Bulgarie – France (0-1) : L’académie française livre ses notes

Le service RH nous a indiqué que de nombreux candidats se sont signalés pour reprendre en main l’Académie française d’Horsjeu.net… Mais en attendant leurs petits travaux, la rédaction d’Horsjeu.net a reçu un petit courrier de son fidèle lecteur et bien plus encore, Spooner.

4°, de la pluie, des tribunes vides, une piste d’athlétisme inutile alors que le pays hôte ne donne que dans le lancer de poids, 85 ans sans victoire là-bas et la possibilité pour la Bulgarie de se maintenir dans le course à la qualification. J’allais dire au maintien par réflexe. La Bulgarie ne fait pas peur, c’est pire, c’est un mauvais souvenir, la seule chose que personne n’efface.


L’avant-match

Deux camps débiles s’opposent. Les pisse-froids qui pensent que l’équipe de France va perdre, ce sont les statistiques de l’Auto-Journal qui le disent. Et la chaude pisse qui dit qu’on a la meilleure attaque sous-utilisée et qu’on va tout éclater, ce sont les stats de Fifa 2018 qui le disent. Allez bien vous pendre. Cela reste un match à l’extérieur du genre qui détruit des carrières (Letizi) ou fonde un groupe (en Roumanie en 1995). En fait ce qui intéresse le plus, vos races de croque-mort, c’est de voir l’homonyme Kostadinov répéter une histoire qui reste une exception, tragique certes mais exceptionnelle. On s’est donc contenté d’un match sale, d’un match inintéressant, non à cause du terrain, non à cause de la qualité des joueurs, non à cause de la qualité des sélectionnés, mais à cause de la qualité de la tactique. Une tactique faite pour casser du jeu et stopper tout contre adverse. Sauf celui de Kostadinov, on en arrive toujours au même problème.


L’équipe

Un goal, 4 défenseurs à qui on ne demande pas de porter le jeu, trois milieux à qui on ne demande pas de porter le jeu et trois attaquants à qui on ne demande pas d’occuper la largeur. Pas de n°10 (coucou Valbuena), pas de jeu en profondeur (coucou Benzema) mais des décrochages (coucou Anelka) à tour de rôle et des ballons dans les pieds. Et la blessure de Kanté.


Le match

But à la 3e minute. Grosse domination jusqu’à la sortie sur blessure de Kanté vers la demi-heure de jeu. La Bulgarie s’offre quelques actions et Lloris quelques arrêts. Dernier tir dangereux de la France, c’est Griezmann à la 26e. Le match s’est biodégradé à partir de la mi-temps pour n’être déjà qu’un souvenir fugace au coup de sifflet final. C’est quand même dur d’avoir hâte de jouer contre la Biélorussie.


Bilan

Uniquement comptable, c’est dire la tragédie. 3 points, une première place conservée mais une différence de buts beaucoup moins bonne que la Suède (qui a gagné 8-0 contre le Luxembourg, ELLE) qui pourrait donc nous être défavorable au final. On sait que des titres se sont joués là-dessus. Personne ne s’est révélé indispensable sauf les absents, et c’est le plus intéressant : il y a ceux qui deviennent numéro 1 parce que leur principal concurrent s’est foiré. Et ceux qui se blessent, Kanté est la très mauvaise nouvelle de la soirée. Avec les analyses post-match de ceux qui veulent des buts, de ceux qui veulent du jeu, de ceux qui veulent beaucoup d’attaquants, de ceux qui veulent jouer contre Limassol toutes les semaines, de ceux qui veulent la tête de Deschamps, de ceux qui veulent Martial, Dembélé même blessé, Pogba même mauvais, Neymar même pas français, Mendy indiscutable après 4 sélections, Hernandez, Ben Yedder, et tous les Marseillais surtout ceux non sélectionnés. La France est 1ère avant le dernier match, chez elle, contre des Biélorusses qui n’ont rien à gagner sauf une soirée au Secret Square.


Les gars :

Lloris 3/5 : pas grand chose à faire mais l’a bien fait. Surtout un arrêt à la 36e, parce qu’il avait refilé lui-même la balle de la deuxième chance aux attaquants bulgares. Est devenu le 9e joueur le plus sélectionné de l’histoire des bleus et peut viser Zidane d’ici fin 2018. Un exploit pour l’équipe de France.

Sidibé 3/5 : a tenu son couloir, a du mal à apporter dans le jeu offensif mais est barré parfois par son milieu référent, ici Griezmann.

Varane 2/5 : a parfois la relance un peu molle. Pas assez dangereux dans les airs. Ne prend pas de carton, toujours un avantage par rapport au boucher de l’Emirates.

Umtiti 2/5 : En a tellement sous la pédale, ou donne cette impression. Sans doute un autre patron de l’équipe. A noter que pour éviter tout comparaison désagréable pour lui, Deschamps a lui l’intelligence de ne pas faire entrer Rami.

Digne 4/5 : Prétendu tendre, il a apporté la surprise de sa présence pendant un match entier. Peu de lien avec l’attaque, montées fébriles mais avant-dernière passe sur le but.

Matuidi 3/5 : But improbable mais complètement sa signature. A eu une trentaine de poumons en moins qu’à la belle époque mais aussi précieux qu’inattendu dans l’impact. Attachant et exaspérant.

Kanté 5/5 : le seul a avoir percé deux lignes deux fois en portant la balle. A terme, il doit permettre un milieu en moins. Blessure triste MAIS bien positionné dans la saison si elle est unique. Une sortie aussi préjudiciable que celle de Vieira en finale de 2006. Remplacé par Rabiot 1/5 : sa mère n’avait pas fait le déplacement, il s’en tapait. Doit prendre du volume à ce poste.

Tolisso 2/5 : Quelques combinaisons avec Lacazette, quelques remise bien senties, mais a été la paillasson des Bulgares. Sans doute l’influence de son maître Valbuena.

Mbappé 2/5 : Rien à voir avec les espoirs en lui, mais même la Bulgarie, il est présomptueux de croire pouvoir dribbler l’équipe tout seul. Quelques gestes spontanés sans suite comme sa feinte de frappe et son accélération dans la surface. Pas content de sortir, la prochaine, autant ne pas le faire entrer du tout. #dressage Remplacé par Giroud : peu probable qu’il atteigne les 100 buts en équipe de France

Lacazette 2/5 : a décroché en début de 1e mi-temps, a cherché à combiner, a foiré une frappe tardive (bien taclé), a progressivement disparu comme Arsenal en Ligue des Champions. Remplacé par Payet : Seul des 5 Marseillais à être entré. J’aurais préféré qu’il conserve la réputation des Olympiens plus pure. Mitroglou a lui marqué.

Griezmann 2/5 : Trop haut pour orchestrer, trop bas pour marquer, trop près des autres pour combiner, il a surtout manqué d’inspiration, même si seuls ceux qui ne le voient jamais jouer ne savent pas à quel point c’est le genre de match où il peut être une terreur.

Spooner

Vie professionnelle, une lente agonie:
2014-Aujourd’hui : Docker
2012-2015 : Courrier des lecteurs
2010-2013 : Délateur averti
2013-2014 : SportdDub
2012-2013 : Carnet Sport
2009-2014 : Cahiers du football

Loisir : Névroses en tout genre

Vie privée : Vie publique

Intérêt : 10% (Chuck Blazer Way)

7 Comments

  1. Bravo Spooner, beau résumé, viril mais correct ! Faisant moi-même parti des candidats pour la reprise de cette académie et n’ayant pas vu le match…désolé, manque de temps et de rigueur.

    • Moi qui croyait lire les lignes de mon chère et tendre SPADO…
      Belle article de SPOONER en effet, avec une mention spéciale pour cette affirmation  » et tous les Marseillais non sélectionnés » !

  2. Je n’ai pas vu le match sauf la deuxième mi-temps. Merde du coup je l’ai vu en fait. Je n’étais PAS DU TOUT serein.

    Et cette piste d’athlétisme autour du stade. Sous la pluie. Douloureux souvenirs d’EPS au collège.

  3. « boucher de l’Emirates », c’est Johnny Kreuz qui va etre content…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *