que tu vois Jean Wii ressortir à tour de bras « on a un très bon groupe, pas besoin de renforts » tous les ans, t’as juste envie de lui enfiler ses bouteilles de Bordeaux dans le cul, et pas par le goulot

  • MLDB dit :

    Ces explications de texte sont toujours un plaisir. Merci a The Spooner!

  • waynedt12 dit :

    Faut dire que le Triaud fait ça bénévolement, au moins on en a pour notre argent

  • Alain Pafleloup dit :

    Que cest bon! Triaud est président pour passer le temps, les résultats importent peu, les risques sont trop prises de tete! Jimagine que tous les joueurs aimeraient tous avoir un président aussi passionné!

Laissez un commentaire