Angers – Rennes (1-2) : La Breizhou est sévère, mais ça paye

J’avais personnellement plusieurs motifs d’inquiétude concernant ce match en semaine, à 19h, alors qu’il commence à faire froid :

  1. Oublier le match à cause de la raclette prévue ensuite.
  2. Voir la moitié de l’effectif se péter vu la solidité de nos joueurs et la propension de Sabri à ne pas faire tourner.
  3. Oublier de mettre les patates à cuire à la mi-temps.
  4. Medhi Zeffane titulaire.
  5. Que la défaite me gâche la raclette.
  6. Joris (pas moi l’autre) encore sur le banc.
  7. Ai-je acheté assez de fromage ?

L’équipe

Sabri fait donc assez peu tourner : Yohann Gourcuff est préservé, et remplacé par Bourigeaud en soutien de Kahzri, alors que Maouassa fait son retour dans le 11.

 

 

Le match

Rennes domine gentiment, c’est à dire qu’on a le ballon mais sans pour autant se créer des occasions . Nos latéraux laissent même de généreux espaces pour les quelques contres Angevins. Dès la sixième minute, Fulgini élimine Zeffane tellement facilement qu’il recommence pour être sûr. Habilement mis en sur confiance par le sympathique Medhi, l’Angevin enchaîne avec une frappe trop croisée. Déterminé à prouver que ce n’est pas parce qu’on est de droite qu’on est moins généreux qu’à gauche, Hamari Traoré lâche Toko Ekmabi sur un corner. Ça fait but et Hamari remporte le challenge bienveillance (1-0, 37e).

Un but qui, comme souvent, a le mérite de réveiller notre équipe. Khazri renverse superbement pour Hunou, qui tire sur le gardien, juste avant la mi-temps. Dès le retour Zeffane prend sa chance à environ deux kilomètres des buts de Letellier. Poilade générale. Puis Medhi nous gratifie d’une superbe air intervention défensive, qui permet à Koubek de s’illustrer sur une grosse frappe de Fulgini.

Vous me trouvez sévère avec Medhi Zeffane? Avant j’étais sévère avec Adrien Hunou et c’est lui qui nous remet dans le match, en reprenant un corner dévié de la tête par André (1-1, 51e). De rien.

Le match s’enlise et on se dirige gentiment vers un bon vieux nul un peu chiant, quand soudain Benjamin André décide de se montrer aussi décisif sur un match que lors de toute la saison 16/17. Sur un coup franc magnifiquement tiré par Bourigeaud, Benjamin se défait du marquage et trompe Letellier d’une déviation subtile (1-2, 84e). Opportuniste, Sabri fait rentrer Joris au milieu pour verrouiller tout ça, et ça marche.

Les gars

Koubek (4/5)
Les matchs se suivent et se ressemble pour Thomas, il fait le taf et ne peut pas grand chose sur les buts.

Zeffane (1+/5)
Le plus c’est pour les circonstances atténuantes (pas gaucher, manque de rythme, bon esprit) mais on va pas se mentir, c’est faiblard défensivement, et offensivement il se recentre et marche sur les pompes des milieux plutôt que d’étirer le jeu.

Mexer (3/5)
Bon match, mais on va quand même attendre une opposition un peu plus offensive pour décréter qu’il a retrouvé son niveau.

Gélin (4/5)
Je ne trouve pas grand chose à dire. Ce qui, vu son poste et son âge, est un putain de bon signe.

Traoré (Double P/5)
Sentant une certaine souplesse dans sa zone, Karl Toko Ekambi y a souvent apporté le surnombre pour prendre du plaisir.

Maouassa (2/5)
Quelques contres fulgurants gâchés puis il a vite semblé rincé. Remplacé à la 59’ par Brandon, que Sabri semble définitivement considérer comme un ailier gauche.

Lea-Siliki (Rodman/5) et André (JCVD/5)
La Double Team fonctionne au quart de poil. Conscient qu’un vrai Bro les couvre, les deux se lâchent offensivement, chacun dans leur registre.

 

Hunou (4/5)
Son volume et ses bons appels ne servaient jusque là qu’à augmenter la frustration qu’Adrien provoquait, puisqu’il ne les exploitait que pour zober le plus de situations possibles. Mais s’il continue à la mettre au fond régulièrement, il va faire fermer bien des bouches.

Bourigeaud (Same old shit/5)
Match moyen, certes à un poste qui ne lui convient pas forcément, sauvé par un bon coup de patte sur coup franc.

Khazri (4+/5)
Encore un gros match en pointe, à base d’inspirations et de conservation de balle. Aura la note maximale quand il arrêtera de consacrer 5 minutes par match à se plaindre de l’arbitrage.

 

P.S. : Notez bien que j’ai rendu l’Acad AVANT Rennes-Amiens, pas la peine de venir m’embrouiller sur Twitter alors que ce sont les patrons qui passent leur samedi aprèm devant la Premier League plutôt que de publier les Acad.

[NDLR – Bien essayé Joris, mais l’oeil des patrons est partout. toujours. Vous nous devez une tournée.]

La bise ou vous savez,

Joris Grognon.

Joris Grognon

One Comment

  1. C’est tellement triste de voir Joris sur le banc et Mehdi sur le terrain. Je suis sûr que Gnagnon peut jouer à droite. En tout cas ça ne pourra pas être pire, hein ?

    On est 6e. Quelle vaste blague, savourons !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *