West Ham – Manchester United (2-2) : La Raide et Vile Academy livre ses notes

Avant-Match :

La Budweiser Cup. N’as-tu pas honte oh toi l’Angleterre ? Non mais sérieusement ? Budweiser ?!! Alors que tu es supposé être l’un des modèles, un pays qui s’y connaît quand il s’agit de descendre des bidons houblonnées, tu n’as pas trouvé mieux que de t’associer avec cette, cette… saloperie ricaine qui ne trompe que les rednecks du Tennessee ou du Texas ?

Le sponsoring est un fléau. Et me conforte un peu plus dans mon amour des brasseurs belges. Pardon Kilkenny (oui je sais c’est irlandais mais c’est pareil).

Sinon pour en revenir au football, au vrai, on retrouve nos Red Devils, après une période de fêtes plutôt bien négociée, pour un déplacement à West Ham en ce troisième jour de cup. On s’attend à du turn-over de part et d’autre, absence de vacance et changement de compétition oblige. N’empêche que pour une entrée en matière, on a vu mieux comme tirage, surtout à l’extérieur. On pouvait pas tirer un club de D4 histoire de digérer tranquillement le rush de décembre et rigoler un peu ?

 

La Composition Infernale.

Toi aussi, invente ta composition en fonction des joueurs alignés par Sir Alex. Et gagne peut-être le droit d’être crédible, même si c’est pas gagné. Ah, ça, le turn over proposé par l’ancien a causé quelques sueurs froides aux chaînes de télévision et autres sites en tout genre. Quelques exemples au vol :

 

ESPN

Haha, la sapin de noël ancelottien. Habile Sir Alex.

Cace-dé-di Francis Gillot.

Cace-dé-di Francis Gillot.

 

-Michel, ils jouent comment United ? - En 4-4-2, alors démerde toi, fais en un. - Oui mais les joueurs ? - On s'en cogne, tente un truc.

-Michel, ils jouent comment United ?
– En 4-4-2, alors démerde toi, fais en un.
– Oui mais les joueurs ?
– On s’en cogne, tente un truc.

Je vais tenter ma chance aussi. J’ai plus vu un truc de ce genre, avec un Rafael qui a eu tendance à s’écarter sur la droite, déformation professionnelle oblige. Mais quand même  :

Cup West Ham - Man U 050113

 

Le banc : Lindegaard / Ferdinand / Giggs / Valencia / Young / van Persie / Machincheda

 

 

Le match pas du tout en live différé, mais plutôt résumé, faute de temps :

 

Oui encore une fois, pas de live différé, par manque de temps, pourtant je passe du temps sur les acads même en vacances, je te jure, regarde :

luke canap

On reviendra à la normale le weekend prochain, promis. Enfin peut-être. Oh et puis je fais ce que je veux.

La première mi-temps fût prometteuse… Pendant le premier quart d’heure. West Ham, tellement remanié qu’il en alignait Alou Diarra, se contentait de serrer les fesses alors que Manchester attaquait tambour battant, Hernandez manquant même le but d’un poil de chaussure après une passe sans contrôle de Smalling servi dans le dos de la défense par Scholes (8e). Le jeu était fluide et Kagawa, Cleverley et Rafael offraient des solutions en permanence, malgré un bloc ultra resseré côté jambon. On se mord encore les doigts d’un hors-jeu de Chicharito centreur venant invalider un but de Welbeck (!) après une superbe session à une touche de balle initiée par Rafael (15′).

En face, West Ham, a la peine se contentait d’un simili kick and rush, cherchant à trouver Carlton Cole dans les airs, les défenseurs mancuniens étant chaussés avec du plomb. Alou Diarra passera même tout près de l’ouverture du score sur corner (12′). Fort heureusement, Scholes détournera sur la ligne, évitant la honte internatianale pour Sir Alex et les Rouges Diables. Des Red Devils qui finiront par ouvrir le score sur une nouvelle attaque rapide menée par Rafaël et Hernandez faisant voler en éclat la défense hammer. Le Mexicain une fois seul dans le dos de la défense n’avait plus qu’à changer d’aile pour servir Cleverley déboulant à 1000 à l’heure dans la surface pour ajuster Jaaskelainen sans trembler (23e). 0-1

Las, les Mancuniens ne profiteront pas longtemps de leur avantage : Servi à l’entrée de la surface, Joe Cole profite d’un marquage lâche de Paul Scholes pour adresser un centre qui trouve la tête de John Collins monté aux avants-postes. Le ballon est catapulté dans les filets sans que De Gea ne puisse y faire grand chose. 1-1 et l’air bien con. Joe Cole putain.

West Ham continuera sa poussée, United laissera passer l’orage procédant en contre et parfois fort bien d’ailleurs. Kagawa offrira à Welbeck la course de sa vie, sur un côté gauche que l’anglais ravagera, mais par excès de gourmandise, le bon Danny préférera tirer sur le portier adverse, plutôt que de servir un Hernandez esseulé dans la surface (38e).

La seconde période démarrera nettement moins bien pour les Rouges, qui feront face à une équipe londonniene autrement plus entreprenante et toujours au-dessus physiquement. La technique est toujours la même, chercher Carlton Cole en pivot, ou de la tête dans la surface et voir ce qu’il se passe. Il s’en faudra d’un rien pour que l’attaquant ne trouve l’ouverture d’ailleurs, une tête décroisée à la 57eme permettant à De Gea de montrer à quel point c’est un monstre tant qu’on lui demande de rester sur sa ligne.

Malheureusement c’était reculer pour mieux sauter. A l’heure de jeu, United réalise l’exploit d’encaisser une copie conforme du premier but. Centre de Joe Cole, tête de Phil Collins et but, sans que personne ne vienne les gêner, 2-1. Joe Cole bordel. JOE COLE!

C’en est trop pour Sir Alex qui voyant les siens à la peine, décidera de lancer Valencia et van Persie dans le bain, alors qu’on imagine qu’il avait prévu de les garder au chaud sur le banc. Mais c’était là la seule solution possible pour le coach mancunien, Magneto en tribune se refusant à intervenir :

 Magneto

C’est à peine mieux. Certes West Ham a reculé, mais les occasions ne sont pas là, exceptée une tête de Welbeck qui file juste au dessus après un centre de Büttner qui se signale enfin sur le terrain. Coup de poker nostalgique, Ferguson lance Giggs à la place de Smalling (78e), tandis que Joe Cole sort sous les vivas de la foule. Monde de merde.

En 4-4-2, c’est mieux. On commence à revoir de vrais dédoublements, de l’allant offensif, sans toutefois s’offrir de bonnes situation pour le dernier geste. Et encore… West Ham n’oublie pas de se montrer dangereux en contre et c’est encore une fois un super De Gea qui sauvera les siens avec une sortie kamikaze dans les pieds de Carlton Cole servi devant les six mètres (87e).
Il faudra donc s’en remettre à la formule magique de United : Fergie Time + van Persie. Servi par Giggs sur une transversale magistrale, RvP contrôle de façon non moins parfaite, dépose Tomkins et s’en va tranquillement battre Jaaskelainen, 2-2 (90+1′).

Une bonne nouvelle qui en amène une mauvaise : Il y aura « rematch » le 16 janvier. Putain.

Ah et les images sont ici.

 

Les Diables :

De Gea (4/5) : Sans défense, ses arrêts, c’est encore plus quelque chose.

Büttner (1/5) : N’a jamais franchement pris son couloir, à souffert face à Guy Demel… Ca vous suffit où j’en rejoute une couche ?

Evans (2/5) : Sir Alex avait lancé avant le match, « Evans est l’avenir de United » et ivre, j’ai volontiers accepté cela, me sentant galvanisé par les paroles du vieux sage. Après tout, Jonny sans être spectaculaire a progressé doucement, mais sûrement, alors qui sait ? Mais après le match de ce soir où il n’a rien montré, on se dit surtout, vivement qu’il ait 30 ans.

Vidic (1/5) : Mon coeur de glace saigne. L’avoir vu se faire bouffer par Carlton Cole comme ça tout le long du match… Il va falloir un putain de miracle pour retrouver le vrai Nemanja.

Smalling (2/5) : Oui il a bien débuté. Volontaire, présent couloir droit et surtout étant le seul qui a semblé capable de répondre dans les duels physiques face aux Hammers. Et puis West Ham a égalisé, Chris s’est replié en position foetale, se demandant « a quoi bon ?« .

Scholes (2/5) : Comme Chris, une bonne première demie-heure, avec de jolies ouvertures, avant disparition des radars, comme un symbole de pré-retraite. Nous sauve quand même d’un but humiliant de Diarra, merci quand même.

Cleverley (4/5) : Dans le tempo. Impecable. Les passes sont justes, intelligentes, toujours tournées vers l’avant et son jeu défensif se fait la bave aux lèvres. Reste cette barrière psychologique qui veut que chacune de ses frappes en dehors de la surface finisse dans la Manche.

Rafael (3/5) : Pas envie de l’accabler étant donné sa position sur le terrain assez inédite. Il avait beau un peu trop pencher à droite, il a souvent servi à dynamiser le jeu, jouant souvent juste et à une touche de balle. Malgré le fait qu’il se soit éteint progressivement, on ne peut pas parler de mauvais match.

Kagawa (3/5) : Pas facile de trouver sa place avec une équipe largement remaniée autour de lui. Il faudra attendre la reprise du championnat pour se faire une vraie idée de son impact. Ce soir, il était bon, mais souvent très discret, ce qui est à double tranchant. Il peut sortir de sa boîte d’un coup pour  renverser la défense adverse, mais il peu aussi être totalement oublié par les siens (pas Micheal).

Welbeck (2/5) : Aurait-il tout simplement besoin de lentilles de contact ? Quand j’entends les mecs de Bein parler d’excellent match, je frôle l’arrêt cardiaque. Oui Danny a de l’envie, oui, sa puissance physique fait du bien devant, mais quand il s’agit de faire le dernier geste y a plus personne. Devait être particulièrement mauvais à l’école pour les QCM.

Hernandez (3/5) : Même s’il n’a pas marqué, il n’a pas grand chose à se reprocher. Son envie était palpable, il est ressorti, le maillot couleur petit pois à force d’aller au combat, mais son physique aux antipodes du luchador ne lui a pas permis de s’imposer. Reste son intelligence de jeu qui lui a permis de servir Cleverley pour le premier but.

Les suppôts de Satan :

Valencia pour Scholes, 68eme, (NN) : A amené l’élan offensif attendu, à une exception près : la précision. Mais on commence à avoir l’habitude.

van Persie pour Hernandez, 68eme (NN) : A force de le voir nous sauver la mise, j’ai fini moi aussi à entonner ce vilain chant à sa gloire sur l’air du Seven Nation Army.

Giggs pour Smalling, 79eme (NN) : DAT pass. Merci Ryan.

 

Bonus : 

 

Nos régions ont du talent : Caen.

Inferanal Kisses,

Luke Seafer

Si tu veux que Horsjeu.net survive, que tes académiciens préférés puissent être fournis régulièrement en jeunes vierges et en litres de Bloody Mary jusqu’à plus soif, par l’Editeur, ce bel homme, alors tu peux faire un geste en versant une maigre contribution financière mensuelle (Satan te le rendra) ou même un don unique qui n’engage à rien. Clique ici.

Sinon, Luke Seafer est aussi sur Facebook (mais pas Wayne) et il veut des amis, plein, parce qu’il était toujours tout seul dans la cour de récré et personne ne venait lui parler. Peut-être à cause de la chauve-souris sur son épaule, de ses briques de sang pour le goûter… On ne sait pas trop. Mais viens lui faire coucou, ça lui fera plaisir. Et si tu veux faire encore plus, tu peux aussi devenir fan de la Raide et Vile Academy. 

Et tiens, il est aussi sur Twitter (mais toujours pas Wayne) et il trouve que c’est une invention de Satan un truc aussi addictif, donc n’hésite pas à lui faire coucou.

 

 

Luke Seafer

Fils de Satan, fils du metal, fils de la haine, fils de Cobra.

9 commentaires

  1. Quand je vois Chicharito, je me dis qu’il m’a volé ma carrière. Il n’a rien de plus que moi et pourtant il joue dans le deuxième plus grand club de Manchester, et il plante. Voilà, c’est injuste.

  2. Yéyéy !

    Le zizi de Luke a été formellement reconnu par la bouteille de Sky au niveau infra mollet droit. ça fait plaisir.

  3. un mec qui écoute converge ne peut foncièrement être mauvais … sauf quand il supporte United

  4. Ah ben la voilà l’idée lumineuse pour avoir encore plus de lecteurs !

    Allez hop, qui vote pour un Wayne Boulet à moitié à poil lors de sa prochaine académie ?

    Hein ? Comment ça, je sors ?

  5. Super académie, comme souvent. Et très drôle, comme toujours.

    Il s’est à nouveau blessé, Goldorak ? Pourquoi on le voit plus ? Parce que Smalling ne me rassure que très peu, encore moins qu’Evans, en fait…

    Et Welbeck… il est plein d’entrain, d’envie et de bonne volonté, mais j’ai l’impression que Torres a de meilleures stats (même s’il n’a pas gagné le prix Goncourt, lui) !

    Ah, et j’ai ouï dire, de la bouche de Stéphane Guy sur le plateau de The Specialists, que les relations entre son infernalwénrouni et Soeur Alex étaient de nouveau glaciales, et que ce n’était pas forcément une blessure qui le maintenaient hors des terrains. Du coup j’ai peur, putain.

  6. Mouais, les emballements de Stephane Guy, bof.
    Si c’était vraiment le cas, je pense qu’on en entendrait parler un peu plus dans les médias qui s’acharneraient à balancer des trucs dans tous les sens.

    Pour Jones je ne sais pas trop, pas entendu parler de blessure, même si le club communique peu là dessus en général. Je ne me fais pas de soucis, il ne va pas tarder à faire surface.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.