Guingamp – Nice (2-3) : L’Aiglons Académie est dans le (little) big 4 !

« Curt ! Je sais comment on diffère les filles de la Promenade d’une vraie Niçoise: Elles sont beaucoup plus habillées ». Il me souvient de cet ami breton. Il s’appelait Erwan, ça ne s’invente pas. Là-bas ils s’appellent tous Erwan, ou Yann, Iwan, Yoan, Gurvan, Loïc, bref… Cette réflexion aurait pu prêter à sourire si elle ne lui était pas venue à l’esprit lorsqu’il a vu ma mère pour la première fois. Il venait de Plabennec… Cette académie t’es dédiée Erwan, même si ma mère me charge de te dire qu’elle pense toujours à toi.

Bonjour la famille !

La Bretagne est une terre bien particulière, emplie de mystères aussi inexpliqués que les trois bouts de fer forgé qui leur sert d’emblème, leur mer qui se barre toutes les 6 heures, les chiens roux et blancs qu’ils ont inventés, l’absence de soleil en été, ce qui a pu passer par la tête du psychopathe qui a inventé le kouign-amann (nom qui inspirera une insulte créole par la suite), leur faculté à encaisser l’alcool comme personne, à arriver à faire venir des stars mondiales dans le champ d’un lieu-dit pendant 3 jours l’été, la construction d’un stade de 18 000 personnes pour une ville qui n’en compte que 8 000 et l’affubler du sobriquet ridicule de Roudourou.

Concernant ce dernier point, le plus étonnant c’est que la grandeur démesurée de ce stade ne soit pas motivée par un quelconque blanchiment d’argent ! Ils arrivent à le remplir sans forcer les morts à se déplacer, comme il est pourtant d’usage chez nous pour chaque élection… Enfin à Marseille, parce qu’à Nice, les morts votent de leur plein gré.

Particuliers ces bretons vous dis-je …

Leur tecktonik à eux

C’est donc un village d’irréductibles fans de coutumes ancestrales et de fabrication de corde de cithare qui accueille notre Gym et plus de 500 de ses supporters qui ont fait le déplacement, dans une enceinte policée et lisse, bien loin des rifts agressifs des Craftmen Club (que je vous invite à (re)découvrir) pour le baisser de rideau de cette saison si forte et magnifique en émotions.

Pour finir de planter le décor, rappelons que les places européennes se jouent sur trois terrains en simultané : au Roudourou donc, au Louis II (comme le nombre de leurs supporters) pour la confrontation Princesses – Gens du voyage et au cours du match Lapins / Dogues à St-Etienne, haut lieu de dépression.

Le Match :

Samedi soir 21h. On peut vérifier grâce au multiplex que le soleil, lorsqu’il est présent, se couche une heure plus tard au fin fond de la Bretagne et notamment à Guingamp. (Brest, cela doit être pire encore, sachant que c’est au bout du bout du monde rural. Tu loupes un virage là-bas, tu te retrouves aux États-Unis).

Une victoire est donc impérative pour garder notre avenir en main et peut-être espérer une troisième place dans le cas où Nicollin, à l’inverse de ma mère, se serait décidé à ne pas se coucher devant le Prince Albert (je devrais écrire des scénars de SF).

Notre 11 de départ est sans surprise, Genevois (joli défenseur démesurément musclé au physique agréable), remplace en nombre Le Marchand blessé pour 4 semaines selon le staff médical et l’amendement Le Bihan (entendez par là qu’on ne le reverra plus avant 2017). En lisant la compo, une certaine nostalgie nous ferait écraser une larme. Plus rien ne sera comme avant tant on nous prédit depuis des mois l’exode massif de nos joueurs. On aurait envie de les serrer contre nous un par un pour leur dire un grand merci.

Remplaçants : Hassen, Boscagli, Bodmer (qui prend l’air), Walter, Traoré (sorti indemne du dernier match), A. Mendy, Hult (pour le côté capillaire).

Wallyson (sombre merde que tu es !!), Caddy (resté au golf), Gomis (parce qu’il nous reste une chance de finir 3ème) ne sont pas sur la feuille de match.

Et comme les émissaires du Barça ne se sont finalement pas déplacés, Paulin Puel n’est pas du voyage non plus.

Ruddy Buquet, présenté comme le moins pire des arbitres de Ligue 1 jouera du sifflet de façon scolaire, c’est-à-dire bien loin des facétieuses envolées stridentes d’un morceau de samba qu’aurait mérité le dernier match de la saison.

Du côté de la ville qui a enfanté les Thomas Howard Memorial, on retrouve Jimmy Briand, bientôt près de chez nous car il logera à l’Eau Vive l’année prochaine et… Erding (alias Erasmus) qui doit faire une pige de 15 jours chez Le Graët avant de s’envoler pour un mois de championnat moldave, et d’être prêté 3 semaines en Laponie sur les conseils de Bosetti.

On joue depuis 2 minutes, Pléa reçoit le ballon sur le côté gauche, repique au centre et envoie une frappe du droit splendide dans la lucarne (oui mes lucarnes sont grosses) opposée du gardien guingampais (1-0). Tout le monde le congratule et remercie Genevois, notre défenseur démesurément musclé au joli physique agréable d’avoir veillé toute la semaine sur la bouteille de Damoiseau. Le sevrage fait un bien fou à Alassane.

Le Gym prend la troisième place pour 30 secondes… Le temps pour les princesses d’ouvrir le score face à des Montpelliérains apathiques… Normalement on ne voit pas de différence quand Loulou est debout ou allongé, mais sa position à 4 pattes trahit un «signe d’ouverture à l’autre» comme le précise ma mère.

A la 5ème minute, voici l’un des moments forts de notre saison. Un centre arrive sur le pied droit d’Hatem seul à 9 mètres des buts. Il manque sa reprise !!! <3 ! Comme un message qu’Il nous envoie en cette fin de saison pour nous dire qu’Il est aussi un peu humain, comme un hommage aux anciens attaquants qui ont fait la gloire des ramasseurs de balle, qui des Linz, qui des Sarli, qui des Moussilou et autres Guié Guié ! Merci H.A.T.E.M !!

La maîtrise du ballon est niçoise, elle flirte avec les 70%. Les Guingampais procèdent en contre. Sur l’un d’eux, Giresse envoie sur orbite (en un seul mot Maman !!!) Briand qui prend le meilleur sur Baysse pour adresser un centre à ras de terre dont la trajectoire est coupée victorieusement par Erding (19ème : 1-1). Tout est à refaire, ou plutôt (pas le chien) tout est à maintenir parce que Monaco mène toujours 1 à 0 face aux fantômes des Djobi Djobas et que le score est vierge à Suicideland.

Notre cœur bat plus fort et notre zboub se sent à l’étroit dans notre Levi’s lorsque Hatem part dans un raid solitaire mais son tir est contré au dernier moment.

On se dirige vers la mi-temps, le centre de Ricardo est renvoyé dans l’axe par la défense guingampaise. Seri tente sa chance de volée. Son tir dévié prend à contre-jeremy le gardien. (1-2 / 45ème). On apprend que la bande à Loulou s’est pris sans sourciller une deuxième biffle au Louis II. On dit adieu à la place du con de la Champions League avec un petit pincement au cœur.

Au retour des vestiaires, Guingamp met plus d’intensité dans les duels et se montre plus pressant. Une belle tentative du vétéran Briand ne passe pas loin des cages de Cardinale.

A la 54ème minute, Genevois, ce défenseur au joli physique agréable démesurément musclé, bien lancé dans l’axe, gagne son duel face à son vis-à-vis, se présente seul devant le gardien qu’il bat magistralement d’un petit ballon piqué. Un vrai geste d’école de 1 contre 1 pour attaquant, à faire pâlir Pléa tant ce dernier n’en a plus gagné un depuis 2012. Toute l’équipe se dit à ce moment que la bouteille de Damoiseau devra être confiée dorénavant à quelqu’un d’autre. Surtout Cardinale qui va chercher le ballon dans ses propres filets, égalisation de Guingamp (2-2).

Ce coup de pouce de notre nouvel ivrogne donne des ailes aux Bretons, qui sont à deux doigts de prendre l’avantage. Nous avons du mal à sortir le ballon proprement et nous procédons en contre.

Sur le côté gauche, H.A.T.E. M accélère et centre au point de penalty sur Pléa qui arrive lancé. Lorsqu’il reprend de volée, on a une pensée émue pour madame Lössl qui va assister en direct à l’ablation du testicule droit de son mari par éclatement… Mais rien de tout ça, la reprise d’Alassane va se nicher dans le petit filet, ne laissant aucune chance au portier guingampais, mais toutes les branches de sa descendance intactes sur l’arbre généalogique (2-3 / 61ème).

Changements coté guingampais : Erding sort car il doit finalement jouer le dernier quart d’heure avec Lorient, Lionel Mathis rentre !!! Lionel Mathis quoi !! Ils ne forcent pas les morts à venir dans leur stade mais à y jouer !!!

Cette séance de spiritisme galvanise encore plus les hystériques du biniou qui affolent alors les bigoudènes présentes au Roudourou. On dirait une pub Tipiak dans les gradins. Mais soit Cardi, soit un manque de précision dans le dernier geste associé au fait que Genevois et son joli physique démesurément musclé et agréable commencent à débourrer, empêchent Guingamp de revenir au score.

Claudio opère des changements. Pour le dernier quart d’heure il fait sortir Seri pour Traoré (quitte à lui faire risquer la fracture de fatigue) pour mettre du rythme, et Bodmer à la place de Germain pour en enlever sévèrement.

Guingamp joue… en avant, et remet une pression relative sur notre but puisque les dogues mènent chez les mineurs dépressifs. On pourrait laisser filer le match mais nous risquerions de fausser le ventre mou du championnat et le Mollah Aulas si intègre veille !

Fin du match. Le Gym termine sur une victoire méritée tant le jeu fut maîtrisé, et est dorénavant directement qualifié pour les poules de l’Europa League, le PSG ayant atomisé l’Omerde en finale de la Coupe de France. On laisse bien volontiers la place du con aux Monégasques (ça leur va si bien).

Beaucoup de départs sont annoncés, de l’entraîneur aux joueurs majeurs. Mais on aura le temps d’y penser, comme disait l’autre «ça reviendrait à avoir le baby blues juste après une éjaculation».

A nous l’Europe. L’aigle n’a pas de frontières !

Mais sinon bordel, ils attaquent quand les chinois ??!!

Les notes :

Cardinale (2,5/5) : Un bel arrêt quelques sorties bienvenues, et voilà comment on réussit son match en se prenant deux pions imparables! La moyenne donc pour notre Cardi qui a plus qu’assuré l’intérim et à qui on doit quelques points.

Ricardo (2,5/5) : Omniprésent sur son côté malgré une perte du ballon qui cause le deuxième but. On ne va pas lui en vouloir.

Baysse (3/5) : On a pu admirer sa jolie caravane sur le premier but guingampais mais une fois garée sur l’emplacement, il fut impérial.

Genevois (2/5) : Le physique ne fait pas tout. Le manque de compétition se voit aussi cruellement que les bourrelets de ma mère lorsqu’elle enfile son déguisement de Catwoman. Un demi-point en plus pour tes qualités de finisseurs et parce que tu dois avoir encore la gueule de bois à vouloir suivre la consommation d’Alassane.

Pied (3/5) : Il avait un avantage par rapport aux autres, il connaissait ce stade pour y avoir joué un an. Un match correct.

Papy Mendy (3/5) : La terre du milieu est son domaine. Normal pour un hobbit.

Koziello (3/5) : Il n’est plus une révélation mais une confirmation. Il est le sourire de cette équipe, l’une des fiertés de notre saison et le nouveau fantasme de ma mère.

Seri (3/ 5) : Il pèse. Voilà j’ai enfin réussi à placer cette expression.

H.A.T.E.M : A un moment donné, les mots n’ont plus la force de définir, sans bouillir, le génie. Merci pour tous ces moments comme ceux-ci:

Pléa (5/5) : Yo bro ! Tu reviens parmi nous. Encore une belle prestation ponctuée par un joli doublé (encore un). Sans cette vilaine blessure, les clubs européens se seraient pressés en cette fin de saison. On t’attend l’année prochaine. Pa Molli doudou ! Limite le planteur.

Germain (2,5/5) : Match discret, finition imprecise. L’effort est louable mais cela ne suffira pas à berner les princesses pour rester chez nous.

 

En face, Briand sans aucun doute a de beaux restes. C’était la dernière de Lionel Mathis. Gourvennec en fin psychologue a fait l’inverse du protocole, comme ça il n’a pu avoir une sortie avec une standing ovation. Ça ne me regarde pas, mais l’importance de ce match était nulle pour les Guingampais, Gourvennec a fait montre d’une psychologie de poulpe… et je demande pardon aux poulpes. Mais encore une fois ce n’est pas ma pissaladière.

En attendant les tribulations d’un chinois à Nice, je vous souhaite un bel été… Loin de chez nous, tant que vous ne mettez pas du poivre sur votre socca et même si vous nous faites tellement rire sur la plage à 16h !

Message personnel: Deschamps je n’ai jamais aimé ta sale gueule d’escroc !

Curt Lenoil

Curt Lenoil

12 Comments

  1. La bonne nouvelle c’est qu’on va arrêter de nous gonfler avec Hatem la saison prochaine, s’il choisit son cimetière à l’étranger

  2. Faire le bien sans chercher de récompense, fuir le mal sans avoir la crainte du châtiment : homme rare sous le ciel.
    L’honorable H.A.T.E.M finira par entendre cette phrase de l’honorable Confucius.
    (Pourvu que les Chinois attaquent !!)

  3. Plus sérieusement, tu ne peux pas te rendre compte combien il a porté toute l’équipe cette année et combien lorsqu’il a le ballon tu sens les défenseurs adverses paniquer.
    Il est (bien) au dessus du lot

    • C’est con de ne faire ça qu’à 29 ans en s’étant fait virer de tous les clubs dans lesquels il est passé….
      Alors faire des festivals face à Nantes, Bordeaux, Lorient et Montpellier c’est bien, ça prouve effectivement qu’il a un truc en plus. Par contre, dès que ça devient chaud, ben les différences …

        • Ah mais visiblement en EDF, ca se passe de la même façon.
          Alors que Lachuer… Comment dire ?
          A la limite du m’aurait dit Llacer …

  4. Du coup sans Ben Arfa (ou un mec de son calibre), sans Puel, l’intersaison risque d’être compliqué. Je suis quand même bien content, je vous avais mis européen en début de saison.

    • On a Favre !
      Je suis suisse.
      Je me sens Vaudois
      Je me nourris d’abricot et de raclette sans charcuterie..

        • Je n’en sais trop rien.
          Une chose est sure : C’est la première fois que JPR nous fait vivre deux heures pareilles. Entre l’annonce du matin selon laquelle Puel prolonge (reprise par l’Equipe hein ? pas Nice Matin) et celle du départ puis l’arrivée de Favre.. sur le forum de l’ogcnice c’était une folie furieuse !!
          Il deviendrait presque aussi roublard que Aulas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *